Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
TRUCS & ASTUCES

La flexibilité, clé de la méta

Tous les joueurs pros l'affirment : une partie de League of Legends commence lors de la sélection des champions. Beaucoup de ce qui va se dérouler au sein de la Faille dépend donc de choix stratégiques et de brouillages de pistes. À ce titre, les flex picks sont une des clés de la méta actuelle. Être flexible, c'est tout un art, et Zac ne nous dira pas le contraire

Lors de la sélection des champions, on appelle un flex pick un champion qui peut aller sur plus d'une ligne et donc remplir plusieurs rôles. Concrètement, ça veut dire que l'équipe adverse (qui subit le flex pick) n'a aucune idée d'où va aller ce champion. Cette botte plus tellement secrète a donc bien des avantages, sur lesquelles nous allons nous pencher.

Zac, fan art par Silver's Propaganda

Zac, fan art par Silver's Propaganda

Semer le doute dans l'esprit des adversaires

Comme nous venons de le mentionner, faire le choix de flex pick c'est être certain que l'équipe adverse ne pourra pas avoir d'information sur la ligne choisie pour le champion en question. Nos adversaires vont donc douter; ils ne pourront pas réagir à ce choix de champion, en tous cas pas directement, et ne pourront en aucun cas être sûr d'avoir fait le bon choix de contre. Le doute semé dans l'esprit de l'équipe ennemie est donc une force avec laquelle on peut aisément jouer. En général, les flex picks sont utilisés pour induire en erreur l'équipe adverse, et les appâter vers un champion que l'on veut voir choisi en face. De cette manière, on peut mettre en place une stratégie décidée au préalable. Cela permet aussi, face à des champions avec lesquels on a du mal, de laisser croire aux adversaires qu'ils peuvent les jouer, alors que par la suite on va choisir un champion pour le contrer.

Le flex pick, c'est aussi l'assurance de verrouiller un champion efficace dans la méta, même si l'on a pas de stratégie particulière pour lui. Avouons-le, un champion capable de remplir les fonctions de deux ou trois postes différents avec efficacité mérite d'avoir sa place dans une composition. Un flex pick ne cache donc pas forcément une stratégie, il peut aussi être un moyen de bénéficier de la polyvalence d'un champion.

Nonchalant et polyvalent, Graves fait la loi dans la méta

Nonchalant et polyvalent, Graves fait la loi dans la méta

Temporiser une phase de draft

On arrive donc logiquement vers un autre avantage du flex pick : la temporisation. On peut tout à fait choisir un champion flexible dans l'optique de l'utiliser pour un poste spécifique, puis changer d'avis. Ainsi, on peut s'adapter plus facilement aux choix adverses, et réagir en conséquence. Si notre toplaner choisit Shen et que son vis-à-vis choisit un champion qui le contre facilement, alors il vaudra peut-être mieux pour notre équipe que Shen soit joué par le support. Cette versatilité lors de la sélection des champions est un atout indéniable : au lieu d'être en réaction face aux choix d'en face, notre composition s'adapte et épouse la forme inverse de la leur.

Cela autorise aussi, face à des adversaires contre lesquels on ne se sent pas à l'aise, de se donner le temps de mieux comprendre leur stratégie afin de se donner les moyens de réagir correctement. Verrouiller un flex pick, c'est se donner du répit en attendant un choix adverse qui ne laissera aucun doute.

« Ca ne peut pas mal se passer. Au pire, ça se passera comme d'habitude. Au mieux vous aurez un net avantage »

Lucas "Cabochard" Simon-Meslet

Etre flexible, ça se travaille

Tableau

Quelques exemples de champions qui peuvent jouer différents rôles

En effet, la souplesse, ça demande l'entraînement. N'est pas élastique comme Zac qui veut. Il faut profiter intelligemment des changements divers apportés par les patches successifs pour élargir le panel de champions que l'on est capable de jouer. Par exemple, si un toplaner est la plupart du temps habitué à jouer des champions solides, capables de tenir la toplane où de parcourir la jungle, les semaines passées ont su montrer que d'autres types de champions sont utiles à ce poste. Quinn et Graves en sont de parfaits exemples. Plus agressifs, plus mobiles et possédant un burst considérable, ces deux vétérans de la botlane ont maintenant leur mot à dire sur la partie haute de la carte. A l'instar de ces champions puissants, les toplaners sont désormais habitués à jouer des mages, comme Lissandra ou Ryze, permettant, en parallèle de la midlane, de fournir à l'équipe un surplus de dégâts souvent déterminant.

Certains des champions aux sorts utilitaires, longtemps cantonnés au soutien, font progressivement leur trou au top et parfois même en jungle. Il n'est ainsi pas rare de voir Morgana sur la ligne du haut, ainsi que Lulu, qui ne l'a finalement pas déserté si longtemps que ça, mais aussi Tahm Kench parfois. Tous les postes ont leur lot de flex picks. Si l'image habituelle que l'on se fait d'un flex pick concerne souvent un échange en jungle, top et support, les tireurs et les mages ne sont pas en reste et des champions comme Varus, Ezreal, Corki ou Jayce viendront confirmer la chose.

« En tant que joueur, et surtout joueur professionnel, être flexible fait partie du boulot »

Martin "Rekkles" Larsson

Savoir s'adapter, changer ses habitudes tout en restant cohérent avec le reste de son équipe, développer des stratégies innovantes et prendre psychologiquement le dessus sur son adversaire, voilà les enjeux de la sélection des champions. Un moment décisif qui décide quasiment de l'issue d'une partie avant que celle-ci n'ait commencé. Et vous, quels sont vos flex picks favoris ? Y'a-t-il des champions que vous jouez à plusieurs postes ?

ILLUSTRATION : Zac, fan art par Silver's Propaganda​