Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
COMMUNAUTÉ

L’histoire d’O'Gaming

Un groupe d’amis, du fun et des jeux vidéo. C’est certainement la meilleure manière de définir O’Gaming. Si aujourd’hui ils font vibrer des milliers de personnes derrière la caméra ou lors d’événements live, O’Gaming était à l’origine une bande d’amis animés par une même passion : l’e-sport.

Alexandre "Pomf" Noci

Alexandre « Pomf » Noci lors des premiers évènements d'O'Gaming

L’histoire commence en 2011, avec un groupe d’étudiants passionnés par les jeux vidéo. Avec un emploi du temps plutôt souple à l’université, ils passaient le plus clair de leur temps ensemble. Alors qu’ils regardaient une vidéo de StarCraft Brood War commentée par des coréens, ils ont eu une idée, concrétisée par Hadrien « Thud » Noci : « On pourrait faire des commentaires de Starcraft II, entre potes, pour s’amuser ». Très rapidement, lui et son frère Alexandre « Pomf » Noci s'associent tandis que les autres amis du groupe forment des duos de commentateurs dont les vidéos commencent à faire du bruit, et deviennent un réel phénomène sur YouTube. Il n’a pas fallu longtemps pour que League of Legends attise leur curiosité comme l'explique Charles « Noi » Lapassat : « Le jeu nous plaisait beaucoup, et Thud nous a proposé (à Chips et moi) d’essayer de commenter du LoL. On a débuté comme ça, propulsés par Pomf et Thud »

Le 3 juin 2011, ces derniers lancent leur première soirée au Bistro du Stade. Au programme : des matchs amicaux sur StarCraft II en entrée libre. Pour ce premier événement, le succès est au rendez-vous. À un tel point que ce n'est que le jour-même qu’ils réalisent l’ampleur de ce qu’ils ont lancé,« on était pas préparé à ce succès-là » nous raconte Fabien « Chips » Culié, « il y avait énormément de monde, les gens s’accrochaient aux arbres pour essayer de voir ».

Le début d’une aventure

Suite à cette folle soirée, l’équipe se réunit pour discuter de l’avenir. Réalisant l’ampleur du phénomène et la réactivité du public, ils se disent qu’il faut aller plus loin, construire quelque chose « mais pour cela on devait créer une boite, et c’est comme ça qu’O’Gaming a vu le jour ». La Web TV est lancée le 26 novembre 2011, à l’affiche : Pomf & Thud, Chips & Noi, Ken Bogard et ZeratoR et bien d’autres...

 

« LE BUT D'O'GAMING PEUT SE TROUVER DANS LE NOM : C'EST UNE RÉFÉRENCE AUX PUBS IRLANDAIS : O'BRIAN, O'SULLIVAN, O'NEIL… PLUTÔT QUE DE VOIR UN MATCH DE CRIQUET DANS UN BAR, CE SERAIT BIEN DE VOIR DE L'E-SPORT. C'ÉTAIT L'IDÉE DE PROUVER QU'IL N'Y A PAS BESOIN DE RESTER CHEZ SOIT POUR APPRÉCIER UN BON MATCH DE JEUX VIDÉO »

CHARLES « NOI » LAPASSAT

À peine quelques mois plus tard, O’Gaming lance ses premiers événements live, Iron Squid, Kings of Europe, Tales of the Lane… Des événements novateurs aux affiches monstrueuses avec des joueurs de renom et des commentateurs aujourd’hui connus internationalement. Voilà ce qui a aidé le crew à se hisser et se créer une place dans le milieu e-sportif. Pour Chips et Noi, c’est l’événement « Kings of Europe » qui a marqué les esprits. Avec des équipes comme Counter Logic Gaming EU et Moscow Five, l’événement rencontre un succès incroyable et des audiences inédites sur Internet à l’époque. Si le cast français était assuré par Chips et Noi, pour le cast anglophone, ce n’est autre que Jatt et Deman qui se sont joints à la fête « c’était la première de ce duo sur une compétition si je ne me trompe pas » raconte Noi « toute l’équipe de Riot était venu nous donner un coup de main pour l’organisation et la compétition était superbe ». La machine est en marche et O’Gaming crée peu à peu une toute nouvelle tendance avec la scène française qui, à ce moment-là, était encore très discrète. Ces premiers évènements live permettent d’apprécier la compétition d'une manière totalement nouvelle, et ouvrent ainsi les portes de l'e-sport au public francophone.

 

Noi et Zaboutine

Noi et Zaboutine lors de la viewing party au Belushi's

Avec « Tales of The Lane », le crew a lancé le pari risqué du tournoi en financement participatif : « honnêtement j’avais peur, on demandait beaucoup de la communauté pour ce coup-là » explique Chips « nous sommes arrivés à nos objectifs rapidement et ça nous a beaucoup surpris ». On connaît la chanson, le tournoi a été très bien reçu et a fait énormément de bruit, « la finale au Casino de Paris était ma plus grosse expérience devant une salle à l’époque, l’ambiance était fantastique » raconte Noi. Un show hallucinant dans une salle mythique de Paris.

Une évolution rapide

À l’occasion de ces très bons moments partagés avec le public, la Web TV a pris de l’ampleur dès les débuts des LCS, et il n’est pas rare de les entendre parler de cette époque de rodage, de cet entraînement souvent intense à commenter des heures et des heures de compétition à deux. Chips explique qu’ils avaient souvent « des semaines épuisantes, et nous n’en pouvions plus, des journées de quinze games à deux en Superweek, mais on a continué et petit à petit on a réussi à faire venir d’autres personnes sur les broadcast ». Pendant ces deux années de labeur, passées à travailler leur identité de commentateurs, Chips et Noi souhaitaient par-dessus tout étendre leurs programmes et proposer aux spectateurs des choses nouvelles. Toujours plus de compétitions et d'avantages de ligues à présenter afin de devenir de réels serviteurs de l'e-sport, mais surtout, pour continuer l'expansion de la scène française. L'arrivée de nouveaux membres du crew - notamment des Sparta - a permis à l'équipe de voir plus grand. 

Avec cette volonté de proposer un panel compétitif varié, ils ont réussi à obtenir de nouvelles régions de compétition et ainsi, offrir à leur public des tournois méconnus à l'époque : « l’arrivée de l’OGN sur la TV a été un moment très important, on voulait diffuser le domaine compétitif de la manière la plus large possible » explique Chips, et on sent bien que par la suite, leur rigueur et volonté d’être très actifs n’est pas passée inaperçue.

« À LA BASE, ON A VRAIMENT CRÉE ÇA ENTRE AMIS, ET ON EST RESTÉ DANS CET ESPRIT LÀ CAR C’EST CE QU’ON AIME ET C’EST CE QUE LE PUBLIC AIME CHEZ NOUS. ON COMMUNIQUE ÉNORMÉMENT AVEC LA COMMUNAUTÉ ET ON VEUT QUE LE SPECTATEUR PASSE UN BON MOMENT AVEC NOUS, À CHAQUE FOIS. »

FABIEN « CHIPS » CULIÉ

2014 : l’avènement des All Star.

Cet événement a marqué l’esprit du public français, mais pour le crew O’Gaming, il a été une véritable consécration. Même si ils avaient déjà co-organisé de gros événements par le passé, les All-Star étaient un rendez-vous compétitif international qui, pour la première fois, avait lieu en France. 

 

All Star de Paris

Le tournoi All-Star, commenté par le crew O'Gaming au Zenith de Paris

« La compétition entre les Web TV était rude, mais on nous a donné notre chance pour commenter les All Stars, et là forcément ça a été un énorme boost, la réaction du public était énorme ! » raconte Noi. Pendant quatre jours, le Zénith a accueilli plus de vingt cinq mille personnes, parmi lesquelles siégeaient fans et grands médias français. Quand on se souvient qu'à l'origine leur plan était un « petit projet entre amis » nous constatons que les choses ont très vite évolué, et avec cette évolution rapide, O'Gaming a su se montrer à la hauteur des attentes. Noi raconte que « lors des soirées, il est fréquent d'entendre que O'Gaming, c'est une blague entre amis qui a dégénéré ». Le public a souvent exprimé que les commentateurs O’Gaming les avaient fait vibrer, et que c’est l’énergie qu’ils envoient qui contribue grandement à l’ambiance lors des événements. Guidés par ces commentateurs, le public français est, depuis les All Star, considéré comme étant l'un des meilleurs publics au monde.

Pour Chips et Noi, l'aventure All Star les a d’une part propulsé, mais ce qu'ils retiennent, c'est humblement qu'elle leur a permis de « continuer l’apprentissage, de se construire une expérience avec la communauté professionnelle de League of Legends qui était présente sur place » comme le raconte Noi. Ajouter cette expérience professionnelle à un style qui leur est propre, voilà comment O’Gaming a réussi à imposer « l'e-sport à la française », et à le faire évoluer au fil des ans.

World championship 2015

Chips et Noi aux Docks Pullman lors des championnats du monde 2015

Alors que l'engouement et l'enthousiasme des français pour l'e-sport se révèlent, l'annonce tombe : en 2015, les Championnats du Monde se dérouleront à Paris. Pour Noi « Les Worlds, c’était les deux semaines en terme de rythme de vie les plus fatigantes de ma vie je pense, mais surtout les plus intenses en émotions. C’était fa-bu-leux ». Et cet engagement, le public l'a senti et il s'est une fois de plus montré à la hauteur de son titre de meilleur public au monde !

 

« LE PUBLIC FRANÇAIS EST FOU, TOTALEMENT DÉCHAÎNÉ. IL N'Y A QU'ICI QU'ON PEUT ENTENDRE LES GENS HURLER « THIS IS SPARTA » LORSQUE PANTHEON APPARAÎT »

YILANG « DOUBLELIFT » PENG

Couplé aux extraordinaires performances des équipes européennes, ces Championnats du Monde 2015 ont mis les projecteurs sur la scène e-sport européenne, mais surtout, sur la scène française. 

Les serviteurs d'un public exigeant

Noi et Nono

Noi aux côtés de Nono qui a rejoint l'équipe O'Gaming l'an dernier

Avec la montée de l’e-sport en France, l’aventure O’Gaming continue d’évoluer et peu à peu, nous observons que leur souhait de faire de ces compétitions un programme grand public se réalise enfin. Chaque mois, les médias sont de plus en plus nombreux à s'intéresser à la scène compétitive, et William Audureau, journaliste pour Le Monde, déclarait récemment : « La France peut prendre une place au niveau mondial ». Si la popularité de l’e-sport n’est même plus une question aujourd’hui, il reste encore du travail pour que ce domaine s’ouvre à un public toujours plus large.

Pour les années à venir, le crew souhaite élargir leur contenu afin de proposer diverses émissions liées à la sphère e-sport. Ils continueront de diffuser toujours plus de compétitions, et Chips explique qu'il souhaite « s'intéresser à de nouvelles ligues, étoffer le contenu, améliorer les ressources pour avoir plus de marche de manœuvre, on veut pouvoir offrir de la qualité en plus d’une bonne ambiance ». Si à l'origine ils étaient un petit groupe de visionnaires ayant eu une intuition incroyable, aujourd'hui, ils sont devenus la principale chaîne pour les retransmissions d'e-sport en France, tant sur League of Legends que sur les autres jeux qu'ils proposent.

Le crew, c'est maintenant plus d'une trentaine de personnes voulant offrir chaque jour un contenu riche et varié d’émissions. Mais aussi, une équipe qui souhaite organiser toujours plus d’événements live, des viewing party, et créer des occasions de se rapprocher du public, afin de perpétuer ce qu’ils font depuis maintenant plus de quatre ans : offrir au public un moment 100% e-sport, dans un cadre de détente avec un groupe d’amis passionnés !

Crédits photos : Eric "Noki" Pochez et Timo Verdeil