Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
DIVERTISSEMENT

Découverte de FrRivenorAFK23, talent du futur

Pour rejoindre les légendes, il faut de la persévérance, mais il faut surtout du talent. N’est pas Faker qui veut. Après l’ascendance fulgurante de Hans Sama, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le toplaner qui pourrait bientôt faire de l’ombre à sOAZ et détrôner Smeb : Jean-Augustin Talent, aka FrRivenorAFK23.

Il est 14h41 du matin. Les rayons du soleil se fraient un chemin entre les volets d’une maisonnette de Bénévent-l’Abbaye. Au contact de sa peau, le soleil vient réveiller le jeune Jean-Augustin Talent. L’invocateur se lève, allume son ordinateur et se lance dans la première partie de sa journée. « Je go direct en partie classée, l’échauffement c’est une perte de temps » nous livre-t-il, confiant. « FrRivenorAFK23, support » peut-on lire sur l’écran. Mais le joueur ne s’arrête pas à ce qu’une machine lui dicte. « Je suis un homme libéré » clame Jean-Augustin avant de sélectionner Yasuo. Ses alliés ne savent pas qui il est, donc ils ne lui font pas confiance. Et pourtant, Jean-Augustin est persuadé d’être au-dessus du lot. Sa capacité d’adaptation et de compréhension de la méta font de lui un puits de science que les meilleures équipes du monde voudraient bien s’arracher. Son papa nous confie « J’ai essayé de lui faire croire qu’un recruteur coréen l’avait repéré. En fait, je voulais vraiment qu’il sorte de sa chambre pour enfin pouvoir la nettoyer, mais il a refusé d’y aller tant qu’il ne serait pas passé Argent. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je perds espoir ».

En effet, ce qui différencie le plus FrRivenorAFK23 d’autres espoirs français, c’est bien son classement. Loin du rang de Maître et à des années-lumière de devenir Challenger, il n’est jamais parvenu à aller plus haut que… Bronze 2. « Je suis coincé à cause du elo-hell. Mais une fois que j’en serai sorti, j’aurai fait le plus dur et en quelques semaines je tomberai avec xPeke en classée, explique-t-il. Je sais que j’ai déjà le niveau diamant parce qu’un jour mon pote Kévin, qui est Diamant 5 0 point, m’a prêté son compte et j’ai fait 4/2/2. C’était une partie normale, mais quand même ».

L’exigence des champions

Le truc de FrRivenorAFK23, c’est la voie du haut. Son pseudonyme témoigne l’amour qu’il a pour l’exilée brisée. Un amour passionnel, mais pas irrationnel. Car Jean-Augustin pense en permanence à sa carrière et ça commence dans le choix des champions qu’il joue. Riven est mobile et inflige d’énormes dégâts, en zone qui plus est. Selon le jeune espoir, elle a l’éventail parfait pour permettre de porter son équipe contre vents et marées. « Si je joue un champion qui n’inflige pas beaucoup de dégâts, qui va tuer les adversaires et comment je pourrai faire des éliminations ? Parce que j’ai quand même une moyenne de 14 kills par partie. Combien il en a Faker ? 4,8. Trois fois moins ». Logique.

Cependant, l’amour peut vaciller. Depuis quelque temps, Riven a été délaissée par notre protagoniste, qui lui a préféré Yasuo et qui explique cette trahison très simplement : « Il a toutes les qualités de Riven, mais il joue de la flûte comme Aderiate ». Vu comme ça. Ce changement de champion favori a eu des conséquences drastiques sur la façon de s’entraîner du jeune homme, qui a embrassé une nouvelle philosophie de vie. Pendant chaque début de partie, il dégaine sa flûte et interprète le morceau Darude – Sandstorm d’une façon un peu… à lui. Jugez-en par vous-même.

MAIS CE N’EST PAS TOUT ! Jean-Augustin se met dans la peau de son champion en épousant l’art du ハサギ ! Vous ne lisez pas le japonais ? Il s’agit de l’art du HASAGI dans la langue de Molière. Devant son miroir, il mime les mouvements de Yasuo, armé d’un manche de balai en guise de lame. Pour imiter les dashs, il se jette sur une chaise à roulettes, les deux genoux en avant et traverse sa chambre. « Il arrive que je chute, mais il faut souffrir pour être bon, nous confie-t-il. Même s’il est vrai qu’une fois je me suis foulé le poigné donc j’étais obligé de jouer Garen pendant 2 semaines » fini-t-il par avouer.​

Des poids qui l’empêchent d’atteindre le sommet

Comme tout le monde, vous devez vous demander ce qui empêche Jean-Augustin d’atteindre le haut niveau. Devenir le number one, il n’y a pas renoncé. Il a commencé tout en bas, il compte bien finir au sommet. Tel un soldat de la Faille, il ne peut pas renoncer. Un pied sur la scène des LCS, il se l’est juré. S’il n’a pas encore détrôné Faker, c’est pour de bonnes raisons. On lui met beaucoup de bâtons dans les roues.

• Premièrement, sa connexion. Il a beau être fier de sa région natale au point d’inclure le numéro de son département dans son pseudonyme, les fournisseurs d’accès internet n’ont pas encore amené la fibre optique dans sa bourgade. Jouer avec 145 de ping, ce n’est pas facile. 

• Ses coéquipiers qui sont toujours nuls. Rien de plus à ajouter. Riot doit s’acharner à lui accrocher des boulets au pied. Il n’y a pas d’autre explication.

• Son chat. Cette vile créature se fait passer pour un gentil félin qui ronronne à la moindre caresse, mais la vérité est qu’il lui saute dessus en plein combat d’équipe. ET TOUT LE TEMPS DANS SON BO POUR LE BRONZE 1 !

• Ses amis ne croient pas en lui. Ils lui lancent qu’il ne peut pas devenir joueur pro en commençant toutes ses parties à 0/4/0 et essaient de le démotiver. Si seulement ils savaient que le nombre de morts ne compte pas tant que l’on monopolise l’attention ! Eux sont peut-être Or 2, mais à quoi bon jouer si c’est pour passer son temps à se battre contre des sbires ? Autant jouer à Farming Simulator.

• Sa maman, qui l’appelle toujours pour manger quand la voix « Bienvenue dans la Faille de l’invocateur » retentit. Non, on ne peut pas mettre pause. Encore moins 20 points.

Interrogé sur la raison de ce complot international, le jeune homme est très lucide : « c’est évident que je dérange. Si un jeune comme moi était libéré de ses chaînes, il démolirait l’équilibre de la force et l’e-sport interplanétaire pourrait s’arrêter ». Mais oui c’est clair.