Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
mondiaux

L'improbable épopée de Longzhu Gaming

Bâtie sur les vestiges de super-équipes n'ayant pas été à la hauteur des attentes, la quatrième itération de Longzhu en autant de segments a finalement apporté à la structure un succès longtemps espéré. Portée par ses deux vétérans Kim « PraY » Jong-in et Kang « GorillA » Beom-hyeon, renforcée par trois joueurs jeunes ou sans expérience, l'équipe vainqueur de la saison estivale de LCK arrive en Chine en tant que grande favorite, avec les immortels SKT T1. Comment expliquer cette ascension prodigieuse ?

Le concept de super-équipe est devenu une blague récurrente depuis début 2016. Si l'absence des KT Rolster aux championnats du monde constitue l'échec le plus récent pour une association de cinq joueurs incroyablement talentueux, c'est bien Longzhu qui a essuyé les moqueries du public après trois segments très loin des espérances nourries par un recrutement ambitieux. Et c'est finalement grâce à trois paris osés que l'organisation est parvenue à ses fins. 

2016, année noire

En adoptant le modèle des dix joueurs, dont la plupart sont considérés comme des références à leur poste, Longzhu - anciennement Incredible Miracle – affiche ses ambitions et tente une approche novatrice pour entamer la saison 2016. Parmi les éléments importants de cette première version de l'équipe, on notera surtout la présence de Lee « Flame » Ho-jong sur la voie du haut, Lee « Chaser » Sang-hyun dans la jungle, et Shin « Coco » Jin-yeong sur la voie du milieu. Ces trois joueurs, tous ayant un jour été considéré comme l'atout principal de leurs équipes respectives, devaient porter Longzhu vers les sommets de la ligue coréenne. En dépit de quelques bons matches, la réalité est bien différente : une piteuse septième place, et le sentiment que les fréquents changements du cinq de départ ont eu un impact plutôt néfaste sur les résultats, contrairement à ce qui était espéré. 

L'été ne se déroulera pas beaucoup mieux : l'arrivée de Kim « Emperor » Jin-hyun pour offrir une nouvelle alternative sur la voie du bas se révèlera être un échec, Lee « Fury » Jin-yong se montrant trop inconstant. Trois tireurs différents – en ajoutant le célèbre Kang « Cpt Jack » Hyung-woo, qui s'était tourné vers une carrière de coach et de commentateur suite à son segment printanier décevant – pour trois échecs : si les maux de Longzhu ne sauraient tous être localisés sur la partie inférieure de la carte, le manque de stabilité de son duo a posé de vrais problèmes tout au long de l'année 2016, conclue à une huitième place navrante. Pour résoudre ce souci majeur, les dirigeants de la structure ont employé les grands moyens.

Ménage de printemps

Coco_Longzhu_2016

Coco, l'un des joueurs les plus talentueux de Corée, qui a comme tant d'autres cédé aux sirènes chinoises après une saison difficile.

La dissolution de l'équipe ROX Tigers à l'issue des championnats du monde a certes attristé de nombreux fans, mais elle a fait plusieurs heureuses : les autres structures participant à la LCK, qui se sont précipité(es) sur les anciens membres des Tigres. Et c'est peut-être bien Longzhu qui a réalisé la meilleure affaire, en récupérant à la fois PraY et GorillA, tous deux pouvant prétendre au titre de meilleur joueur du monde à leur poste. L'arrivée d'un véritable meneur au rôle de support était un choix stratégique important et certainement nécessaire. 

Après les résultats très décevants de l'année précédente, l'organisation décide aussi d'abandonner son système à dix joueurs. Le cinq de départ ne bougera pas, et pour accompagner le duo le plus populaire de Corée, Longzhu est également parvenue à dérober Song « Fly » Yong-jun à KT Rolster. Restent l'expérimenté Koo « Expession » Bon-Taek sur la voie du haut, et le jeune et prometteur Lee « Crash » Dong-woo dans la jungle pour assurer une forme de continuité.

Les qualités individuelles de chaque membre permettaient à Longzhu d'entrevoir un avenir lumineux, mais le manque de liant entre les joueurs, couplé à des diffcultés à gérer la pression subie régulièrement en début de partie, ont empêché cette troisième itération de faire mieux que ses prédécesseurs. C'est une nouvelle septième place pour une structure qui semble oublier l'essentiel. 

Tapis !

Après un an et demi de disette, l'annonce des trois changements apportés à l'équipe à l'aube du segment d'été 2017 n'a pas suscité d'enthousiasme débordant chez les fans. Si l'arrivée de Gwak « Bdd » Bo-seong offrait au jeune midlaner une opportunité de démontrer son talent, après des débuts bien en-dessous des attentes chez CJ Entus, les deux surprises de l'intersaison furent plutôt le départ de Fly en seconde division américaine, et l'exil prématuré de Crash en LPL. Expession décida quant à lui de raccrocher, après avoir toujours tenu son rang même dans les périodes difficiles. Les deux autres recrues sélectionnées, Kim « Khan » Dong-ha et Moon « Cuzz » Woo-chan, détonnent drastiquement avec leurs trois coéquipiers par leur absence totale de références au plus haut niveau. Cuzz appartenait officiellement à Longzhu depuis novembre 2016, mais n'avait alors pas joué la moindre partie : Khan avait lui passé un long moment en Chine, sans jamais s'imposer comme une référence, bien qu'il s'y soit fait remarquer pour son goût du duel. 

Gorilla_Worlds_2017_Day1

L'arrivée de GorillA et PraY en début d'année a permis d'apporter expérience et talent à une équipe en manque de meneurs.

C'est pourtant bien grâce à ces choix audacieux que l'improbable va se produire. En employant un style dynamique, misant sur une domination de chaque ligne pour faciliter le travail de Cuzz dans la jungle, Longzhu a réussi à sublimer le talent de ses joueurs. En tenant tête à Lee « Faker » Sang-hyeok en finale des play-offs, Bdd s'est imposé comme l'un des tout meilleurs joueurs du monde à son poste. PraY et Gorilla n'ont rien perdu de leur superbe, et se disputent le titre de meilleur duo du monde avec Bae « Bang » Jun-sik et Lee « Wolf » Jae-wan. Et que dire de la révélation Khan ? Comme nous l'explique Christopher « PapaSmithy » Smith, commentateur de la ligue coréenne pour l'OGN : « La pression exercée par Khan sur sa ligne est l'un des facteurs principaux de la réussite des Longzhu – ils jouent autour d'un toplaner disposant d'un potentiel d'élimination ou dominant simplement son duel dans une configuration de split push avec une intelligence qu'aucune autre équipe n'est parvenue à égaler. »

L'apothéose en novembre ?

Pour de multiples raisons qu'il serait inutile de rappeler, la formidable saison de Longzhu ne change pas grand-chose à l'identité du véritable favori de ces championnats du monde : SKT T1. Cela étant dit, les difficultés rencontrées par les doubles tenants du titre pour enrayer le plan de jeu assez clair de l'écurie au dragon bleu suffisent à placer cette dernière dans le – très – haut du panier. Il est certain que les responsabilités pesant sur Khan sont énormes pour assurer le succès de son équipe, mais comment évaluer ses chances face à des toplaners nettement plus expérimentés que lui au très haut niveau ? « Je pense que nous verrons évoluer Khan sur des héros plus passifs, mais plutôt que d'imaginer Longzhu s'adaptant à la méta, ce sera certainement aux autres équipes de s'adapter à la méta de Longzhu ! », poursuit PapaSmithy. « Je pense que Khan a actuellement la même réputation que Flame lorsqu'il était à son meilleur niveau : un joueur incroyablement talentueux sur sa voie. Bien que je respecte sincèrement le statut de vétéran de chacun des toplaners de ce groupe, la capacité de Khan à identifier leurs faiblesses et à les détruire en les agressant sans complexe le mettra dans une position très confortable. Archie, notamment, risque fort d'être mis en difficulté tout au long de la phase de poules, mais Khan sera son adversaire le plus redoutable. »

Khan_Worlds_2017_Day1

Voyez-vous la moindre trace de compassion dans ce visage ?

Les dernières prestations de l'équipe ont laissé transparaitre peu de points faibles, et décrocher une victoire face à GorillA et les siens sera quoi qu'il arrive une tâche ardue… mais pas impossible. Une fois encore, PapaSmithy nous éclaire sur une éventuelle solution pour gêner les titans coréens : « L'idée pour défaire Longzhu est de trouver une manière de contenir leur stratégie d'effet 'boule de neige' en début et milieu de partie, et probablement de s'orienter vers une composition puissante en affrontements d'équipe de fin de partie. Khan joue des héros qui ne brillent pas forcément durant ces phases : un avantage contre Longzhu peut donc être trouvé dans ce genre de combats tardifs, avec un tireur bénéficiant de l'Encensoir Ardent, et en supposant une égalité approximative au niveau des pièces d'or. Cela sera difficile à mettre en place en pratique, mais il s'agit exactement du genre de situations dans lesquelles Longzhu ne souhaite pas se retrouver. »

Face à Immortals, Fnatic et Gigabyte Marines, les champions coréens devraient pouvoir se qualifier sans mal pour les quarts de finale. Pour rappel, il faut remonter à 2013 pour voir un représentant de pays du Matin Calme éliminé en phase de poules ; pire, seuls les KOO Tigers en 2015 n'ont pas obtenu la première place de leur groupe. Des facteurs externes, tels que le manque d'expérience d'une partie de l'effectif sur la scène internationale, ou des difficultés à s'adapter à un nouvel environnement, pourraient entrer en compte, même s'il est difficile d'y croire vraiment. 

Selon vous, quelles sont les chances pour Longzhu de décrocher le titre suprême ?