Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
ACTUALITÉ

Dieux de la Faille : portrait d'Uzi

Cet été, à travers notre série « Dieux de la Faille », on va vous parler de joueurs professionnels ayant marqué League of Legends. On commence cette semaine avec Uzi, célèbre carry AD chinois.

Mai 2018, après une incroyable performance cimentant un peu plus son statut de légende, Zi-Hao « Uzi » Jian soulève le trophée du Mid-Season Invitational sous les acclamations de la foule parisienne. En un mois, Royal Never Give Up vient de remporter le championnat chinois et le MSI, devenant la première formation à battre une équipe coréenne sur un Bo5 depuis 2015. Le Carry AD est alors unanimement perçu comme le meilleur joueur de la planète. Pour autant, beaucoup oublient déjà que le parcours professionnel du légendaire Uzi n’a pas toujours été synonyme de succès et de gloire…

 

LA MALEDICTION DE L'ETERNEL SECOND

 

La Saison 3 de League of legends est une année particulière pour la scène compétitive avec le couronnement de la Corée du Sud comme la meilleure région du monde, et l’émergence de toute une génération de joueurs qui domineront les compétitions internationales sur plusieurs années.

Parmi les joueurs comme mithy, Maple ou encore Mata, deux jeunes talents se démarquent lors des Championnats du monde de 2013 : Faker et Uzi. Si le Midlaner coréen de 17 ans était attendu comme la nouvelle star de la compétition, le monde a découvert durant la deuxième partie du tournoi un Carry AD de génie, mais au caractère bien trempé âgé de tout juste 16 ans. Aux côtés de Tabe, le seul support qu’il considère digne de son niveau de jeu, le joueur chinois a immédiatement démontré des mécaniques irréprochables, et une agressivité rarement vue à ce niveau de jeu en s’imposant face à Oh My God puis Fnatic. Or, lors de la finale des Worlds, SK Telecom T1 inflige une correction à son équipe en s'imposant sur un score de 3 à 0, plaçant ainsi Uzi dans l’ombre de son nouveau rival : Faker.

 

Wh1t3zZ et Uzi lors de la finale des Worlds en 2013.

Wh1t3zZ et Uzi lors de la finale des Worlds en 2013.

 

De retour en Chine, le Carry AD prend une décision exceptionnelle : changer de rôle afin de devenir le nouveau Midlaner de Royal Club. Une décision risquée, motivée officiellement par l’importance de ce poste dans la Meta de l’époque, mais pour beaucoup c'est une question d’égo, une envie de prouver qu’il est le meilleur joueur de la planète et d’affronter Faker sur son propre terrain de jeu. Pour autant, ce changement n’est pas concluant et Uzi retourne à son poste d’origine après un segment de printemps raté. S’il accepte de revenir à cette position, Uzi pose plusieurs conditions quant à la structure de la line-up : il veut un jungler agressif et un support expérimenté. Star Horn Royal Club, décide alors de recruter deux joueurs coréens (InSec et Zero) au sein de l’effectif, créant ainsi l’une des premières formations mixtes (mélangeant plusieurs régions) de la scène compétitive.

Avec ce groupe atypique, la formation chinoise se présente aux Championnats du monde de la Saison 4 en outsider face aux favoris coréens. Uzi démontre encore une fois qu’il est l’un des meilleurs joueurs de la planète, en écrasant les formations occidentales SK Gaming et Team SoloMid en phase de groupe, avant de battre successivement ses rivales chinoises EDward Gaming et Oh My God afin de se hisser en finale. Ce fait d’arme permet à Uzi de devenir le premier joueur à accéder à deux reprises à la finale des Championnats du monde, une prouesse qu’il réalise avec un effectif entièrement différent d’une année sur l’autre. Hélas comme en 2013 Star Horn s’incline, cette fois 3 à 1 face à Samsung, et les fans donnent à Uzi le surnom « d’éternel second ».

Il faut dire qu’après deux années passées à évoluer au plus haut niveau, le palmarès du génial Carry AD demeure vierge, tant sur le plan régional qu’à l’international. Dans l’ombre de Faker et Mata, Uzi demeure également dans celle de WeiXiao et Misaya, deux anciens géants sur le territoire chinois.

 

Uzi durant la finale des Worlds en 2014

Uzi durant la finale des Worlds en 2014

 

UNE PERIODE LOIN D'ETRE ROYALE

 

Hanté par ses défaites en finale, le génial Carry AD devient difficilement contrôlable au sein de son organisation, et des rumeurs d'altercations avec InSec font surface sur les réseaux chinois. Début 2015, Uzi prend le risque de quitter son organisation d’origine pour rejoindre Oh My God, une équipe qu’il a éliminée à deux reprises durant les Worlds et dans laquelle son rôle sera réduit. Sur le papier c'est l’effectif rêvé pour les fans de la ligue chinoise tant l’effectif est complet. Mais l’année chez OMG se transforme rapidement en cauchemar pour Uzi. Outre des résultats peu glorieux, le joueur est victime depuis quelque temps déjà de problèmes de santé, notamment au niveau du dos et de l’épaule.

Ces soucis limitent son temps de jeu, tant sur scène qu’en entraînement, ce qui pousse OMG à se séparer de sa superstar après tout juste une saison. Tandis que son rival Faker remonte sur la plus haute marche du podium mondial en s’imposant en Europe, Uzi signe chez Qiao Gu Reapers, une décision assez surprenante puisque l’organisation est assez peu connue sur le territoire chinois, preuve que la notoriété du joueur régresse après son échec chez OMG.

Une fois encore, le temps de jeu de la star est limité par ses ennuis de santé. Son équipe réalise un début de saison tonitruant sans Uzi, remportant 14 de ses 15 premiers matchs. Or, dès que l’ancien joueur de Royal Club intègre l’équipe type, la stratégie de QG change pour s’orienter plus autour de son Carry AD, ce qui crée des tensions au sein du club.

Le collectif implose et l’organisation est balayée dès le premier tour des playoffs, poussant Uzi vers la sortie après seulement un segment au sein de la structure. Loin du triomphe de Faker au Mid-Season Invitational joué sur le sol chinois, le Carry AD considéré à une époque comme l’espoir de tout un peuple, est à la recherche d’une équipe. Or comme souvent dans des situations similaires, un retour à la case départ est parfois la meilleure solution : Uzi intègre finalement Royal Never Give Up, l’équipe héritière de Royal Club sa formation d’origine.

 

LE RETOUR DU ROI

 

Aux côtés des anciens champions du monde Looper et Mata, Uzi participe à l’ensemble des parties du segment d’été 2016 de la LPL, démontrant une nouvelle fois son incroyable talent en terminant à la première place de son groupe à l’issue de la saison régulière. De plus, ses passages ratés chez OMG et QG semblent l’avoir apaisé, bien que sa synergie avec Mata demeure difficile. Toutefois, la malédiction de la deuxième place poursuit une fois encore le génial Carry AD, qui s’incline en finale des playoffs face à EDward Gaming. Pour autant RNG se qualifie pour les Championnats du monde aux USA, permettant à Uzi de prendre sa revanche.

L'équipe réalise alors un très solide parcours en phase de groupe, décrochant son billet pour les quarts de finale au sein d’un groupe particulièrement relevé comprenant notamment Samsung Galaxy, futur finaliste. Cette performance donne ainsi une opportunité de rêve pour Uzi : battre son rival Faker. Si le choc entre SKT et RNG captive les foules, le duel tourne une nouvelle fois en faveur du prodige coréen qui s’envole vers un troisième titre en quatre ans.

 

Faker et SK Telecom T1 ont toujours été sur le chemin du Carry AD chinois.

Faker et SK Telecom T1 ont toujours été sur le chemin du Carry AD chinois.

 

Malgré cette nouvelle défaite, le joueur reste motivé et fidèle à RNG en 2017. Il accepte même d’évoluer aux côtés d’un rookie, le jeune Ming, une première pour le Carry AD qui a toujours eu du mal à évoluer en duo. Si Uzi joue l'intégralité de la saison de printemps, le vétéran est limité à une petite vingtaine de parties durant l’été en raison de ses récurrents ennuis de santé. Puis « la malédiction de l’éternel second » frappe encore, RNG s’incline à deux reprises en finale de la LPL, dont un reverse sweep particulièrement difficile face à EDward Gaming en été.

Bien que respecté par les professionnels du milieu, avant les Championnats du monde 2017  Uzi est classé à la 14ème position du Top 20 réalisé par les casteurs (il était 5ème en 2014), ces derniers le trouvent en perte de vitesse. Pour autant, le génial Carry AD démontre sur son sol qu’il demeure l’un des meilleurs talents du jeu : il qualifie RNG à la première place du groupe C comprenant G2 Esports et Samsung Galaxy, ne concédant que 3 morts en 6 matchs.

En quarts de finale face à Fnatic, l’ADC enregistre 31 éliminations contre seulement 10 pour Rekkles, écrasant de tout son talent cette série à l’exception d’une erreur grossière coûtant une partie à la formation chinoise. Ce succès permet à Uzi de retrouver son rival de toujours en demie… L’affrontement entre SKT et RNG se transforme en combat de titans, et chaque équipe se rend coup pour coup jusqu’à l’ultime partie. Là, le génie stratégique des coréens l’emporte sur la fougue des locaux. Chez lui, Uzi est totalement neutralisé dans cet ultime match, qui voit une nouvelle fois Faker prendre le dessus sur le Carry AD chinois.

 

 2018 L'ANNEE D'UZI ?

 

Même si au départ, 2018 était synonyme d'une nouvelle période difficile pour Uzi, le vétéran ne jouant qu’un peu plus de la moitié des matchs de son équipe, l’année paraît au final bien partie pour le génial ADC. Après une saison régulière assez moyenne (3è de son groupe), RNG réalise un parcours exceptionnel en playoffs afin de se qualifier pour la finale. Là, le destin finit enfin par sourire à l’éternel second qui remporte son premier trophée majeur en s’imposant contre EDG.

 

Uzi savoure son succès lors du MSI 2018 à Paris.

Uzi savoure son succès lors du MSI 2018 à Paris.

 

Mieux, ce titre permet à RNG de participer au Mid-Season Invitational organisé en Europe. Si Faker n’est pas présent (une première depuis la création de l’évènement), Uzi prend néanmoins sa revanche sur les formations coréennes en battant Kingzone DragonX en finale de la compétition. Face au public parisien, absolument conquis par la performance du légendaire joueur chinois, Uzi soulève son deuxième trophée en tout juste un mois.

Finalement délivré de sa « malédiction » (mais toujours limité par ses problèmes de dos), le Carry AD chinois paraît enfin à l’aise avec ses équipiers et un membre à part entière de l’équipe malgré son statut de superstar. Le joueur tourne désormais son regard vers deux compétitions internationales : les Asian Games 2018 (où il représentera la Chine) durant l’été, mais surtout les Championnats du monde de la Saison 8 qui auront lieu en Corée du Sud.

Après avoir perdu ses 9 premières finales de compétitions professionnelles (tant régionales qu’internationales), Uzi est bien déterminé à définitivement prendre sa revanche en remportant les Worlds sur le territoire des formations coréennes et ainsi peut-être, revenir au niveau de son rival de toujours…