Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
msi

Des petits nouveaux à Shanghai : l'ascension fulgurante de G2 en Europe

Tandis que le segment printanier approche de la fin et que les champions reçoivent leur couronne, les fans de League of Legends se préparent au prochain défi. Ce prochain défi, c'est le Mid-Season Invitational 2016, qui décidera quelle est la meilleure région du monde. Les meilleures équipes d'Amérique du Nord, d'Europe, de Corée, de Chine et des LMS, ainsi que le vainqueur de l'International Wild Card Invitational 2016, s'affronteront pour cela à Shanghai. Maintenant que l'Europe a son champion, jetons un coup d'œil plus attentif à l'équipe qui représentera l'Europe sur la scène internationale : G2 Esports.

Changer a du bon

Au début du segment printanier, l'Europe sort d'une grande période de troubles. De nombreuses légendes d'Europe (dont Huni, Reignover, Froggen, Svenskeren...) sont parties en Amérique du Nord. De nouveaux visages sont apparus sur la scène européenne : les serpents de Splyce, les abeilles de Vitality et la prometteuse équipe de Gamers2. Même les noms familiers ont connu des bouleversements. L'une des rares équipes à avoir tenu bon dans cette vague de changements est Origen, demi-finaliste du championnat du monde, tout en ajoutant un 6e homme à son effectif avec PowerOfEvil sur la voie du milieu.

Quand le segment a commencé, tout le monde pensait donc logiquement qu'Origen s'imposerait. Mais il se passe toujours quelque chose en Europe : OG a manqué d'énergie, les nouveaux membres de Fnatic n'ont pas su remplacer les anciens champions et les équipes comme Elements, dont on prédisait qu'elles resteraient dans les profondeurs, ont su arracher des victoires aux adversaires de haut rang.

Au cours de ce segment, le plus agité de l'histoire européenne, impossible de dire qui allait émerger vainqueur. Six équipes se sont qualifiées pour les play-offs et toutes les six pouvaient légitimement prétendre au titre. Serait-ce la jeune et insolente équipe G2 ? La nouvelle équipe Fnatic allait-elle retrouver le chemin de la victoire ? H2K et Vitality avaient toutes deux de bons joueurs et le potentiel de vaincre. Tous les fans européens savaient qu'on ne peut jamais exclure Unicorns et qu'Origen offre toujours ses meilleures performances quand elle est acculée.

Les six équipes se sont jetées dans la mêlée, mais une seule pouvait espérer décrocher le titre de champion d'Europe. Au bout du compte, le duel s'est joué entre la vieille garde d'Origen et les nouveaux talents de G2. Les pronostics favorisaient nettement Origen, mais G2 n'avait aucune envie de laisser passer sa chance : l'équipe des vétérans dut finalement s'incliner sur le score de 3-1.

G2

La route des sommets

G2 Esports a réussi une remarquable première saison. L'équipe a dû se frayer une place via le tournoi de promotion pour pouvoir accéder aux LCS EU, renversant au passage les briscards de SK Gaming. Toutes les nouvelles équipes doivent affronter les doutes et les questionnements, mais G2 a subi plus que sa part de critiques avant d'avoir eu une chance de jouer. On n'a eu que trop tendance à juger hâtivement l'équipe de jeunes joueurs sur la réputation de son président et fondateur, ocelote (l'ancien et flamboyant mid-laner de SK Gaming). L'équipe a, de fait, rassemblé cinq joueurs performants qui sont parvenus à faire leurs preuves du tournoi de promotion jusqu'aux LCS :

TOP-LANER : Mateusz « Kikis » Szkudlarek

JUNGLER : Kim « Trick » Kang Yoon

MID-LANER : Luka « Perkz » Perkovic

CARRY AD : Kim « Emperor » Jin-hyun

SUPPORT : Glenn « Hybrid » Doornenbal

Les sceptiques se demandaient par ailleurs si Kikis pouvait réussir sur la voie du haut, vu que sa réputation au sein des Unicorns of Love tenait à ses talents dans la jungle. G2 a refusé de se laisser intimider par les doutes : les joueurs se sont installés dans leur première gaming house et se sont mis au travail.

Rapidement, ils ont su gagner une nouvelle réputation, celle d'une équipe inébranlable à l'incontestable talent. Avec l'exode des experts européens de la voie du milieu, le débutant Perkz a une succession difficile à assumer, mais il a commencé à faire brillamment ses preuves avec Ahri, Zed et Lissandra tout au long de l'année. Le reste de l'équipe est moins jeune : Emperor jouait depuis 2014 en Corée et en Amérique du Nord, Kikis a aidé Unicorns à monter jusqu'en finale des LCS, Hybrid n'est pas étranger au circuit Challenger et Trick a été remplaçant dans l'équipe coréenne CJ Entus.

Aucun de ces joueurs ne s'est distingué personnellement, mais leur travail d'équipe a forcé les spectateurs à s'intéresser à eux. Ils ont obtenu un score convaincant de 15-3 pendant le segment printanier et leur persévérance ainsi que leurs résultats leur ont gagné de nombreux fans. Ils ont même su innover au cours de la saison (Rumble dans la jungle, si vous voyez ce que je veux dire).

G2

Pas question d'arrêter

La montée en puissance de G2 ne fait que commencer ; observons de plus près l'équipe européenne qui affrontera les autres régions du monde.

Les forces, tout d'abord : Perkz est un mid-laner plein de confiance en lui. Ce jeune de 17 ans n'aime rien tant que les personnages capables de jouer un rôle important dans les parties, comme LeBlanc et Zed, et il semble immunisé contre le trac. Certains débutants s'effondrent sous la pression ; Perkz, lors de la 4e manche de la finale des LCS EU, a réussi à transformer un 0-3 initial avec Zed en un incroyable 7-3 en fin de partie, ce qui a contribué à la première victoire de son équipe en championnat.

Trick est un autre membre de G2 qui maîtrise bien les mécaniques du jeu, ce qui lui a valu le titre de MVP en Europe (grâce notamment à ses prouesses avec des junglers carrys comme Kindred et Graves). Il a grandement contribué au succès de G2 pendant le segment du printemps grâce à son agressivité en début de partie et à son contrôle des objectifs. La synergie du style de Perkz et du jeu de G2 sur la voie du milieu et dans la jungle permet à l'équipe de contrôler la partie.

La voie du bas ne manque pas d'expérience : Emperor est un vétéran qui a joué dans de multiples régions depuis 2014 et Hybrid montre à ses côtés des qualités de support (même s'il empoche un peu trop d'éliminations pour lui-même).

Mais n'oublions pas la pierre de touche de l'équipe : l'ancien jungler et aujourd'hui top-laner, Kikis. Kikis est très à l'aise dans la meta des tanks, il est capable d'encaisser et de créer les conditions dont les carrys de G2 ont besoin pour se déchaîner. En particulier, l'Ekko tank de Kikis n'a jamais cessé d'exaspérer Origen, infligeant des dégâts significatifs tout en mettant la pression massivement sur sa voie. Kikis a aussi emmagasiné de l'expérience à la dure école lorsqu'il jouait pour Unicorns, ce qui fait de lui le chef incontesté de la jeune équipe.

Cela dit, G2 aura des obstacles à franchir au MSI. Sa voie du bas peut souffrir en début de partie, malgré un vrai talent dans les combats d'équipes. Si son carry AD est neutralisé trop tôt, cela limite sa capacité à infliger des dégâts en fin de partie. Quelquefois, son style de jeu agressif peut mener le duo trop loin, offrant des occasions à l'ennemi. Si l'équipe parvient à protéger sa voie du bas pour la laisser monter en puissance, et si Kikis est capable de jouer son jeu tanky, G2 pourrait bien révéler tout son talent dans le chaudron des sorcières de Shanghai.

G2

Vers le prochain combat

G2 a réussi un exploit lors de son premier segment, mais l'épreuve véritable est encore à venir. Après avoir dominé l'Europe, l'équipe va devoir affronter les meilleures équipes du monde sur la scène internationale. Tout adversaire qui les sous-estimerait au MSI risque une déplaisante surprise : vous n'avez qu'à demander à Origen si la jeune équipe est avide ou non de victoire. G2 pourrait bien entrer dans l'histoire pour avoir non seulement gagné son premier segment des LCS mais également pour avoir hissé l'Europe au sommet pendant son premier Mid-Season Invitational.