Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Ce qu'il faut retenir de cette première semaine

Après plusieurs mois d'absence, les League of Legends Championship Series ont fait leur grand retour. Les projecteurs se sont rallumés et ont dévoilé les bannières de trois nouvelles organisations : Team Vitality, Splyce et G2 Esports. Les joueurs ont branché claviers et souris avant de gagner leur sièges, certains pour la première fois en Europe, certains pour la première fois de leur carrière. Les fans ont répondu à l'appel, que ce soit sur place, à Berlin, en arborant de nombreuses pancartes ou sur les différentes diffusions, où les spectateurs se comptaient par centaines de milliers. Avec un patch 6.1 flambant neuf, toutes les conditions étaient réunies pour une reprise réussie !

À Berlin, les fans étaient au rendez-vous pour l'ouverture de la compétition.

À Berlin, les fans étaient au rendez-vous pour l'ouverture de la compétition.

On refait le match

Comme le veut la coutume, le match d'ouverture opposait les finalistes de la dernière saison. La nouvelle équipe de Fnatic, construite autour des deux rescapés Martin « Rekkles » Larsson et Fabian « Febiven » Diepstraten a donc ouvert le bal face à une formation Origen qui, hormis le recrutement du midlaner Tristan « PowerOfEvil » Schrage, restait inchangée. Les deux demi-finalistes du Mondial 2015 en sont très vite venus aux mains. Origen a fait couler le premier sang peu après la 5e minute, mais Fnatic a répondu avec virulence et habileté, ce qui a permis à l'équipe d'éliminer deux de ses adversaires. À partir de ce moment-là, Fnatic n'a plus jamais relâché la pression, à l'image du Coréen Da-Yoon « Spirit » Lee qui a surclassé Maurice « Amazing » Stückenschneider dans la jungle. Au quart d'heure de jeu, son compatriote Yeong-jin « Gamsu » Noh s'est illustré à son tour. Profitant de l'avance dont il disposait, il a annihilé Amazing après s'être défait de la Lissandra de Paul « sOAZ » Boyer.

À la demi-heure de jeu, Lewis « Noxiak » Felix a envoyé valser le jungler adverse à l'aide de Verdict de la gardienne, la compétence ultime de Poppy, ce qui a permis à son équipe de tuer le Baron Nashor sans aucun risque et de mettre un terme à la partie quelques minutes plus tard.

Les favoris roulent en diesel

Origen a déçu une nouvelle fois lors de la seconde journée et a terminé cette première semaine sans la moindre victoire. Des problèmes dans la préparation de l'équipe ont été évoqués, dont des soucis de connexion internet, mais les joueurs ont assuré qu'ils auraient le temps de remettre les pendules à l'heure pendant le reste de la saison.

L'équipe française Team Vitality, annoncée par certains comme la super-équipe de la saison, a subit une déconvenue face à ROCCAT qui a aligné une composition très résistante à base d'un Zac top et du classique Taric support de Edward « Edward » Abgaryan. Cependant, la structure qui a racheté le spot de Gambit Gaming s'est rattrapée lors de la seconde journée en venant à bout de Fnatic au terme d'une rencontre menée par la Fiora de Lucas « Cabochard » Simon-Meslet. Le Français a pris l'avantage assez tôt car son équipe a initié un échange de poste entre sa toplane et sa botlane qui a forcé Fnatic à faire de même et à perdre du temps. Avec l'aide de son jungler Ilyas « Shook » Hartsema, Cabochard a capitalisé sur son avance et est devenu impossible à tenir en duel. Team Vitality et Fnatic ont donc fini la semaine avec autant de victoires que de défaites.

Lucas « Cabochard » Simon-Meslet a dominé la partie avec sa Fiora

Lucas « Cabochard » Simon-Meslet a dominé la partie avec sa Fiora

Seule l'équipe H2K a réussi à sauver l'honneur des favoris, remportant l'intégralité de ses parties. Dans un premier temps, face à Giants, les coéquipiers de Konstantinos « FORG1VENGRE » Tzortziou-Napoleon ont développé un jeu lent et méticuleux afin de provoquer les erreurs chez leurs adversaires et notamment chez le toplaner novice Peter « Atom » Thomsen. Avec une composition très mobile, ils ont réussi à esquiver le Kennen, jusqu'à le rendre inutile. Afin de conquérir leur seconde victoire, les hommes en bleu et blanc ont profité d'une composition Origen peu pourvu en moyens d'éradiquer les vagues de sbires pour faire tomber rapidement les tourelles. Avec des champions extrêmement puissants en début de partie comme Lee Sin, LeBlanc et Corki, H2K n'a eu aucun mal à conclure en moins de 30 minutes et à ainsi être le seul favori à effectuer un départ sans faute.

3, 2, 1... départ canon !

Contrairement aux favoris, certaines équipes moins attendues ont réussi à tirer leur épingle du jeu, notamment grâce à un calendrier assez clément. Habitué aux départs en trombe, Unicorns of Love a réalisé une semaine parfaite. La première rencontre des licornes les opposait à une équipe venue des Challenger Series, Splyce, qui a peiné à trouver ses marques. Dans une méta où les parties sont visiblement rapides, Splyce a fait le pari de partir sur Ryze au top pour Martin « Wunderwear » Hansen et Varus au mid pour Chres « Sencux » Laursen. Hic de ses champions, ils sont particulièrement faiblards en début de partie et prennent du temps à atteindre leur pic de puissance, notamment à cause de la Larme de la déesse qu'il faut charger. La partie a été rythmée par le splitpush du Zed de Hampus « Fox » Myhre, qui a permis à son équipe de glaner les objectifs un par un. À la 20e minute, Splyce s'est regroupé pour tuer Fox mais ce dernier est parvenu à temporiser suffisamment pour permettre à son équipe de venir le venger, ce qui a permis au Français Pierre « Steeelback » Medjaldi de récupérer un triplé avec Ezreal ! UoL a enchaîné en tuant le Baron Nashor et a conclu peu après.

Face à Giants, UoL a pu compter une nouvelle fois sur le splitpush du Zed de Fox. En livrant une très belle performance, le jungler Danil « Diamondprox » Reshetnikov a su guider son équipe vers une seconde victoire, synonyme de première place provisoire.

Danil « Diamondprox » Reshetnikov mène par 2 fois son équipe à la victoire

Danil « Diamondprox » Reshetnikov mène par 2 fois son équipe à la victoire

Autre équipe au sommet du classement provisoire : G2 Esports. Cette équipe qui provient des Challenger Series a déjà montré un très bon niveau et une cohésion étonnante étant donné les trois recrutements récents. Face à Elements, Luka « Perkz » Perković a prouvé sa valeur en tuant le Français Jérémy « Eika » Valdenaire en 1 contre 1.  Mais le joueur qui a marqué la partie est sans conteste Gang-yun « Trick » Kim. Armé d'un Graves jungle, il a décimé les lignes adverses et a été la principale source de dégâts de son équipe.

Loin d'être aussi facile que la première partie, G2 Esports a souffert face à des ROCCAT décidément en forme et qui ont dominé jusqu'à la 18e minute, avant que la composition de G2, centrée autour de la Kalista de Jin-hyun « Emperor » Kim, ne réussissent à reprendre le dessus et à l'emporter. Remarquable, Trick a été élu joueur de la semaine et a remporté 47,09 points en fantasy LCS grâce à son impressionnant KDA de 27.

Quelle est la tendance ?

Comme à chaque rentrée, force est de constater que le jeu a évolué ! En ce début de saison, de nombreuses observations peuvent déjà être faites. Le Trundle support de Bora « YellOwStaR » Kim a été démocratisé puisque présent dans 6 parties sur 10. Joué à 4 reprise, c'est le support qui a été le plus plébiscité, à égalité avec Braum et Poppy. Oui, oui, Poppy ! La Gardienne du marteau a trouvé refuge sur la botlane depuis sa mise-à-jour et semble exceller à ce poste. Véritable contre aux champions qui chargent, elle est capable de séparer une équipe en deux, d’éjecter un champion résistant très loin et d'encaisser de nombreux dégâts, ce qui lui permet enfin d'avoir tout l'intérêt des joueurs professionnels après tant d'année à être ignorée de tout le monde (sauf de Tamás « Vizicsacsi » Kiss) !

Poppy, le nouveau support redoutable de cette 6e saison

Poppy, le nouveau support redoutable de cette 6e saison

Gangplank n'a pas eu l'occasion de fouler le sol de la Faille de l'invocateur cette semaine. Jugé trop fort, le Fléau des mers est resté au large, recevant un bannissement à chacune des parties.

Lulu et Kindred ont eux eu l'occasion de prouver leur valeur. Ces deux derniers ont été bannis 8 fois et joués à 2 reprises chacun, pour des résultats discutables. Ces champions restent cependant très dangereux. Kindred est très puissante en début de partie et permet de retourner des combats d'équipes avec sa compétence ultime en plus d'infliger de très bons dégâts. Quant à Lulu, son apport défensif est tel qu'il semble justifié d’empêcher ses adversaires d'en faire usage, car si le carry AD de son équipe est en forme, elle pourra lui rendre la vie facile même si elle-même est en difficulté, en témoigne l'impact de la Lulu de Perkz à 0/3/0 sur un Emperor en forme.

Le champion qui a particulièrement bien tiré son épingle du jeu est Tahm Kench. Présent dans 9 des 10 parties, banni à 6 reprises et invoqué 3 fois en toplane, il a permis d'apporter une énorme mobilité à son équipe et de transformer en une fraction de seconde une situation de duel en 3 contre 1. Ses très grands dégâts et son énorme capacité à encaisser les dégâts couplés à sa puissance de protection de ses alliés lui ont permis de remporter la totalité des parties dans lesquelles il était engagé.

La saison s'annonce excitante et les parties très animées. Les équipes devraient optimiser leurs stratégies pour montrer un niveau de jeu encore plus haut et dans les semaines à venir nous pourrons découvrir si les outsiders confirment et si les favoris reprennent du poil de la bête. Et vous, quel est le moment de cette semaine de reprise qui vous a le plus marqué ?