Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LEC

Fnatic et les mauvais départs

Pouvons-nous vraiment connaître le classement des équipes aussi tôt ?

Pendant un split de League of Legends, votre équipe ne peut pas se permettre d'abandonner. Vous ne pouvez pas abandonner même si vous êtes derrière. Vous ne pouvez pas abandonner si vous êtes devant. Vous ne pouvez pas abandonner si le client fait des siennes et que l'ordinateur de votre toplaner n'arrête pas de s'éteindre. Vous pouvez concéder une partie (même si ce n'est pas terrible comme solution), mais la saison doit continuer.

Avec assez de temps, tout est possible, et League of Legends a connu des retournements de situation de plus en plus fous chaque année. Alors quand certaines personnes annoncent la fin d'une équipe ou l'avènement d'un nouveau colosse en se basant seulement sur les premières semaines, elles finissent souvent par le regretter. Tout cela nous mène à Fnatic.

Débuts de Fnatic

Fnatic vient de réaliser le pire de ses départs (0-4), et pourtant, l'année dernière, l'équipe avait déjà connu des débuts moyens avec un score de 2-2, dont une défaite contre la toute nouvelle équipe de H2K. G2 est à l'opposé, car comme durant le dernier split, ils sont bien partis pour être invaincus. Et pourtant, seule l'une de ces deux équipes a récupéré la couronne européenne de la saison dernière.

Fnatic a l'habitude des mauvais départs, et Joey « Youngbuck » Steltenpool, le nouveau coach en chef, en est aussi un grand habitué, et ça ne l'a pas empêché de mener l'équipe jusqu'en finale du Mondial de la saison dernière. Son dernier split avec son ancienne équipe de G2 avait également mal commencé.

Après avoir atteint la finale du Mid Season Invitational 2017, l'équipe de Youngbuck, G2 Esports, semblait être à bout de souffle. Elle a atteint un score de 1-3 après quatre parties du Summer Split 2017, dont une victoire à l'arraché contre ROCCAT, une équipe qui a terminé dans les deux dernières places de son groupe. G2 a gagné son quatrième titre consécutif cette année malgré de moins bonnes performances que Fnatic dans son groupe.
 

Montée en puissance et effondrement

Durant ce même split, Misfits Gaming a réussi à se qualifier pour les playoffs. Son score de 6-7 n'indiquait pas qu'elle reviendrait en forme pour la finale du Summer Split 2017 afin d'affronter une équipe de G2 aussi en forme. Malgré une défaite en trois parties, Misfits s'est qualifiée pour le Mondial et tout le monde se souvient de leurs cinq parties contre SK Telecom T1, une série qui aurait dû se terminer en leur faveur selon certains.

L'année suivante, nous avons eu la preuve qu'un bon début ne mène pas forcément à une finale avec Misfits. Au début du Summer Split 2018, ils semblaient invincibles. Même si G2 a réussi à obtenir un score de 6-0, les Misfits sont allés encore plus loin en enchaînant neuf victoires consécutives pour un score de 10-1, mais ils se sont ensuite effondrés avec un 1-8 durant la deuxième partie de la saison. L'équipe a finalement terminé quatrième sans obtenir de bye pour les playoffs.

A photo of Jiizuke during Week 2 of the LEC

Daniele « Jiizuke » di Mauro et Vitality ont surpris le LEC en début de saison

Ni G2 ni Misfits n'ont obtenu le titre malgré leurs bons départs, et ce ne sont pas des cas isolés en 2018. Le précédent Spring Split a vu émerger deux nouveaux géants qui ont enchaîné les victoires. Team Vitality semblait bien partie avec un 3-1 à la fin des deux premières semaines (et en obtenant de manière quasi sûre le titre de meilleur rookie pour Daniele « Jiizuke » di Mauro en seulement quatre parties). L'équipe est allée jusqu'à 7-1, ce qui est presque un miracle pour une nouvelle équipe.

La seconde équipe a été une grosse surprise. Personne ne pensait que Giants Gaming serait également si proche de la première place avec Vitality. Giants a commencé avec un 3-1, qui s'est ensuite transformé en 5-2 à cause d'une défaite contre Vitality. L'effondrement de Giants Gaming s'est déroulé alors qu'une autre équipe, H2K, suivait le chemin inverse. Alors que l'équipe était en bas de tableau avec un score de 1-7, H2K a réussi à se qualifier pour les playoffs du Spring Split 2018 alors que Giants en était absente. Ni Vitality ni Giants n'ont atteint la finale alors que ces équipes étaient de sérieuses prétendantes au titre durant les premières semaines du split.

Trouver la solution

Il y a toujours eu de grandes différences de classement entre le début et la fin d'un split. Mais pourquoi ?

Il n'existe pas de réponse simple. Avoir un bon début peut être tout simplement lié à la méta. Lors du Summer Split 2018, Misfits et G2 ont utilisé la méta à leur avantage, mais de manière différente.

A photo of Schalke 04 Esports during Week 2 of the LEC

Schalke 04 a eu un excellent départ dans la saison 9

Pour l'instant, tout se passe bien pour Schalke 04 en 2019. Je pense que c'est tout à fait normal étant donné le style recherché par cette équipe. Jonas « Memento » Elmarghichi et Donggeun « Ignar » Lee se débrouillent très bien en début de partie.

L'équipe de Schalke cherche avant tout à utiliser son duo mid/jungle pour aider la voie du bas. Grâce à ce soutien, Elias « Upset » Lipp a réalisé des performances supérieures à celles de ses confrères de la ligue. Malgré un bon début à 3-1, Schalke a déjà montré que sa stratégie se basant sur le début et le milieu de partie pouvait avoir des failles, et l'équipe a eu du mal à terminer ses parties, qui dure d'ailleurs plus longtemps que la moyenne dans la ligue.

Des failles sont apparues, mais la bonne gestion de leur formation leur a permis de bien commencer. Vitality était assez similaire en 2018, mais leur identité était différente. Sans exception, Erberk « Gilius » Demir effectuait un gank au niveau 2 pour appliquer de la pression, puis Jiizuke, une fois son ultime appris, se rendait avec lui sur la voie du bas jusqu'à ce que la tourelle soit détruite. C'est simple, très simple, mais si vous vous concentrez sur un seul élément alors que les autres équipes n'ont toujours pas acquis les bases de la méta, vous avez clairement l'avantage.

Pas si mal

Tout cela se termine quand vos adversaires ont la maîtrise des fondamentaux.

Les déboires de Fnatic et d'Origen sont dus à un cruel manque d'identité. Et pourtant, je les soutiens toujours. Les membres de Fnatic ont dit eux-mêmes qu'aucun d'eux n'était au centre de l'équipe. Malgré ça, ils ont utilisé plusieurs compositions qui auraient pu se servir du midlaner pour gagner un avantage sur la voie du bas, tout comme Schalke. L'équipe actuelle de Fnatic est-elle incapable de faire de même ? Même en étant derrière, elle s'est bien débrouillée quand elle était groupée, et elle est parvenue à remporter des combats d'équipes.

C'est encore plus simple pour Origen. Pour l'instant, l'équipe a perdu ses parties lors des transitions. Les chemins empruntés par les joueurs ont causé leurs morts alors que les rotations étaient bonnes. C'est plus un problème d'exécution que de théorie. Dans les deux cas, Fnatic et Origen joueront bientôt mieux que les équipes actuelles du milieu de tableau. À mon avis, une fois la phase de laning terminée, Fnatic joue bien que Schalke, par exemple.

Heureusement, le split ne dure pas que quelques semaines, même si certains ne seraient pas contre. Si c'était le cas, le LEC ne ressemblerait pas à ça aujourd'hui. Les équipes se préparent pour un marathon, pas pour un sprint. Nous avons clairement identifié les meilleures équipes actuelles, mais personne ne peut dire qui remportera le trophée.

Ceux qui abandonnent ne vont pas bien loin.

Les Fnatic vont-t-ils se reprendre ? Combien de temps faut-il à la formation pour avoir le déclic ? Donnez votre avis dans les commentaires.