Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Mondiaux 2017 : TSM et Cloud 9, moment de vérité

Qui dit championnats du monde de League of Legends dit spéculations des fans sur le devenir de leurs favoris. Pour les adeptes des équipes nord-américaines, le tournoi suscite cette année les espoirs les plus fous. La région, souvent décriée, semble tenir enfin l'occasion de marquer le monde de son empreinte. TSM et Cloud9 ont un vrai coup à jouer, grâce à la faiblesse relative de l'Europe. Encore faut-il résister à la pression, qui a emporté Immortals.

L'Amérique du Nord s'est présentée en deuxième semaine des championnats du monde en pleine confiance, avec trois équipes bien placées en vue des quarts de finale. C'est bien simple : Team Solomid, Immortals et Cloud 9 sont apparues comme les premières équipes américaines à pouvoir véritablement s'imposer à l'international depuis la saison 1 ! Las, Immortals a chuté en ouverture de la deuxième semaine. Restent C9 et TSM pour porter les espoirs de toute une région.

Même si on imagine mal les équipes NA renverser la domination sud-coréenne, beaucoup les voient se placer solidement deuxième région de ces championnats du monde. À commencer par Ailye, commentateur chez O'Gaming, très emballé. « C'est l'année de la rédemption. Les NA sont un running gag depuis quelques années. Mais cette saison, pour toute la région, c'est le moment. » À ses yeux, alors que l'Amérique du Nord n'avait les années précédentes qu'une seule « tête de gondole », le niveau a été beaucoup plus relevé cette fois en LCS NA. En conséquence, il est persuadé que les trois équipes qui jouent la phase de groupes sont mieux préparées que jamais.

La région « arrive à la fin de son inertie » à l'international et s'apprête à récolter les fruits des nombreux investissements qui ont inondé la scène e-sport outre-Atlantique. Contrairement à certaines années, Ailye ne craint pas le « scénario où les NA sortent de leur cocon et découvrent le niveau du reste du monde », puisque, sportivement, « les NA ont su se nourrir de toutes les autres ligues ».

Bjergsen

Bjergsen, plus fort que jamais.

Surtout, il n'y a pas en Chine « d'équipes toutes faibles qui arriveraient la bouche en cœur ». . Au contraire, les trois représentants nord-américains « ont suffisamment de vétérans » capables de « rassurer les troupes, mais ont aussi des plus jeunes avec la niaque. Bjergsen, Pobelter, Xmithie, Doublelift sont au sommet de leur art aujourd'hui ».

Yasin « Nisqy » Dinçer, s'est imposé cet été sur la voie du milieu d'Envy. Lui qui affronte chaque semaine tous ces joueurs est plus mesuré. Il a peur que les premières minutes de match « le gros point faible » de la région ne soient punies à l'international. Il ne craint pas vraiment « les Européens, qui ne jouent pas la méta et sont globalement » en retrait cette année, mais reste méfiant.

Team Solomid : maintenant ou jamais

Le joueur Belge fonde tout de même de grands espoirs sur TSM. Le champion régional va « tout donner ». Ils ont retenu les leçons de l'année dernière, quand « ils avaient raté leur groupe ». Leur communication d'équipe est meilleure et ils « savent mieux gérer leur méta ». Face à Misfits, Flash Wolves et Team WE, Nisqy voit TSM « facilement premiers » de leur poule. Ils ont même « de grandes chances d'aller en demi-finale s'ils évitent les équipes coréennes ».

«Misfits ne tiennent pas 25 minutes contre TSM»

Ailye
TSM

Team Solomid s'avance conquérante.

Ailye est sur la même longueur d'ondes : sortir du groupe D ne devrait être qu'une formalité pour la meilleure équipe nord-américaine. Certes, « Flash Wolves est peut-être l'équipe qui fait peur », mais « Misfits ne tiennent pas 25 minutes contre TSM, [qui ont] sûrement la meilleure macro NA ». Sauf que lors de la rencontre entre ces deux équipes en première semaine, c'est bien Misfits qui l'a emporté. Grâce notamment à une performance extraordinaire de Steven « Hans sama » Liv sur sa Xayah, les Européens ont pris un avantage décisif dans le premier quart d'heure. Après avoir essuyé l'orage en milieu de partie, ils ont pris les bons affrontements et renversés le champion.

 

Qu'à cela ne tienne, TSM a tout de même assuré la première place provisoire de son groupe. Pour la suite l'équipe « prend n'importe qui en dehors des équipes coréennes ». Ils peuvent l'emporter aussi bien contre G2 Esports que contre Immortals, même si contre ces derniers « ce serait très serré ». Enfin, « ils sont plus forts que toute la Chine, ça c'est sûr ».

Gare toutefois à une méforme de Søren « Bjergsen » Bjerg. Depuis la voie du milieu, le Danois est « le cœur de TSM ». Nisqy admire « l'intelligence de son gameplay. Il ne va pas rouler sur ses adversaires, mais il va faire son jeu et carry son équipe ». Même si la superstar américaine Yiliang « Doublelift » Peng est toujours dangereuse sur la voie du bas, c'est au milieu que tout se joue. « C'est de Bjergsen que dépend la qualité de jeu » de Team Solomid.

Gageons que dans une méta très axée sur la voie du milieu, qui bénéficie en général du soutien et de l'attention de son jungler, Bjergsen va faire le nécessaire pour tenir son rang. Après tout, rappelle Nisqy, « tout le monde en NA compte sur eux ». La structure a démontré sa domination sur sa région, ce qui provoque « beaucoup d'attentes. C'est l'équipe que tout le monde regarde ».

Immortals, premier échec à l'international

Dans le groupe B, Immortals a hérité d'un gros morceau, Longzhu Gaming et n'a pas réussi à accrocher la deuxième place. Optimiste, Ailye a eu « envie de croire à un scénario où IMT met à mal LZ » sur un match, mais comme l'ont constaté les Américains en première semaine, c'est incroyablement difficile. IMT a dominé le début de la partie, mais LZ a su exploiter même les plus petites erreurs pour s'imposer. Pire, l'équipe s'est écroulée en deuxième semaine, à l'image d'un Eugene « Pobelter » Park méconnaissable.

 

Immortals

La marche était trop haute pour Immortals.

A postériori, Nisqy. a eu raison de se montrer prudent, lui qui « pense que Fnatic sont bons » et surtout que leurs points forts sont situés « là où IMT a des faiblesses ». La chance des Européens c'est la « pression » qu'ils exercent sur leurs voies, tandis que « IMT peut gagner la partie sur leur meilleure macro ». L'affiche fait en tout cas rêver le joueur d'Envy qui confie : « c'est l'affrontement que je veux le plus voir des phases de groupe ». Il n'a pas dû être déçu. Lors de la première manche, Rekkles a presque réussi à porter son équipe sur ses épaules, avant de chuter sur une tentative d'exploit individuel à la 50e minute. Au match retour, les Européens se sont vengés, avant d'enfoncer le clou lors des tie-break.

Cloud 9 contre le groupe de la mort

Contractz

Premiers championnats du monde pour Contractz.

Troisième et dernière équipe américaine en compétition, Cloud9 a impressionné au cours de la phase de qualification. Manque de chance, la structure se retrouve dans la poule A, avec ahq e-Sports Club, Edward Gaming et surtout SK Telecom T1. Pas de quoi entamer la confiance d'Ailye, qui voit « Cloud9 à la deuxième place du groupe ». Sa stabilité fait sa force : « l'équipe n'a que peu bougé au fur et à mesure des années. Il y a juste eu [l'arrivée de] Juan « Contractz » Garcia, vrai génie de la jungle du haut de ses 17 ans ».

Bien sûr, « SKT est imprenable », mais contre AHQ et EDG, « même en rôle contre rôle », il pense « C9 au-dessus à peu près partout ». En outre, « l'équipe a joué les play-in, s'est chauffée et y a montré un niveau de jeu très solide ». Même le carry AD Zachary « Sneaky » Scuderi, point faible des bleu et blanc l'a « rassuré » ces derniers jours.

Une opinion cette fois partagée par Nisqy. Le joueur estime que Cloud9 a « une forte chance de terminer deuxième », car « sur une série de victoires » ils peuvent engrainer de la confiance. Contrat rempli pour le moment : Avec deux victoires très convaincantes contre ses rivales, C9 est virtuellement en quarts de finale.

 

Jensen

Jensen se doit d'être le carry de Cloud9.

Comme chez TSM, c'est sur la voie du milieu que le sort de la structure va se décider. Nicolaj « Jensen » Jensen « tient n'importe qui au mid », d'après Ailye. « Tout va dépendre de lui et s'il joue à son niveau ça devrait bien se passer » renchérit Nisqy. En revanche, si le Danois a un passage à vide, « personne ne peut reprendre l'équipe et la porter ».

Et vous, qu'attendez vous des équipes nord-américaines lors de ces championnats du monde ?À quelles places les voyez-vous terminer ?