Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Les imports européens des NA LCS

Cette saison, 4 équipes des NA LCS ont ajouté un ou plusieurs joueurs venant des EU LCS à leur roster. Le segment touche à sa fin, les play-offs se dessinent. Il est temps de revenir sur les performances de nos bien-aimés imports.

Freeze, la constance dans la tourmente

Aleš « Freeze » Kněžínek a longtemps joué en partie normale avant de s’attaquer aux parties classées. Quand on passe de non classé à 2200 d’élo en une semaine il est difficile de ne pas se faire remarquer. C’est comme ça qu’après de bons résultats en Challenger Series, le premier joueur tchèque fera son apparition aux LCS sous les couleurs de Ninjas In Pijamas.

Si la 5e place de l’équipe en fin de segment est honorable, Freeze de son côté s’illustre sur Draven et Caitlyn. L’histoire se répétera chez Copenhagen Wolves, où les performances de Freeze, notamment sur Kalista sont peu remises en question mais l’équipe termine 10e du segment d’été 2015. Après une longue période en tant qu’agent libre Freeze annonce qu’il rejoint les Renegades en NA LCS.

Freeze joue avec Renegades depuis ce segment printanier

Freeze joue avec Renegades depuis ce segment printanier

Il était difficile d’anticiper ce que l’éclectique roster récemment promu serait à même de produire aux NA LCS. Ce mélange de vétérans et de nouvelles têtes était définitivement moins intimidant que d’autres équipes mais avait du potentiel. Malheureusement entre problèmes de visas et de roster, la tâche déjà complexe de tirer son épingle du jeu est devenue colossale. Après 8 semaines de compétitions l’équipe n’affiche que 3 victoires et occupe la dernière place du tableau.

Freeze, dans l’histoire se retrouve avec un KDA de 3,56 devant Yiliang « Doublelift » Peng et à 0,01 point de Johnny « Altec » Ru. Pour remettre les choses en perspective, cela fait de lui le 7e carry AD des NA LCS. Encore une fois, au sein d’un roster qui peine, Freeze fait office de pilier de régularité. Alors que les play-offs sont hors d’atteinte l’objectif de Renegades est clair, devenir suffisamment solide pour regagner son ticket pour les NA LCS. Avec les arrivées de Shin « Seraph » Woo-yeong et Noh « Ninja » Geon-woo, l’équipe se retrouve avec trois carries dangereux. Passé à un cheveu du 2/0 cette semaine, ce roster ajusté montre déjà de belles choses et Freeze pourrait enfin avoir une chance de véritablement briller au segment prochain si l’équipe évite la relégation.

Froggen, un nouveau départ après Elements

On ne présente plus Henrik « Froggen » Hansen. Record du monde de sbires tués en une partie professionnelle, Anivia warmog et titre aux EU LCS avec Alliance… Il y peu de chose que Froggen n’a pas fait sur la scène de League of Legends. Véritable vétéran européen, il y a longtemps que le danois s’est imposé comme un favori des fans. En partie grâce à son talent de midlaner, mais aussi pour ses accomplissements en partie classés et aux All Stars. Qui peut ne pas apprécier un joueur qui gagne un 1v1 avec Anivia contre Lee « Faker » Sang-hyeok la première fois qu’il le rencontre ? Pas grand monde. Malgré son indéniable talent et ses divers titres, la dernière saison a été décevante pour le midlaner avec deux 7e place sous les couleurs d’Elements. C’est assez naturellement qu’on attendait un nouveau changement de roster Froggen-centrique ou à son départ.

Le départ se fera bel et bien quand Froggen rejoint Echo Fox, cette dernière ayant racheté la place de Gravity. Avec une histoire proche de Renegades l’équipe sera rapidement confrontée à des problèmes de roster. Elle déclarera forfait lors de son match contre NRG et Froggen ratera les semaines 2 à 4. Durant ces matchs de nombreux joueurs de l’équipe des Challenger Series Ember font office de remplaçants mais aucune victoire ne sera remportée. La question qui restait sans réponse était évidente : les retours de Froggen et  Park « kfo » Jeong-hun seront-ils suffisants pour changer la donne ? 

Froggen a déjà fait ses preuves sur la scène des EU LCS

Froggen a déjà fait ses preuves sur la scène des EU LCS

Oui. Parfois les réponses les plus simples sont les meilleures. Avec leur roster finalement complet l’équipe change complètement de visage. Apres avoir fait une victoire pour 6 défaites et un forfait lors des 4 premières semaines, les 4 dernières se soldent par un 5/3. Avec le plus haut taux de participation aux champions tués par son équipe des NA LCS, Froggen est revenu en force pour reprendre son statut de joueur star des Echo Fox. Le danois a encore une fois prouvé qu’il avait les épaules assez larges pour porter le succès d’une équipe. Avec la montée en puissance des dernières semaines et des victoires contre Team Liquid et NRG il est difficile d’imaginer l’équipe qu’on voit évoluer aujourd’hui à la 7e place.

Team Solo Mid, la terre d'élection des joueurs européens

L’équipe mythique d’Amérique du Nord a été un des précurseurs de l’import européen. L’arrivée de Soren « Bjergsen » Bjerg a été un pari réussi, le danois s’étant rapidement imposé comme le joueur clé de l’équipe en dominant toute forme d’opposition. Alors après des résultats décevants et l’annonce de plusieurs retraites, c’est naturellement que TSM s’est tourné vers l’Europe pour reconstruire son roster. Cette année c’est Bora « Yellowstar » Kim et Dennis « Svenskeren » Jonhsen qui ont traversé l’Atlantique. Les deux vétérans devaient participer à la reconstruction d’une nouvelle TSM aux allures de super team.

Yellowstar venait de s’imposer définitivement comme un des meilleurs shotcallers de l’ouest après une saison exceptionnelle avec Fnatic alors que Svenskeren sortait tout juste de la relégation de SK Gaming. Avec deux carrières et plus spécialement deux saisons de 2015 complètement différentes, pourquoi mettre les deux joueurs dans le même panier ? 

Le roster de TSM comptent 3 joueurs venant d'Europe

Le roster de TSM comptent 3 joueurs venant d'Europe

Principalement parce que leurs performances aux NA LCS sont caractérisées par la même irrégularité qui semble plus due à l’équipe qu’au talent individuel. Avec TSM on ne sait pas sur quel pied danser. Avec un 50% de victoire timide lors des 3 premières semaines, l’équipe finit par prendre le rythme et commence à grimper en haut du tableau en enchainant deux semaines à 2/0. La montée en puissance a été cependant de courte durée et TSM est dorénavant fermement en 4e place après sa défaite contre Renegades ce week-end. La tendance à prendre l’avantage à l’or mais à concéder des morts est toujours présente. Le manque de cohésion au sein de l’équipe met ses joueurs dans des situations défavorables et le bât blesse, statistiquement parlant.

Le véritable défi de TSM, et par extension pour Yellowstar et Svenskeren sera les play-offs. Si l’on se fie à leur potentiel respectif les deux imports réalisent pour l’instant une saison timide. Ces joueurs devront puiser dans leur talent individuel pour passer à la vitesse supérieure et s’imposer outre-Atlantique.

Les européens de cœur, Huni et Reignover

Alors non, Heo « Huni » Seung hoon et Kim « Reignover » Yeu jin ne sont pas VRAIMENT européens, mais un peu quand même. Huni était membre de Samsung comme partenaire d’entrainement et n’a jamais été titularisé alors que Reignover était appelé « Gameover » en Corée en rapport à ses mauvaises performances chez LG IM. On les a accueillis, mis sous la tutelle de notre éternel Yellowstar et on a assisté à la naissance de deux figures dominantes de la saison 2015. Et c’est avec un peu d’émotion qu’on a appris que Fnatic ne resterait pas en l’état pour 2016.

En ce qui concerne leur performance aux NA LCS, il n’y a pas grand-chose à dire. Avec une défaite au compteur, ils n’égaleront pas leur performance européenne mais ils restent extrêmement dominants. Quand Reignover ne prend pas le contrôle complet de la partie, celui-ci trouve toujours un moyen pour gagner un avantage d’or et de niveaux. Huni de son côté est toujours aussi agressif et décisif quand la partie va dans son sens. La seule inquiétude pour Immortals c’est de savoir si leur agression va tenir le choc quand l’opposition sera plus ardue. 

Huni et Reignover, les 2 coréens avaient été vite adoptés en EU LCS la saison passée

Huni et Reignover, les 2 coréens avaient été vite adoptés en EU LCS la saison passée

Les Européens sont donc à tous les niveaux du tableau. La plupart sont des joueurs clé de leur équipe que ce soit en terme de succès brut ou potentiel. L’import européen est-il une valeur sûre ? Si Yellowstar et Svenskeren s’alignent sur le modèle de Nicolaj « Jensen » Jensen et ont juste besoin d’un peu de temps pour s’adapter, on n’en serait pas loin. Ce qui est sûr, c’est que garder un œil sur les rosters européens est définitivement une option pour les équipes américaines.