Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

SKT vogue vers l'Histoire, fin du rêve pour Origen

Le miracle n'a pas eu lieu pour Origen. L'équipe européenne est tombée sous les coups de boutoir des coréens de SKT. Après leur victoire 3-0 en demi-finale, ces derniers sont eux toujours en route pour entrer de plein pied dans la légende. Non seulement SKT peut être la première organisation à remporter deux fois les championnats du monde, mais ils pourraient aussi bien être les premiers à vaincre sans perdre un seul match de tout le tournoi.

Championne du monde en saison 3, l'équipe SKT menée par Sang-hyuk "Faker" Lee et Seong-ung "Bengi" Bae a toujours faim de victoires. Absents du tournoi en saison 4, les coréens sont de retour et avec la manière. Ils ont survolé leur demi-finale face à Origen, mais contre toute attente, les européens d'Origen avaient commencé du meilleur pied. Lors de Ils ont en effet profité du ban de Gragas, désactivé jusqu'à la fin des championnats du monde, pour cibler Bengi et limiter son choix de champion. Qu'à cela ne tienne, ce dernier avait prévu le coup et a ressorti un oublié de la méta actuelle : Jarvan IV. Loin de se laisser abattre, Paul "SoaZ" Boyer et les siens ont alors pris les commandes du premier match de la série. Pendant un peu moins d'une demi-heure le public a retenu son souffle et cru que l'impossible n'était pas européen. La phase de lane était équilibrée, l'avance de Gyeong-hwan "Marin" Jang au top étant compensée par la performance éclatante de Jesper "Niels" Svenningsen sur Tristana. Mieux encore, les européens ont prouvé leur maîtrise de la macro-gestion avec une superbe prise du baron dès la 23ème minute, sans que leurs adversaires aient la moindre chance de réagir.  Malheureusement pour eux, ils n'ont pas su aller au bout de leur plan. Quelques erreurs de communication, un jungler qui reste quelques instants de trop ... Il n'en a pas fallu plus aux coréens pour reprendre progressivement le contrôle du match, grignoter méthodiquement leur retard et finalement remporter la victoire sur les ailes d'un Marin impérial sur sa Fiora.

1

Dès lors, la messe était dite. Oui Origen a eu un parcours incroyable ces dernières semaines. Oui, ils ont prouvé, le temps d'un match, qu'ils pouvaient rivaliser d'intensité avec ce qui est sans doute la meilleure équipe au monde. Mais pas plus. Comme à chaque fois qu'ils se sentent menacés cette année, les joueurs de SKT ont su trouver les ressources nécessaires pour hausser encore leur niveau de jeu, jouer intelligement, ne pas paniquer et exploiter magistralement les erreurs adverses. Ceux d'Origen, eux, se sont alors écroulés, battus mentalement bien plus qu'en terme de talent ou même de stratégie. Le deuxième match et surtout le troisième ont tourné à la démonstration. SKT a mis la pression sur tous les fronts sans laisser à Origen la possibilité de réagir. Maurice "Amazing" Stückenschneider, si bon au cours de ces championnats du monde, a semblé perdu. Il s'est fait surprendre plusieurs fois hors de position et n'a pas su aider ses coéquipiers à renverser le cours de parties déjà mal entamées. Idem pour SoaZ, dominé sur la toplane par son vis-à-vis et dont le visage fermé lors du troisième et dernier match racontait mieux que n'importe quelle histoire sa déception.

2

Malgré tout, comme l'a souligné Enrique "xPeke" Cedeño Martínez après le match, son équipe peut être fière du chemin parcouru. Si elle parvient à corriger ses problèmes de communication et de fortitude, nul doute qu'un futur brillant l'attend encore. Quant à SKT toujours invaincus, l'Histoire est entre leurs mains.