Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
ACTUALITÉ

Millenium, histoire d’une grande structure française

À moins d’ignorer l’existence de l’e-Sport, personne en France ne vous dira qu’il n’a jamais entendu parler de Millenium. Présente depuis bien des années sur League of Legends, la structure a vu de très nombreux joueurs porter ses couleurs et nombre d’entre eux ont joué par la suite au meilleur niveau. Des compétitions françaises aux tournois européens en allant parfois jusqu’à l’international, Millenium a pris part à la plupart des compétitions, jusqu’à organiser les siennes. Aujourd’hui encore Millenium est présent, avec la première équipe française à participer aux Challenger Series.

Alors basé dans le 6e arrondissement de Marseille, Millenium tarde à recruter une première équipe. C’est à la fin juin 2011 que la première annonce arrive enfin. Six joueurs sont recrutés, avec une l’ambition à l’échelle française, mais également à l’international. Et pour cause, ce sont les vice-champions du monde en titre, en provenance de la structure française against All authority, qui sont les premiers à enfiler le maillot violet. Parmi eux figurent deux joueurs toujours très actifs à l’heure actuelle puisque récemment tout deux demi-finalistes du Mondial : les Français Bora « YellOwStaR » Kim et Paul « sOAZ » Boyer. Après leur arrivée, les joueurs participent à de nombreuses compétitions afin de ne pas s’endormir sur leurs lauriers. La première sortie se fait à Cologne, en Allemagne, pour les Intel Extreme Masters. Millenium s’incline en demi-finale face aux Counter Logic Gaming de George « HotshotGG » Georgallidis avant d’être chassé du podium par Enrique « xPeke » Cedeño-Martìnez et ses Fnatic lors de la petite finale.

Lors des IEM en Chine, Millenium n’accède pas au carré final. Une nouvelle fois surpassée par CLG et face à une équipe Team World Elite menée par Yu « Misaya » Jingxi bien trop forte, les Français finissent 3e sur 4 de leur groupe. Face à ces équipes très robustes, force est de constater que Millenium peine et l’équipe se sépare peu après son retour de l’Empire du Milieu.

Durant les mois suivants Millenium tente de construire plusieurs équipes. L’une d’entre elles est constituée de joueurs comme Haïdar « Haydal » Mezidi, Amaury « Moopz » Minguerche et John « hyrqBot » Velly. Ensemble, ils remportent la Dreamhack Valencia contre des équipes européennes amateurs avant de remporter la 4e édition de la Lyon e-Sport. Malheureusement, le manager Jean-Marc « Bjoran » Gaudin déplore un manque de sérieux de certains joueurs, qui mène Millenium à la décision de se séparer de l’équipe.

À leurs débuts, sOAZ et YellOwStaR sont passés par Millenium

À leurs débuts, sOAZ et YellOwStaR sont passés par Millenium

Une première internationalisation

Quelques jours avant de fêter l’arrivée de l’an 2013, Millenium annonce une nouvelle équipe. Si les précédentes étaient très centrées sur des joueurs français ou du moins francophones, celle-ci est internationale. Les joueurs viennent de deux équipes : Curse.Eu et Eclypsia, toutes deux finalistes de Tales of the Lane, le mythique tournoi organisé par O’Gaming dont l’ambiance apportée par le public français et le spectacle qui avait eu lieu au Casino de Paris ont fait sensation. Ainsi Aurimas « Angush » Gedvilas, Karim « ImSoFresh » Bbahla, Erik « Tabzz » van Helver, Jakub « Creaton » Grzegorzewski et Haïdar « Haydal » Mezidi étaient les nouveaux Millenium ! Entourés d’un coach et d’un manager, les joueurs n’ont qu’un objectif en tête : se qualifier aux League of Legends Championship Series. Malheureusement, l’équipe se heurte aux Copenhagen Wolves de Dennis « Svenskeren » Johnsen et de Martin « Deficio » Lynge puis aux Polonais de MeetYourMakers et voit ses rêves s’envoler.

Tabzz, Haydal et Imsofresh jouaient pour Eclypsia lors de Tales of the Lane

Tabzz, Haydal et Imsofresh jouaient pour Eclypsia lors de Tales of the Lane

Suite à cette déconvenue, l’équipe participe à plusieurs éditions des Intel Extreme Masters. À Sao Paulo au Brésil, ImSoFresh et ses hommes prennent la 1ère place de leur groupe avant de s’incliner en demi-finale. Mais la performance la plus impressionnante a sûrement lieu lors des IEM Worlds à Hanovre. Millenium réussit à sortir d’un groupe au niveau relevé, en s’imposant face à l’équipe coréenne Incredible Miracle de Kyung-ho « Smeb » Song. Mais étant donné qu’ils ne sont pas parvenus à se qualifier aux LCS, les joueurs ne sont plus vraiment motivés et décident de se séparer.

Une nouvelle équipe se crée moins de deux mois après. L’animateur Arif « Doigby » Akin en est le noyau. La volonté de ce nouveau projet est de percer au niveau européen, jusqu’à se qualifier aux LCS. Déterminé, le capitaine veut aller jusqu’au bout et apporter beaucoup d’importance à la remise en question perpétuelle. Pour l’épauler, il s’entoure de l’expérimenté Tony « ShLaYa » Carmona puis de la voie du bas composée de Charles « Nanouk » Le Mero et de Maxime « Migxa » Poinssot. S’il n’était pas dans la composition initiale, ImSoFresh signe son grand retour chez Millenium un mois à peine après le début du projet. Kévin « Shaunz » Ghanbarzadeh, celui qui s’est fait connaître comme streamer à l’honneur, rejoint les rangs de Millenium deux semaines plus tard, en tant que jungler remplaçant.

Comme l’an passé, Millenium revient à Valence pour disputer la Dreamhack, et réussit à s’imposer sans difficulté avec cette nouvelle équipe. Quelques jours après, Migxa se retire pour des raisons personnelles. Hugo « Dioud » Padioleau est alors recruté et retrouve son ancien coéquipier ShLaYa. Avec Shaunz, les violets arrivent en quart de finale de la Dreamhack Bucharest, une compétition au niveau relevé. Ils se qualifient par la suite pour représenter la France lors des World Cyber Games 2013 mais, les objectifs n’ayant pas été atteints, l’équipe se sépare avant même d’y participer.

L'aventure LCS

De nombreux joueurs présents en LCS en 2013 avaient fait étape par Millenium, tandis que la structure peinait à y faire son entrée. C’est pourquoi la décision a été prise d’acheter l’équipe ALTERNATE, dont le carry AD n’était autre que Creaton. L’équipe s’était qualifiée pour le segment estival des LCS EU 2013 après avoir vaincu Giants Gaming. La saison avait alors extrêmement bien commencé puisque l’équipe a gardé la première place de la saison régulière pendant 6 semaines d’affilée avant de dégringoler à cause d’une super-week de 5 défaites pour aucune victoire. Au moment du rachat, le roster comprenait l’Allemand Kevin « kev1n» Rubiszewski au top, l’Espagnol Alvar « Araneae » Martin Aleñar en jungle, l’Allemand Adrian « Kerp » Wetekam au mid ainsi que le Suédois Alexander « Jree » Bergström pour épauler Creaton sur la voie du bas. 

Areneae, un joueur passionné

Areneae, un joueur passionné

Au début de la saison LCS 2014, Millenium réalise deux premières semaines décevantes. Avec 2 victoires pour 5 défaites, l’équipe pointe alors à la 7e place sur 8. Les joueurs ne disputent pas la 3e semaine car ils participent aux IEM Sao Paulo, qu’ils remportent sans concéder la moindre manche. Mais cette étape n’a pas été salvatrice pour Kerp et ses coéquipiers. Millenium est lanterne rouge de la saison régulière de la 6e à la dernière semaine. Araneae décide alors de raccrocher la souris, jugeant ses performances trop médiocres. Émotif, l’Espagnol était touché par les critiques et évoquait des querelles internes inédites qui affectent son jeu. Il est remplacé par Markus « Kottenx » Tingvall, un joueur suédois habitué du jeu compétitif, sans pour autant afficher un palmarès fulgurant.

Dans le tournoi de promotion, Millenium est dos au mur. Pour conserver leur place en LCS, les joueurs doivent remporter trois parties face aux Ninjas in Pyjamas. Seulement, leur adversaire est avide de victoire et dispose de joueurs très talentueux : Aleš « Freeze » Kněžínek et Alfonso « Mithy » Aguirre Rodriguez sur la voie du bas, Erlend « Nukeduck » Våtevik Holm au mid, Johan « Hulberto » Johansson dans la jungle et Morten « Zorozero » Rosenquist sur la voie du haut. NiP prend l’avantage au début de la première partie en se montrant agressif. En milieu de partie, Millenium se montre menaçant en combat d’équipe, mais l’avance de NiP suffit à l’emporter. 1-0. Ce type de match est sûrement le plus stressant pour les joueurs, car leur statut de professionnel est en jeu. Une défaite à ce moment-là a beaucoup d’impact dans une carrière. Ces derniers donnent donc tout ce qu’ils ont, et ça s’est senti lors de la 2e partie, qui a duré plus de 72 minutes et qui est encore à ce jour la 5e partie la plus longue de l’histoire. Alors qu’ils sont acculés pendant de longues minutes et fortement dominés, les Millenium réussissent finalement à temporiser jusqu’à renverser la tendance et à l’emporter. Une victoire et une défaite plus tard, Millenium s’impose au terme d’une ultime manche. Les joueurs, exténués après de très longues heures de jeu, ont affiché de grands sourires de soulagements : ils avaient sauvé leur place.

Pendant le segment estival, Millenium remontre son vrai visage, celui de l’époque d’ALTERNATE. Une équipe coordonnée, juste et qui gagne. La structure à l’emblème d’arbre oscille entre la 3e et la 5e place pendant la plupart de la saison régulière et son midlaner Kerp est récompensé à deux reprises du titre de meilleur joueur de la semaine. Mais une fois arrivé en play-offs, Millenium s’écroule. En quart de finale, c’est SK Gaming qui devient le bourreau et l’emporte d’un large 3 à 0, alors que les équipes étaient à égalité en confrontation directe pendant la saison régulière. Au terme d’une rencontre plus disputée, Millenium s’incline à nouveau 3 à 0 face à Supa Hot Crew et termine à une 6e place synonyme de passage forcé par le tournoi de promotion… une nouvelle fois.

Millenium domine face à son challenger. Une victoire, puis une seconde. Trois balles de match, tout semble bien parti... jusqu’à ce que le drame arrive. Unicorns of Love, l’adversaire de Millenium, réussit l’impensable et remonte après avoir utilisé son arme secrète de l’époque : Poppy. À Marseille, personne ne peut y croire : Millenium a perdu sa place aux LCS.

Une ultime chance se présente alors. Les LCS passent des 8 équipes à 10. Deux places sont donc à pourvoir. Pour s’y préparer, Millenium innove et devient la première équipe européenne à importer des joueurs de Corée du Sud. Aux grands maux les grands remèdes, Jae-hwan « H0R0 » Jo et Sang-ook « Ryu » Yoo sont recrutés. Mais les chances de qualification s’arrêtent dès le premier match. Giants Gaming l’emporte 2 à 1, il n’y a plus d’espoir. H0R0 et Ryu partent alors tenter leur chance ailleurs et le staff Millenium dissout l’équipe.

L'esprit

Comme à chaque fois, la structure phocéenne sait se renouveler. Un projet pédagogique mêlant bon niveau de jeu et streaming voit le jour autour d’Alexandre « Narkuss » Mege : Millenium Spirit. Peu à peu, les protagonistes réalisent leur potentiel et, poussés par les fans, obtiennent la 2e place de la Dreamhack Valencia et de la Paris Games Week. Ils iront même jusqu’à tenter de se qualifier aux Challenger Series avant de trouver Origen sur leur route, à qui ils ont tout de même réussi à prendre une partie.

Millenium Spirit lors du Challenge France

Millenium Spirit lors du Challenge France

En février 2015, le projet Millenium Spirit prend fin. L’organisation décide qu’il est temps de retenter de monter une équipe. Ainsi se retrouvent plusieurs habitués : Shaunz et Julian « GoB » Tréguer, ainsi qu’un jeune espoir repéré en partie classée, Luka « PerkZ » Perković. Viendront se joindre à eux le Carry AD Andy « Crazycaps » Walda ainsi que Jree. Cette équipe fait son premier déplacement important lors de la Gamers Assembly 2015 et performe bien, jusqu’à la finale. Face à Origen, l’équipe se montre forcément moins performante, car les deux équipes ne jouent pas au même niveau. Cette 2e place est donc un excellent résultat, encourageant pour la suite. Mais cette bonne performance ne se répète pas lors de la Dreamhack Tours : Millenium chute en demi-finale. Perkz reçoit ensuite une offre de Gamers2 en Challenger Series, GoB se retire, et l’équipe se sépare finalement.

Une nouvelle ère

Désormais basé à Paris, Millenium n’abandonne pas. Un pari est fait, celui de miser sur les anciens joueurs d’Imaginary Gaming, qui ont dominé outrageusement la scène française depuis quelques temps. Ainsi Quentin « Kaze » Gourbeix, Charly « Djoko » Guillard, Brian « Bloos » Bioli, Beverly « Myw » Bioli et Casper « Masterwork » Van Kampen représenteraient désormais Millenium. Dès que les premières compétitions pointent le bout de leur nez, la nouvelle génération performe. Millenium gagne le challenge ESL à la Paris Games Week puis obtient la 2e place d’un tournoi en ligne contre des équipes de Challenger Series. Vient alors la décision d’effectuer des changements dans le roster. Steven « Hans Sama » Liv et Prodromos « Pretty » Kevezitidis remplacent les frères jumeaux aux postes respectifs de Carry AD et de midlaner.

Guidés par leur coach Erwin « Shaneï » Pierlot, les Millenium écrasent la scène amateur. En une semaine, ils remportent le tournoi ASUS RoG et le Predator Tournament, sans jamais concéder la moindre manche. Début 2016, Millenium est la première équipe française à se qualifier aux Challenger Series. Les joueurs sont très à l’aise dans leur jeu. Mécaniquement, la voie du bas est tout simplement impressionnante. Les déplacements de Hans Sama sont méticuleux, notamment avec Kalista et il connaît ses limites à la perfection, si bien qu’il a surpris plus d’une fois les commentateurs en continuant d’attaquer son vis-à-vis, là où la plupart des joueurs auraient arrêté. De son côté, Masterwork est un véritable sniper. Avec Thresh et surtout Morgana, il lance ses sorts avec parcimonie, quand la cible est verrouillée et ne peut pas s’échapper. Kaze et Djoko forment un duo très réputé. Ensemble, ils savent étouffer le toplaner adverse jusqu’à le diver (attaquer un adversaire dans la zone d’attaque de sa tour) sous sa 2e tourelle sans vergogne. Ce sont également les experts de la provocation en jeu, ce qui leur a valu la réputation de joueurs prétentieux, alors qu’ils ne pensent finalement qu’à s’amuser. Enfin, pour compléter le tout, Pretty est un midlaner qui s’est montré discret pendant un temps, mais qui sait s’imposer quand il le faut. Ses performances avec Anivia pendant la saison ont été soulignées.

Millenium a remporté le Predator Tournament avec facilité

Millenium a remporté le Predator Tournament avec facilité

Plus que des mécaniques solides et une vision de jeu aguerrie, cette équipe dispose d’une faculté à jouer en équipe assez rare à ce niveau. Leur façon de jouer sur la carte est au-dessus de la moyenne, même s’ils ne sont pas toujours assez patients. 

Après avoir dominé la saison régulière, les joueurs affichaient leur confiance habituelle à l’aube des play-offs… jusqu’à ce que Copenhagen Wolves brise leur rêve de LCS en les balayant d’un cinglant et inhabituel 3 à 0. Moins expérimentés, privés de la présence si enrichissante de leur coach, les Millenium ont perdu cette fois-ci mais restent une structure au parcours incroyable et à la longévité inégalée en France qui a son destin entre ses mains. L’équipe peut au moins se réjouir de devoir patienter encore un peu, car elle aurait dû se séparer de Hans Sama si elle s’était qualifiée en LCS cette année, le temps que le jeune prodige souffle ses 17 bougies.

Illustrations Millenium et O'Gaming