Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LEC

De la LFL au LEC, interview de Skeanz

Très connu du public francophone puisqu'il est passé par différentes équipes durant ses pérégrinations en LAN, en Open Tour et en LFL, Skeanz rejoint désormais le LEC aux côtés de Team Vitality. Pour cette occasion, le jeune jungler a répondu à quelques questions sur ses objectifs personnels, l'arrivée massive de rookies en ligue européenne et le fait d'avoir plusieurs français à ses côtés au sein de la formation.

Tu évolues sur la scène française depuis 2016, et après avoir eu des résultats des plus honorables, tu rejoins finalement la ligue européenne. Quels sont tes objectifs en tant que joueur et en tant qu'équipe en LEC ?

Je pense qu'on peut viser les playoffs. Selon moi, on peut le faire vu qu'on a les trois meilleurs rookies et deux joueurs très expérimentés avec Cabochard et Jactroll. Pour ce qui est de mes objectifs personnels, j'aimerais surtout apprendre un maximum et progresser sur moi-même. Je pense avoir encore une énorme marge de progression.

 

Après une année passée au sein de Vitality.Bee, tu fais désormais partie du roster principal, aux côtés de trois autres français : Mephisto, Duke et Cabochard. Qu'est-ce que tu penses de l'impact de cette « union française » sur la cohésion de l'équipe ?

Personnellement ça m'aide beaucoup. Le fait d'avoir des joueurs français à mes côtés ça me met bien plus à l'aise. Mais c'est surtout leur expérience qui est vraiment un plus, avec Cabochard qui joue depuis 2015, Jactroll dont c'est la troisième année et Duke et Mephisto qui étaient aux Worlds avec Splyce et Fnatic.

 

En plus de ce roster très français, Vitality a récemment inauguré ses nouveaux locaux parisiens. Est-ce que votre équipe va profiter de ces infrastructures et s'entraîner en France, comme le font Origen à Copenhague et Excel Esports à Londres ? Est-ce que vous vous êtes déjà servis pour bootcamp par exemple ?

On part justement pour un bootcamp mi-décembre, mais je ne crois pas qu'on s'y entraînera pendant les segments, on devrait rester à Berlin.

 

« Le fait d'avoir des joueurs français à mes côtés ça me met bien plus à l'aise. »

Skeanz

 

Parmi les joueurs qui ont joué en LFL en 2019, vous êtes trois à rejoindre une ligue majeure pour la saison 10 : Eika en LCS, Comp et toi en LEC. Est-ce que tu penses que le passage d'un format libre d'Open Tour à une ligue plus cadrée a participé à cet essor ?

C'est sûr que ça aide : ça fait depuis 2016 que je joue et en un an de LFL je me retrouve en LEC. Comp est à peu près dans la même situation, et pareil pour Eika même s'il avait déjà été en LCS. Le fait de jouer toutes les semaines dans un environnement plus sérieux ça permet de progresser bien plus. Je pense aussi que la LFL était parmi les meilleures ligues régionales, avec la ligue allemande.

 

Outre la LFL, les différentes ligues régionales sont en général un vivier de jeunes joueurs prometteurs. Avec plus d'une dizaine de rookies annoncés pour le segment de printemps de la saison 10, comment expliques-tu qu'il y ait autant de talent en Europe ?

Je pense que tous ces joueurs représentent la nouvelle génération du LEC. Pour 2020, les équipes se sont beaucoup inspirées de Rogue en saison 9, qui n'a pris presque que des rookies et est allée jusqu'en playoffs en été. Elles font plus confiance aux jeunes joueurs et c'est ce qui leur permet aujourd'hui de prendre la place de ceux qui s'en vont.

 

Tu rejoins désormais le LEC. Y a-t-il des joueurs en particulier que tu admires ou que tu as hâte d'affronter ?

Evidemment, G2 Esports est un peu l'équipe à battre puisqu'elle a tout gagné l'an dernier. Sinon, j'ai beaucoup de respect pour Xerxe que j'observe depuis longtemps et que je trouve excellent, et aussi pour le nouveau jungler de Fnatic, Selfmade. J'aimerais les battre, mais surtout je pense apprendre beaucoup d'eux en jouant contre eux plus régulièrement en LEC et en scrims.