Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
Quoi de neuf dans la Faille ?

Le sacre danois

Chaque semaine, l’oeil - très - aiguisé de Laure ‘Bulii’ Valée, intervieweuse pour les LCS EU, s’arrêtera sur un moment qui a marqué l’actualité. ‘Quoi de neuf dans la Faille’, c’est le petit nom de ce tout nouveau rendez-vous sur le site, revient aujourd'hui sur la Finale du Spring Split qui a pris d’assaut la Royal Arena de Copenhague ce week-end.

Dans une atmosphère ponctuée de pølse et de Faxe Kondi, Copenhague a sacré ce week-end le champion du Spring Split 2018 ! Des fans de nombreux pays avaient fait le déplacement et dès la sortie de l’avion vendredi, on sentait l'engouement pour l'événement.

Les festivités ont commencé autour d’un BO5 très disputé entre Splyce et Vitality ; cinq parties à l’issue desquelles Splyce l’a emporté. Si le jeu, explosif, nous a conduits à surveiller plus particulièrement les actions des carrys, on ne put s’empêcher d’esquisser un sourire pour les deux toplaners, Cabochard et Odoamne, qui ont passé cinq parties (soit un peu plus de 170 minutes) sur des match-ups tank, on compatit…

Loin de la solitude de la voie du haut, Nisqy a une fois de plus brillé, faisant même passer un mauvais moment à la Taliyah de Jiizuke sur la deuxième manche avec une Cassiopeia de gala. Pour autant, le joueur italien et son équipier Minitroupax ne déméritent pas sur le BO, mais celui que tout le monde acclamait à la sortie de l’affrontement, c’était sans contestations Kobbe, qui s’est ensuite exprimé avec beaucoup d’émotions devant son public

Dans l’arène de manière générale, les joueurs danois se sont présentés avec fierté et tous les fans le leur ont clairement bien rendu. Kobbe samedi, mais aussi Caps, Broxah et Wunder dimanche, tous ont été acclamés et les joueurs eux mêmes étaient très émus de s’exprimer chez eux. Dans un sujet présenté au début du show, Deficio expliquait que depuis la création des LCS, le Danemark était le pays le plus représenté avec 24 joueurs présents. Cette finale, à Copenhague, était un hommage important.

G2 esports

Le jour de la finale, sans surprises, la balance penchait largement en faveur de Fnatic. L’équipe a montré une fois de plus qu’elle était de loin favorite en Europe et l'ambiance était explosive au moment de la cérémonie d'ouverture (bon, les français restent les meilleurs là-dessus, mais le public danois sait tout de même se faire entendre pour soutenir ses joueurs ). Si beaucoup de fans étaient rassemblés autour des joueurs danois de la line-up, une bonne partie du public avait aussi fait le déplacement pour Rekkles, double MVP du tournoi (voir par ailleurs) qui s’est fièrement affiché avec un drapeau suédois dans la Royal Arena (ironique, quand on pense à la rivalité qui existe entre la Suède et le Danemark). Il y avait une légère appréhension de ce côté-là au moment de faire l’interview de MVP mais finalement, l’engouement autour du carry AD Fnatic dépasse tout et comme dit plus tôt, ici, Fnatic étaient grand favori.

Sans aller jusqu’à dire que G2 s'attendait à perdre, Fnatic avait un avantage incontestable et cela s’est confirmé durant le BO. Trois parties lors desquelles les champions en titre ont eu des réactions étranges malgré un bon avantage pris dès les débuts de partie et où ils se sont souvent laissés submerger par la situation. De manière globale, G2 se sont battus, mais Fnatic ont été bien meilleurs. Si Rekkles a parfaitement justifié son titre de MVP, c’est notamment grâce à son équipe, articulée de telle façon qu’il puisse briller. Bwipo a lui aussi eu les épaules et s’est montré largement à la hauteur. L’équipe récupère enfin son trône.

fnatic win

Sous les cris du public, Caps et Broxah ne réalisaient pas réellement leur performance et alors que le Spring est déjà fini, l’équipe doit d’ores et déjà se tourner vers le MSI. Le premier rendez-vous international aura lieu dans moins d’un mois avec en tête, l’envie de jouer contre Kingzone les meilleures équipes du monde !