Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Play-offs des LCS : Fnatic et TSM, l’évidente surprise

De part et d'autre de l'Atlantique, les quarts de finale des play-offs des League Championship Series ont fait rage ce week-end. TSM et Fnatic ont ouvert le bal samedi pour prouver au monde qu'ils ne laisseront pas les petits nouveaux leur piquer leur place au soleil si facilement. Dimanche, Origen et Team Liquid ont à leur tour démontré qu'ils ont parfaitement leur place en demi-finales du segment de printemps des LCS. Retour sur quatre matchs au meilleur des cinq manches, entre surprises et coup d'éclat.

Les quarts de finale ont eu lieu le week-end dernier pour les LCS EU et NA

Les quarts de finale ont eu lieu le week-end dernier pour les LCS EU et NA

Le 3e contre le 6de la saison régulière. Samedi, que ce soit en Amérique du Nord ou en Europe, les premiers matchs des quarts de finale des LCS auraient pu apparaître déséquilibrés sur le papier. Sauf quand les 6e en question sont Fnatic et Team Solomid. D’un côté l’équipe la plus titrée, de très loin, de l’histoire des LCS et de l’autre, la plus aimée d’occident. Alors forcément, avant le match, les esprits se sont échauffés et les fans se sont interrogés. Et ça n’a pas manqué : à quelques heures d’intervalle, les deux favoris se sont qualifiés en demi-finale, comme si de rien n’était, à chaque fois sur le score de trois victoires pour une seule défaite.

Fnatic remobilisé pour la victoire

Febiven - Fnatic

Febiven a su retrouver son meilleur niveau au bon moment.

Fnatic a véritablement ouvert le bal une demi-heure après le début de son premier match. Sur une tentative ratée de combat au baron de leurs adversaires, les joueurs de Luis « Deilor » Sevilla Petit ont pris une élimination et renforcé leur mainmise sur le tempo de la partie. Suite à cette action, Lee « Spirit » Da-yoon est tranquillement reparti au dragon, l’équipe a fait ses achats et est à son tour allée s’attaquer au Nashor. Avec une maîtrise consommée, Fnatic a alors profité d’une arrivée pas assez coordonnée de leurs adversaires pour déclencher le signal du carnage. Un ace sans aucun mort concédé et un baron plus tard, c’est la partie qui a été décidée. Martin « Rekkles » Larsson et compagnie n’ont eu qu’à attendre le retour du baron pour forcer leurs opposants à sortir de leur base et les achever. À l’issue de ce premier match, aucun doute n’a été permis : le « buff play-off » des Oranges est activé cette année encore et il ne fait pas dans la dentelle.

Febiven dans un grand jour

Fabian « Febiven » Diepstraten, notamment, a profité de cette série pour rappeler à tout le monde qu’il est un midlaner de classe mondiale. Certes, il a été globalement bon toute la saison, mais sans pour autant atteindre les sommets dont on le sait capable. Le hollandais a choisi le meilleur moment pour se rappeler au bon souvenir des fans. C’est lui qui a initié tous les bons combats de son équipe, lui qui a fait pencher la balance en sa faveur aux moments décisifs. Un impact particulièrement visible dans le quatrième match, qu’il a porté sur ses épaules à chaque fois que ça s’est révélé nécessaire. Du grand art.

Vitality doit passer un cap

Du côté de Vitality, en revanche, il va falloir retourner au charbon. Malgré une victoire méritée lors de la troisième manche, notamment portée par le Gangplank toujours inégalé de Erlend « Nukeduck » Våtevik Holm, la structure française s’est montrée trop tendre pour espérer l’emporter. Après la série, Rekkles a d’ailleurs suggéré que les perdants du jour, malgré toute leur efficacité en une manche gagnante, manquent de diversité dans leurs stratégies, ce qui est fatal dans un affrontement au meilleur des cinq manches. Du travail en perspective pour Kévin « Shaunz » Ghanbarzadeh. Fort de cette expérience, l’entraineur français va devoir remettre les mains dans le cambouis pour espérer revenir encore plus fort dès cet été.

Vitality, devra retenter sa chance au segment d'été

Vitality, devra retenter sa chance au segment d'été

TSM ! TSM ! TSM !

Reginald - TSM - NA LCS - Spring Split - playoff

Coaching gagnant pour Reginald et TSM face à Cloud 9.

Jamais absente des finales régionales depuis la création des LCS, la Team SoloMid a imité avec brio Fnatic lors de son quart contre Cloud9. Pourtant le premier épisode de la série a été catastrophique pour Bora « YellOwStaR » Kim et ses coéquipiers. Débordés de tous côtés, les hommes d’Andy « Reginald » Dinh ont concédé une défaite aussi rapide que sévère pour débuter leur match. L’annonce d’une déroute à venir ? Bien au contraire ! Dès la deuxième partie, TSM a su inverser la tendance. À commencer par un premier sang millimétré sur le Nautilus de An « Balls » Van dès la cinquième minute. Sur un gank de Dennis « Svenskeren » Johnsen, Kevin « Hauntzer » Yarnell a parfaitement géré les dégâts de son vis-à-vis pour assurer la mort de ce dernier et sa propre survie. Cloud9 a ensuite tenté de garder les débats équilibrés, mais leurs adversaires en ont décidé autrement, juste avant la dixième minute. Une invasion de la jungle de Lee « Rush » Yoon-jae, conclue par deux tués et un mort côté TSM, a débloqué la situation en faveur de ces derniers. Ceux-ci ont alors pris en force le contrôle du rythme de la partie et ne l’ont plus lâché jusqu’à la victoire, remportée en 34 minutes.

La chute de Cloud 9

C9 n'a pas trouvé de réponse au jeu des TSM

C9 n'a pas trouvé de réponse au jeu des TSM

Dès lors, la messe était dite. Dans une cacophonie inexplicable et qui va sûrement donner des cauchemars à Daerek « LemonNation » Hart, l’entraineur et ancien support de l’équipe, les joueurs de Cloud9 se sont littéralement écroulés au cours des troisième et quatrième matchs de la série. Que ce soit au niveau individuel, stratégique ou collectif, Hai « Hai » Du Lam et ses comparses ont perdu toutes leurs solutions, toute leur vista et par conséquent toutes leurs chances de victoires. Ils ont ouvert en grand la voie des demi-finales à leurs ennemis du jour et ont à présent toutes les vacances pour se remettre en question et retrouver l’étincelle nécessaire pour briller de nouveau de mille feux.

Bjergsen décisif

D’ici là, c’est TSM qui illumine une saison jusqu’alors bien morne. Comme son homologue européenne, l’équipe peut particulièrement remercier sa star de la voie du milieu. Søren « Bjergsen » Bjerg s’est en effet montré impérial pour mener les siens à la victoire. Dans le deuxième match, il a contrôlé quasiment à lui seul l’évolution de la partie une fois la marque des 25 minutes de jeu dépassée. À la 27e, il a tenu en échec toute l’équipe ennemie sur sa voie, le tout sans mourir grâce à un Zhonya activé au meilleur instant. Deux minutes plus tard, c’est à nouveau lui qui assure la débâcle de ses opposants dans un combat en cinq contre cinq au cours duquel les soldats de son Azir ont fait des ravages. Assez critiqué cette saison, le danois prouve qu’il répond toujours présent aux moments clés.

Origen sans difficultés

Contrairement à ceux de la veille, les matchs de dimanche ont vu la victoire des favoris. Origen en Europe et Team Liquid en Amérique du Nord n’ont laissé aucun espoir à leurs adversaires respectifs. Face à Unicorns of Love, l’équipe de Paul « sOAZ » Boyer a déroulé son jeu sans coup férir et a étouffé dans l’œuf toute opposition. Avec Tristan « PowerOfEvil » Schrage sur la voie du milieu, la structure d’Enrique « xPeke » Cedeño Martínez a aussi montré qu’elle n’a pas forcément besoin du jeu de son patron pour figurer au rang des meilleures équipes européennes. Surtout, l’équipe, souvent accusée de dilettantisme par les fans, a fait taire les mauvaises langues. Ils ont progressé à grand pas au cours des quelques semaines entre la fin de la saison régulière et le début des play-offs, contrairement à leurs ennemis du jour. Et le résultat est un signal très fort envoyé à H2k-Gaming, qu’ils affronteront en demi-finale. On peut, entre autres, retenir que tout au long des trois matchs, Origen a pu compter sur la direction du jeu de son jungler Maurice « Amazing » Stückenschneider, qui a magistralement contré et surclassé son vis-à-vis, le français Jean-Victor « loulex » Burgevin.

PowerOfEvil l'a emporté sur son ancienne équipe

PowerOfEvil l'a emporté sur son ancienne équipe

Le show Dardoch

C’est cependant de l’autre côté de l’Atlantique qu’est venue la performance de la soirée dans la jungle. En trois matchs riches en action, Team Liquid a envoyé NRG en vacances avec la manière. L’équipe de Kim « FeniX » Jae-hun – midlaner bien content de pouvoir revenir à Azir, son champion favori – a systématiquement mieux géré la vision sur la carte dans les premières minutes de la partie pour forcer les affrontements en 2 contre 2. Un choix gagnant puisque Chae « Piglet » Gwang-jin et Matthew « Matt » Elento ont été supérieurs en tous points à leurs homologues de NRG. Joshua « Dardoch » Hartnett, meilleur rookie d’Amérique du Nord, n’a pas eu besoin de plus pour déployer tout son talent. Présent partout et quasiment toujours au bon moment, il a notamment gagné le deuxième match presque à lui seul aux commandes d’un Lee Sin full AD qui a donné des frissons aux spectateurs et des sueurs froides à ses ennemis.

On connait donc les quatre équipes qualifiées pour les demi-finales du segment de printemps. D’ici là, n’hésitez pas à nous dire en commentaire ce que vous avez pensé des matchs de ce week-end et ce que vous attendez du prochain !