Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

Dernier combat – SKT, champion de la saison 3

Dernier combat est une série dans laquelle nous demandons aux champions du monde des saisons 1 à 4 de nous parler de ce qu'ils ont vécu avant et après la destruction du dernier Nexus du championnat. Quand ont-ils compris qu'ils avaient gagné ? Qu'ont-ils ressenti en devenant champions du monde de League of Legends ?

Après la performance spectaculaire des Taipei Assassins, qui ont surpris le monde entier lors de la saison 2, une autre équipe coréenne est revenue en force lors du Championnat du monde 2013 qui se tenait dans l'emblématique Staples Center de Los Angeles.

Centrée autour de Faker, le meilleur mid laner au monde (à l'époque et aujourd'hui encore), l'équipe SKTelecom T1 K a dominé le tournoi, avec seulement trois défaites au compteur pendant l'événement.

1

« Pendant le Championnat 2013, quand on était au début de la phase de groupe, on n'était pas inquiet, se rappelle Faker. On se sentait confiants parce qu'on s'entraînait en affrontant d'autres équipes. Quand on jouait ces matchs, on se disait ''Je pense qu'on va arriver en finale''. »

La saison 3 était centrée sur les mécaniques de jeu et la stratégie en équipe jouait un rôle moins important, selon Faker. Naturellement, c'est donc l'équipe qui maîtrisait le mieux les mécaniques de jeu qui a fini en première place. « À l'époque, il n'y avait pas vraiment de choix de champion déterminant ou de stratégie, dit-il. Tout était plutôt simple, et les choses se sont passées comme ça. On n'a pas vraiment eu besoin de prévoir une stratégie ou de déployer de sérieux efforts. »

2

Cela étant, ce n'est pas uniquement grâce à Faker si SKTelecom T1 K était la meilleure équipe. Chaque membre apportait sa spécialité au groupe. Bengi était un atout crucial pour aider Faker à prendre de l'avance et à s'imposer au début des matchs. Depuis le fidèle Impact, qui harcelait les laners ennemis et qui parvenait à mettre la pression sur la voie du haut, jusqu'au duo de bagarreurs formé par Piglet et Poohmandu, qui apportaient leur expertise en contrôle de zone et leur puissance en combats d'équipes sur la voie du bas, personne ne pouvait se mesurer aux 5 membres de SKT T1 K.

« Une fois arrivés en finale, on était plutôt sûrs de l'emporter à 3-0 contre Royal, précise Faker. Pour nous, c'était faisable. C'était très facile et très prévisible. »

Lors du Dernier combat du Championnat du monde 2013, SKTelecom T1 K a acculé Royal Club et prouvé par là même la facilité avec laquelle ils abordaient le jeu. La machine de guerre coréenne avait déjà remporté ses deux premières manches contre l'équipe chinoise et pris le contrôle du match en à peine 15 minutes.

SKT était en train de balayer la voie du milieu quand Wh1T3ZZ, qui jouait Fizz, s'est décidé à tenter une action. Malheureusement pour lui, il s'est lancé un peu trop tôt et son équipe ne l'a pas suivi assez vite. Tabe a été ciblé par le Corki de Piglet, qui a brutalement abattu le support de Royal dans sa propre base avec un Barrage de projectiles. Faker et Bengi se sont occupés de Godlike pendant qu'Impact se chargeait de détruire la tourelle du bas.

Après cette débâcle, Royal s'est retrouvée dans l'incapacité de gérer la pression adverse. Les coréens ont pris l'inhibiteur du bas et sont retournés abattre le Dragon et le Baron, en tuant les joueurs de Royal au passage dans leur propre jungle. Le match s'est ensuite rapidement fini dans un dernier push. Avant de pouvoir comprendre ce qui venait de se passer, les joueurs de SKT T1 K ont été sacrés champions du monde de la saison 3.

3

« Je me souviens très clairement de ce moment. Mais sur l'instant, ça ne m'avait pas encore frappé. C'était comme de gagner n'importe quel autre match. Je n'avais pas l'impression d'avoir remporté le Championnat du monde, explique Faker.

Mon sentiment de joie en gagnant un match dépend du mal qu'on a eu à remporter la victoire. Mais contre Royal Club, ça n'a pas été si difficile que ça, poursuit-il. Ça n'a pas été trop dur, du coup on ne s'est pas dit ''Mon dieu, c'était vraiment incroyable !'' C'était plutôt, ''Oh, on a réussi ! Voilà, c'est fini.'' »

4

« Je me suis senti libéré, soulagé et apaisé que tout soit fini, que l'issue du tournoi ait été décidée », précise Faker.

Mais depuis cette première impression à chaud, Faker a eu tout le loisir de repenser à ce moment où il est devenu Champion du monde. « Sur l'instant, je ne me suis pas rendu compte qu'on avait remporté le mondial. Mais avec le recul, je me rends compte de l'exploit que ça représente et je suis content d'avoir pu décrocher ce titre, dit-il. J'en suis vraiment très fier. Et je suis vraiment ravi qu'on ait gagné cette année-là. »

5

Vous aussi, racontez-nous vos meilleurs souvenirs du Championnat du monde de la saison 3, allez voir ce que xPeke (Fnatic) partage avec nous au sujet de la saison 1 ou ce que MiSTakE (TPA) a ressenti à la fin de la saison 2 , et revenez lundi prochain pour découvrir les impressions de imp, de Samsung White, sur sa victoire en saison 4.

Pour en savoir plus sur les temps forts passés ou présents du Championnat du monde, restez connecté sur Lolesports tout au long du mondial 2015.