Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

Derrière la meta : LCS NA

Team SoloMid, Counter Logic Gaming et Cloud9 voient leur participation confirmée au championnat du monde 2015. Toutes ces équipes ont durement lutté pour pouvoir participer et représenter l'Amérique du Nord.

Ce qui pose les questions suivantes : quels sont leur meta, leur style de jeu ? Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ? Où peuvent-elles espérer réussir et à quoi doivent-elles faire attention ? Quelles sont les chances de la région au mondial 2015 ?

1

Les caractéristiques de la terre natale de League of Legends

Pour estimer les chances nord-américaines, nous devons d'abord examiner ce qui différencie cette région des autres. Chaque région, dans League of Legends, est façonnée par une certaine mentalité et par les types de joueurs dominants. Cela détermine des forces, des faiblesses et des styles de jeu différents dans toutes les régions. Certains champions, comme Kassadin, qui ont beaucoup été joués en Europe pendant les saisons 2 et 3, étaient très rares en Amérique du Nord. Dans ce cas particulier, les standards étaient fixés par des joueurs comme Alexey « AlexIch » Ichetovkin et Henrik « Froggen » Hansen. Aux IEM 2013 de Katowice, Enrique Cedeño « xPeke » Martínez fut capable de l'emporter contre SK Gaming avec Kassadin.

Les équipes nord-américaines préfèrent généralement s'appuyer sur des champions blindés de toutes parts, même s'ils sont peu mobiles. Les LCS gagnant en importance, de plus en plus de joueurs sont passés d'une région à l'autre et les équipes et les styles de jeu ont continué à se développer. Les conséquences de ces transferts commencèrent à être sensibles avant la saison 2014. Les joueurs des autres régions vinrent avec leur propre vision sur la meta et influèrent nettement sur le style de jeu. La meta fut enrichie par un nombre croissant d'assassins et de champions mobiles.

Søren « Bjergsen » Bjerg : « Je suis heureux de la manière dont notre style de jeu a changé, mais nous avons encore besoin de nous améliorer en ce qui concerne le contrôle des objectifs et la phase de laning. »

- ​SØREN „BJERGSEN“ BJERG

Mais ce n'est pas le seul élément qui place l'Amérique du Nord à part des autres régions. Un autre avantage de la région est le goût pour la promenade, qui incite les champions à aller appuyer des alliés sur une autre voie afin d'obtenir un succès rapide ou de mettre la pression sur les adversaires. C'est la première région, après la Corée, où ce genre d'errances est devenu populaire, ce qui a poussé le jeu à un autre niveau. Dans la meta nord-américaine, les champions persistants, de préférence dotés de compétences facilitant l'errance, restent nombreux. Le choix logique dans cette perspective aurait dû être Shen, mais Maokai (choisi 39 fois) et Rumble (choisi 35 fois) restent les préférés. Ce sont les deux champions les plus souvent sélectionnés pour la voie du haut. Un des joueurs qui incarnent le plus parfaitement cette façon de jouer est le toplaner de Cloud9, An « Balls » Le.

2

Maokai peut franchir les derniers mètres vers un ennemi avec Croissance torturée et infliger des dégâts au-delà des murs et des obstacles grâce à Jet d'arbrisseau. Rumble, par ailleurs, dispose d'un bonus en vitesse de déplacement correct avec Bouclier recyclé (Z) et peut inverser le cours d'un combat rapproché avec les dégâts et les contrôles de Harpon électrique (E) ou d'Éradication (R). Tous les deux deviennent robustes grâce à différents objets. Parmi eux, Bâton séculaire, Sceptre de Rylai ou Tourment de Liandry.

Bien sûr, les champions choisis ne font pas tout, encore faut-il bannir les bons personnages pendant la phase de sélection. Le champion le plus souvent banni pendant la saison 2015 en Amérique du Nord fut Kalista, Rumble et Ryze n'étant pas loin derrière. Maokai complète la liste. Bien sûr, c'est dû aux pics de dégâts dont sont capables Ryze et Kalista, mais le fait que Rumble soit banni souvent prouve que son style de jeu est fréquent et que les joueurs préfèrent l'ôter du jeu que de lui être opposés.

Embarras du choix

Après le bannissement de six champions, tout dépend de la composition d'équipe et des tactiques correspondantes. En général, les champions infligeant les dégâts magiques restent devant. Mais, bien sûr, les dégâts normaux ne sont pas négligés. Comme nous l'avons vu, des champions plus costauds avec un peu de mobilité sont préférés sur la voie du haut, les embuscades sont favorisées dans la jungle (Rek'Sai, Gragas, Nidalee, Sejuani, par exemple, chacun pouvant encaisser des dégâts tout en restant actif de la jungle à la voie).

Même chose au milieu. Ici, Azir, Orianna, Viktor et Twisted Fate ont la cote. Ils ne peuvent pas encaisser autant de dégâts que le jungler ou que le toplaner, mais ils peuvent en infliger. De plus, ils ont la possibilité d'absorber ou d'éviter les dégâts. Azir peut éviter les dégâts en se mettant au second rang et en laissant ses soldats combattre à sa place, tandis qu'Orianna et Viktor ont des boucliers et des effets de contrôle appréciables. Twisted Fate, de son côté, a été conçu pour aller partout et attaquer par surprise avec son ultime, Destinée. Récemment, Jae-hoon « FeniX » Kim, le midlaner de Team Liquid, a bien incarné cette meta, mais n'oublions pas non plus de mentionner Søren « Bjergsen » Bjerg, de Team SoloMid.

An « Balls » Le : « Il est difficile d'évaluer le potentiel de l'Amérique du Nord, car beaucoup ne prennent pas le jeu aussi au sérieux qu'en Europe ou en Corée. Même en file solo, la moindre erreur est mise en avant. Là-bas, tout le monde veut gagner. »

- AN „BALLS“ LE

Par exemple, ils choisissent Tristana et Sivir comme tireurs. Leurs attributions sont différentes : généralement, on bâtit une équipe de protection autour de Tristana. Ainsi, Braum ou Alistar deviennent souvent des supports et Gragas, Jarvan IV ou Sejuani vont dans la jungle pour éloigner les adversaires de Tristana. Pour ce faire, le tireur doit toujours savoir où il est et ce qu'il fait. On peut construire une équipe autour de Sivir pour plusieurs raisons. Le cas le plus intéressant est celui d'une équipe disposant d'options d'ouvertures complètes. Team Impulse, par exemple, a joué une combinaison comprenant Irelia, Jarvan IV, LeBlanc et Thresh autour de Sivir pendant le segment printanier. Il s'agit de quatre champions ayant l'aptitude directe d'initier des combats, plus Sivir capable d'utiliser En chasse (R) pour fuir loin de la portée de la tourelle, échapper aux combats qui tournent mal ou parcourir les derniers mètres jusqu'aux adversaires.

Les supports, c'est autre chose. Vous verrez des tanks de support comme Alistar, Thresh ou Nautilus, mais aussi des supports fragiles comme Janna, Annie ou Karma. Alistar est un excellent exemple. Bora « YellOwStaR » Kim décrit Alistar précisément : « Le minotaure a les options parfaites pour soigner ses propres unités, pour absorber les dégâts lors des combats d'équipes ou les dégâts des tourelles et pour protéger le tireur sur sa voie en repoussant ses adversaires. Mais il est assez difficile à maîtriser, parce qu'il faut planifier beaucoup de choses à l'avance. » Parmi les supports plus fragiles, la préférence va à Janna. Elle est idéale pour protéger le tireur ou l'équipe contre plusieurs adversaires. À cet égard, sa compétence Mousson (R) est aussi parfaite que son Vent hurlant (A). De plus, elle est capable de conférer des boucliers avec Œil du cyclone (E), mais également d'augmenter les dégâts du tireur.

3

Tels sont les champions. Et ensuite ?

Maintenant que nous avons discuté des champions et de la meta, voyons à quoi ressemblent les tactiques. Une tactique très populaire en Amérique du Nord est le changement de voie. Les voies du bas et du haut alternent généralement une fois pour conférer un avantage à certains coéquipiers s'ils remarquent qu'il est difficile d'affronter un champion ennemi. Cela donne aussi un atout au tireur. Bien sûr, il faut choisir un champion adéquat, capable de s'opposer aux autres joueurs, parce qu'il devra affronter deux adversaires, tout comme le toplaner ennemi. Mais ce changement de voie peut s'équilibrer très vite grâce à une extrême mobilité. Cette tactique est également très en vue en Europe.

Une autre stratégie tourne autour des combats d'équipes. De nombreuses équipes puissantes tentent de se refaire, lorsqu'elles ont des difficultés sur les voies, via les combats d'équipes. Beaucoup d'équipes bénéficient d'une bonne synergie dans la région, ce qui permet des combats d'équipes dynamiques. Ainsi, les difficultés sur les voies peuvent être contrebalancées. Team Liquid en offre un excellent exemple, préférant éliminer un seul champion juste avant le combat d'équipes pour accroître la pression par un 5 contre 4 et en profiter souvent pour abattre une tourelle en plus des ennemis.

En général, sur ce point, l'Amérique du Nord a grandement subi l'influence de la Corée. Cela est dû au fait que les entraîneurs de cette région sont très attentifs à ce qui se passe chez les Coréens, compte tenu de leur supériorité au cours des années écoulées. Certaines équipes, comme Team SoloMid, vont souvent en Corée du Sud pour s'y entraîner. Elles prennent en compte les PO et la composition d'équipe, mais présentent un style de jeu beaucoup plus passif que celui des joueurs coréens. Elles font attention à ce que tous les joueurs aient assez d'or. Les éliminations sont partagées et les objets divisés : à la fin, le midlaner, le jungler et le toplaner ont une réserve d'or comparable, le tireur étant légèrement devant et le support légèrement derrière. Mais au contraire de la Corée ou de l'Europe, elles ne se montrent pas agressives en début de partie. À tout prendre, les premières minutes sont calmes. Mais les choses s'accélèrent lorsque les combats d'équipes commencent. Bien sûr, il y a des exceptions et Cloud9 a proposé des tactiques étranges lors de la première semaine du segment printanier. Mais quelles chances les équipes nord-américaines ont-elles de vaincre au championnat du monde ?

L'Amérique du Nord et le monde

Malheureusement, les équipes de cette région n'ont obtenu qu'un seul résultat international à ce jour. Il s'agit de la troisième place de Team SoloMid au championnat du monde 2011. Au cours des années 2012, 2013 et 2014, aucune équipe nord-américaine n'a mis le pied sur le podium. En dépit de l'entraînement rigoureux des joueurs NA, ce sont Fnatic, Taipei Assassins, SK Telecom T1 et Samsung Galaxy White qui ont obtenu le trophée mondial. L'Europe, Taïwan et par deux fois la Corée du Sud ont obtenu la victoire.

Quand vous regardez les parties du dernier mondial, vous constatez que le jeu passif orienté « sustain » des équipes nord-américaines avait ses chances contre les équipes européennes. Ces dernières sont plus agressives et explorent plus profondément la jungle ennemie, mais sont plus statiques sur les voies. Contre les joueurs sud-coréens, beaucoup plus mobiles et agressifs, les joueurs nord-américains ont souvent des problèmes majeurs. La moindre erreur est sévèrement sanctionnée.

On trouve un bon exemple de lutte transatlantique dans les matchs entre Cloud9 et Alliance durant la phase de groupe du mondial 2014. Cloud9 a dominé la première partie, mais Alliance a tout donné dans la partie suivante et l'affrontement a terminé en sa faveur. Les deux régions ont une chance de gagner, mais l'Europe a un léger désavantage. Les parties contre l'Asie sont beaucoup plus tragiques. Un exemple s'est vu l'an dernier pendant le quart de finale de Team SoloMid contre Samsung Galaxy White. Samsung Galaxy White a prouvé par un score de 3-1 qui était au sommet. Samsung Galaxy Blue n'a pas été plus tendre avec Cloud9 pendant les quarts de finale. Le score final a été le même.

Un retour dans le championnat du monde ?

: « Pour le moment, j'ai le sentiment que CLG est une équipe qui marche, et je crois qu'on peut y arriver. On peut gagner le championnat du monde. »

- DARSHAN « ZIONSPARTAN » UPADHYAHA

Les équipes nord-américaines ont leurs chances et ont prouvé qu'elles pouvaient affronter n'importe qui. Bien qu'elles n'aient obtenu aucun succès majeur au cours des championnats du monde ou dans les tournois internationaux jusqu'ici, il ne faut pas les enterrer trop vite. Team SoloMid, Counter Logic Gaming et Cloud9 n'ont rien à perdre et donneront donc tout ce qu'elles pourront. Quelles que soient les conséquences, les joueurs essaieront d'honorer leur région et de prouver, au moins, que l'Amérique du Nord peut vaincre l'Europe. Certains, sur le vieux continent, comme Seung-Hoon « Huni » Heo, ont bien l'intention de briser cette ambition. Des semaines passionnantes nous attendent.