Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
CHALLENGE FRANCE

Être manager d’une équipe League of Legends professionnelle

Un joueur professionnel de League of Legends ne doit se focaliser que sur le jeu, ses performances et sa cohésion avec ses coéquipiers. Pour tout le reste, les managers sont là et veillent à leur bonheur au travail, mais aussi personnel. Nous avons interviewé Lounet et Samishh, respectivement managers des équipes Team-LDLC et Millenium, finalistes du Challenge France.

La réussite d’une équipe professionnelle sportive passe par le recrutement d’un ensemble de talents qui forment, cadrent et entraînent les joueurs. Plusieurs dizaines de personnes sont par exemple nécessaires pour encadrer une équipe de football ou de basket, s’occupant de toutes les facettes pratiques de la compétition et laissant les joueurs se focaliser sur leur métier : gagner.

Les équipes professionnelles de League of Legends développent une structure similaire à ces clubs, méthode souvent synonyme de performance. Dans les plus grandes équipes, on retrouve des analystes chargés de visionner les parties et d’identifier les forces et faiblesses de chacun. Les entraîneurs, quant à eux, sont focalisés sur le jeu et ses mises à jour, puis sur les stratégies à adopter lors du choix des champions.

 
yamatocannon-lcs

YamatoCannon, charismatique coach de l'équipe Splyce

Et officient dans l’ombre les managers...

Les managers ont la lourde tâche de veiller à ce que leurs joueurs ne se soucient de rien, sauf de leurs résultats. Lounet, manager de la Team-LDLC, nous explique par exemple qu’il “gère le planning, les entraînements, la recherche d’adversaires et aussi les problèmes”. Même travail pour Samishh, qui met en avant l’aspect réactivité de son métier, “toujours disponible pour régler les soucis le plus rapidement possible”.

Et des soucis, il en existe souvent, puisque les joueurs sont très jeunes et parfois recrutés aux quatre coins de l’Europe ou du monde. Ils doivent donc composer avec une nouvelle vie, un nouveau pays, une nouvelle langue et l’adaptation est plus ou moins difficile selon les profils. Le manager voit donc son rôle prendre un caractère très familial, Samishh expliquant qu’il est à la fois “leur maman, leur confident et leur grand frère”.

lounet-samishh-coach

Tous deux viennent de milieux différents mais connaissent bien l’univers de l’e-sport professionnel. Lounet a longtemps été joueur League of Legends jusqu’en 2015, puis il est passé manager des anciennes structures InFamous et Melty Esport Club, avant de suivre ses joueurs sous les couleurs de la Team-LDLC. Samishh a quant à lui été directeur e-sportif de la structure Epsilon, célèbre sur le jeu Call of Duty. Il a ensuite accepté l’offre de Millenium pour gérer l’ensemble des équipes du club. Deux expériences nécessaires à la compréhension des enjeux et du quotidien des joueurs.

La préparation d’une équipe pour une finale de coupe de France

Manager les meilleures équipes du pays, c’est aussi mettre tout en œuvre pour qu’elles performent du mieux possible lors des rendez-vous les plus importants comme le Challenge France. Qualifiées pour la grande finale qui se jouera à Lyon ce vendredi 03 mars, Millenium et Team-LDLC suivent depuis plusieurs mois un entraînement rigoureux pour briller lors de cet ultime match.

Du côté de la Team-LDLC, Lounet nous confie que les joueurs ne suivent pas moins de “3h à 6h d’entraînement quotidiennes en équipe”, puis qu'ils pratiquent “en partie classées solo le reste du temps”. Planning similaire du côté de Millenium, puisque “Deux blocs d’entraînement de 15h à 18h puis de 19h à 22h” sont prévus pour consolider les aspects tactiques et les dernières stratégies.

finale-cf2016-toulouse

L’équipe Millenium, dont la composition a totalement changé en ce début d’année 2017, a “pas mal d’appréhension concernant cette finale, puisque c’est également la première expérience sur scène pour certains des joueurs”. Du côté de la Team-LDLC, Lounet nous fait part de l’esprit revanchard de son groupe, “excité de jouer un match à enjeu contre ses rivaux et devant des milliers de spectateurs”.

Une finale qui rappelle en effet celle de l'édition 2016 du Challenge France, ou Team-LDLC s'était inclinée 3 à 0 à Toulouse. La pression se fait donc ressentir du côté opposé car il faut “conserver la coupe et réserver un jeu à la hauteur de celui des anciens joueurs”. Mais les récentes performances de l'équipe prouve que le niveau est présent.

Une vision optimiste du développement de la scène professionnelle

Leur métier les place directement au cœur de l’écosystème professionnel français de League of Legends. Par conséquent, nous avons demandé à Samishh et Lounet de nous donner leurs avis sur son développement.

Le manager de l’équipe Millenium est intimement convaincu que la France “respire League of Legends et que la communauté est une des plus fortes. Il est donc nécessaire de former les équipes et joueurs de demain pour rendre le pays compétitif”. De son côté, Lounet se dit “heureux d’avoir un grand nombre de compétitions en France”. Il espère tout de même qu’il existera à terme une véritable “ligue avec des matchs joués hors-ligne et à intervalles réguliers”, à l’instar des LCS. Deux visions ambitieuses qui montrent que la scène français a encore tout à prouver dans les prochaines années.

Nous leur avons également demandé leurs conseils si un jour, l’envie de faire du jeu votre métier vous traversait l’esprit. Lounet est catégorique : “impossible de percer si on joue uniquement pour le plaisir. Il faut faire des sacrifices et s'entraîner un maximum pour progresser”. Une vision qu’on retrouve du côté de Samishh, qui explique que “l’attitude fait tout. Si le niveau individuel est évidemment important, la capacité à se remettre en question et son attitude générale permettra de mieux avancer”.  

Vous l’aurez compris, on ne devient pas joueur professionnel par simple passion, il faut un mental de champion et une ténacité de fer pour espérer un jour exercer au plus haut niveau. Merci à Samishh et Lounet pour leurs précieuses réponses, nous leur souhaitons maintenant un bon entraînement et nous leur donnons rendez-vous pour le choc de vendredi soir : la grande finale du Challenge France.