Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Le carry AD en saison 7

Quand la saison 2017 a commencé, les spectateurs ont été ravis de voir leurs joueurs favoris rebrancher souris et claviers pour commencer à grappiller les premiers points des LCS EU. Mais outre les performances e-sportives, ces premières rencontres donnent le La des tendances de méta, méticuleusement étudiées par les joueurs et leurs équipes d’analystes. Parce qu’ils sont souvent au premier plan des récentes discussions, nous allons nous intéresser à la place tireurs au plus haut niveau de compétition.

Les carrys AD ont un rôle assez ingrat. Très fragiles, ils ont des difficultés en début de partie, car contrairement à des mages qui ont des combos de compétences qui peuvent être dévastateurs très tôt dans la partie, ils doivent attendre d’avoir acheté plusieurs objets pour être menaçants. C’est bien pour ces raisons qu’ils sont accompagnés de supports. Chargés de les épauler en début de partie pour leur permettre de survivre face à des assaillants tous plus redoutables les uns que les autres, ils leur permettent d’atteindre leur pic de puissance et d’être une source de dégâts intarissable en fin de partie.  

C’est historique et depuis l’essor des compétitions très peu d’équipes ont osé se passer d’un tireur, alors que les autres types de champions (assassins, combattants, mages…) n’ont pas toujours été présents en compétition. Les plus anciens fans des LCS EU se souviendront évidemment du duo Nidalee – Soraka proposé à deux reprises par la botlane de Dragonborns en 2013. Cette stratégie incongrue avait même permis à l’équipe de remporter une partie. Sachant qu’elle n’en a remporté que 6 sur 28 pendant la saison, c’était remarquable. Mais trêve de digression, revenons-en à nos moutons.

Rekkles a été l'un des rares à ne jouer ni Varus, ni Ashe ni Jhin lors de la 1ere semaine

Rekkles a été l'un des rares à ne jouer ni Varus, ni Ashe ni Jhin lors de la 1ere semaine

Le rôle du tireur ne se résume pas à attaquer à distance avec des attaques de base. Certains sont plus doués dans un domaine que d’autres, répondent à différents besoins et s’inscrivent dans des compositions différentes. Lors du Mondial 2016, la dernière compétition majeure en date, Jhin, Caitlyn, Ezreal et Sivir ont été les tireurs les plus joués et les plus bannis. Si la vitesse de déplacement offerte par la compétence ultime de Sivir est utilitaire et que Jhin permet à ses alliés d’attraper des adversaires à distance via l’immobilisation de son Z et grâce au ralentissement de sa compétence ultime, ces champions restent de grosses sources de dégâts, des tireurs au sens premier du terme, des champions dont la mission principale et presque unique est de faire fondre les barres de PV ennemies.

Changement de cap pour cette nouvelle saison !

Quand on s’attarde sur les champions choisis par les duolanes en cette première semaine de LCS EU, on constate un changement de cap assez radical. Exit Jhin et Caitlyn du top 2 et bienvenue à Ashe (93 % de présence) et Varus (86 %). Tout de suite, on comprend que les tireurs utilitaires ont gagné en importance aux yeux des pros. Quelles sont les raisons derrière ces changements ? Que traduisent-ils ? Quel semble être le rôle des carrys AD en 2017 ? Enquêtons !

L’avènement d’Ashe pouvait être pressenti depuis le Mondial 2016. Si elle n’a pas été citée précédemment, c’est qu’elle n’a été contestée que dans 19% des parties, ce qui la classait donc à la 5e place, loin derrière les 4 premiers qui comptaient au minimum 40% de présence. Mais ce que ces statistiques ne disent pas c’est que l’Archère de givre a fait l’immense majorité de ses apparitions à partir de la demi-finale entre ROX Tigers et SK Telecom T1. Au fur et à mesure, les joueurs ont réalisé que ce qu’elle pouvait apporter était incroyablement sous-estimé et l’ont placée au sommet de la hiérarchie.

Ashe - splash art - Riot games

Ashe est le champion le plus sollicité, et les composition sont souvent dépendantes de la Flèche de cristal enchantée

Un changement qui saute aux yeux est que les champions résistants sont de retour en toplane. Au Mondial, Poppy était certes présente dans près de la moitié des parties, mais Jayce, Rumble et Kennen étaient également très prisés. Depuis la reprise, les tanks semblent avoir repris la priorité absolue, avec le retour en fanfare des irréductibles Shen et Maokai. Cibles très difficiles à abattre, elles posent des problèmes particuliers à des champions comme Caitlyn ou Sivir qui ont la sensation de taper sur un mur. Or infliger des dégâts est leur principale fonction. Ils sont donc bien embêtés par le retour de ces colosses capable d’encaisser leurs projectiles sans sourciller. Ashe ne dispose certes pas d’une arme magique qui lui permettrait de découper les tanks, mais elle a le mérite de pouvoir les garder à distance facilement. Et pour cause, le patch 6.20 a augmenté l’efficacité du ralentissement que sa capacité passive lui permet d’appliquer en permanence. Utile contre des sacs à PVs peu mobiles, moins contre des Rumble et Jayce qui peuvent attaquer de loin et ne sont pas longtemps à portée d’attaque de base, soit parce qu’ils meurent vite, soit parce qu’ils tuent vite les carrys AD.

Contrairement à Ashe, Varus sort de nulle part. Il n’avait pas été joué en LCS EU à ce poste depuis très longtemps. Bien plus longtemps que Corki, Miss Fortune, Tristana, Kog’Maw, Draven ou même Urgot. C’est dire ! La raison principale de ce retour en force est cachée dans le patch 6.24. Depuis que son passif se base sur la vitesse d’attaque bonus, l’option de l’équiper avec des objets de tireur classique est devenue bien plus viable. Résultat, il remplit mieux le rôle de tireur, là où il était contraint de se baser presque exclusivement sur ses compétences par le passé et été plus souvent invoqué par les midlaners.

Varus, l'arme pour contrer les tanks

Comme Ashe et Jhin, Varus a des atouts utilitaires : un ralentissement de zone sur le E et un ulti qui immobilise en zone, soit deux armes pour tenir les adversaires à distance. Mais il a bien plus que ça. Son retour en grande pompe est aussi dû à la versatilité de son kit, qui s’adapte particulièrement bien aux besoins actuels des tireurs. Varus est bon en phase de lane, peut raser les vagues de sbires en deux temps trois mouvements avec son A et harceler les adversaires avec cette même compétence, apporte des contrôles de foule (ce qui lui confère une utilité même s’il lui arrivait malheur rapidement en combat d’équipe). De plus, il est capable d’infliger des dégâts en fonction des PV maximums. L’arme parfaite pour venir à bout d’un Maokai et domaine dans lequel des champions comme Ashe ou Jhin trouvent vite leurs limites. Ces dégâts ne valent pas ceux de Vayne, qui les applique plus souvent — et en dégâts bruts, mais qui n’a pas le quart du kit de Varus.

Varus - artwork - riot games

Varus est la solution pour venir à bout de champions comme Maokai

La versatilité de ce champion se retrouve également dans l’ordre dans lequel il monte ses compétences. Kasper « Kobbe » Kobberup a par exemple préféré monter le Z en 2e alors que Petter « Hjarnan » Freyschuss a fait le choix de monter le E. Question d’adaptation et luxe rare au plus haut niveau d’optimisation.

Face à cette nouvelle trinité de tireurs utilitaires, le nouveau système de 10 bannissements en deux phases intervient déjà énormément. Ashe et Varus sont souvent bannis lors de la 2e phase. Il n’est pas rare de voir une équipe sécuriser l’un des trois champions puis bannir les deux restants. C’est alors que l’on retrouve deux tireurs plus traditionnels : Caitlyn, choisie à deux reprises par le joueur UoL Samuel « Samux » Fernández face à Team Vitality qui avait sélectionné Jhin et banni Ashe et Varus. La star de Fnatic Martin « Rekkles » Larsson a lui opté pour Ezreal à deux reprises avant de tenter sa spéciale, le Kennen AD, qui s’inscrit lui aussi dans une optique de champion utilitaire, mais qui ne lui a pas permis de l’emporter face à G2 Esports.

Face à cette nouvelle trinité de tireurs utilitaires, le nouveau système de 10 bannissements en deux phases intervient déjà énormément. Ashe et Varus sont souvent bannis lors de la 2e phase. Il n’est pas rare de voir une équipe sécuriser l’un des trois champions puis bannir les deux restants. C’est alors que l’on retrouve deux tireurs plus traditionnels : Caitlyn, choisie à deux reprises par le joueur UoL Samuel « Samux » Fernández face à Team Vitality qui avait sélectionné Jhin et banni Ashe et Varus. La star de Fnatic Martin « Rekkles » Larsson a lui opté pour Ezreal à deux reprises avant de tenter sa spéciale, le Kennen AD, qui s’inscrit lui aussi dans une optique de champion utilitaire, mais qui ne lui a pas permis de l’emporter face à G2 Esports.

Connu comme un hyper-carry adepte de Tristana, Zven devra peut-être adapter son style de jeu

Connu comme un hyper-carry adepte de Tristana, Zven devra peut-être adapter son style de jeu

Somme toute, le rôle de carry AD semble évoluer et demander de plus en plus de compétences différentes. Les champions cantonnés au rôle de mitraillette sur pattes sont boudés au profit de champions capables de sacrifier des dégâts au profit d’utilité. Il est d’autant plus difficile pour des Jinx, Vayne et autres Lucian de trouver une place sur la voie du bas que des Zyra et Malzahar ont une place très importante au poste de support. Ces champions à gros dégâts imposent des phases de lane assez rudes sans offrir la moindre protection en retour, ce qui n’arrange pas les tireurs qui cherchent à infliger de gros dégâts. De plus, étant donné que les mages sont omniprésents au poste de support, ils apportent des dégâts que les tireurs n’ont plus à apporter. Et l’effet domino fait que les équipes ont besoin d’un apport moindre en dégâts quand il y a des mages au poste de support que lorsqu’il y a des Soraka qui rendent des PV par milliers, des Janna qui proposent des boucliers réguliers ou des Braum capables d’encaisser des montants indécents de dégâts. Chaque pièce de l’échiquier a une importance cruciale dans la stratégie adoptée.