Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
Worlds play(in opening ceremony 2017
LCS

Championnats du monde : qu'attendre de l'Europe ?

La phase de groupes des championnats du monde commence, les Pick'em sont complétés et, comme chaque année à la même époque, les pronostics en tous genres vont bon train. L'Europe, en particulier, se demande à quelle sauce elle va être mangée. Défaite sèchement par l'Amérique du Nord lors des Rifts Rivals, la région traverse une période de doutes. G2 Esports, Misfits et Fnatic, les trois équipes européennes qualifiées pour la compétition, ont-elles les ressources nécessaires pour finir la saison 7 la tête haute ?

G2 Esports, Misfits, Fnatic. Trois noms, trois équipes, trois représentants de notre continent aux championnats du monde de cette année. Des élus qui s'avancent à présent vers la phase de poule entourés d'une nimbe d'interrogations, voire d'inquiétudes, de la part des fans. Malgré son historique chargé à l'international, l'Europe reste sur une défaite cinglante lors des Rifts Rivals et a besoin de prouver à nouveau sa valeur. Elle ne s'avance évidemment pas perdante, mais face à une opposition toujours plus relevée, elle n'a pas vraiment le droit à l'erreur.

C'est à présent que tout se joue. Et bien malin qui peut aujourd'hui prédire avec exactitude le résultat des divers matchs de groupe. Derrière les inévitables coréens, les poules semblent très ouvertes, bien plus même que celles des années précédentes. Placés respectivement dans les groupes B, C et D, Fnatic, G2 Esports et Misfits peuvent tous terminer là où on ne les attend pas.

G2 Esports, les champions sous pression

Honneur au champion, G2 Esports n'entend pas repartir de Chine la tête basse et assume la pression qui pèse sur ses épaules. Comme l'ont déclaré plusieurs joueurs ces dernières semaines, c'est sur ces championnats du monde qu'ils désirent être jugés. Sauf que prendre la première ou même la deuxième place du groupe C n'est pas une sinécure. Royal Never Gives up – deuxième de la ligue chinoise – et Samsung Galaxy – troisième équipe coréenne – sont de gros clients.

Certes, comme les matchs de poules sont en BO1, tout est possible, mais ce n'est certainement pas couru d'avance. En LPL, RNG a perdu le titre face à EDG, mais il ne faudrait pas oublier que l'équipe était favorite de sa finale. Contrairement à l'an passé, RNG a les moyens d'aller très loin dans le tournoi. Contre G2 Esports, ils ont même les faveurs des pronostics.

Jungle et midlane à surveiller

Au top, Tong « Koro1 » Yang devrait dominer Ki « Expect » Dae-han, mais ce dernier va pouvoir rester utile. Le vrai danger pour les européens vient de la jungle. Kim « Trick » Gang-yun est meilleur que Liu « Mlxg » Shi-Yu quand il s'agit de farm la jungle, pas quand il faut être plus présent sur les voies que son vis-à-vis.

EULCS 2017 summer split playoffs semifinals Perkz

Les espoirs de G2 Esports reposent en bonne partie sur les épaules de PerkZ.

Dans une méta très tournée vers la voie du milieu, avec un jungler qui, encore plus que de ganker, a la charge d'offrir une pression favorable à ses comparses, Mlxg fait peur. Néanmoins, Trick le sait bien et a les armes pour gêner le joueur chinois. Il sait ce qu'il a à faire pour mettre PerkZ dans les meilleures conditions. Avec le soutien nécessaire pour prendre l'ascendant sur sa voie et imposer son rythme, le croate peut peser très lourd dans la balance. En somme, le sort de cette affiche est sans doute entre les mains de Trick, joueur inconstant mais capable de très belles choses.

Gare toutefois à ne pas se concentrer que sur cet affrontement. G2 Esports doit bien entendu tout tenter contre Samsung Galaxy. La structure ne doit surtout pas baisser la garde au moment d'en découdre avec 1907 Fenerbahçe Esports. Les champions turcs sont bons, mais tout à fait exploitable, surtout qu'ils jouent avec un jungler remplaçant.

Si les champions d'Europe parviennent à se qualifier en quarts de finale, tout devient possible. Il serait évidemment très difficile de gagner un BO5 contre une équipe coréenne, mais ce n'est pas pour autant perdu d'avance. Mieux, contre une équipe non-coréenne, ils peuvent tout à fait atteindre les demi-finales. À vrai dire, la phase de groupes est sans doute presque plus dangereuse pour G2 que les phases éliminatoires. Difficile toutefois de les imaginer arriver en finale.

Fnatic, quitte ou double

Dans le groupe B, Fnatic retrouve Gygabite Marines, les américains d'Immortals et surtout Longzhu Gaming. Pas une partie de plaisir. Les Orange n'ont, sauf miracle, pratiquement aucune chance de gagner leurs duels contre LZ. Les champions d'été de la LCK sont en ce moment quasi-intouchables. Pour espérer se qualifier pour la suite, Fnatic doit donc surclasser tant GAM que Immortals. Difficile, mais faisable.

Worlds 2017 play-in day 3

Fnatic ne veut pas s'arrêter dès les poules.

Très agressif, très sûr de son jeu, GAM domine sa région de la tête et des épaules. La structure ne doit pas être prise à la légère, elle n'en reste pas moins à la portée des Européens. Paul « sOAZ » Boyer est meilleur que Trần « Archie » Minh Nhựt, joueur passé par les cases carry AD et support. Quant à la voie du bas orange, elle va normalement imposer son rythme à celle de l'équipe vietnamienne.

Là où la méfiance s'impose, c'est dans la jungle et sur la voie du milieu. Mads « Broxah » Brock-Pedersen et Rasmus « Caps » Winther sont encore des rookies, comme l'a rappelé récemment sOAZ, à juste titre. Đỗ « Levi » Duy Khánh et Trần « Optimus » Văn Cường peuvent tout à fait les surprendre, d'autant que la synergie entre les deux espoirs européens est trop souvent balbutiante. Enfin et c'est certainement le plus grand danger pour Fnatic, les débuts de partie de GAM sont leur principal point fort. À charge pour Martin « Rekkles » Larsson et compagnie de prendre leur mal en patience pour triompher en fin de partie.

EU vs NA

Si tout se passe bien pour eux, le sort du groupe va se décider sur un classique affrontement entre Amérique du Nord et Europe. Autant le dire tout de suite, les européens ne partent pas du tout favoris. Déjà parce que les prises de décisions d'Immortals sont bien supérieures. Ensuite parce que Jake « Xmithie » Puchero et Eugene « Pobelter » Park sont en pleine forme et bénéficient d'une méta favorable à leur style de jeu.

Le salut, comme souvent, doit venir de sOAZ et Rekkles. Le premier sait parfaitement jouer pour son équipe. Il est suffisamment costaud pour tenir sa voie puis aller aider son coéquipier du milieu. Le deuxième est capable de survivre en un contre deux sans concéder trop d'avantage, ce qui permet à son support de se rendre utile sur le reste de la carte.

Worlds 2017 play-in day 4

Même en Chine, sOAZ et Rekkles ont leurs fans !

Les poules s'annoncent donc très difficiles, mais pas impossibles pour Fnatic. Difficile en revanche de les imaginer passer l'étape des quarts de finale. À moins qu'ils n'aient rapporté de leur entraînement en Corée du Sud des stratégies secrètes de haut vol, les problèmes structurels qui les ont handicapés toute l'année ont de fortes chances de leur être fatals.

    Misfits : la surprise du chef ?

    Dire que Misfits ne suscite pas des attentes énormes serait un euphémisme.  vrai dire, personne ne donne cher de leur peau pour ces championnats du monde. La plupart des fans européens semblent préférer fonder leurs espoirs sur G2 ou Fnatic. Quant aux amateurs d'autres continents, ils font comme si l'équipe de Steven « Hans sama » Liv n'existait même pas. Bref, le consensus est clair : Misfits doit faire de la figuration, peut-être gagner un match sur un malentendu, puis rentrer tranquillement profiter de ses vacances.

    Il est vrai que, face à Barney « Alphari » Morris et ses compères, se dressent trois équipes expérimentées, habituées du plus haut niveau et surtout trois organisations qui connaissent bien les championnats du monde. Forcément, ça n'aide pas à sortir des groupes. Pourtant, dans une poule D très ouverte, la structure anglaise ne se présente pas comme un agneau sacrificiel. Certes, Misfits est le petit poucet de son groupe, mais le déficit se fait avant tout au niveau de l'expérience. Chaque joueur de l'équipe européenne a le potentiel pour exploser, comme ils l'ont déjà prouvé tout au long du segment d'été des LCS EU.

    Si TSM doit logiquement accrocher la première place, ils ne sont pas à l'abri d'un accident de parcours. WE est une équipe aussi géniale qu'inconsistante, qui peut parfaitement se laisser prendre au jeu des hommes de Hussain « Daku » Moosvi. Quant aux Flash Wolves, ils sont très bons, mais peut-être un peu en retrait par rapport aux années précédentes. Bref, les chemins vers les quarts de finale existent. Ils sont broussailleux, voire tortueux, mais ils sont présents.

    EULCS 2017 summer split playoffs quarterfinals Misfits

    Hans sama et compagnie, la jeunesse au pouvoir ?

    Misfits cette année, c'est un peu le prodige que l'on n'attendait pas là aussi vite. Jeune, très jeune, l'équipe a progressé à une vitesse incroyable, jusqu'à sa démonstration en demi-finale des LCS EU. Collectivement comme individuellement, ses joueurs ont le potentiel pour continuer à croître à grande vitesse et créer la surprise lors de ces championnats du monde.

    Et vous, qu'attendez-vous des équipes européennes présentes en Chine ? Quels sont vos espoirs pour les trois hérauts du vieux continent ?