Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Bilan LCS EU : Rekkles, légendaire

Les plus belles actions, les stats à retenir pour épater ses potes : ne manquez pas une miette de ce qu’il fallait retenir des play-offs des LCS EU.

33 de KDA

Pour atteindre un gros KDA, il faut participer à beaucoup d’éliminations – logique – mais surtout tomber le moins souvent au combat. Et si on ne meurt pas du tout, c’est encore mieux. En finale des LCS, face au quadruple champion en titre G2 Esports, la superstar Martin « Rekkles » Larsson n’a jamais vu son écran grisé. Pourtant, ce n’est pas comme s’il avait joué de manière passive, évitant soigneusement toute situation compliquée, comme ces gens dont le seul défi est de ne pas mourir une seule fois en 1500 parties. Le Suédois a laissé l’époque craintive Elements loin derrière lui et n’a pas hésité à bondir vers le Ryze de Perkz quand il le fallait. Résultat ? 33 de KDA sur la finale. Si on ajoute la demie face à Team Vitality où il est mort 2 fois, le KDA descend légèrement, à 31,5. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la défaite de la 3e partie qui a fait baisser ses stats, puisqu’il n’est même pas mort dans celle-ci.

Au final, l’infatigable Rekkles ne représente que 3,3 petits % des morts de son équipe. Évidemment, c’est plus facile quand ton équipe gagne, et qu’elle joue autour de toi. Les boucliers d’une Karma mid, ça aide à rester en vie ! Mais la performance du MVP de la saison reste phénoménale.

 

Plus spectaculaire encore, ses deux quintuplés en trois parties. Bon, le premier n’est pas officiel, mais on peut tous s’accorder à dire qu’il le mérite.

Nisqy déchaîné

La petite finale n’a plus rien de petit depuis qu’elle offre un ticket pour Rift Rivals, qui aura lieu à Los Angeles. À priori, la Californie manque énormément à l’ancien de Team Envy, Yasin « Nisqy » Dinçer. Le Belge a été phénoménal, au point de recevoir le titre de joueur du match. Sur Cassiopeia, il a totalement martyrisé les pauvres joueurs de Team Vitality, et notamment son opposant direct, le rookie du split, Daniele « Jiizuke » di Mauro, qu’il a tué deux fois en duel.

Dans les yeux d’un pro

Grande nouveauté de ces play-offs, le stream en POV. Comprenez que vous avez accès au point de vue d’un joueur spécifique, comme s’il diffusait lui-même sa partie sur Twitch. Une nouvelle manière de voir l’esport et de sentir les tensions différemment. Parce qu’on l’a tous remarqué, quand on voit le jeu en mode spectateur, on n’est pas du tout happé par les mêmes éléments que quand on est concentré sur ses propres actions. On admire cette magnifique Poussée sismique (Z) ci-contre de la Taliyah de Jiizuke.

Alors si vous voulez analyser les mécaniques, les déplacements et la gestion de la caméra des pros, vous pouvez retrouver les rediffusions de parties de Rekkles, Jiizuke et Perkz.

Ce qu’il fallait jouer

Qu’importe les metas, il y a toujours quelques champions omniprésents. Ou omni bannis, comme la tristement célèbre Kalista du Mondial 2017. Ces play-offs ne dérogent pas à la règle. Xayah et Swain ont été choisis ou bannis dans l’intégralité des rencontres. La tireuse se rapproche du cas Kalista, avec 1 seule sélection pour 23 bannissements, tandis que Swain a eu un peu plus de liberté. Mais quelle erreur. Il a remporté 86 % des 7 parties disputées, avoir un KDA de 6,7. C’est fort.

En revanche, celui dont il aurait peut-être mieux fallu se passer, c’est Ryze. Avec seulement 2 parties sur 9 de remportées, le Mage runique n’a pas connu un grand succès.

La suite

Nisqy

Fnatic, qui a enfin renoué avec le succès, représentera donc l’Europe au Mid-Season Invitational. Il sera difficile d’égaler la performance de G2 Esports l’an dernier, puisque les samouraïs s’étaient hissés en finales et avaient donné du fil à retordre à SK telecom T1. Mais Fnatic, qui devrait disposer à nouveau de son titulaire Paul « sOAZ » Boyer, a déjà fait étalage de ses capacités à l’international lors du mondial 2017.

Concernant Rift Rivals, qui se déroule début juillet, notre région sera représentée par Fnatic, G2 Esports et Splyce. Avec un seul objectif : faire oublier la défaite cuisante de l’an dernier !