Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

La naissance des légendes : Smeb

Négligé pendant un temps, Smeb est un joueur essentiel chez les ROX Tigers et fait de cette équipe un prétendant légitime à la coupe de cette année. Après avoir failli de peu lors de la finale du Championnat du monde 2015, l'enjeu est évident. Smeb réussira-t-il à propulser son escouade au sommet de la scène compétitive de League of Legends et à la positionner comme l'une des meilleures équipes ? La naissance des légendes revient le 7 septembre.

Dans un univers parallèle, c'est le lièvre qui gagne la course. Confortablement assis sur son trône, il attend que la tortue passe la ligne d'arrivée. Dans cet univers, ce lièvre n'est autre Lee « Faker » Sang-hyeok. Song « Smeb » Kyung-ho, quant à lui, est la tortue.

Et nous vivons peut-être déjà dans cet univers. Bien que les deux puissent se targuer d'être parmi les meilleurs du monde, un seul peut brandir deux ceintures de Champion du monde. Un seul est le dieu indiscuté de League of Legends. Peu de joueurs, s'il y en a, forçaient autant le respect que Faker avant même de devenir professionnel. Il dépassait toutes les attentes et avait fait sensation dès ses débuts.

En comparaison, la course de Smeb vers le sommet est un disque rayé émaillé de revers : c'est l'une des ascensions les plus lentes. Avec son équipier actuel, Lee « Kuro » Seo-haeng, et Kim « Reignover » Ui-jin, des Immortals, ils faisaient partie du tristement célèbre groupe des « Incredible Failures », qui ramait au fin fond des LCK. Ils étaient en péril constant d'être renvoyés dans l'oubli. Rien ne les destinait à être des vedettes.

Smeb était même parfois cité comme le pire mid-laner de Corée. « À l'époque, ce n'était pas complètement faux », raconte-t-il.

smeb

La Corée est réputée pour produire les meilleurs joueurs du monde, mais même parmi ces élites, ce sont les top-laners vedettes qui se démarquent le plus de leurs homologues internationaux. Smeb était donc particulier, puisqu'il se distinguait d'eux en étant le plus mauvais. Et cela souligne aussi l'improbabilité de sa situation actuelle : un MVP en série de la saison régulière des LCK.

Sa chance a véritablement tourné quand les Tigers se sont formés, au début de la saison 2014. Ils rencontrèrent immédiatement le succès à domicile, mais ont toujours été contrecarrés par SKTelecom T1 aux moments les plus cruciaux. Lors de la finale du segment de printemps en 2015, leur défaite n'était pas vraiment une surprise. Malgré ses états de service, l'équipe était encore jeune. Ensuite, lors du Mondial, ils n'étaient même pas censés parvenir en finale.

Ces critiques leur servirent de motivation. Smeb consolida sa position comme l'un des meilleurs joueurs du monde en emmenant les Tigers jusqu'en finale. Mais ils n'oubliaient pas pour autant leur statut d'outsiders. « On s'est dit, même si on perd, c'est pas grave. On était considéré comme une équipe de seconde zone. Aucun de nos membres ne faisait partie du top 20 mondial », raconte Smeb. Alors lorsqu'ils se sont retrouvés aux côtés des SKT, à seulement quelques victoires de marquer l'histoire, ils étaient simplement ébahis.

Les Tigers ne sont pas habitués à cette scène, au contraire des SKT. Les SKT ont déjà plusieurs titres et se sont épanouis dans l'e-sport, mais pas les Tigers. Malgré leurs succès, ils sont déjà passés par quatre sponsors différents. Parfois, comme l'année dernière, Smeb et ses équipiers se demandaient comment ils allaient être financés alors même qu'ils entraient sur la Faille.

Mais ils s'amusaient ensemble de la situation du mieux qu'ils pouvaient. Comme le dit Smeb, il est important pour eux de conserver leur identité, celle d'une « équipe qui prend plaisir à jouer ».

smeb

« Dans l'équipe, je suis celui qui se la raconte. Je leur dis "je suis le meilleur". C'est le genre de trucs que je leur dis », dit-il. « Mais honnêtement, mes équipiers m'ignorent beaucoup. »

Ce sont surement les seuls au monde à l'ignorer à présent. Les Tigers seront parmi les favoris pour remporter la Coupe de l'invocateur lors du tournoi de cette année. C'est le genre de persévérance que l'on retrouve dans les anciennes fables. Ce je-ne-sais-quoi qui nous laisse encore croire en la tortue.

Mais comme le reste du monde, tous les yeux sont rivés sur le sommet. Pour une équipe qui a été la deuxième meilleure, voire parfois LA meilleure, ces deux dernières années, ils n'ont presque aucune reconnaissance. Ils ont été tellement dans l'ombre des SKT qu'ils pourraient en compter les battements de cœur. Alors il est peut-être temps désormais pour Smeb de sortir de cette ombre et de tourner fermement le dos à ses humble débuts.