Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
ACTUALITÉ

1ère semaine des LCS NA : la querelle des anciens et des modernes

Après une présaison très chargée, les LCS NA ont repris leurs droits le 16 janvier. En deux jours, les équipes en lice ont donné le ton : la saison a le potentiel pour être la meilleure de l’histoire de la compétition. Pas étonnant quand on voit les évolutions structurelles en cours de l’esport nord-américain, en particulier sur League of Legends. Encore moins surprenant quand on sait le nombre de nouveaux joueurs arrivés en NA cette saison. C’est un véritable conflit générationnel qui se joue en ce moment sur la faille de l’invocateur.

Cette saison est peut-être celle du renouveau, mais les LCS NA 2016 ont débuté par un classique d’entre les classiques. Counter Logic Gaming contre Team SoloMid, la revanche de la dernière finale des LCS NA. Mais aussi et surtout un nouvel affrontement entre deux équipes qui ont pris l’habitude d’en découdre depuis la saison 1 ! Le match a tenu ses promesses, avec pas mal d’action et quelques instants de folie. On retiendra par exemple la façon dont le toplaner de CLG Darshan « Darshan » Upadhyaya a, au bout de six minutes à peine, retourné un gank de Dennis « Svenskeren » Johnsen avec l’aide de son midlaner Jae-Hyun « Huhi » Choi pour finalement tuer la Elise du nouveau jungler de TSM. Svenskeren ne s’est pas laissé abattre et n’a pas hésité au quart de jeu à flash in entre les deux tours de la voie du milieu pour achever l’Alistar de Zaqueri « Aphromoo » Black. Pas certain que l’action ait été nécessaire, mais elle a eu le mérite d’être spectaculaire.

 

Vous avez dit potentiel ?

Néanmoins la plus grosse surprise a été sans aucun doute la victoire de CLG. Jugés perdants d’avance par la plupart des observateurs, Darshan et les siens ont fait déjoué la supposée « équipe de rêve » de TSM dès son premier match. Le français Bora « Yellowstar » Kim a fait ce qu’il a pu mais n’a que trop peu été suivi par ses alliés. En face, les CLG se sont acharnés sur Svenskeren, qui n’a pas pu se remettre au niveau pour le reste de la partie.

Yiliang « Doublelift » Peng n'a pu remporter la victoire face à son ancienne équipe

Yiliang « Doublelift » Peng n'a pu remporter la victoire face à son ancienne équipe

Ce qui est sur c’est que les deux équipes ont montré à la fois de belles choses et fait des erreurs grossières – notamment une course-poursuite amusante mais sans intérêt de quatre joueurs sur un Mundo à la 25è minute de jeu – et vont surement monter en puissance au cours de la saison. Il va falloir auparavant développer une synergie encore absente chez les deux équipes. TSM a gagné son deuxième match de la semaine contre Team Liquid à l’expérience, mais n’ont encore une fois pas su jouer en équipe. Quant à CLG, ils ont continué l’une des traditions des LCS NA : perdre quasi-systématiquement contre Dignitas. Bref, les équipes historiques sont encore en reconstruction et vont avoir besoin de temps. 

Jeunes contre vieux, l’éternel combat

Sauf que les jeunes loups des LCS ont les dents longues. NRG et Immortals, deux structures flambant neuves, n’ont aucune intention de laisser bien gentiment les anciens leur passer devant, bien au contraire. Ces nouveaux entrants en LCS NA ont également recruté des stars à l’intersaison et ça a payé à la reprise. Et ça marche. Ils sont, déjà, les seules équipes encore invaincues de la ligue. Face à des Dignitas trop tendres Chang-suk « GBM » Lee, le midlaner de NRG, a pris un malin plaisir à voler deux barons, rien que ça ! 

 

Mais c’est surtout le toplaner de l’équipe qui a montré tout son talent. Absent le premier jour, Eon-young « Impact » Jeong a littéralement gagné en 1 contre 9 le match d’NRG contre Renegades. Armé de sa Fiora il a renvoyé à ses études le pauvre Oleksii « RF » Kuziuta avant de rouler sans pitié sur le match. Impressionnant, mais pas autant que la performance collective des Immortals. Décisifs, mécaniquement quasi-parfaits, Jason « WildTurtle » Tran et ses coéquipiers n’ont laissé aucune chance à leurs adversaires. Contre Team Impulse, petits poucets de la compétition, ils se sont même payé le luxe de réaliser un match parfait en 18 petites minutes. Battre le record de vitesse d’un match en LCS NA dès la première semaine d’une saison, c’est sans aucun doute bon pour le moral de l’équipe !

 

Jason « WildTurtle » Tran a retrouvé le sourire

Jason « WildTurtle » Tran a retrouvé le sourire

Mais les vétérans ne se laissent pas faire pour autant. Cloud 9 avec Hai « Hai » Lam a montré un niveau de jeu intéressant, même s'il est difficile de vraiment juger son match vu la faiblesse d'Echo Fox. On l'a dit TSM et CLG ont le potentiel pour défendre leur place dans la hiérarchie jusqu'au bout. Mais les plus intéressants sont peut-être Team Liquid. L'organisation n'affiche pas un niveau impressionnant mais sa volonté de faire tourner les dix joueurs de son effectif intrigue. Le changement de jungler et de support entre deux matchs a montré des résultats probants dès cette première semaine. Certes, Team Liquid a perdu ses deux matchs. Certes, il va leur falloir énormément de travail s'ils veulent ne serait-ce qu'atteindre les play-off. Mais le potentiel (encore lui!) est réel. Particulièrement celui de Joshua « Dardoch » Hartnett, en concurrence avec Christian « IWDominate » Rivera au poste de jungler. 

Rude concurrence entre joueurs

Dardoch a tout ce qu'il faut pour renvoyer son illustre aîné au rang des antiquités et n'a pas l'intention de laisser passer sa chance. Contre TSM il s'est montré volontiers agressif, a été très présent en soutien de ses camarades de jeu et a dans l'ensemble été largement meilleur que son vis-à-vis. Malheureusement son agressivité n'est pas encore dosée avec suffisamment de finesse et c'est sur une ouverture trop audacieuse de la part du jeune joueur que l'équipe de Søren « Bjergsen » Bjerg a pu renverser une partie pourtant très mal engagée. Comme un symbole de cette lutte, entre jeunes stars et baroudeurs aguerris qui est en train de se joueur en Amérique du Nord, que ce soit sur le plan des organisations ou celui des compétiteurs eux-mêmes. Le segment de printemps sera à n'en pas douter le plus compétitif qu'ait connu l'Amérique du Nord depuis la création des ligues régionales.

Malgré la défaite de son équipe, Joshua « Dardoch » Hartnett a prouvé ce dont il est capable

Malgré la défaite de son équipe, Joshua « Dardoch » Hartnett a prouvé ce dont il est capable

10 matchs, 128 champions, beaucoup de possibilités

Il n'y a pas que le niveau qui n'a eu de cesse d'évoluer depuis la saison 3, il y a également la méta, ou plutôt les métas. Cette saison ne fait pas exception à la règle. Les principales menaces des derniers championnats du monde sont bien sur toujours là. Fiora, pour son incroyable capacité à split-push et gagner ses duels est toujours une priorité sur la voie du haut et a gagné tous les matchs dans lesquels elle s'est engagée. Gangplank, en raison de son apport global, ses sorts à aire d'effet et ses talents de duelliste n'a jamais passé l'étape des bans cette semaine. Quant à Lulu, c'est toujours l'un des champions les plus versatiles de League of Legends, capable de tenir son rang en compétitif sur la voie du haut, du milieu et comme support, ce qui lui a valu pas moins de sept bans. Un de moins que pour Tahm Kench, toujours trop immortel pour qu'on le laisse gambader dans la faille de l'invocateur. Mais des petits nouveaux sont venus se glisser dans les rangs des champions disputés. Le plus étonnant d'entre eux est peut-être Ryze. Le champion est vieux comme le jeu et revient à intervalles réguliers sur le devant de la scène mais il est tout de même surprenant de le voir 100% banni ou choisi dans une méta qui privilégie les parties relativement rapides. D'ailleurs il a perdu les deux seules parties lors desquelles il a été laissé libre. Il faudra donc surveiller sa présence dans les prochaines semaines, pour voir comment sa situation évolue.

Ryze, le Mage renégat a traversé toutes les métas

Ryze, le Mage renégat a traversé toutes les métas

Au top, pas moins de onze champions différents ont été joués. Dr Mundo a notamment été sélectionné à quatre reprises. Mal lui en a pris puisqu'il n'a gagné qu'une fois.

La jungle est toujours dominée par deux monstres, Rek'Sai et Elise, toutes deux bannies ou choisies 9 fois en dix matchs ! Mais quand ces dames ne sont pas disponibles on a pu voir apparaître Poppy, par deux fois et Kindred une fois. Des débuts timides pour des championnes toutes nouvelles qui ont en plus perdu leurs trois matchs. Difficile pour le moment de savoir si c'est parce qu'elles ne sont pas viables au plus haut niveau ou si les équipes ne savent pas encore bien maîtriser leur force, mais c'est un point qui sera là encore à surveiller.

Sur la voie du milieu Twisted Fate a été moins banni que lors des championnats du monde et a donc été joué 4 fois avec un succès mitigé. Le magicien excepté, la diversité a été le maître mot des midlaners, qui ont joué dix champions différents.

Les carry AD quant à eux se sont tous battus pour pouvoir jouer Lucian, alors même que l'homme aux deux pistolets a perdu cinq des huit matchs qu'il a disputé. Très attendue par le public en raison de son hégémonie en file individuelle pendant la présaison, Miss Fortune n'a été jouée que deux fois en Amérique du Nord, pour deux défaites. Peut-être que la semaine prochaine les regards se porteront plus sur Kalista, puisque la lance de la vengeance a remporté ses trois combats jusqu'à présent. Ce d'autant plus qu'Alistar et Trundle – popularisé on s'en souvient par YellowStar – semblent très prisés des supports LCS NA.

Nul doute que chaque équipe a observé toutes ces données, entre autres, à l'issue des matchs et que la méta de cette première partie de saison va se préciser au gré des semaines. On ne s'en plaindra pas tant que ça nous donne des matchs toujours plus passionnants ! Quelle équipe allez-vous soutenir lors de la seconde semaine de compétition ?