Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Sjokz revient sur le début de la saison

La tension est à son comble en cette période de play-offs alors que les équipes des LCS EU s'apprêtent à partir pour Rotterdam. En attendant, il est temps de faire un retour sur la saison régulière et ce qu'elle nous a apporté pendant ces neuf semaines de compétition. Après avoir étudié nos équipes des LCS de part et d'autre de l'Atlantique, jetons un coup d’œil sur la compétition européenne, et les surprises qu'elle nous a réservées de semaine en semaine. Pour ce faire, nous avons fait appel à une experte qui, pendant ces neuf semaines a été au cœur de l'action à Berlin : hôte du plateau des LCS EU, Eefje « Sjokz » Depoortere nous livre sa vision de ce segment de printemps. Entre les prouesses de certains joueurs et les contre-performances d'autres équipes, quels sont les moments qui ont marqué Sjokz et que pouvons-nous attendre des équipes LCS pour les play-offs et la suite de la saison ?

Sjokz est l'hôte du bureau des analystes des LCS EU

Sjokz est l'hôte du bureau des analystes des LCS EU

Neuf semaines de compétition, dix équipes, quatre-vingt-dix parties jouées au total. Une chose est certaine, ce début de saison 2016 nous a apporté de nombreuses combinaisons, articulées autour des différentes compositions proposées par les équipes ou leurs stratégies en jeu. Pour Sjokz, la partie la plus mémorable du segment a eu lieu durant la sixième semaine, il s'agit de Vitality contre H2k. Rappelez-vous, cette partie a été la plus longue du segment avec 62 minutes de jeu, et si beaucoup n'en voyaient plus la fin, Sjokz y a vu « un match très intéressant entre deux équipes à leur plus haut niveau de jeu ». En effet, un match long traduit généralement que les équipes se cherchent, qu'elles ne trouvent pas un moyen pertinent d'avancer dans la partie. Ici, nous avons assisté à un jeu durant lequel les deux équipes tentaient de contrer l'adversaire, que ce soit sur les différents objectifs ou en terme de pression sur la carte. Durant cette partie Raymond « KaSing » Tsang a exprimé que ses équipiers ont été très réactifs quant aux décisions à prendre, et que c'est cette réactivité qui leur a permis de faire la différence à la fin. Outre la stratégie de l'équipe, Sjokz  exprime qu'elle a beaucoup apprécié la sélection de Bard et Zilean durant la sélection des champions (Bard était un champion peu rencontré à ce moment du segment). « De manière générale, il faut accorder un certain crédit à Vitality et Shaunz pour avoir essayé plein de nouvelles choses durant le segment » dit-elle, et il est vrai que Vitality nous a montré différentes facettes durant ces neuf semaines, regardons la voie du haut et Lucas « Cabochard » Simon-Meslet qui a impressionné avec le choix risqué du Lucian ou encore Nasus quelques semaines plus tard.

De nouveaux champions pour une nouvelle saison

De manière générale, les équipes ont fait preuve d’innovation cette année, et Sjokz explique que « même si je n'ai pas eu de surprises, j'ai été heureuse de constater que les équipes ont fait preuve de diversité et beaucoup de différents picks ont fait leur apparition ». On compte soixante-dix champions choisis ou bannis sur ce segment de printemps, parmi lesquels, Karma, Rammus ou encore Vel'Koz qui n'avaient pas été vus en compétition depuis un sacré bout de temps ! En parallèle, il ne faut pas négliger les IEM Katowice qui étaient le premier tournoi international de la saison. Ce tournoi a aussi marqué Sjokz par un pick en particulier qui n'a pas non plus laissé les fans indifférents : « Comment oublier le Jhin de Rekkles aux IEM sur lequel il a été fantastique ! ». Le virtuose a eu un impact primordial durant la partie contre CLG, de par son positionnement irréprochable et ses mécaniques, et Rekkles comptabilise alors onze exécutions ainsi qu'un champion banni pour le reste du championnat, belle performance en effet. 

Les premiers de la classe 

Cette année,  plusieurs équipes ont fait leur entrée en compétition LCS. Mais s’il y en a bien une qui a pris l'avantage tout au long du segment, ce n'est autre que G2 e-sports : « Ma plus grosse surprise, c'était la performance de G2, nous savions que c'était une équipe Challenger puissante, mais les rencontrer à un tel niveau sur la scène LCS est un tout autre accomplissement » raconte Sjokz. De semaine en semaine,  l'équipe de Carlos « Ocelote » Rodríguez Santiago a prouvé sa valeur sur la scène européenne. Avec un taux de victoire de 83%, ils terminent le segment de printemps en première place et en tant que grands favoris pour entamer les play-offs. Le midlaner de l'équipe Luka « PerkZ » Perkovic n'est pas passé inaperçu aux yeux de notre analyste, et elle le définit d'ailleurs comme le Rookie du segment : « Parmi les midlaners sortant des Challenger Series comme Sencux, Eika et PerkZ, je trouve que PerkZ est celui qui s'est montré le plus à la hauteur ». Sjokz ajoute également qu'il ne faut pas oublier les performances d'un autre membre de l'équipe, le support Glenn « Hybrid » Doornenbal qui se hisse parmi les meilleurs joueurs du segment avec un KDA de 7,9 et une participation aux exécutions de son équipe de 73,2% sur ses cinq champions joués.

La saison de G2 Esports en un coup d'oeil !

Malgré des résultats contrastés, Sjokz mentionne aussi les Unicorns of Love et particulièrement leur carry AD, Pierre « Steelback » Medjaldi qu'elle définit comme étant le joueur qui s'est le plus amélioré cette année : « il apparaît comme étant un carry important et contribue beaucoup aux victoires de UOL, il a d'ailleurs le plus de kills parmi tous les joueurs LCS EU ». En effet, avec 88 exécutions au compteur, Steelback amasse un total de 4,9 kills par partie en moyenne. Il inflige le plus de dégâts par partie entre tous les carry AD européens, et même si il a tendance à se laisser dominer sur les sbires tués en phase de lane, son adaptabilité à jouer des champions différents, dont des champions très mobiles, lui permet de gérer son positionnement et de faire la différence en combats d'équipe. 

Avec tant de bonnes surprises de la part de nos équipes européennes, il y en a qui, malheureusement, ont marqué Sjokz pour le pire de ce qu'elles pouvaient montrer : « Ma plus grosse déception reste Origen. Évidemment, il leur faut du temps pour s'ajuster à la présence de PowerOfEvil, mais ils ne ressemblent en rien à l'équipe qui est arrivée en demi-finale des Worlds l'an dernier » dit-elle. Il est vrai que l'équipe espagnole a éprouvé beaucoup de difficultés à trouver ses marques cette année, avec des erreurs durant la phase de sélection des champions ou de simples problèmes de cohésion en jeu, les Origen ont joué bien en dessous du niveau qu'on leur connaît. Entre les changements fréquents de coachs ou le retour de xPeke qui, selon Sjokz, aurait amélioré les résultats de l'équipe. Origen tente peu à peu de remonter la pente, et nous l'avons d'ailleurs vu durant ces quarts de finale après un expéditif BO5 contre Unicorns of Love. 

Un bureau d'analystes bien rempli 

Pr0lly a été un invité de Sjokz lors de la semaine consacrée aux coachs.

Pr0lly a été un invité de Sjokz lors de la semaine consacrée aux coachs.

Lorsqu'ils n'étaient pas sur la scène, beaucoup de joueurs européens ont été invités à l' « analyst desk » durant la saison régulière. « Je suis heureuse que nous ayons pu inviter autant de joueurs et j'espère que nous pourrons continuer cet été » nous dit Sjokz, « mes favoris étaient Perkz et Febiven qui se provoquaient, riaient ensemble, une vraie bromance ! ». Au-delà des joueurs, toute la structure les entourant a été mise en lumière cette année, et durant la septième semaine de LCS, ce sont différent coachs qui ont pris place aux côtés de Sjokz pour livrer leur expertise. Cette dernière explique que « la semaine des coachs a été géniale, j'ai été particulièrement impressionnée par Shaunz ». En effet, si l'équipe Vitality s'est montrée impressionnante durant ces neuf semaines, leur coach n'y est pas pour rien, et de manière générale, cette année, les structures encadrant les équipes en Europe se sont grandement améliorées. Sjokz souligne que « de manière générale, au-delà des coachs, il est évident que les équipes avec le meilleur encadrement s'en sortent le mieux dans le classement, il n'y a qu'à regarder Vitality avec Shaunz et H2k avec Pr0lly ». Ces deux équipes se sont montrées très constantes durant la saison et dès les débuts du segment, nous pouvions déjà sentir que les joueurs étaient confiants en jeu et n'ont cessé de progresser au fil des semaines. Au vue des différents résultats de nos équipes, Sjokz a établi l'équipe « type » de ces LCS EU avec les meilleurs joueurs à leurs postes, et sans surprise, nous retrouvons Cabochard pour la voie du haut, Kang-yoon « Trick » Kim dans la jungle, PerkZ sur la voie du milieu et les invincibles Konstantinos « Forg1ven » Tzortziou-Napoleon et Hybrid sur la voie du bas. 

De l'autre côté de la force 

Les Fnatic vont-ils encore s'imposer ?

Les Fnatic vont-ils encore s'imposer ?

Au début de la saison, bon nombre de nos talents européens ont choisi d'aller tenter leur chance sur l'autre rive de l'Atlantique. Au sein de différentes équipes, ils ont montré des résultats variés qui ne sont pas passés inaperçus aux yeux de notre analyste : « mon regard était principalement porté sur Froggen ainsi que le duo Huni/Reignover que je considère européens, même si ils sont coréens d'origine ». Résultats fragiles pour l'un, immortels pour les deux autres, nos expatriés de cette année ont livré des résultats opposés, bien que fidèles au jeu qu'on leur connaît. Sjokz explique que « Froggen n'est malheureusement pas à la meilleure place avec Echo Fox, mais on ne peut pas oublier ce maître farmer qui joue d'ailleurs bien mieux depuis son retour dans l'équipe ». Pour nos deux Immortals, leur place en première position est certainement déjà assurée, mais Sjokz émet un questionnement pour la suite et avance que « Immortals ont tendance à forcer l’agression, ce qui leur réussit en ligue NA mais pourra leur porter préjudice lors d'un événement international ». Il faudra évidemment attendre le MSI pour se faire une idée de l'équipe à un niveau international, mais pour le moment, il est difficile de trouver un compétiteur de taille pour cette équipe américaine. 

En somme, il est certain que les play-offs apporteront beaucoup, tant sur la régularité des équipes que leur adaptabilité en format Best of 5. Ce week-end, les Vitality sont tombés face à Fnatic, et Origen ont su donner le coup de fouet au bon moment face à des Unicorns of Love quelque peu perdus. Sjokz souligne que « durant les IEM, les Fnatic ont montré une toute autre facette sur un format plus long, le changement de format au segment prochain sera donc un bon moyen pour nos équipes de s'entraîner aux rencontres internationales » mais avant même d'aborder le segment d'été, l'action se concentre sur Rotterdam qui sera la prochaine et dernière étape de ces play-offs de printemps. Quelles équipes sortiront vainqueurs ? Pour Sjokz, le pronostic est lancé, et c'est G2 e-sports qui remportera le trophée à la maison, qu’en pensez-vous ?