Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Après six semaines, les enjeux sont clairs

Comme chaque semaine, les meilleures équipes de chaque région se sont affrontées pour le plus grand plaisir des fans. Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, les League of Legends Championship Series ont montré lors de la sixième semaine de la saison régulière que les équipes peuvent être réparties en groupes distincts, en fonction de leur niveau relatif. Alors que les play-offs approchent et malgré quelques surprises, on commence à y voir clair dans les ambitions possibles de chacun, notamment en haut du tableau.

Vitality impose sa patte

NA, EU, même combat. Dans chaque région, quatre équipes se détachent clairement du peloton. Vitality, H2K, G2 Esports et UoL par chez nous, Immortals, Counter Logic Gaming, Cloud 9 et Team SoloMid de l'autre côté de l'océan Atlantique, voici les noms de ceux qui visent clairement le titre lors de ce segment de printemps des LCS. Mais même au sein de ce groupe, des différences se font jour, nous l'avons encore constaté cette semaine. En LCS EU, Vitality ne cesse de monter en puissance. La structure française a non seulement remporté ses deux matchs de la sixième semaine, mais elle l'a fait au détriment de H2K et UoL, deux concurrents directs pour la première place du classement. Et avec la manière !

 

LCS EU - Vitality

Vitality a impressionné face à H2K et UoL, concurrents directs pour le titre.

Face à H2K, ils ont choisi une composition très orientée poke, avec en sus un combo redoutable pour les combats en équipe. Avec son Zilean sur la voie du milieu, Erlend « nukeduck » Holm avait en effet la possibilité d’assommer facilement des adversaires déjà immobilisés par l'ultime du Bard de Raymond « kaSing » Tsang. Ailleurs sur la carte Graves, Corki et Nidalee apportent beaucoup de dégâts à l'équipe. Une composition forte, qui avait leur avait offert une victoire facile contre Origen en cinquième semaine. Sauf que H2K a répondu avec une composition tout aussi puissante. Derrière la capacité à engager le combat du Malphite de Andrei « Odoamne » Pascu et de la Lissandra de Sang-wook « Ryu » Yoo, l'équipe s'est centrée sur les dégâts du Kog'Maw de Konstantinos « Forg1vengre » Tzortziou. De quoi faire de plus en plus peur au fur et à mesure de l'avancée de la partie.

 

Les deux équipes ont montré dès le début de la partie qu'elles ont parfaitement compris les forces et les faiblesses tant de leurs champions que de ceux de leurs adversaires. Vitality se savait plus forte en début de partie et l'a montré avec quelques attaques décisives. La première, juste avant les 8 minutes de jeu, a donné le ton. Petter « Hjarnan » Freyschuss a fait l’appât avec son Corki afin de pousser son vis-à-vis à la faute. Une audace qui a permis à Ilyas « Shook » Hartsema, bien placé en position de counter-gank et Lucas « Cabochard » Simon-Meslet de prendre le premier sang sur Kog'Maw. Quasiment dans le même temps Nukeduck a remporté son duel contre Ryu et sa Lissandra en un contre un. De bon augure pour la suite, mais H2K a compliqué l'affaire jusqu'au bout. Vitality a eu beau donner l'impression d'être partout sur la carte, son opposant a pris son mal en patience avant de renverser peu à peu le cours de partie. Après près d'une heure de jeu, le Kog'Maw était quasiment intouchable et faisait des trous énormes dans les barres de vie ennemies. 

 

Vitality montre des performances toujours plus impressionnantes

Vitality montre des performances toujours plus impressionnantes

Oui mais voilà, Cabochard et ses coéquipiers ont su trouver la force mentale de résister aux assauts et même de conserver un contrôle des objectifs grâce à de meilleurs déplacements sur la carte. Et sur une toute petite erreur de coordination de H2K suite à une attaque de Lissandra, la structure française a déclenché toute sa puissance de feu. Résultat, quatre tués pour un mort à la 61e minute de jeu, suivi d'une destruction immédiate de la base et du nexus de leurs adversaires.

Rebelote le lendemain avec une belle démonstration de force contre Unicorns of Love. Quand on sait que ce sont ces mêmes Vitality qui ont interrompu la marche en avant de G2 Esports une semaine auparavant, il y a de quoi se laisser impressionner !

Immortals, les indestructibles

En Amérique du Nord, la question ne se pose même pas. Depuis le début de la saison, Immortals écrasent toute concurrence. Malgré un match brouillon contre Renegades le premier jour de la semaine dernière, ils ont démontré face à Team Liquid pourquoi ils sont considérés comme la meilleure équipe occidentale du moment. Dès la quatrième minute un gank à trois sur la toplane a donné le premier sang à la Quinn de Heo « Huni » Seung-hoon. Cinq minutes plus tard, la partie s'est véritablement débloquée lors d'un combat en cinq contre cinq devant l'enclos du dragon initié par Immortals. Ces derniers ont savamment contourné et encerclé leurs ennemis pour profiter au maximum de leurs dégâts et de leurs nombreux sorts de zone. Sur un ultime de la Kalista de Jason « WildTurtle » Tran, Adrian « Adrian » Ma sur sa Janna a bien visé tout le monde pour offrir une opportunité d'ultime parfaite à Yeu-jin « Reignover » Kim, sur Gragas. Un coup de maitre et quatre tués de plus dans la poche des leaders du classement. Il leur a ensuite suffi de simplement, si l'on peut dire, gérer et creuser leur avance. Éliminations, objectifs, écart d'or entre les deux équipes, les Immortals ont contrôlé tous les aspects de la partie. Ils n'ont guère laissé que les dragons à leurs victimes du jour, et encore. Malgré quelques morts concédées en chemin à cause d'un trop grand empressement à finir le match, il n'y a eu aucun moment qui aurait pu faire douter du nom du vainqueur. Du grand art.

Huni et Reignover vont-ils reproduire l'exploit qu'ils ont réalisé avec Fnatic la saison dernière en demeurant invaincus pendant un split entier ?

Huni et Reignover vont-ils reproduire l'exploit qu'ils ont réalisé avec Fnatic la saison dernière en demeurant invaincus pendant un split entier ?

La sensation Echo Fox

De part et d'autre de l'Atlantique on a donc une équipe qui semble prendre l'ascendant, suivie de plus ou moins près par trois autres favoris des pronostics. Mais encore derrière ces dernières ont trouve quelques structures qui n'ont pas dit leur dernier mot et se positionnent pour les play-offs.

NA LCS - Echo Fox - Froggen

Avec le retour de Froggen, Echo Fox a retrouvé le sourire.

Le premier de ces challengers est une petite surprise. Avec le retour de sa star Henrik « Froggen » Hansen, Echo Fox a retrouvé le chemin de la victoire. Ils sont même sur une série de quatre matchs sans voir leur nexus exploser. La semaine dernière ils ont notamment bataillé jusqu'au bout face à Team Liquid pour leur arracher la victoire et les rattraper au classement. Dans une partie extrêmement serrée – seulement 1200 pièces d'or d'écart au bout de 25 minutes – les coéquipiers de Yuri « Keith » Jew ont su garder la tête froide et jouer de derrière avec la prudence nécessaire. Le contrôle des dragons les a aidé à engager un combat favorable à la 32e minute, conclu par 3 éliminations et une reprise en main du match. Les deux équipes se sont ensuite rendues coup pour coup et au moment même où la victoire de Team Liquid s'est enfin dessinée, c'est Keith qui a pris les choses en main avec un quadruplé sur Lucian à la 56e minute et une victoire arrachée de haut-vol. Une performance encourageante pour Echo Fox mais on ne peut s'empêcher de se demander si cette équipe a de quoi tenir tête aux meilleures.

Les points d'interrogation

Des doutes entourent les performances de Fnatic en LCS EU et NRG en NA. L'équipe européenne la plus titrée de l'histoire n'est que cinquième après six semaines, loin des attentes qui pèsent sur ses épaules. Les nouveaux joueurs de Fnatic ont bien du mal à remplacer leurs illustres aînés et ça s'est encore vu la semaine dernière lors d'une défaite sans appel contre Splyce. Mais ils ont aussi donné des signes d'espoir avec une belle victoire face à G2 Esports. L'équipe de Carlos « Ocelote » Rodríguez Santiago a pourtant fait un départ pour le moins canon. A dix minutes de jeu, l'écart d'or en leur faveur était le plus important de la saison à ce stade la partie. Fnatic a pris son mal en patience le temps que le Kog'Maw de Martin « Rekkles » Larsson atteigne son pic de puissance. Puis à la 24e minute de jeu, ils ont profité d'une attaque douteuse de leurs adversaires pour déchaîner sur eux tout l'acide de leur arsenal. Un triplé plus tard et l'équipe a pu attendre tranquillement 10 minutes et un triplé supplémentaire pour voler la victoire. La structure joue donc le chaud et le froid et peut grimper durablement au classement si elle se montre plus constante.

 

Fnatic - LCS EU - Week 6

Malgré un énorme déficit, Fnatic a arraché la victoire face à G2 Esports.

Équipe bien plus récente, NRG partage néanmoins avec Fnatic cette inconstance. Le très attendu midlaner coréen Chang-suk « GBM » Lee n'influe pas autant sur les matchs que prévu. La semaine dernière ils ont montré contre Dignitas qu'ils possèdent une classe d'écart par rapport au bas du classement. Après 25 minutes de prudence, ils ont accéléré d'un coup pour prendre à toute vitesse quelques kills, le baron et toute la base ennemie. Une victoire éclair et sans contestation. Malheureusement pour eux, quand ils ont tenté de faire la même chose face à Cloud 9, ceux-ci ont montré les crocs en retour. Et malgré quelques erreurs, ce sont bien les coéquipiers de Hai « Hai » Lam qui ont réalisé les meilleurs combats jusqu'à infliger un ace et la défaite à NRG vers les 40 minutes de jeu. NRG peuvent-ils passer ce plafond de verre ? La question reste ouverte.

 

Alors que la septième semaine des LCS pointe le bout de son nez, le schéma des play-offs se dessine donc petit à petit. Mais les équipes de milieu tableau rêvent toutes de prendre place sur le devant de la scène, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Et vous, qu'avez vous pensé de cette sixième semaine des LCS ? Qu'attendez-vous de voir ce soir et demain ?