Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS EU spring split 2017 week 9
LCS

LCS EU : place aux quarts de finale !

Ce weekend, c'est le début des play-offs en League Championship Series ! Les quatre équipes classées de la troisième à la sixième place au cours de la saison régulière vont s'entre-déchirer pour tenter de se qualifier en demi-finales du segment de printemps 2017. Format en deux groupes oblige, les deux séries du weekend opposent le deuxième d'un groupe au troisième de l'autre, au meilleur des cinq manches. Quels sont les atouts de chacun ? Petit tour des forces en présence.

SAMEDI

Misfits contre Splyce à 17h

Le premier quart de finale de la semaine oppose Misfits et Splyce – respectivement deuxièmes du groupe A et troisièmes du groupe B –, qui vont en découdre dès 17h. Deux structures qui partagent à bien des égards la même jeunesse. Non seulement elles alignent toutes deux une majorité de jeunes joueurs sur le terrain, fiers représentants de la nouvelle génération des talents de League of Legends, mais elles sont elles-mêmes relativement nouvelles sur la scène professionnelle. Splyce a en effet été créee au dernier trimestre 2015 et ne participe aux LCS que depuis un an et demi. Quant à Misfits, l'organisation a été fondée en 2016 à peine et vit cette année sa première saison au plus haut niveau européen !

H2k during LCS EU spring split 2017 week 10

Misfits veut se qualifier en demi-finales dès son premier segment de LCS EU.

Les points communs entre les deux équipes ne s'arrêtent pas forcément là, mais leurs forces et faiblesses sont pourtant bien différentes, presque opposées même. Les derniers arrivés en LCS EU se distinguent ainsi par la force de leurs individualités, avec notamment trois joueurs capables de porter une partie sur leurs épaules, bien aidés par une voie du bas capable tant d'engager les combats que de faire office de service de nettoyage à la fin d'une escarmouche, en fonction des besoins. Surtout, Barney « Alphari » Morris sur la voie du haut, Lee « KaKAO » Byung-kwon dans la jungle et Tristan « PowerOfEvil » Schrage sur la voie du milieu dominent le plus souvent leurs adversaires respectifs lors des débuts de partie, ce qui leur offre le plus souvent un avantage indéniable au sortir des premières phases de jeu. Les deux premiers sont ainsi largement – à leur poste – ceux qui ont collecté le plus d'or au bout de dix minutes en Europe !

Sauf que les matchs ne s'arrêtent pas au sortir de leur premier tiers. Misfits semble avoir du mal à tenir la distance et se fait rattraper plus que de raison pour peu que leur match dure un peu trop longtemps. Ils ne choisissent pas forcément bien le bon moment pour combattre et ça leur coûte parfois cher. Plus grave, l'équipe semble avoir du mal à renouveler son jeu au fur et à mesure que l'année avance. La fragilité de la structure est même de plus en plus apparente ces dernières semaines : quatre de leurs cinq défaites de la saison régulière ont eu lieu au cours des quatre dernières semaines ! Quand on sait que les joueurs de la structure anglaise n'ont qu'une faible expérience des séries au meilleur des cinq manches – à l'exception notable de KaKAO -, une défaite de Misfits dès les quarts de finale devient envisageable.

Splyce during LCS EU spring split 2017 week 9

Splyce, une équipe avant tout.

D'autant plus que Splyce brille précisément là où ses adversaires de samedi pêchent ; dans le combat en équipe. La structure européenne incarne plus que n'importe qui en Europe l'expression force du collectif, aussi bien dans son acceptation positive que négative. Aussi discrète qu'efficace, l'équipe au serpent jaune ne se sent bien qu'une fois la partie bien avancée. C'est là qu'elle compense son absence de stars, quand elle peut démontrer sa maîtrise de la carte, sa capacité à prendre des objectifs et à appuyer là où elle peut faire mal. Mais pour en arriver là, Splyce doit à chaque match subir des débuts de partie pour le moins complexe. Au mieux, ses joueurs ne font que tenir le coup et laisser passer la tempête lors des premières minutes. Ils sortent en général de la phase de lane avec du retard sur leur adversaire. Certes, ils renversent la situation la plupart du temps, mais contre une équipe comme Misfits dont les débuts de partie sont le point fort, c'est un pari risqué à tenir.

Splyce during LCS EU spring split 2017 week 9

YamatoCannon et les siens peinent face aux équipes mieux classées.

Plus gênant encore pour les hommes de Jakob « YamatoCannon » Mebdi, ils apparaissent cette saison incapable de vaincre les meilleures équipes de LCS EU, condition pourtant indispensable à une qualification en demi-finale ! C'est bien simple, toutes leurs défaites de 2017 ont été contre des équipes mieux classées qu'eux ! H2K et Unicorns of Love les ont battu par deux fois dans leur groupe, G2 Esports et... Misfits une fois chacun lors des rencontres intergroupes. Pire, lors de leur dernière série de la saison régulière, contre H2K, Splyce a préféré s'amuser plutôt que de tenter de remporter la victoire. Certes, ce match n'avait pas d'enjeu, mais n'est-ce pas un peu le signe d'un renoncement de leur part, d'un blocage psychologique ? Espérons pour leur bien qu'il n'en est rien.

Quoiqu'il en soit, la série de samedi s'annonce comme un choc des contraires. Misfits devrait sans difficulté dominer Splyce en début de match, mais il leur faudra se méfier de plus en plus au fur et à mesure de l'avancée de la partie, sous peine de voir leur après-saison s'arrêter bien plus vite qu'espéré !

DIMANCHE

H2K contre Fnatic à 17h

H2k during LCS EU spring split 2017 week 9

Jankos, véritable coeur de H2K.

Dimanche, place aux anciens des LCS avec un quart de finale explosif entre H2K et Fnatic à 17h. Autant le dire tout de suite, les premiers partent très largement favoris de cette confrontation. S'ils n'ont pas réussi à surpasser Unicorns of Love au classement du groupe B, les bleu et blanc n'en sont pas moins impressionnants depuis le début de la saison. Ainsi, ils disposent sans aucun doute avec Andrei « Odoamne » Pascu du meilleur joueur de voie du haut de ces quarts de finale. Ce dernier peut notamment s’enorgueillir d'être le joueur à infliger le plus de dégâts du continent à ce rôle, très loin devant n'importe lequel de ses concurrents ! Le reste de l'équipe est à l'avenant. Si Marcin « Jankos » Jankowski est moins efficace en début de match cette année que lors des saisons précédentes, il n'en reste pas moins l'âme de son équipe, capable d'être à chaque instant là où on ne l'attend pas pour délivrer sa victime dans les bras d'Odoamne ou de Fabian « Febiven » Diepstraten, redevenu statistiquement le meilleur européen sur la voie du milieu.

H2k during LCS EU spring split 2017 week 9

H2K, déjà un pied et quatre orteils en demi-finales ?

Quand H2K commence à prendre de l'avance sur la carte, elle la conserve, bien aidée par les stratégies mises en place par Pr0lly et par la capacité – qui n'est plus à démontrer – de l'entraîneur américain à toujours bien choisir les champions les plus adaptés pour maximiser les chances de victoire de son équipe. Le seul véritable point faible de la structure est sa difficulté à se reprendre quand les choses ne se déroulent pas comme prévu. Lors de leurs deux défaites contre Unicorns of Love, Jankos et compagnie se sont laissés déborder et ont semblé paniquer, précipitant leur chute au lieu d'inverser le cours des choses.

sOAZ/Fnatic during LCS EU spring split 2017 week 9

Paul « sOAZ » Boyer et Fnatic ont bien besoin de leur buff de play-offs cette année !

C'est sur cet aspect du jeu que va devoir jouer Fnatic pour espérer voir les demi-finales. Parce que, il faut bien le dire, les points forts des Orange ne sont pas nombreux sur le papier. Qualifiée d'extrême justesse pour l'après-saison, l'équipe s'est tout de même fortement remobilisée depuis le départ de Nicholas « NicoThePico » Korsgård. Sa victoire de haute volée contre Misfits la semaine dernière a démontré qu'elle est toujours capable de belles choses, pour peu qu'elle parvienne à développer son jeu. Plutôt que de suivre la méta, Fnatic compte aujourd'hui sur ses champions de confort, comme le Kennen AD de Martin « Rekkles » Larsson, pour surclasser ses adversaires et ça a l'air de fonctionner. Malgré tout, Fnatic affiche toujours le niveau de jeu le plus faible des qualifiés pour les play-offs. Jungle, voies du haut et du milieu sont aussi brillantes qu'inconstantes, tandis que Jesse « Jesiz » Le ne convainc toujours pas au poste de support. Le buff de play-offs qui a fait la gloire de la structure par le passé lui est plus nécessaire que jamais !

Si vous ne pouvez pas voir les matchs en direct, pas de panique, ils seront en replay sur LoL Esports ! N'hésitez pas à nous laisser un commentaire où vous nous dites ce que VOUS attendez de ces quarts de finale de LCS EU !