Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LEC

4 revanchards sur le pied de guerre

Ils sont de retour cette année après une ou plusieurs saisons difficiles hors du Vieux Continent. Aujourd'hui, nous allons parler de ces joueurs qui ont gagné leurs lettres de noblesse en Europe, sont partis vivre une nouvelle aventure dans une autre région (sans grand succès), et qui ont finalement décidé de revenir en LEC. Gros plan sur ces célébrités qui ont de nouveau tout à prouver.

Fabian « Febiven » Diepstraten

Confortablement installé chez Clutch Gaming en 2018, le retour de Febiven est peut-être le plus surprenant de cette liste. Après un segment printanier convaincant, récompénsé par une quatrième place aux Playoffs, Clutch a sombré à la neuvième position du classement durant l'été. Pas de relégation, bien sûr, mais une déception suffisante pour renouveler quasiment tout l'effectif à l'intersaison. 

Toujours en vue avec Azir, Febiven n'était néanmoins pas particulièrement plombé par ses coéquipiers. L'équipe ne débordait certes pas de talent individuel, mais ce sont surtout des carences collectives qui ont nui à la structure lors de la seconde moitié de l'année. 

Febiven_2015

Si l'on remonte un peu dans le temps, la carrière de Fabian suit une trajectoire assez fluctuante. Très en vue en 2015, même si nous pouvons estimer rétrospectivement que Bora « YellOwStaR » Kim avait sublimé les quatre joueurs qui l'entouraient, il a ensuite connu une année catastrophique chez Fnatic, avant de retourner chez H2K en 2017, où il a retrouvé un semblant de forme, malgré une non-participation au championnat du monde. Sa décision de rejoindre l'Amérique du Nord ne semblait pas motivée par des raisons sportives, et on l'imaginait déjà en pré-retraite.

Le morne été de Clutch, couplé à l'arrivée des partenariats à long terme en Europe, puis la structuration robuste de Misfits et ses grandes ambitions sur le marché des transferts, ont toutefois créé le cadre idéal pour un retour à la maison du fils prodigue. Avec Paul « sOAZ » Boyer, Nubar « Maxlore » Sarafian, Kang « GorillA » Beom-hyeon et Steven « Hans Sama » Liv, Febiven a l'occasion rêvée de retrouver la lumière et de montrer que son talent, quelque peu occulté depuis 3 ans, est toujours prêt à surgir. 

Choi « Pirean » Jun-sik 

Les fans de SKT ont probablement sursauté. Il faut dire qu'en poussant ponctuellement Lee « Faker » Sang-hyeok sur le banc, puis en concluant sa médiocre saison par un 0/9 tonitruant face à Kingzone, Pirean ne s'est pas fait que des amis. 

Cela dit, la structure la plus titrée de l'histoire du jeu a beau ne pas être immunisée aux recrutements hasardeux, il est difficile de croire que Kim « kkOma » Jeong-gyun ait décidé d'intégrer à son effectif un joueur sans le moindre talent. Initialement voué à évoluer dans l'ombre de Faker, Pirean a pourtant été projeté sur scène lorsque Dieu a montré des signes de faiblesse ; plus surprenant encore, l'équipe a semblé mieux fonctionner en l'absence de sa superstar. 

Il ne s'agissait bien sûr que d'un remède à court terme. Cet intérim a pu masquer quelques symptômes, mais le mal était bien plus profond ; il n'est en tout cas pas compliqué d'imaginer le contexte difficile dans lequel Pirean a dû évoluer. 

Avant cette expérience chez SKT, le jeune midlaner (20 ans) était passé par Phoenix1, où il avait réalisé des prestations intéressantes. En rejoignant SK cette année, il retrouve une structure aux ambitions plus modestes, et par conséquent un cadre plus adapté à une « cure de remise en forme ». En retrouvant de la confiance, et un temps de jeu plus conséquent, Pirean pourrait être l'une des bonnes surprises de ce printemps en Europe. 

Alfonso Aguirre « Mithy » Rodríguez

Eh non, ce n'est pas une blague, Mithy est bel et bien de retour chez Origen ! Surnommé « Judas » par les fans de la structure suite à son départ impromptu pour G2 en 2016 (en compagnie de Jesper « Zven » Svenningsen), le support espagnol n'arrive pas franchement en terrain conquis, malgré son rôle majeur dans l'épopée OG du championnat du monde 2015. Pour rappel, l'équipe était parvenue en demi-finale, avant de s'incliner contre SKT T1.

Mithy_2015

Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Mithy et Zven ont imposé leur domination au reste de l'Europe pendant deux ans, glanant 3 titres régionaux au passage, et participant au MSI 2017, où G2 avait atteint la finale et sérieusement dérangé SKT. Puis, à l'issue des Worlds 2017, décevants pour G2, le duo « Best in the West » a traversé l'Atlantique pour rejoindre TSM. Nouvelle trahison pour l'Europe, mais coup de maître pour l'emblématique structure américaine... sur le papier en tout cas. 

Dans les faits, cette association s'est transformée en bide colossal. Pour la première fois depuis sa création, TSM n'a pas réussi à se qualifier pour le championnat du monde. Pas même une finale de Playoffs à se mettre sous la dent. Et pour dire les choses clairement, Mithy et Zven ont eu l'air de débutants face à d'autres duos d'un pedigree très largement inférieur. Les deux comparses ont semblé remonter la pente lors de la deuxième moitié de l'été, mais cela ne suffira pas à faire oublier leur année catastrophique. 

Zven, plus stable, est resté chez l'Oncle Sam ; Mithy, lui, n'était plus en odeur de sainteté, et devait avoir le mal du pays. Retour donc chez Origen, où il accompagnera Patrik « Patrik » Jírů (anciennement Sheriff) sur la voie du bas. Au sein d'un effectif extrêmement talentueux (Barney « Alphari » Morris, Erlend « Nukeduck » Våtevik Holm, Jonas « Kold » Andersen), le vétéran espagnol aura l'occasion de redevenir le meilleur support occidental. Et de faire taire ses très nombreuses critiques...

Lee « IgNar » Dong-geun

IgNar et Hans sama, c'était l'une des belles histoires de l'année 2017. Deux jeunes joueurs à peu près inconnus, qui avaient bouclé leur saison en rossant Bae « Bang » Jun-sik et Lee « Wolf » Jae-wan en quart de finale de championnat du monde. Malheureusement, l'idylle connaissait une fin prématurée avec le retour d'IgNar au pays, chez bbq Olivers. Ce départ, conjugué à celui de Tristan « PowerOfEvil » Schrage, a scarifié Misfits, qui n'a jamais su retrouver son niveau de 2017 au cours de l'exercice suivant. 

De son côté, malgré quelques inspirations – une partie d'exception sur un Alistar au Grimoire Déchaîné surgissant sans cesse derrière ses ennemis grâce à la Téléportation – difficile de louer la saison de IgNar. Celle-ci s'est même terminée par une relégation.

Ignar

Qu'à cela ne tienne, un retour en Europe était dès lors tout à fait envisageable... Sauf qu'entre-temps, Hans sama s'est trouvé un nouvel ami, et pas des moindres : GorillA. Impossible de rivaliser pour IgNar, qui a donc intégré les rangs de Schalke 04. L'effectif a été largement remanié cette saison, mais Elias « Upset » Lipp sera toujours présent au rôle d'ADC : la structure allemande va donc se présenter en LEC avec, peut-être, le duo au plus gros potentiel d'Europe. Avec une méta toujours plus explosive, les fans de S04 ont de quoi se réjouir. 

Le choix de retenter sa chance en Corée ne s'est donc pas avéré payant, mais IgNar s'est offert une excellente opportunité de se remettre en valeur en 2019. Avec une équipe qui briguera les Playoffs, et un partenaire d'exception sur la voie du bas, Ignar sera l'un des supports à suivre ce printemps. 

 

L'histoire de ces quatre joueurs est donc particulièrement intéressante et leur capacité ou non à redresser la barre après une année difficile sera évidemment au centre de l'attention. 

Lequel de ces « revenants » attendez-vous le plus au tournant ? Quels autres joueurs espérez-vous voir réaliser une saison d'exception ?