Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Les joueurs hollandais à l'approche de la finale

La finale printanière des LCS EU se jouera à Rotterdam les 16 et 17 avril, et ce sera la première fois qu'une compétition officielle de LoL se déroulera aux Pays-Bas. Ce pays a donné naissance à de grands talents ayant participé aux LCS EU, dont certains joueurs de très haut niveau qui espèrent participer à cette finale : le mid-laner de Fnatic, Fabian « Febiven » Diepstraten, le support de G2, Glenn « Hybrid » Doornenbal ou encore le coach principal de G2, Joey « YoungBuck » Steltenpool.

La voie vers League of Legends

Tous ces joueurs ont grandi aux Pays-Bas et ils ont pu y assouvir leur passion pour les jeux vidéo (et League of Legends en particulier) sans entraves. « Je crois que jouer est quelque chose qui est plutôt bien accepté », indique Youngbuck. « Je pense que les parents sont très ouverts – en tout cas, les miens l'étaient – et il me semble que c'est vrai dans tout le pays. Les parents sont beaucoup plus arrangeants que dans d'autres pays européens. De ce point de vue, j'imagine que j'ai de la chance. Mes parents m'ont toujours laissé jouer aux jeux vidéo, dès mon plus jeune âge. » Même quand il faisait beau ? « Oh, quand ils me disaient "eh, il fait beau, sors jouer avec tes amis" ? En fait, j'allais voir des amis, mais c'était pour jouer à des jeux vidéo. »

Hybrid, pour sa part, a fait beaucoup de sport en grandissant, mais c'est passé au deuxième plan quand il s'est découvert une passion pour les jeux vidéo. « Je faisais du sport à l'école, entre 14 et 17/18 ans, et puis j'ai commencé à jouer et j'ai arrêté l'université pour jouer », précise-t-il. Hybrid n'avait pas l'intention de devenir un professionnel des jeux vidéo, il préférait simplement jouer qu'aller à la fac. Par chance, cette décision lui a aujourd'hui permis de devenir un pro-gamer. Un choix que sa famille soutient complètement, notamment depuis qu'il participe aux grandes compétitions et qu'il est parmi les meilleurs du classement avant les play-offs printaniers. 

Hybrid

Hybrid a montré ce dont il était capable lors de ce segment de printemps

En ce qui concerne Febiven, il est passé d'un jeu à un autre puis à un autre au fur et à mesure qu'il grandissait. Il a même arrêté League of Legends pendant un temps, mais pas très longtemps. « Au bout d'un moment, j'ai arrêté [de jouer à League of Legends], mais je continuais de regarder les LCS et les grands tournois. Et j'ai eu envie de recommencer à jouer », dit-il. Il a fallu à Febiven des années d'entraînement pour devenir suffisamment fort pour passer pro, mais il est désormais considéré comme l'un des meilleurs mid-laners d'Europe, après avoir été demi-finaliste lors du mondial 2015. Son plus grand triomphe est cependant peut-être encore à venir, maintenant qu'il a une chance de jouer devant son public, à Rotterdam, pour la finale printanière des LCS EU.

« Ce serait vraiment super de pouvoir jouer dans mon pays natal », explique Febiven. « Si on y arrive, parce que nous ne sommes pas encore qualifiés... Mais si on y arrive, ce serait super. Je sais que le public sera majoritairement composé de Hollandais, et beaucoup de mes fans y seront. Ma famille et tous mes amis veulent venir. C'est vraiment cool de jouer dans son propre pays. Ce serait pour moi un souvenir fantastique de jouer à Rotterdam avec mon équipe. »

Des sentiments partagés également par Hybrid et Youngbuck. Tous les joueurs sont excités à l'idée de jouer dans leur pays d'origine et de voir l'e-sport frapper un grand coup dans leur région. « J'ai hâte de jouer, parce que c'est mon pays natal », dit Hybrid. « Je veux être bon pour mes fans et pour ma famille, parce qu'ils viendront probablement pour me soutenir. Je veux bien jouer et, espérons-le, gagner ! »

Les attentes pour Rotterdam

Youngbuck

Youngbuck a fait ses preuves en tant que coach

Les trois joueurs s'attendent à voir des gens venir de partout pour suivre la finale. « Je suis curieux de voir ce que les gens d'ailleurs pensent des Pays-Bas », nous dit Hybrid. « Rotterdam est une ville vraiment sympa, je suis impatient d'y être. » Mais Rotterdam n'est pas la seule destination conseillée pour les fans qui viendront assister à la compétition. « Je suis sûr que les gens iront aussi visiter Amsterdam. C'est à environ une heure de route, vraiment pas très loin. Ils pourraient aller y voir les musées, ce genre de choses... Ou simplement profiter de la ville, car Amsterdam est vraiment jolie. »

Youngbuck acquiesce. « Je conseillerais de marcher dans Amsterdam, les rues piétonnes, le Dam... », dit-il. « C'est une très jolie ville et elle a un aspect vraiment authentique si on compare à Berlin, Paris ou une autre grande ville. » Ses conseils pour les nouveaux visiteurs ne s'arrêtent pas là, tout particulièrement pour ceux qui s'intéressent à la nourriture. « La friture, c'est vraiment très hollandais. On a des bitterballen, des croquettes, des fricadelles... Ce sont des choses qu'on ne trouve qu'aux Pays-Bas, et dans l'ensemble, je trouve que notre nourriture est vraiment bonne, comparée à celle d'autres pays. Même des petites choses, comme le pain et le fromage, tout a meilleur goût qu'en Allemagne ou dans d'autres pays que j'ai visités. »

Les petits plaisirs Hollandais

Et si les fans ne devaient goûter qu'une seule chose pendant leur passage aux Pays-Bas, de quoi s'agirait-il ? « Je vais faire simple : allez dans un Febo et achetez une rundvleeskroket. Ce n'est pas cher et c'est délicieux. C'est plus ou moins comme une saucisse. C'est difficile à expliquer. » C'est une saucisse sans être une saucisse. Ou peut-être pas ! Vous devrez le découvrir par vous-même quand vous y serez. Pour plus de conseils sur ce qu'il faut manger à Rotterdam, vous pouvez consulter notre article sur le sujet.

Mais la nourriture n'est pas la seule chose dont Youngbuck profite quand il rentre au pays. Il a plusieurs fois été reconnu par des fans de League of Legends et, visiblement, il ne s'en lassera jamais. « Je crois que League of Legends est vraiment populaire aux Pays-Bas », explique-t-il. « Je pense que beaucoup de jeunes connaissent le jeu. Ça m'est arrivé quelques fois de voir des gens venir vers moi et me demander : "Eh, c'est bien toi qui joues chez les Copenhagen Wolves ?" C'est plutôt amusant. Il y a pas mal de gens de mon âge qui me reconnaissent, donc je suppose que c'est parce que beaucoup de monde connaît League of Legends. »

Febiven est sûr que le jeu est plus populaire que jamais dans son pays natal. « Je crois que League of Legends devient chaque jour plus populaire aux Pays-Bas », dit Febiven. « Je sais que beaucoup d'étudiants et d'enfants hollandais jouent au jeu. » Il pense que cela ne peut encore que se développer avec l'organisation de grands tournois dans la région. « Je sais qu'ils veulent vraiment se lancer. En commençant par la base. Ils organisent un tournoi pour les étudiants, pour qu'ils puissent participer à une compétition avec une petite récompense à la clé et pour vraiment promouvoir tout ça. Peut-être même le diffuser à la télé. Je pense qu'ils sont sur la bonne voie. »

Une popularité grandissante

Vogue

Le magazine Vogue hollandais a consacré un article à Febiven

Mais League of Legends n'est pas la seule chose qui gagne en popularité aux Pays-Bas. Febiven en personne commence à devenir une petite célébrité. « Je ne suis pas encore si célèbre que ça, mais depuis que mon article en hollandais est paru, j'ai été invité à plusieurs émissions télé et à répondre à des interviews. J'ai déjà eu des gens qui m'ont filmé pendant un moment, et la semaine prochaine une émission célèbre vient à ma rencontre, je vais passer à la télé. C'est vraiment cool ! En plus, on me demande déjà tout le temps de passer à la radio. » Ce que Febiven oublie de mentionner, c'est que son profil est récemment paru dans la version hollandaise de Vogue ! Mais ne vous inquiétez pas : si vous l'aviez raté, il en avait parlé sur Twitter.

Alors, League of Legends devenant toujours plus populaire et de plus en plus de tournois locaux étant organisés, allons-nous voir encore plus de joueurs hollandais participer aux LCS ? Febiven et Hybrid pensent qu'il y a déjà pas mal de candidats potentiels qui jouent en Challenger Series et qui grimpent dans le classement de la file solo. « Oui, il y a quelques joueurs hollandais », explique Hybrid. « CozQ était mid-laner pour Inspire. Même s'ils ne se sont pas qualifiés pour les LCS – ils ont perdu en demi-finale des Challenger Series – je pense qu'il est capable de jouer aux LCS. Il y a aussi Masterwork, le support de Millenium. Ils ont perdu également, mais je pense que tant qu'il continue de progresser, il a une chance d'y arriver. Ça me fait plaisir de voir qu'il y a quelques joueurs hollandais aux LCS. »

« Il y a ce gars, Spreshal, qui essaie de sortir du lot », indique Febiven. Avec du temps et de l'entraînement, Febiven pense qu'il pourrait bien jouer aux LCS. Mais c'est justement le temps qui pourrait manquer, quand on doit aussi jongler avec l'école et la vie de famille. « Ses parents pourraient ne pas le soutenir, donc c'est aussi une question de chance, sans parler du fait qu'il faut travailler dur, parce qu'il y a toujours quelqu'un de meilleur que vous. On n'est pas recommandé [pour rejoindre une équipe] quand on a un comportement négatif en file solo. Si tu n'as pas assez bonne réputation, c'est quelqu'un d'autre qui sera choisi à ta place. » Des conseils avisés qui pourront servir à tous les aspirants joueurs pros. Il ne suffit pas de savoir bien jouer, il faut aussi être un joueur agréable avec (et contre) qui jouer en file solo.

Nous espérons que vous êtes aussi excités que nous à l'idée de partir à la découverte de Rotterdam et de suivre la finale des LCS EU. Nous sommes impatients de vous y voir !