Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Qui sera sacré champion ?

C’est la dernière ligne droite ! Après des semaines de compétition acharnée, riches en émotions et en rebondissements, une poignée d’invocateurs et leurs coachs ont réussi à se hisser à la dernière marche : la finale. G2 Esports et Splyce vont quitter Berlin pour déterminer qui est la meilleure équipe européenne devant le public polonais de Cracovie tandis que Team SoloMid et Cloud9 vont se retrouver une nouvelle fois opposés, cette fois à Toronto. Deux affiches qui s’annoncent explosives.

Après s’être respectivement défait d’Unicorns of Love et de H2K en demi-finale, G2 Esports et Splyce se retrouvent en finale des LCS EU. Ces deux équipes qui, il y a un an à peine étaient encore en Challenger Series ont à cœur de donner le meilleur d’elles-mêmes pour prouver leur valeur.

Les finales : dimanche dès 17h

G2 ESPORTS contre SPLYCE, la finale des LCS EU

Deuxième finale en deux participations aux LCS EU pour G2 Esports. La première fois, Luka « Perkz » Perković et ses coéquipiers ont tenu Origen en échec suite à un match très disputé qui s’était terminé sur le score de 3 à 1. Après leur contre-performance au Mid-Season Invitational mais renforcés par l’arrivée de ce que beaucoup considèrent comme la meilleure botlane d’Europe, les G2 ont dominé la saison régulière, ne cédant leur trône que pendant la 4e semaine. Les quelques accidents ont été contrôlés et, au pire, G2 n’a connu que des matchs nuls. Aucune défaite au compteur en 18 matchs, ce qui témoigne de la régularité de ce collectif.

À contrario, le chemin de Splyce a été plus sinueux. Après une saison printanière décevante, Jonas « Trashy » Andersen et son équipe changent de support. En faisant appel au Slovaque Mihael « Mikyx » Mehle, Splyce communique désormais en anglais et non plus en danois, ce qui facilite la communication avec le coach et a pour effet de limiter les fioritures dans la communication. La machine prend du temps à se rôder mais Splyce rencontre finalement le succès au fil du temps, et parvient à subtiliser la 2eplace à Fnatic à deux semaines de la fin. En demi-finale, ils croisent un gros client qui leur donne du fil à retordre, mais les jeunes joueurs vont puiser dans leurs ressources et réussissent à s’imposer 3 à 2 après avoir été sous la pression de deux games de match.

Splyce devra rester concentré jusqu'au bout

Splyce devra rester concentré jusqu'au bout

Ces deux équipes ont beaucoup en commun. Si G2 Esports est certainement le favori en raison de ses résultats printaniers et de sa domination cinglante, Splyce a des arguments à faire valoir et semble s’améliorer de jour en jour. G2 devra prendre l’ascendant en début de partie et se montrer prudent en milieu de partie car Splyce excelle pour optimiser ce temps de jeu, même quand ils accusent du retard après la phase de lane. Les duels devraient également être très vifs, sur la midlane entre Perkz et Chres « Sencux » Laursen, deux jeunes joueurs très talentueux et sur la botlane entre le duo Jesper « Zven » Svenningsen & Alfonso « mithy » Aguirre Rodriguez et Kasper « Kobbe » Kobberup & Mikyx. Dans la jungle, Trashy aura fort à faire pour confirmer ses récentes performances. Mais face au roi de la jungle Gang-yun « Trick » Kim, la tâche sera particulièrement périlleuse. Une chose est sûre, il faudra absolument regarder cette finale !

TSM contre C9, la finale des LCS NA 

Après Cracovie, direction Toronto, où se tiendra la tant attendue finale des LCS NA. Deux des équipes aux plus grandes communautés de fans se retrouvent dans un face à face qui s’annonce dantesque. C’est la 5e fois que cette affiche est la finale des LCS NA. Pour l’instant, les C9 en ont remporté 2 et les TSM 2 également. Les deux équipes se connaissent donc extrêmement bien. Cette rivalité devrait ajouter du piment à un match qui n’en manquait déjà pas. Présente dans 8 des 8 finales des LCS NA, Team SoloMid n’est évidemment plus à présenter. Très régulière dans son championnat, elle semble avoir trouvé l’équilibre qu’elle n’avait pas à la saison de printemps et a balayé toute la concurrence.

Søren « Bjergsen » Bjerg et son équipe auraient pu égaler le record d’invincibilité de Fnatic en remportant ses 18 matchs si Phoenix1 ne les en avait pas empêché. La domination n’en reste pas moindre avec 35 rencontres remportées pour 6 défaites seulement en saison régulière et un cinglant 3-0 en demi-finale. Basée sur des joueurs très solides individuellement, TSM impressionne de par son vaste domaine de compétence. L’équipe semble à l’aise sur tous les aspects du jeu, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant. Qu’ils gagnent en écrasant leurs adversaires sur la lane ou qu’ils comblent leur retard grâce à une meilleure approche tactique, ils semblent insaisissables. Une grande force de cette équipe est de pouvoir se reposer sur chacune de ses lanes pour porter les autres vers le haut. Un coup ce sera Bjersen qui prendra ses responsabilités et sera la première source de dégâts de son équipe, un coup ce sera Yiliang « Doublelift » Peng et parfois même le toplaner Kevin « Hauntzer » Yarnell. Une telle versatilité est un atout majeur pour déstabiliser l’équipe adverse et s’y adapter au mieux.

TSM semble imperturbable

TSM semble imperturbable

Dimanche, les Cloud9 auront donc fort à faire contre ceux qui ont tout raflé, dont les titres de meilleur coach, Rookie du split, meilleur toplaner, meilleur midlaner, meilleur carry AD et meilleur support de la saison estivale. Nicolaj « Jensen » Jensen aura à cœur de prouver sa valeur face à son compatriote sur la midlane et ne se laissera pas faire si facilement. Lui qui a connu des débuts difficiles en compétition après avoir été annoncé comme le futur Bjergsen en raison de ses performances incroyables en partie classée semble finalement avoir trouvé son rythme de croisière et atteint son plein potentiel. Dans une équipe extrêmement motivée et surtout très expérimentée à l’image de son toplaner Eon-yeong « Impact » Jung, champion du monde en saison 3 avec SKT T1. Mais seront-ils capables de faire descendre TSM de son piédestal ? Nul ne peut le prédire.

Les petites finales, samedi dès 17h

Quoi qu'il arrive, les fans d'Unicorns of Love répondent toujours présent

Quoi qu'il arrive, les fans d'Unicorns of Love répondent toujours présent

En attendant de connaître les équipes qui seront sacrées, les petites finales devraient vous mettre l’eau à la bouche. Privés du doux rêve d’une finale, H2K et Unicorns of Love font quand même le déplacement en Pologne afin de se départager pour la 3e place. Plus que pour l’honneur, cette 3e place est également très importante pour grappiller quelques précieux points de championnats, qui permettent un meilleur placement dans le tournoi régional de qualification aux championnats du monde. On peut donc s’attendre à tout dans cette confrontation. Les licornes nous ont toujours habitués à leur grain de folie qui leur permet de se transcender dans les moments importants, mais cette fois ils font face à des H2K assoiffés de revanche sur eux-mêmes. La bête blessée, passée à deux doigts de disputer la finale, pourrait devenir encore plus féroce et impitoyable. Face à Konstantinos « FORG1VEN » Tzortziou, Kyoung-min « Veritas » Kim aura tout à prouver, et ça ne s’annonce pas chose aisé. Le match sera à suivre à partir de 17h.

Outre-Atlantique, les champions de la saison de printemps Counter Logic Gaming affronteront les Immortals. Auteurs d’une bien meilleure saison régulière que CLG, Seung-hoon « Huni » Heo et sa bande partent favoris dans la quête de la 3e place. Comme H2K, Immortals est passé à un cheveu d’accéder à la finale et aura forcément envie de prouver qu’ils méritaient d’y être. Face à des CLG en perte de vitesse, ils partent favoris, mais attention à l’excès d’orgueil.

Dites-nous dans les commentaires quelle équipe vous allez soutenir !