Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
msi

La culture League of Legends en Chine

Avec l'arrivée imminente du Mid-Season Invitational du 4 au 15 mai prochain, il est indispensable de jeter un œil sur la destination qui accueillera, pour la seconde fois, un tournoi international de League of Legends.

Après les All Star de Shanghai en 2013, les meilleures équipes internationales arrivent une fois de plus dans la mégalopole chinoise. Beaucoup savent déjà qu'en Chine, League of Legends occupe une place importante dans la vie de la population mais, surtout, que le jeu possède une image à part entière qui la différencie de partout ailleurs.

MSI COVER

Une organisation totalement inédite

Dans sa structure même, le jeu League of Legends et ses serveurs varient quelque peu de ce que nous connaissons en Europe. Le serveur chinois est divisé en vingt-sept serveurs pouvant regrouper jusqu'à 650 000 joueurs chacun. Ces différentes plates-formes appartiennent aux grands dirigeants chinois en télécommunication, China Netcom et China Telecom. Les serveurs sont connus des joueurs et portent des noms liés à l'univers du jeu comme « Ionia » ou encore « Piltover Police ».

Serveurs chinois

Les joueurs ont le choix de rejoindre différents serveurs

De la même manière que la plupart des jeux, certains serveurs sont réputés pour accueillir des joueurs d'un niveau plus ou moins haut sans pour autant qu'une étape de sélection existe. Les serveurs sont aussi classés par nombre, en fonction de leur création. Les serveurs les plus anciens ont les nombres les plus petits et sont généralement les plus compétitifs, car ils hébergent des joueurs présents depuis très longtemps. Le client même du jeu était jusqu'à récemment assez différent de celui que vous connaissez, une interface bien particulière dans laquelle les joueurs choisissent leur serveur avant de s'embarquer dans la Faille de l'invocateur.

En raison d'une censure importante pour les jeux vidéo en Chine, League of Legends a dû retirer toutes effusions de sang et apparitions de squelettes de la version chinoise du jeu. Ainsi, pour l'illustration de Karthus par exemple, nous retrouvons le faucheur de l'ombre autrement vêtu, sans la moindre trace d'ossements visibles. De la même manière, certaines illustrations de Sion et Hecarim ont eux aussi eu droit à un petit relooking, afin de convenir au mieux aux normes imposées par la censure chinoise. Et si lors des prochains patchs, toutes les illustrations de champions seront mises à jour afin d’avoir les mêmes graphismes entre les serveurs, pendant longtemps c'était loin d'être le cas.

 

Karthus

L'illustration de Karthus conforme à la censure

Un style bien différent du nôtre

Concernant les champions maintenant, ici aussi nous trouvons quelques différences par rapport à nos serveurs européens. En Chine, le prix d'un champion varie en fonction de sa popularité et non en fonction de son ancienneté comme c'est le cas en Europe. Ainsi, vous serez surpris de savoir que Teemo, est l'un des champions les plus chers du jeu, ne coutant pas moins de 6300 points d'influence... de quoi vous aider à apprécier davantage le champion ! Il n'est pas rare de trouver Garen ou encore Annie parmi les champions les plus coûteux, bien qu'ils soient présents depuis les débuts du jeu.

Côté popularité, ici aussi, les choix en jeu varient beaucoup. Les joueurs chinois n'aiment pas les champions passifs et il est très commun de croiser Lee Sin sur toutes les voies de la Faille et à un niveau de jeu élevé, le Moine aveugle est présent dans la plupart des parties. Sur la voie du milieu, l’objet « Voleur d'âmes Mejai » est aussi en vogue, et de la même manière qu'en compétition, les joueurs chinois favorisent les agressions très tôt dans la partie et il faut s'attendre à voir couler du sang avant même l'apparition des sbires.

Lee Sin

Lee Sin est l'un des champions les plus utilisés en Chine

Outre l'utilisation des différents champions, ceux-ci possèdent en Chine des noms totalement différents et souvent plus longs que ceux que l'on connaît. Jarvan IV s'appellera donc « Jarvan, prince de Demacia », Gragas porte le nom de « Tonneau d'alcool », Xerath se fait appeler « Shaman » et accrochez-vous bien, en Chine, Lucian est connu sous le nom d'Obama !

 

Une place dans le quotidien

Il n'est pas surprenant de se balader dans certaines villes chinoises et croiser divers restaurants qui offrent des réductions aux joueurs de League of Legends. C'était d'ailleurs le cas du « King Sushi Buffet » qui a offert pendant un mois, une remise aux joueurs placés dans les meilleures ligues. De cette manière, vous receviez une réduction de 30% si vous étiez au rang Diamant, et un repas intégralement offert aux joueurs Challengers ! Dans la ville de Chongqing, c'est carrément un restaurant du nom de Demacia qui a ouvert ses portes il y a quelques années. Au menu, un staff de cosplayers pour vous servir, et une carte aux couleurs du jeu avec des plats nommés selon les champions.

Restaurant

Un restaurant offrait une réduction aux joueurs les mieux gradés

Quand le jeu se rapproche de la culture

League of Legends se rapproche parfois beaucoup de la culture chinoise. Avant d'être un champion dans la Faille de l'invocateur, le marquis Zhao Xin était un général chinois ayant vécu durant la dynastie de Xiongnu en 123 avant notre ère. Le roi des singes quant à lui porte très bien son nom puisqu'il est directement issu de la littérature chinoise, originairement appelé « Sun Wukong », il s'agit d'un héros tout droit sorti de romans sacrés. Pour finir, il est utile de mentionner le tout dernier champion apparu en jeu, Aurelion Sol, dont l'esthétique est directement tirée de la mythologie des dragons asiatiques.

Il est possible que d'ici quelques années, League of Legends prenne une part plus importante au sein de la pop-culture en France, mais pour le moment, la Chine semble avoir un temps d'avance. Bien que le jeu s'uniformise de plus en plus, son impact dans la culture moderne reste conséquent et la Chine présentera certainement davantage de contributions à League of Legends avec l'arrivée prochaine du MSI !