Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

LCS EU : 10 équipes, 10 questions

Les LCS Europe, la compétition reine du vieux continent, font leur retour ce vendredi 15 juin, plus de deux mois après le sacre de Fnatic. Alors que tous les yeux sont braqués sur la méta actuelle, complètement débridée, nous vous proposons de nous intéresser aux différents protagonistes du segment d’été européen. Présentation des dix équipes en dix questions.

VITALITY PEUT-ELLE RETROUVER SON NIVEAU DE DEBUT DE SAISON ?

La structure française a parfaitement entamé son segment de printemps, terminant la quatrième semaine de compétition sur le score de 7-1. Ces débuts tonitruants étaient porteurs d’espoir pour le collectif composé en majorité de jeunes joueurs, surtout en ce qui concerne l'impressionnant étalon italien Daniele « Jizuke » di Mauro. La formation Vitality pourra-t-elle réussir le même début de segment ? Très probablement. Dans une méta loin d’être stabilisée où les innovations ont la part belle, les joueurs de Jakob « YamatoCannon » Mebdi semblent en bonne position pour tirer leur épingle du jeu. Et lorsque l’on se rappelle que Amadeu « Attila » Carvalho, anciennement connu sous le pseudo de Minitroupax, est un habitué du Ziggs ADC, les espoirs ne peuvent qu’être plus grands. 

ROCCAT : L'ANNEE DE MEMENTO ?

Depuis ses débuts au plus haut niveau, Jonas « Memento » Elmarghichi est dans une position un peu atypique. En effet, malgré une réputation de joueur très talentueux, il n’a jamais réellement su exploiter son potentiel, ce qui est surement en partie dû au fait qu’il a principalement évolué dans des formations de milieu de classement. Néanmoins, le précédent segment a vu le jungler s’affirmer comme l’un des meilleurs de la ligue. L’arrivée à maturité du joueur suédois sera-t-elle suffisante pour permettre à Team ROCCAT de se qualifier une nouvelle fois pour les phases finales ?

Memento Roccat

UOL : LA REDEMPTION POUR EXILEH ? 

Rarement un joueur a autant été la cible des critiques que Fabian « Exileh » Schubert. Et pour cause, après des débuts exceptionnels durant l’été 2016, le midlaner n’est plus que l’ombre de lui même, enchaînant les mauvaises performances avec, de temps à autre, quelques coups d’éclat, rappelant le talent indéniable du joueur. L’état actuel du jeu, très propice à l'agression et à l’innovation, semble être l’environnement idéal pour que le compétiteur allemand trouve la rédemption auprès des fans des licornes de l’amour.

SPLYCE PEUT-ELLE QUITTER SON STATUT D'OUTSIDER ?

Avant le Spring Split, l’effectif de Splyce était attendu comme l’un des principaux outsiders de la compétition européenne. Or, s’il a parfaitement rempli son rôle et peut-être même dépassé les attentes en terminant à la troisième place de la saison régulière et des phases finales, la question est maintenant de savoir si le collectif parviendra à devenir un véritable favori pour le titre. Si le coaching staff continue son excellent travail qui a porté ses fruits petit à petit depuis le début de l’année, cela pourrait bien être le cas.

H2K POURSUIVRA-T-ELLE SUR SA LANCEE ? 

La structure demi-finaliste des mondiaux de 2016 a complètement raté son début de saison : avec une seule victoire pour 7 défaites au bout de quatre semaines de compétition, elle a dû opérer deux changements dans son effectif. Suite à l‘arrivée de Ilyas « Shook » Hartsema et de Marcin « Selfie » Wolski, H2K s’est repris en main et est parvenu à arracher une place en Play-offs lors de l’ultime rencontre. Avec désormais les championnats du monde en ligne de mire, la concurrence sera rude et l’équipe va devoir continuer sa progression fulgurante si elle espère y participer.

h2k

AMAZING, LE FACTEUR X POUR SCHALKE 04 ?

La plupart des observateurs voyaient en Schalke l’un des favoris de la compétition européenne pour le Spring Split. Or, la formation n’a fait que décevoir rencontre après rencontre, s’enlisant petit à petit dans le bas du tableau, et ce malgré sa réputation d’excellente équipe durant les matchs d'entraînement. Pour stabiliser son effectif, la structure a opté pour un changement de jungler, remplaçant le jeune Milo « Pride » Wehnes par le très expérimenté Maurice « Amazing » Stückenschneider. L’arrivée du vétéran passé par TSM, Origen ou encore Fnatic, sera-t-elle suffisante pour que le collectif parvienne à son plein potentiel ?

G2 ESPORTS ARRIVERA-T-ELLE A DIVERSIFIER SON JEU ?

Les rois déchus d’Europe comptent bien reprendre ce qui leur appartient durant ce Split. Si elle veut y arriver, la formation de Luka « Perkz » Perkovic devra forcément apprendre à diversifier son jeu. En effet, durant la grande majorité du printemps, le groupe a évolué autour d’une toplane très forte, permettant à Martin « Wunder » Hansen de carry. Or, ce manque d’options a montré ses limites, notamment en finale, Fnatic contrant parfaitement le jeu des protégés d’ocelote. La reconquête passera forcément par une évolution du jeu des joueurs de G2.

QUEL IMPACT AURA L'ARRIVEE DU NOUVEAU COACH CHEZ GIANTS ?

Après un Spring Split compliqué, Giants Gaming a décidé d’opérer deux changements : Risto « SirNukesAlit » Luuri est le nouveau support de l’équipe tandis que Kublai « Kubz » Barlas prend la tête du collectif. Passé notamment par Cloud9 et Fnatic Academy, le coach canadien aura la lourde tâche de qualifier sa formation pour les phases finales. Et si celui qui s’est autoproclamé « Late Game King » parvenait à faire revenir Giants sur le devant de la scène européenne ?

MISFITS : HANS SAMA PEUT-IL RETROUVER SON NIVEAU DE L'ETE DERNIER ?

À l’instar de Schalke, Misfits Gaming a énormément déçu durant le printemps. Incapable d’enchainer les bonnes performances, le carry AD Steven « Hans Sama » Liv illustre parfaitement les difficultés rencontrées par son équipe. Désormais à la veille de son quatrième split en LCS, le jeune français va devoir prouver qu’il mérite tous les éloges faits par ses pairs, dont son vis-à-vis de Fnatic lors des Playoffs de 2017. Toutefois, le rôle d’ADC étant dans une situation particulière, rien ne garantit qu’il pourra retrouver tout de suite son niveau de l’année dernière.

hans sama ss18

QUEL TOPLANER POUR FNATIC ?

Depuis la blessure de Paul « sOAZ » Boyer, Gabriël « Bwipo » Rau assure l’intérim sur la toplane de Fnatic. Si son intégration dans l’effectif était prévue bien avant l’accident du français, le jeune belge a su saisir sa chance au point de s’imposer comme l’un des meilleurs toplaners d’Europe. Dès lors, la question est de savoir comment le coaching staff parviendra à gérer la cohabitation entre les deux toplaners. En effet, les joueurs occidentaux ont généralement du mal à accepter la concurrence au sein de leur propre équipe, surtout lorsqu’ils estiment mériter une place de titulaire, ce qui peut conduire à des situations de fortes tension internes.

Cependant, une autre issue possible est l’alternance entre les deux joueurs, d’autant plus que le vétéran clame depuis longtemps son désamour pour les rencontres de saison régulière. Le partage du temps de jeu lui permettrait de reprendre la compétition tout en se préservant pour les matchs à enjeu et les phases finales. De plus, Fnatic a su adapter son jeu avec Bwipo, l’équipe jouant plus autour de la toplane avec le Belge alors qu’elle préférait s’orienter vers la botlane avec sOAZ. Si bien gérée, cette problématique pourrait rapidement devenir une arme supplémentaire pour la formation championne d’Europe.

Pour le calendrier et le programme des matchs, c'est par ici que ça se passe