Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

De Faker à Huni, notre équipe type des absents du Mondial 2018

Chaque année, les meilleurs joueurs de la planète se donnent rendez-vous pour les Championnats du monde, le tournoi ultime sur la scène professionnelle de League of Legends. Si soulever le trophée est l’aboutissement de toute une carrière, participer à l’évènement est l’objectif de toutes les formations en début d’année. Or, les places sont chères et il n’est pas rare de voir certaines légendes passer à côté de l’évènement, suite à des contre-performances en fin de saison. C’est cette situation qui nous a donné l’idée de présenter une équipe composée des « grands » absents de l’édition 2018 des Worlds, célèbres du fait de leur palmarès et de leur incroyable niveau de jeu.

HUNI, TOPLANER ECHO FOX, LCS NA

Seung-hoon « Huni » Heo est bien plus qu’un excellent Toplaner, c’est l’un des joueurs les plus appréciés de la scène professionnelle. Mondialement reconnu pour sa personnalité flamboyante et son style de jeu agressif, le joueur d’Echo Fox a tout tenté cette année pour qualifier son organisation pour les Championnats du monde en jouant à plusieurs positions différentes durant l’été. En vain, puisque l’équipe s’est finalement inclinée à deux reprises face à Team SoloMid cet été (en Playoffs et lors des Finales régionales), privant ainsi Huni de la compétition organisée sur sa terre natale. Champion en Corée du Sud (chez SKT) et en Europe (avec Fnatic), le joueur coréen n’a toujours pas réussi son pari de conquérir l’Amérique du Nord.

Huni

MAXLORE, JUNGLER MISFITS, LCS EU

Si certains joueurs européens ont fait le choix de quitter le vieux continent pour rejoindre les LCS NA en fin d’année dernière, Nubar « Maxlore » Sarafian a quant à lui préféré rester chez Misfits afin de conserver la dynamique du groupe après d’excellents Worlds en 2017. Néanmoins, le groupe a mis du temps à trouver son rythme durant le printemps et paye finalement ce mauvais début de saison en échouant face à Splyce lors des Finales régionales. Toutefois, le Britannique n’a pas démérité en démontrant un excellent niveau de jeu durant la majeure partie de l’été. Malgré cet échec, Maxlore est très certainement le meilleur Jungler occidental (avec Dardoch) à ne pas participer aux Worlds cette année.

Maxlore

FAKER, MIDLANER SKT, LCK

Doit-on encore présenter Sang-hyeok « Faker » Lee, le plus grand joueur de League of Legends ? Triple champion du monde et finaliste l’an dernier, le légendaire Midlaner s’est retrouvé totalement isolé au sein de SK Telecom T1 cette année. Plus faible que jamais, l’organisation n’a jamais réussi à lutter avec le top 4 coréen, ratant même les Playoffs durant l’été. Si une fois encore, Faker a présenté un excellent niveau de jeu, il est difficile de vraiment évaluer sa performance de 2018 tant ses équipiers chez SKT ont été irréguliers. A l’image de l’édition 2014, Faker ratera l’occasion de participer aux Worlds en Corée du Sud. Après avoir tout gagné avec SKT, désormais le génie semble plus près que jamais de quitter son club de toujours durant le mercato d’hiver.

À lire aussi : Faker, dieu de la Faille

faker

PRAY, CARRY AD KINGZONE DRAGONX, LCK

Cinq, c’est le nombre de participations de Jong-in « PraY » Kim aux Championnats du monde. Ironiquement, c’est également le nombre de fois qu’il a perdu contre l’éventuel vainqueur du tournoi (battu par Taipei Assassins en 2012, par SKT en 2013, 2015 et 2016 avant d’être éliminé par Samsung en 2017) . Régulièrement battu par Faker (tant sur le plan international que régional), le vétéran coréen n’aura pas réussi à profiter de la baisse de régime de SKT cette année puisque KingZone a perdu la finale du MSI avant d’échouer aux portes des Worlds. Bien que considéré comme l’un des tous meilleurs Carry AD du monde, PraY semble désormais sur la pente descendante au profit d’une nouvelle génération coréenne qui ne cesse de progresser.

Pray

MITHY, SUPPORT TEAM SOLOMID, LCS NA

L’échec de TSM cette année est une incroyable surprise, qui a mis fin à la plus longue série de participations d'une organisation (depuis 2011) aux Championnats du monde de l’histoire. Il stoppe également le projet fou de Alfonso « Mithy » Aguirre Rodríguez de participer aux Worlds avec quatre formations totalement différentes depuis 2013 (il s’était qualifié avec Lemondogs, Origen et G2 Esports). Après avoir quitté l’Europe en grande pompe fin 2017, le vétéran espagnol n’a pas su faire la différence chez TSM, malgré une résurgence durant les dernières semaines de l’été. Désormais, il reste à savoir si Mithy choisira de rester en Amérique du Nord où si les sirènes des franchises européennes arriveront à le faire revenir sur le vieux continent.

mithy

REMPLACANT : BJERGSEN, MIDLANER TEAM SOLOMID, LCS NA

Évidemment emporté dans le naufrage de TSM, le principal intéressé n’est autre que Søren « Bjergsen » Bjerg. Le capitaine danois a pourtant fait parler de lui toute la saison, cherchant à motiver ses coéquipiers mais également le reste des joueurs américains à adopter une meilleure éthique d'entraînement. Après quatre participations consécutives, le Midlaner devra regarder les Worlds depuis son PC tandis que l’hiver s’annonce tumultueux chez Team SoloMid.

À lire aussi : Bjergsen, dieu de la Faille

Bien que l’édition 2018 des Championnats du monde  présente une pléthore de talents, l’absence de ces « géants » de la scène professionnelle devrait attrister une partie des fans. Nonobstant, ce renouvellement des équipes et des joueurs aux Worlds pourrait permettre au public de découvrir de nouvelles stars, mais également de retrouver certains vétérans comme Score, Aphromoo, ou encore Rookie, ayant échoué à se qualifier les années précédentes.

Pour rappel, la compétition débutera le 1er Octobre en Corée du Sud avec le Play-In. Vous pouvez retrouver les dates des différents matchs dans notre guide du mondial.

bjergsen