Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
ACTUALITÉ

L'Europe peut-elle battre l'Amérique du Nord ?

L’édition 2017 du Rift Rivals reste un mauvais souvenir pour nous autres Européens. En effet, bien que nos représentants partaient favoris avant l’événement, ce sont bien ceux des LCS NA qui sont repartis avec le trophée. Tandis que la compétition démarre demain, nous vous proposons quatre raisons de croire en l’Europe au Rift Rivals 2018 !

FNATIC SUR SA LANCEE

Après avoir reconquis son trône européen durant le Spring Split et accédé aux demi-finales du Mid Season Invitational, Fnatic a connu une première semaine difficile pour la reprise des LCS EU. Désormais avec Gabriël « Bwipo » Rau sur la botlane, en lieu et place de Martin « Rekkles » Larsson, dont le jeu correspond plus au besoin de la méta actuelle, les champions d’Europe semblent de nouveau eux-mêmes. Impressionnante durant la deuxième semaine, la formation possède également une certaine marge de manoeuvre puisque l’alternance éventuelle entre le toplaner belge et la star suédoise pourrait permettre de mettre en place un large éventail de stratégies difficiles à anticiper pour leurs adversaires nord-américains.

botlane Fnatic

La nouvelle botlane de Fnatic

SPLYCE N'A RIEN A PERDRE

La saison passée, UOL et G2 Esports avaient abordé le nouveau tournoi en étant en difficulté au sein des LCS. Cette année, c’est Splyce qui se retrouve dans cette situation délicate, avec 0 victoire au compteur après deux semaines de compétition européenne. Le collectif n’aura donc rien à perdre dans cet affrontement contre nos rivaux d’outre-Atlantique. Le Rift Rivals pourrait être pour Splyce l’occasion de se relancer après un très bon Spring Split, comme ce fût le cas pour G2 l’an dernier qui avait retrouvé son niveau de jeu une fois le tournoi passé, mais également d’accumuler de l’expérience internationale pour le jeune groupe en vue des prochains mondiaux.

G2 ESPORTS EST EN FORME

Si les rois déchus d’Europe souhaitaient faire comprendre leur envie de récupérer leur trône cet été, ils ne s’y seraient pas pris autrement que durant leurs quatre premiers matchs. Adepte de la « Funnel comp », la stratégie allouant toutes les ressources de la midlane et de la jungle à un Carry AD, le plus souvent Kai’sa, le collectif n’a montré aucun signe de pitié envers ses adversaires. En utilisant trois fois cette tactique, Luka « Perkz » Perković et les siens n’ont pas eu besoin de dévoiler toutes les cordes de leur arc, et pourront donc faire preuve d’ingéniosité durant la compétition. Tandis que cet événement sera le premier pour cette itération de G2, nul doute que les joueurs voudront marquer le coup afin de faire oublier les habituels déboires de leurs prédécesseurs durant les joutes internationales.

LE DESORDRE REGNE EN AMERIQUE DU NORD

La méta très ouverte des patchs 8.11 et 8.12 a mis à mal la hiérarchie outre-Atlantique. En effet, toutes les équipes ont semblé en capacité de se battre au cours des deux premières semaines des LCS NA, entraînant des résultats surprenants comme la victoire d’OpTic Gaming sur Echo Fox ou bien celle de Golden Guardians sur Team Liquid. Ce désordre qui règne chez nos rivaux pourrait les obliger à se concentrer davantage sur leurs résultats locaux, qualificatifs pour le mondial, plutôt que sur le Rifts Rivals. Dès lors, nos représentants pourront en profiter pour ramener la coupe sur le vieux continent. Cependant il ne faudra pas sous-estimer nos adversaires.

riftrivalsecho

 Avec suffisamment d’implication et de préparation, il n’y a pas de raison que nos équipes européennes ne brillent pas durant l’événement, même si la bataille sera rude. Le Rift Rivals débuteront le jeudi 5 juillet à 21h30 avec une rencontre entre Fnatic et Echo Fox. Le planning complet est à retrouver dans cet article.