Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

La dernière marche !

Ce weekend les League of Legends Championship Series posent leurs valises à Rotterdam et Las Vegas pour les finales du segment de printemps. De part et d'autre de l'Atlantique, il ne reste que deux matchs au meilleur des cinq manches pour déterminer le podium et finir ce segment de printemps. Au-delà de l'argent ou même du titre, l'enjeu c'est aussi d'accumuler des points en vue des championnats du monde.

Dimanche 17 avril, jour de la grande finale du segment, c'est l'Europe qui ouvre les hostilités avec G2 Esports contre Origen à partir de 17h.

Header1

G2 Esports, machine à gagner ?

Nous le disions la semaine dernière, G2 Esports, les petits nouveaux des LCS EU sont en mission pour montrer leur valeur au grand public. Face à Fnatic, ils ont prouvé avec la manière qu'ils ne sont pas une équipe unidimensionnelle et qu'ils ont ce qu'il faut dans le ventre pour survivre à l'épreuve des séries de matchs. Ils ont en effet remporté leur demi-finale trois manches à une, conformément aux prédictions de leur entraîneur Joey « YoungBuck » Steltenpool. À présent confortablement installés dans la peau des favoris, ils ne sont plus qu'à une marche de réaliser la conquête d'un titre de champion dès leur premier segment des LCS, exploit jamais réalisé en Europe – en dehors du tout premier segment de l'histoire, évidemment – et ce après avoir dominé la saison régulière pratiquement d'un bout à l'autre.

Perkz - EU LCS - Analyst Desk

Aussi à l'aise en plateau que sur la faille, PerkZ peut-il devenir champion quelques mois à peine après avoir découvert le plus haut niveau ?

Pour cela, ils vont une fois de plus s'appuyer sur leurs éléments clés, leur jungle et leur voie du milieu. Tous deux nouveaux en LCS, le feu-follet coréen Kim « Trick » Gang-yun et le prodige croate – et « rookie du split » - Luka « PerkZ » Perković portent à bout de bras leur équipe depuis le début de la saison. Tous deux mobiles et agressifs, ils ont développé au fil des matchs une synergie redoutable, qui leur permet d'assurer les objectifs avec une grande régularité, soutenus par un support et un toplaner au rôle utilitaire assumé. Pendant ce temps le carry AD de l'équipe, le vétéran Kim « Emperor » Jin-hyun, accumule les sbires tués sur les voies de côté et acquiert ainsi une avance d'or suffisante pour briller dans les combats en équipe, malgré son positionnement souvent audacieux. La méthode est à présent rodée et ne se désagrège ni sous la pression, ni face à l’enchaînement des matchs, comme l'ont appris les joueurs de Fnatic à leurs dépens. Mais avant de soulever le trophée, il reste une dernière étape à franchir.

Origen, la force tranquille

Origen - EU LCS - Spring Split

Qualifiés en finale à la surprise quasi-générale, les joueurs d'Origen peuvent-ils viser encore plus haut ?

Et cette dernière étape c’est Origen ! Toujours aussi à l'aise dans la peau d'un challenger, l'équipe de Paul « sOAZ » Boyer arrive à Rotterdam sur les ailes d'une victoire trois manches à deux face aux favoris H2k-Gaming et se voient bien faire de même – ou même mieux – contre G2. Sans pression, les demi-finalistes des derniers championnats du monde s'imaginent bien soulever le trophée à la surprise générale, après une saison régulière en dents de scie. Ils peuvent compter sur une structure à six joueurs dont ils ont démontré l'efficacité en demi-finales. Tristan « PowerOfEvil » Schrage apporte une précision dans le jeu énorme et des mécaniques de très haut niveau, tandis que Enrique « xPeke » Cedeño Martínez, quoiqu'un peu rouillé dans ses enchaînements, a prouvé lors de la quatrième partie contre H2K qu'il apporte toujours à son équipe une sérénité et une direction générale du jeu bien appréciable. 

Mais encore plus que sa voie du milieu, ce sont les deux autres voies qui sont à surveiller chez Origen. Le français sOAZ tient sa voie du haut au fil des métas et des évolutions du jeu depuis six ans, sans jamais se départir de sa capacité à renverser une situation mal engagée. Souvent critiqué, parfois enterré à tort par le grand public ou les analystes, il est toujours là, toujours aussi innovateur, et il l'a encore prouvé avec brio lors des derniers matchs contre H2K. Il a su adopter la mode de l'Ekko tank top avec beaucoup plus d'aisance que son adversaire du jour et ça s'est vu.

Zven - EU LCS

Une bonne partie des espoirs de victoire d'Origen reposent sur Zven

Sur la voie du bas, ce sont deux joueurs bien plus jeunes qui se battent sous les couleurs de Origen, mais ils n'ont pas moins de talent pour autant, bien au contraire. Jesper « Zven » Svenningsen et Alfonso « mithy » Aguirre Rodriguez forment peut-être le meilleur duo d'Europe et s'ils parviennent à prendre de l'avance, il va être très difficile de les arrêter.

Au vu des vis-à-vis de ces trois joueurs, il est assez probable qu'Origen cherche à imposer des oppositions classiques sur les voies, tandis que G2 Esports devrait tenter de réussir des swaps lanes et prendre l'avance au fur et à mesure des rotations. Dans tous les cas, l'affrontement entre deux structures aux styles bien différents s'annonce de haute volée.

El Clasico, version 2016

Il faut dire que cette finale revêt pour certains une saveur particulière. C'est la rencontre au sommet des équipes d'xPeke et de Carlos « ocelote » Rodríguez Santiago. Ces deux figures tutélaires de la voie du milieu européenne au cours des premières années de League of Legends se sont affrontées plus souvent qu'à leur tour en tant que joueurs. Ils ont écrit certaines des plus belles pages de l'histoire de cet e-sport. Les voir se retrouver à nouveau au plus haut niveau, cette fois en tant que propriétaires d'équipes, a donc forcément quelque chose de singulier. Lors de leurs belles années, c'est souvent xPeke qui a eu le rire final face à son compatriote. Le temps de la revanche d’ocelote est-il arrivé ? Dans tous les cas c'est une belle finale qui s'annonce et un vainqueur inédit qui sera couronné !

 

Header2

Fnatic et H2K, pour l'honneur

Deilor - EU LCS - Fnatic - Coach

Deilor peut-il offrir la troisième place des LCS EU à ses joueurs ?

D'ici là, samedi 16 avril à partir de 17h, les vaincus de la semaine dernière s'affrontent une dernière fois lors de la petite finale pour la troisième place. Pour les deux structures, il s'agit d'un échec, c'est certain. C'est la première fois depuis le début des LCS que Fnatic est absent des finales de la compétition ! L'équipe se doit donc d'arracher au moins cette troisième place, ne serait-ce que pour rattraper un peu un segment décevant. Mais H2K ne va pas se rendre sans convaincre. Très compétitive, très dominatrice au cours de la saison régulière, l'équipe n'est pourtant pas parvenue, une fois encore, à se hisser en finale. D'année en année, la structure semble condamnée à échouer aux portes de la consécration. Une victoire contre Fnatic – qui a l'habitude de les battre dans les moments importants – pourrait-elle être la clef pour passer cet été à un niveau supérieur ?

 

header 3

Liquid contre Immortals, l'affrontement surprise

Immortals - NA LCS - Spring Split

Les Immortals peuvent-ils retrouver le sourire en une semaine ?

Ce week-end, il n'y a bien entendu pas qu'en Europe que la fin du segment va se jouer. De l'autre côté de l'Atlantique, juste après le match entre Fnatic et H2K, c'est la troisième place des LCS NA qui sera décidée. Pour Team Liquid, l'enjeu est de taille : une victoire assurerait au grand public que la confiance des joueurs avant leur défaite la semaine dernière n'est pas si aberrante. Au passage, elle permettrait peut-être à la structure de se débarrasser enfin de sa réputation de toujours finir quatrième, quoiqu'il se passe ! La tâche s'annonce toutefois ardue face aux Immortals. Dominateurs et favoris au cours de la saison régulière, les premiers du classement ont lourdement chuté en demi-finale, victimes tant d'une mauvaise lecture de la méta que de leur inexpérience en tant qu'équipe dans les matchs à enjeux. Ils vont s'efforcer samedi de prouver que leur défaite sans appel n'a été qu'un accident de parcours.

 

 

header 4

TSM pour l'histoire

Accident ou pas, c'est bien Team SoloMid qui va jouer la grande finale des LCS NA dimanche soir. Bora « YellOwStaR » Kim en profite au passage pour devenir le premier joueur de l'histoire à se qualifier pour les finales des deux LCS. Un record de plus à ajouter à l'incroyable palmarès du français. Un record qui n'est au fond qu'anecdotique, face à la possibilité de devenir le premier joueur à remporter les LCS NA en tant que (multiple) vainqueur des LCS EU. Et champion en titre de ces dernières d'ailleurs, pour ne rien gâcher. Une possibilité difficile à imaginer il y a encore quelques semaines, mais le support vétéran et son équipe semblent enfin avoir trouvé la synergie qui leur a manqué toute la saison.

Counter Logic Gaming, la passe de deux ?

Darshan - Xmithie - CLG - NA LCS - Spring Split

Darshan et Xmithie, se voient bien se succéder à eux-même au sommet des LCS NA.

Une synergie que possède depuis un certain temps déjà CLG, ce qui leur a permis de finir la saison régulière à une confortable deuxième place et d'aborder leur deuxième finale consécutive – à chaque fois face à TSM – dans la peau du favori. Les champions en titre, malgré de nombreux changements, ont une réelle possibilité de conserver leur titre d'une saison sur l'autre, comme TSM ou Cloud9 l'ont fait avant eux. Face à la pléthore de stars internationales rassemblées par sa rivale historique, la structure de George « HotshotGG » Georgallidis a choisi de privilégier la cohésion et le jeu en équipe de joueurs en devenir encadrés par des vétérans travailleurs à défaut d'être brillants. Jusqu'à présent cette stratégie s'est révélée payante. Mais est-ce que cela va être suffisant contre des TSM qui se sont enfin trouvés au cours de l'après-saison ? La vérité, comme toujours, va venir de la faille. Il ne peut en rester qu'un ! (Techniquement, cinq, mais c'est moins classe vous ne trouvez pas ?)

 

D'ici là, n'hésitez pas à nous dire en commentaire ce que vous pensez des matchs de ce weekend !