Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Les français des LCS

Cette année, les Français sont bien présents sur la scène LCS européenne. Que ce soit des vétérans de la scène ou de nouveaux talents, les joueurs français s’illustrent parmi les meilleures équipes de la compétition et nous en mettent plein les yeux chaque semaine. Avec les changements d’équipes durant l’intersaison et l’arrivée de certains rookie cette année, quoi de mieux que ce début de segment pour faire le point sur ces joueurs qui font vibrer la France depuis les studios de Berlin !

Hans Sama : le jeune prodige 

 

Depuis près d’un an déjà, les Challenger Series sont sous les feux des projecteurs pour les nouveaux talents que le tournoi a apportés. L’exemple le plus marquant de la saison passée est Steven «Hans sama» Liv, qui a impressionné la communauté par ses prouesses mécaniques en tant que carry AD pour l’équipe Misfits. Le jeune joueur découvre League of Legends à onze ans et a gravi les divisions pour finalement atteindre le palier Challenger l’année de ses quatorze ans. Une performance assez incroyable compte tenu de la compétition pour atteindre ce grade tant convoité. Aujourd’hui, Hans sama a dix-sept ans et a rejoint Berlin pour sa première année aux LCS.

Durant ses premiers matchs, il a su prouver qu’il était à la hauteur et Misfits a fait un très bon départ dans la compétition. L’équipe compte pour l’instant quatre victoires pour une défaite et leur prochain défi sera contre G2 esports ce samedi ! Pour l’instant, Hans semble ne pas avoir tout à fait trouvé ses marques dans la Faille. Initialement connu comme étant le meilleur Draven du serveur EUW ou maniant à la perfection des champions tel que Lucian, il est contraint de se plier à ce qu'impose la méta et doit sortir de sa zone de confort.

« Je suis heureux de voir que mon placement s’améliore en combat d’équipe et que je joue de manière plus prudente. x) »

Steven « Hans sama » Liv
Sans Sama - KaKao - POE - Misfits

L'heure des réjouissances pour Hans sama après la première victoire de Misfits la semaine passée

En ce moment, les carrys AD misent essentiellement sur trois champions en compétitions : Jhin, Ashe et Varus, avec un gameplay bien plus axé sur l’utilitaire que l’agressivité. Forcément, le joueur a dû s’y contraindre, et faire évoluer son style de jeu autour de ça. Épaulé par Lee «IgNar» Dong-geun, Steven n’a rien à craindre, le joueur est «heureux d’apprendre de IgNar, son expérience en LCK est un énorme atout pour progresser en tant que carry AD». Ainsi, même si beaucoup ont trouvé le jeune Hans sama en dessous de ce qu’ils attendaient, le joueur est loin de démériter ici. Il représente seulement 12,8% des morts de son équipe et répond présent sur 40% de la prise du premier sang.

En termes de tenue de lane, il est plus que correct et reste dominant sur ses vis-à-vis. Il meurt peu et joue un rôle dans 80% des éliminations de son équipe, à l’image des meilleurs joueurs de la scène actuellement. En somme, Misfits ont montré qu’ils n’étaient pas là pour rigoler, et leur carry AD Hans sama possède largement de quoi évoluer pour figurer parmi les plus grands !

sOAZ : le vétéran

sOAZ - Amazing - Fnatic - week 1

Moment de réflexion pour sOAZ et son équipe entre deux matchs contre G2 Esports

Au fil des ans, Paul «sOAZ» Boyer est devenu une véritable légende. Avec quatre qualifications en championnat du monde et un triple titre de champion d’Europe, le toplaner emblématique français rempile cette année pour une quatrième saison de LCS ! Après avoir forgé les heures de gloires d’Origen durant la saison 2015, il a vécu les moments les plus sombres de la structure jusqu’à frôler les relégations l’an passé. Cette année, le joueur opère un retour aux sources et rejoint une nouvelle fois les rangs de Fnatic dans l’espoir de jours meilleurs. Avec un arrière-goût de 2015, la structure a procédé à un remaniement quasi-complet de son roster pour cette saison 2017. Le seul joueur ayant survécu au mercato Fnatic est Martin «Rekkles» Larsson et comme toute nouvelle composition, il faudra du temps avant de parvenir à une bonne cohésion d’équipe.

Pour l’instant, Fnatic n’ont eu qu’un seul adversaire et pas des moindres, en se frottant aux champions en titre G2 Esports. Malheureusement pour eux, Fnatic terminent sur une défaite de 2-1, mais n’ont cessé de progresser durant la rencontre. Les aventures de sOAZ sur la Faille n’ont pas été les plus heureuses, car les G2 n’ont cessé d’isoler le toplaner français en combat pour le cibler et l’éliminer. Malgré cela, sOAZ a réussi à infliger pas mal de dégâts, permettant par la suite à ses équipiers de faire le ménage ou tout simplement réduire les timings d’ouverture des G2.

Quand on se penche de plus près sur les statistiques du joueur, on constate qu’il est en dessous de ses vis-à-vis dans la région européenne et pour cause, les défaites contre G2 ont été difficiles et le joueur est mort relativement souvent (2,9 de KDA à l’issue de la première semaine). sOAZ n’a pas opté pour l’exotisme en termes de champions utilisés, en restant concentré sur les classiques Maokai et Shen, avec une mention honorable pour ses performances avec Nautilus. Si pour l’instant Fnatic n’est pas un haut de tableau, ils pourraient rapidement le devenir avec un atout comme sOAZ en poche. Le joueur peut jouer une grande variété de champions et saura sans doute s'adapter à son équipe. Contre Expect, la tenue de lane n’a pas été facile, mais Paul est un joueur d'expérience et ses prochaines rencontres contre Giants et Misfits pourraient dévoiler une facette oubliée du joueur. Avec l'expérience, il a appris à surprendre, et il ne serait pas étonnant de le voir à nouveau stupéfier le public en dominant ses adversaires ou avec ses fameuses techniques pour s’échapper en toute situation.

Vitality sous le signe de la baguette !

Cette année, Vitality se sont armés de trois talents français pour représenter leurs couleurs. On retrouve Lucas «Cabochard» Simon-Meslet sur la voie du haut, Charly «Djoko» Guillard qui l’assiste depuis la jungle, et Pierre «Steeelback» Medjaldi dont les compétences ne sont plus à prouver ! A eux trois, ils attisent la hype françaises et ont déjà conquis le cœur du public. Malgré un léger couac lors de leur première semaine, Vitality peuvent aisément rebondir avec l’entraînement adapté. L’équipe a montré de grosses faiblesses durant la phase de draft et on ne peut que penser que le récent changement de coach ainsi que l’évolution de la phase de sélection y sont pour quelque chose. 

Cabochard - Djoko - Nukeduck - Vitality

Concentration maximale pour nos deux français qui devront tout donner pour rester au top !

À la manière de Fnatic, l’équipe mettra probablement un petit peu de temps à se mettre en place, mais elle possède tous les éléments pour réussir. Honneur aux nouveaux arrivants, c’est à Djoko que l’on s'intéresse en premier lieu. Trois fois vainqueur du Challenge France, le joueur fait cette année ses débuts sur la scène des LCS après avoir été très performant chez Millenium. Recruté par Vitality en janvier, il n’a eu que quelques jours pour s'entraîner réellement au sein de l’équipe et son parcours dans la jungle contre Unicorns of Love en a été une preuve. Son champ d’action avec Rengar a été très limité et Andrei «Xerxe» Dragomir a été plus décisif lors des deux matchs. Pas de raison de s’alarmer toutefois, le joueur fait à peine son entrée et la machine Vitality nécessite du temps pour démarrer. Il faudra attendre que le joueur acquiert un peu plus d'expérience pour se sentir à l’aise dans les studios de Berlin. 

Concernant Cabochard, le bilan est assez lourd aussi. Le joueur n’a pas été décisif sur la voie du haut malgré un match-up à son avantage parfois. Avec de l’entrainement et plus de rencontres pour se rôder, Cabochard figure parmi les espoirs de la saison. Même si la méta n’est pas en sa faveur pour l’instant, rien n’est figé et le récent retour de Kennen sur la voie du haut pourrait être une bonne option pour le joueur ! Pas de conclusions hâtives pour notre français, nul doute qu’il pourra rebondir et développer un lien avec son jungler pour se renforcer durant le segment. 

Kennen artwork

Le retour de Kennen AD sur la voie du haut donnera-t-il un nouveau souffle au toplaner français ?

Steeelback, c’est le joueur qui a pour le moment toutes les cartes en main pour réussir. Reconnu comme l’un des éléments les plus prometteurs de la scène, il a brillé au sein de deux grandes structures que sont Fnatic et Vitality et s’est mesuré à de grands talents internationaux. Avec une bonne expérience derrière lui, Steeelback est prêt à en découdre et accompagner Vitality jusqu’en haut du classement. Malgré un mauvais départ, le joueur n’a pas démérité et il figure dans le haut de tableau des carrys AD européens. Certes Vitality n’a joué que deux parties, mais Pierre a su se montrer fiable et répondre aux attentes. Cette année, il sera accompagné d’un monstre de la scène coréenne, Ha «Hachani» Chan-ha et apprendra surement beaucoup de cet ancien grand joueur de LCK. Pour Steeelback, tous les voyants sont au vert et le joueur ne fera que grandir avec la force de Vitality. 

Cette semaine, l’équipe rencontrera Splyce et après ses débuts, l’équipe et nos français arriveront à bloc dans les studios pour tout donner !
Avec des maillots différents, nos joueurs français ont trouvé leur place dans ces LCS Europe. Au vu des équipes, il est certain qu’ils possèdent tous une chance de figurer parmi les meilleurs cette saison. Cette année, la France est bien représentée, et ces joueurs continueront de nous rendre fiers et de porter nos couleurs comme ils le font depuis des années.