Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

Derrière la meta : Wildcard

Un aperçu des participants issus de Wildcard

Comme le veut la coutume, les gagnants du tournoi Wildcard ont été invités à participer au championnat du monde de League of Legends. Lors de cette compétition, sept équipes internationales divisées en deux tournois se sont battues pour tenter de se qualifier pour le mondial. Ainsi, les gagnants de chacun de ces deux groupes ont maintenant la chance de se mesurer aux géants tels que Fnatic et SKT T1.

Mais qui sont les joueurs de ces équipes, et à quoi ressemble leur style de jeu ?

1

Le tournoi International Wildcard au Chili

Le tournoi chilien de l'International Wildcard a commencé le 28 août et s'est conclu le 5 septembre. Ce groupe a vu l'affrontement de paiN Gaming (Brésil), Hard Random (Russie) et Kaos Latin Gamers (Chili). Ces trois équipes avaient en effet terminé la saison en première position dans leurs pays respectifs, ce qui leur avait valu la qualification au tournoi Wildcard.

La victoire est finalement revenue à paiN Gaming. L'équipe a dominé la phase de groupe avec une victoire indiscutable, 4 à 0. La finale contre Kaos Latin Gamers s'est déroulée à peu près aussi bien, avec un 3 à 0 rondement mené.

Il suffisait de lire les fans de League of Legends sur Internet pour comprendre que la victoire de paiN Gaming était signée depuis longtemps, bien avant la finale, et que l'équipe avait déjà remporté les cœurs de beaucoup. Ils ont triomphé de leurs adversaires lors de la ligue brésilienne, le Circuito Brasileiro de League of Legends (CBLoL, pour faire court), et sont des stars dans leur pays. Il suffit de regarder les champions sélectionnés et bannis lors de leurs parties pour comprendre ce que ciblent les équipes adverses. Il s'agit soit du midlaner Gabriel « Kami » Santos, qu'on empêche de jouer Azir ou LeBlanc, ou du tireur Felipe « brTT » Gonçalves, qui voit souvent sa Kalista d'amour se faire bannir rapidement. En fait, le Brésil n'est pas sans rappeler l'Europe en termes de meta : les champions qui peuvent infliger actuellement le plus de dégâts (Azir, Viktor, Kalista ou Sivir par exemple) sont très populaires et marchent très bien avec des champions qui se consacrent à l'ouverture des hostilités (tels que Sejuani, Gragas, Rek'Sai ou même Alistar). En ce moment, la Faille est dominée par les gros tanks, et ceux-ci figurent au sommet de la liste des priorités de paiN Gaming.

La victoire par la vitesse et le contrôle

On retrouve assez souvent Alistar et Sivir sur la voie du bas chez paiN Gaming. Une configuration que l'on retrouve également fréquemment dans les ligues européenne et américaine. L'ultime de Sivir, En chasse, donne un surplus de mobilité à toute l'équipe pendant un court instant, ce qui est excellent pour provoquer le combat ou le fuir si ça se passe mal. Comme Alistar peut utiliser Coup de tête et Atomisation à la suite pour regrouper les ennemis, la voie est libre pour triompher du combat d'équipes. Quand paiN Gaming utilise ces deux champions, la présence de Sejuani dans la jungle est un prérequis. Son ultime, Prison de glace, s'accorde très bien à cette configuration de la voie du bas, car il empêche l'ennemi de fuir. En cas de situation précaire, notamment, Alistar et Sejuani ont suffisamment d'endurance et de compétences à leur disposition pour tenir leur tireuse à distance de l'ennemi et contrôler les mouvements de ce dernier.

2

Cette façon de procéder est néanmoins déjà populaire dans le reste du monde. Pas juste la configuration de la voie du bas, mais aussi la présence des tanks dans la jungle, Sejuani et Jarvan IV notamment. Cette meta composée de colosses irréductibles offre beaucoup de sécurité et la possibilité d'infliger de très gros dégâts. En ce sens, Sivir, Kog'Maw ou Viktor et Azir ont plus d'un tour dans leur sac pour dominer leurs adversaires. C'est justement avec cette composition d'équipe que paiN Gaming a réussi à triompher de ses concurrents. Le tireur brTT a brillé en détruisant aisément ses adversaires avec des champions tels que Kog'Maw et Jinx tout au long du tournoi Wildcard. S'il est au meilleur de sa forme pendant le mondial et si ses équipiers font bloc derrière lui, l'équipe continuera sur sa montée.

3

Les titans thaïlandais sur la voie de la victoire

Le tournoi turc de l'International Wildcard a commencé le 26 août et s'est conclu par la victoire des Bangkok Titans lors d'une finale contre The Chiefs eSports Club. Après une phrase de groupe plutôt encourageante, les Titans ne sont arrivés que deuxièmes de leur groupe, avec 3 victoires et 3 défaites. Mais en fin de compte, ils ont réussi à vaincre leur adversaire australien 3-1 et à se qualifier pour le mondial. Garder son sang-froid, ça a du bon !

Fondés en 2012, les Bangkok Titans ont participé activement à la GPL, la Garena Premier League, en Asie. Mais au départ, ils étaient clairement en retrait et faisaient montre de piètres performances lors des tournois. Les changements de joueurs au sein de l'équipe étaient regardés avec scepticisme par le milieu compétitif. Cette année, ils ont finalement trouvé leur style de jeu et leur composition idéale, ce qui leur a permis de triompher dans la GPL. Ils ont finalement vaincu leur adversaire et ont obtenu leur place pour le tournoi Wildcard. Les critiques se sont tues.

La composition de l'équipe est la suivante : Pawat « WarL0cK » Ampaporn sur la voie du haut, Chayut « 007x » Suebka dans la jungle, Nuttapong « G4 » Menkasikan sur la voie centrale, Juckkirsts « Lloyd » Kongubon comme carry AD et Sorawat « Moss » Boonphrom en support.

Lors des dernières parties, le carry AD « Lloyd » était la star de l'équipe, ayant pu démontrer ses mécaniques avec Sivir et Lucian et menant ainsi les siens à la victoire. Pas étonnant donc que ses champions préférés, Sivir et Kalista les premiers, soient souvent bannis. Mais il n'était pas le seul à attirer l'attention, et ses coéquipiers ont eux aussi su faire la démonstration de leur talent.

Le pouvoir du sort d'invocateur double

G4, le midlaner, est également notable. Il a d'abord attiré l'attention avec ses sélections inhabituelles, par exemple Irelia, mais lors de la finale de l'International Wildcard, il a brillé par son choix de sort d'invocateur. Pendant deux des quatre parties, il a choisi Yasuo avec le sort Fatigue. Comme le support Moss a pris le même sort, le duo a pu réduire considérablement la puissance de leurs adversaires, et donc réduire les dégâts subis.

Cette tactique leur a garanti plusieurs victoires, et ce à plusieurs reprises. Aux LCS EU, Fatigue est également populaire sur la voie centrale afin de garantir le contrôle du champion adverse. C'est un sort d'invocateur très efficace avec Yasuo notamment, car il s'agit d'un combattant de mêlée et ce sort l'aide à utiliser son ultime pour éliminer son ennemi.

Mais ce n'est pas la seule combinaison proposée par les Titans. Ils utilisaient également Téléportation sur la voie centrale. Lorsqu'il a incarné Diana lors du match contre les Chiefs, G4 a réussi à renverser la tendance plusieurs fois. Lui et le toplaner WarL0cK harcelaient en effet l'adversaire en utilisant Téléportation, ce qui leur a rapporté quelques kills. Par rapport aux autres équipes internationales, Embrasement se fait moins populaire en Thaïlande, et la tactique du sort d'invocateur double est de plus en plus présente sur la Faille. Cela offre bien plus de contrôle sur l'ennemi et de mobilité. Mais sans Embrasement, la pression infligée est moindre sur les voies. La tactique du sort d'invocateur double a donc des avantages et des inconvénients, mais les Titans ont réussi à la parfaire, et donc à gagner.

4

Les outsiders remporteront-ils le mondial ?

Tous les espoirs de la Thaïlande et de la GPL reposent actuellement sur les Bangkok Titans. Leur qualification pour le mondial leur a donné beaucoup de confiance et a prouvé à leurs adversaires qu'ils pouvaient aller loin. Mais les vainqueurs du tournoi chilien, paiN Gaming, ont tout autant la possibilité de gagner le mondial. Seront-ils victorieux ? Les chances sont faibles. Ils ont certes le savoir et les capacités pour cela, mais aucun vainqueur du tournoi Wildcard n'a jamais réussi à atteindre le podium. Il demeure encore un fossé entre les équipes de ces régions et les géants de Corée, de Chine et d'Europe. Mais il ne faut jamais dire jamais, car ces équipes ont prouvé ce dont elles étaient capables. Leurs styles de jeu se ressemblent beaucoup et leurs champions choisis et bannis correspondent en partie. Bien sûr, tout dépendra du comportement de l'équipe et de sa capacité à s'adapter pendant le tournoi.

Qui deviendra champion du monde ? Quelles sont les chances des équipes Wildcard ? Dites-nous ce que vous en pensez !