Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

Ces champions qui marquent le Mondial

Les championnats du monde sont rythmés par des surprises quotidiennes ! La Corée du Sud n’est plus dans la course, l’Amérique du Nord a enfin atteint les demi-finales et le favori Royal Never Give Up a perdu l’espoir de tout remporter en 2018. Dans la Faille aussi, certains champions ont réussi à devenir des petites stars. Jetons-y un œil !

Viktor, Héraut des machines

On connaissait Swain, il y a désormais Viktor. Ce mage très efficace en combat d’équipe est d’habitude un grand habitué de la voie du milieu, mais il a fait son apparition sur la voie du haut en quart de finale. Gi-in « Kiin » Kim, toplaner coréen de l’équipe Afreeca Freecs, est le premier à le sélectionner à deux reprises et sera suivi par Gabriël « Bwipo » Rau un peu plus tard dans la journée.

Dès le début du Mondial, Aatrox et Urgot se sont imposés comme les deux principaux champions de la voie du haut, avec respectivement 99 % et 97 % de présence et même 100 % pendant le Play-in. Évidemment, les joueurs pros cherchent sans cesse de nouvelles alternatives et réponses à la méta. C’est comme ça que Viktor a fini par pointer le bout de son nez ! Il se trouve qu’il est tout à fait capable de mettre de la pression sur la voie, en sa qualité de mage à distance, et qu’il est difficile à attraper, si l’on adapte un peu les objets à acheter.

Tout repose autour de l’objet Gantelet givrant et du fait que les joueurs investissent en Siphonnage (A) en premier. Avec cette recette, Viktor a beaucoup de réduction des délais de récupération et peut harceler sans cesse avec sa belle réserve de mana. Le ralentissement du Gantelet givrant couplé à la vitesse de déplacement du A permet de maintenir la distance avec les champions de mêlée, et le bouclier très important et surtout presque tout le temps disponible grâce aux 40 % de réduction des délais lui offre une survabibilité inouïe, ce qui est idéal pour faire face à Aatrox. Par la suite, les bons dégâts de base et les sorts en zone font de Viktor un bon élément lors des regroupements ! Nul doute qu’il sera très plébiscité dans la fin de compétition. En tout cas, il envahit déjà les files classées.

Nocturne, l’Éternel cauchemar

Quand un champion est le roi de la présence et qu’il gagne deux parties sur trois, on peut se dire qu’il est capital ! Avec 22 sélections et 25 bannissements pour 68 % de victoire, Nocturne s’est imposé comme LE jungler de ce mondial. Et les équipes l’ont bien compris, puisque plus la compétition avance, moins elles hésitent à le bannir.

Il faut dire que le champion est très adapté au style de jeu du moment. Il est à l’aise dans la jungle et profite pleinement de la disparition du Couteau du pisteur, l’objet de jungler qui permettait de poser des balises et qui prévenait des ganks de Nocturne. Son ulti peut être couplé avec celui de Galio, l’un des midlaners les plus en vogue. Il peut assister les champions qui cherchent à splitpush et plus particulièrement dans les compositions 1-3-1. Il est également une plaie en combat d’équipe, parce que Paranoïa, son ultime, limite grandement le champ de vision de ses adversaires, ce qui apporte un grand avantage lors des affrontements, qui sont clés dans la méta actuelle. Et coup de chapeau, c’est l’un des très rares champions à tenir la dragée haute en duel face à Xin Zhao, l’autre roi de la jungle.

Zilean, Gardien du temps

Le maître mot de ce mondial semble être : venez comme vous êtes. Alors Cloud9 est venu avec ses propres champions. Au diable Aatrox et Urgot, le très talentueux Eric « Licorice » Ritchie sort ses plus beaux Hecarim et Singed. Et pour l’accompagner, Nicolaj « Jensen » Jensen a montré que son Zilean en a encore sous le pied. Ce champion remplit un rôle similaire à celui du Swain de Seo-haeng  « Kuro » Lee : l’anti-jeu. Akali, Irelia, Syndra et LeBlanc font la fête au mid, alors on leur oppose souvent Galio, Lissandra ou même Urgot. Zilean est dans le même mouvement : tu veux tuer quelqu'un ? Il faudra le faire deux fois.

Dans des parties très excitées, souvent meurtrières, un bon Zilean peut permettre de temporiser, de prendre un peu d’avance en expérience et de courir vite pour s’échapper. Mais dans les mains d’un très bon joueur qui connait le champion comme sa poche, c’est également un très bon moyen d’infliger des dégâts. Sur deux parties (une victoire et une défaite), Jensen a infligé une moyenne de 616 points de dégâts par minute. Bien que l’échantillon soit faible, c’est le record de tous les midlaners, 100 points au-dessus de LeBlanc (14 games), Akali (6 games), Azir (4 games) et Ekko (2 games). En tout cas, Afreeca Freecs n’a pas voulu voir la couleur du Zilean de Jensen, et l’a banni à chaque manche du quart de final.

Heimerdinger, l’Inventeur réputé

Vous jouez contre G2 Esports ? Vous voudrez absolument bannir Heimerdinger. Par deux fois, l’opportunité de sélectionner le Yordle a été laissée à l’équipe européenne et Petter « Hjarnan » Freyschuss s’en est donné à cœur joie. Deux victoires à 2/0/4 et 2/0/6. Ce n’était pourtant pas les plus mauvaises équipes en face : Flash Wolves et Afreeca Freecs, mais le champion sied trop bien le style de G2 et de son joueur suédois.

Ce qui est le plus important avec ce champion, c’est qu’il est le seul à y porter un intérêt, ce qui donne un énorme avantage à son équipe, puisque c’est une arme dont elle est la seule à profiter. L’équipe adverse n’en ferait rien, alors elle n’a que deux choix : le laisser disponible au risque de faire le jeu de G2, ou le bannir. Mais si l’on bannit Heimerdinger, on ne peut pas bannir autre chose et cela profite énormément aux autres membres de l’équipe. Aatrox, Irelia, Akali… l’un de ces champions très forts en ce moment et qui maîtrisent très bien Luka « Perkz » Perković et Martin « Wunder » Hansen. Choix cornélien.

Sivir, la Vierge martiale

Sur la voie du bas, le Mondial pourrait presque se résumer à un face-à-face constant entre Xayah et Kai’Sa. Mais cette dernière est en perte de vitesse. Plus la compétition avance, plus le niveau est relevé et plus les Kai’Sa ont du mal à survivre à la phase de lane. Si le champion est excellent en fin de partie, parce qu’il est mobile, qu’il peut infliger beaucoup de dégâts en peu de temps et qu’il peut s’adapter en se jouant AP, ce qui permet l’achat d’objets défensifs efficace comme le Sablier de Zhonya ou le Voile de la Banshee, il est souvent compliqué d’atteindre ce stade de la partie.

C’est là que Sivir arrive ! Avec 71 % de victoires (le meilleur taux parmi tous les tireurs) en 14 parties, Sivir est un champion assez fiable en phase de lane, parce qu’elle peut éliminer les vagues de sbires très facilement et éviter le danger avec son Bouclier magique (E). Ce champion vieux comme le monde est le deuxième tireur à infliger le plus de dégâts par minutes, derrière Ezreal, difficile à égaler, puisqu’il poke énormément et a le meilleur KDA de tous, avec 6,5 contre 3, 8 pour Kai’Sa et 4,5 pour Xayah. Avec ses ricochets, c’est l’arme ultime si la partie traine en longueur et sa compétence ultime est très utile dans toutes les situations. Alors Sivir est peut-être plus discrète que d’autres champions de cette liste, mais elle est tout de même marquante. D’autant plus que, comme le dit la légende, la victoire est garantie dès qu’elle a éliminé 500 sbires !