Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Challenges et surprises en LCS EU

Tous les matchs allers des LCS Europe ont été disputés. Alors que les rencontres intergroupes vont débuter en cette 4e semaine de compétition, il est temps de dresser un premier bilan. Quelles équipes ont tenu leurs promesses? Qui, au contraire, a été en deçà des prévisions? Quelle formation a créé la surprise?

La saison régulière peut paraître longue tout comme elle peut sembler incroyablement courte par moment. Afin de réaliser la meilleure performance possible et de se hisser au plus haut du classement, il faut être endurant comme si l’on courait un marathon, tout en gardant à la fois un rythme soutenu, comme si l’on disputait un 400 mètres. En athlétisme, on parle de distance traîtresse. Un exercice plus difficile à maîtriser qu’il n’y paraît.

Comme avant chaque début de saison, tout le monde aime faire ses pronostics, évaluer les forces et faiblesses de compositions parfois totalement remaniées, ainsi qu’imaginer à quoi pourrait ressembler le classement en fin de saison. Cette intersaison ayant été très riche en mouvements, l’exercice était délicat, mais d’autant plus savoureux. « Mais si, c’est l’année de Giants, je te le dis ! », vous lance votre partenaire de partie classée, si sûr de lui, tandis que vous lui rétorquez que « de toute façon, à la fin c’est toujours Fnatic qui gagne ». Avant d’attaquer la 4e semaine et les rencontres intergroupes, tâchons de voir qui a tenu ses promesses, qui a surpris et qui a le plus déçu.

G2 Esports, la valeur sûre

L’équipe espagnole confirme. N’ayant effectué aucun changement de joueur malgré les grosses désillusions en compétition internationale, G2 Esports s’est brillamment accaparé la première place du groupe A en remportant tous ses matchs. Jesper « Zven » Svenningsen et ses coéquipiers se sont pourtant fait deux frayeurs, contre Fnatic puis Misfits, en concédant une partie avant d’enfoncer le clou. Tel un roseau, si l’équipe plie, elle ne rompt jamais : G2 Esports est invaincue en 32 rencontres d’affilée en LCS EU. On se demande encore si quelqu’un arrivera à mettre un terme à cette folle série.

G2 Esport est invincible en LCS EU : 32 rencontres d’affilée sans défaite.

Beaucoup d’invocateurs s’attendaient à un bon début de saison de G2. Il était facile de pronostiquer leur bonne forme face à des compositions nouvelles ou, au moins, en partie remaniées. L’arrivée des jeunes avides de victoire de Misfits et d’une nouvelle formule concoctée par Fnatic, structure connue pour des recrutements souvent bien sentis, ajoutait une variable dont l’impact était difficilement prévisible, mais qui n’a pas pesé dans la balance pour le moment. Tandis que la majorité des équipes doit trouver son équilibre et apprendre à jouer ensemble, le cinq G2 se connaissent déjà très bien.

Si pour l’instant tout se passe bien, Luka «Perkz» Perkovic et sa bande vont devoir continuer à travailler sans relâche s’ils veulent conserver leur titre et avoir une chance de prendre leur revanche au Mid-Season Invitational au Brésil. G2 a la moyenne de temps de partie la plus haute de ces LCS EU. Cette donnée pourrait faire croire qu’ils ne parviennent pas à gagner rapidement, mais souligne surtout une certaine patience et sagesse acquise au fil du temps. Apprendre à gagner méthodiquement est bien plus utile sur le long terme, surtout à l’international.

G2 Esports, un collectif qui reste soudé dans l'échec

G2 Esports, un collectif qui reste soudé dans l'échec

 Les parties longues sont caractéristiques au groupe A. Dans le groupe B, la moyenne est plus basse de quelques minutes. Le choc de ces façons de jouer pourra être observé pendant les trois prochaines semaines. Face à de nouveaux adversaires, G2 va devoir redoubler d’efforts, surtout contre Unicorns of Love, s’ils veulent demeurer invaincus. Mais que les fans se rassurent, Perkz nous confiait que son ambition est toujours au beau fixe. 

 Unicorns of Love, une surprise haute en couleur

Dans le groupe B, Unicorns of Love a suivi le même chemin que G2 Esports et culmine en tête avec 4 victoires en ayant concédé 2 manches seulement. Pourtant, personne n’avait anticipé ce départ fulgurant. Auparavant, Unicorns of Love s’est tantôt montré capable d’accrocher un top 4, tantôt était plus fébrile et se contentait d’un top 6, mais n’a jamais été l’une des grandes menaces en saison régulière. Leur style de jeu atypique et surtout imprévisible leur a surtout permis de venir chambouler la hiérarchie en phase de play-offs.

Le passage au format en 2 manches gagnantes se rapproche plus que jamais du format des matchs en play-offs, ce qui semble leur donner des ailes. Aviez-vous déjà vu des licornes ailées ? Maintenant oui !

Xerxe a déjà été adopté par le coach Fabian «Sheepy» Mallant

Xerxe a déjà été adopté par le coach Fabian «Sheepy» Mallant

UoL fait partie des équipes qui ont conservé leur noyau central. Kiss «Vizicsacsi» Tamás, Fabian «Exileh» Schubert et Zdravets «Hylissang» Iliev ont toujours été les points forts de cette équipe. Un toplaner redouté, un support malin et un des meilleurs espoirs sur la voie du milieu, des valeurs sûres. Le parti pris de cette intersaison a été de se séparer des services des deux joueurs coréens pour recruter sur la scène régionale. Les arrivées du vétéran Samuel «Samux» Fernández mais surtout du jeune grand espoir Andrei «Xerxe» Dragomir ont redonné du tonus à l’équipe et permettent sans aucun doute une meilleure communication.

Ces bons résultats ne se sont pas accompagnés d’un changement d’identité de la structure la plus farfelue des LCS Europe. Xerxe n’a pas encore osé le Twisted Fate jungle mais il a été le premier joueur à donner sa chance au nouveau Warwick en compétition majeure. Il sera intéressant de découvrir s’ils arrivent à tenir la dragée haute à G2 Esports jeudi 16 février. 

Team Vitality, la déception tricolore

Depuis son arrivée en LCS au début de l’année 2016, Team Vitality a séduit les invocateurs de l’hexagone. Avec l’annonce des recrutements du carry AD Pierre « Steeelback » Medjaldi et du jungler Charly «Djoko» Guillard, la structure à l’abeille compte désormais trois joueurs français. Un record depuis l’époque désormais lointaine des against All authority de Rim «Nono» Amanieu. L’attente était donc énorme sur cette équipe plus bleu blanc rouge que jamais, bien que Kévin «Shaunz» Ghanbarzadeh n’en soit plus le coach.

Plus que du chauvinisme, l’équipe a de quoi faire rêver. Steeelback est un ajout majeur qui a récemment brillé chez ROCCAT, Djoko a été le moteur de Millenium en Challenger Series et s’est montré étonnamment à l’aise lors de ses matchs de remplacement pour UoL et Lucas «Cabochard» Simon-Meslet est un joueur qui a déjà prouvé sa valeur.

Djoko, un concentré de talent qui ne demande qu'à s'exprimer

Djoko, un concentré de talent qui ne demande qu'à s'exprimer

Seulement, malgré les grands espoirs portés sur l’équipe, force est de constater que la mayonnaise a du mal à prendre. Avec 3 défaites pour 1 victoire, Vitality se classe à la 4e place du groupe B, devant Origen qui est la seule équipe à avoir fait pire. Bien qu’ils aient accroché une manche à H2K lors de la 3e semaine, ce qui est rassurant, les Vitality ont annoncé un premier changement de joueur. Le sud-soréen Seung-chan « Hachani » Ha qui a été vivement critiqué, notamment pour sa fâcheuse tendance à mourir inutilement traduite par son nombre de morts : le plus élevé de la ligue, devrait céder sa place de support.

Si pour l’instant Team Vitality déçoit les invocateurs qui avaient misé sur leur réussite, ils peuvent être rassurés de savoir que la structure a pris conscience de la situation et a déjà réagi. Hachani devrait rejoindre l’équipe technique pour apporter son expérience et ses connaissances incomparables, ce qui devrait renforcer l’investissement humain déjà mis en place par la structure française et notamment traduit par la présence à Berlin du co-fondateur Fabien «Neo» Devide en personne.

La saison n’est évidemment pas terminée et les tendances peuvent encore s’inverser. Équipes et joueurs ont en main les cartes de leur destin.

Et vous, quelle équipe vous a le plus étonné ?