Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
CHALLENGE FRANCE

Karma éblouissante durant le Challenge France !

Pendant le Challenge France 2016, les 6 meilleures équipes françaises se sont disputées bec et ongles les deux places en finale, offrant aux nombreux spectateurs un niveau de jeu de plus en plus élevé de semaine en semaine. Avant de connaître le dénouement de cette édition et de vibrer devant le choc entre Millenium et LDLC au Toulouse Game Show ce samedi 26 novembre, intéressons-nous au champion le plus invoqué de la compétition.

Sans trop de surprise, Karma est celle qui a le plus attiré l’attention des joueurs. Jouée au poste de support, elle n’avait pas atteint le statut de menace impossible à contrer qui lui aurait attiré les foudres de bannissements systématiques, tout en étant suffisamment intéressante pour être choisie dans 29 des 46 parties disputées. Également bannie à 14 reprises, la sagesse incarnée était à deux doigts de l’omniprésence dans ce Challenge France qui se joue sur le patch 6.21, ayant été contestée dans 43 rencontres sur 46.

 

Longtemps oubliée, Karma où t’es ?

Karma a – presque – toujours été dans le paysage de League of Legends. Nombreux sont les invocateurs qui n’ont pas connu son arrivée puisqu’elle remonte au 1er février 2011. Pas de quoi nous rajeunir. Karma fait donc partie des meubles.  Elle a traversé de nombreuses tempêtes sur la Faille de l’invocateur et a vu arriver de nombreux congénères. Mais contrairement à des vétérans comme Ashe ou Ezreal, elle n’a pas immédiatement connu le succès. Loin de là.

À l’instar de champions comme Evelynn ou Poppy, Karma a peiné à attirer l’attention des invocateurs et encore aujourd’hui, elle souffrait toujours de son impopularité et peinait à trouver sa place. Le Russe Danil « Diamondprox » Reshetnikov avait alors surpris tout le monde en lui donnant sa chance en compétition… dans la jungle ! Un choix exotique qui a permis à ce champion peu populaire à l’époque d’attirer la lumière des projecteurs, ce qui lui a valu quelques apparitions sur la voie du haut et du milieu avant d’être enfin choisie en tant que support à la fin de l’année, le poste auquel elle est le plus populaire aujourd’hui.

Une versatilité couronnée de succès

Si aujourd’hui Karma est très populaire et a reçu l’attention des joueurs du Challenge France, c’est qu’elle remplit plusieurs rôles. Sa compétence Flamme intérieure (A) est l’arme parfaite pour harceler ses adversaires. Les dégâts sont élevés pour un coût assez faible qui en permet une utilisation régulière sans concession. Étant donné que les dégâts s’appliquent en zone, c’est une arme parfaite sur une voie qui se joue en 2 contre 2. La combinaison avec la compétence ultime Mantra (qui renforce la prochaine compétence de Karma) permet de gêner les adversaires dans leurs déplacements avec le ralentissement et la zone explosive peut les dissuader d’avancer ou les empêcher de battre en retraite.

Le but premier du support est d’assister le tireur qui l’accompagne sur sa voie. Or quoi de mieux pour ce faire qu’une compétence qui offre à la fois protection et mobilité ? Exaltation (E) remplit à merveille ces deux aspects et de façon encore plus efficace quand la compétence est renforcée par Mantra (R) étant donné que les effets sont appliqués à tous les alliés proches. Jusqu’à 5 champions alliés peuvent donc profiter d’un bouclier bien fourni et de vitesse de déplacement très généreusement augmentée. L’impact d’un tel effet est difficile à chiffrer, mais l’utilisation compétitive passée couplée aux nerfs et suppression d’objets comme la Songe de Sherulya, le Talisman de l’ascension et la Gloire du juste témoignent l’intérêt d’un tel effet.

Dernier atout du kit de Karma, Volonté concentrée (Z) qui lui offre une immobilisation facile à utiliser car compétence ciblée. Si renforcée par l’ulti, ce sort offre également un soin ! Que demande le peuple ? Bon, il est vrai que le soin est personnel et rarement utilisé au poste de support, il ne faut pas non plus exagérer !

competence karma

Somme toute, Karma est un champion complet, qui semble conçu pour remplir le rôle de support. Mais la conjoncture est également à son avantage. Depuis le patch 6.15, l’échange de voies a totalement disparu, rendant les 2 contre 2 inévitables sur la voie du bas, situation qui profite aux mages comme Karma qui peuvent mettre de la pression, alors que des champions très résistants aux nombreux contrôles de foule comme Alistar et Braum étaient plus souvent sollicités quand il était courant de naviguer sur toute la carte très tôt dans la partie et de plonger sous les tourelles.

Karma profite également très bien des différents changements de maîtrise et d’objets, qui ont vu récemment apparaître une nouvelle caractéristique : l’augmentation de l’efficacité des boucliers ! Parfait pour proposer un bouclier très garni sans avoir à acheter de puissance et donc sans se détourner des objets classiques de support. Sur un champion capable de donner des boucliers à plusieurs alliés très régulièrement, l’apport est considérable.

La démonstration du Challenge France

Le deuxième champion le plus populaire au poste de support lors de ce Challenge France est Nami, avec 28 apparitions en 46 parties, soit une seule de moins que Karma, mais bien moins de présence globale car beaucoup moins bannie. Le troisième à rejoindre le podium est Zyra, choisie 16 fois.

top 3

Nami et Zyra sont deux champions sensiblement différents. Nami est un support au sens littéral. Un champion qui peut soigner et booster son carry AD tout en disposant de sorts d’entrave, ce qui se traduit par une faible participation aux dégâts de son équipe (11,5%). Zyra en est aux antipodes. D’abord destinée à être jouée en tant que mage au mid, elle a ensuite bifurquée au poste de support. Aucune de ses compétences ne peut directement assister son carry AD. Tout est dans ses dégâts de base très élevés et la pression qu’elle arrive à mettre avec ses plantes et donc à retirer de son coéquipier. Dans les faits, Zyra a infligé une moyenne de 18,5% des dégâts de son équipe, soit une part bien plus grande que celle de Nami.

Or Karma est exactement entre ces deux champions avec 15% des dégâts de son équipe, preuve qu’elle est l’incarnation du juste milieu. Mais les confirmations statistiques continuent. Zyra avait tendance à tuer plus de sbires : 36,1 en moyenne par partie contre 17,5 pour Nami, ce qui lui a permis d’engendrer davantage de PO : 10 886 en moyenne, contre 9603 pour l’Aquamancienne. Karma compte une moyenne de 24,9 sbires tuées et de 10 174 PO par partie. Pile au milieu.

La seule équipe à ne pas avoir accordé sa confiance à Karma est E-Corp Glorious. Les autres formations l’ont toutes jouée, mais force est de constater une différence flagrante entre les deux finalistes. LDLC a beaucoup misé sur Karma puisque son support Amaury « Moopz » Minguerche l’a jouée 8 fois et a connu beaucoup de succès, remportant 6 parties, tandis que Aleksi « H1IVA » Kaikkonen, joueur chez Millenium n’en a pas du tout fait sa priorité, ne la sélectionnant qu’à 2 reprises pour 50% de victoire.

Quoi qu’il en soit, ce champion discret a été une arme décisive pendant ce tournoi et compte à l’aube de la finale un KDA de 3,9, surclassant légèrement Nami et son 3,5 mais écrasant largement le 1,4 obtenu par Zyra. Si elle n’aura pas réussi de la même façon à toutes les équipes, elle termine tout de même avec 55,2% de victoire.

Et vous, suivez-vous Moopz dans la Karma-mania ou préférez-vous d’autres supports comme H1IVA ?