Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
European Masters

Les chances françaises aux European Masters

Ce lundi commencent les European Masters, la compétition européenne regroupant les meilleures équipes des ligues nationales du continent. La France sera représentée par Team-LDLC, qui entrera dans la compétition le 15 avril dans la phase principale du tournoi, et par Misfits Premier dès lundi dans le Play-in. Nous vous proposons une présentation rapide des principaux adversaires que rencontreront nos représentants ainsi que leurs chances de remporter la compétition.

Mais avant un rappel sur le format s’impose. La première phase du tournoi, le Play-in, verra sept équipes s’affronter une fois en Bo1. Seules les trois premières du classement accéderont à la phase principale du tournoi. Dans cette deuxième phase, les seize équipes seront réparties en quatre poules de quatre, avec match aller-retour en Bo1. Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les phases finales, tous les matchs seront disputés en Bo3 à l’exception de la finale qui sera en Bo5.

Misfits aura fort à faire

Après une belle remontée durant les phases finales de la LFL, Misfits Premier a fini par s’incliner face à Team-LDLC. Maîtrisée par les partenaires de Djoko, l’équipe académique a atteint les limites de son jeu centré sur les escarmouches et les agressions de début de partie. Si la formation a laissé des plumes dans cet affrontement, elle ne rencontrera pas d’adversaires du calibre du champion de France dans le Play-in.

Misfits Premier affrontera six équipes nationales durant le Play-in des European Masters

Misfits Premier affrontera six équipes nationales durant le Play-in des European Masters

Néanmoins, ce premier tour ne sera pas pour autant de tout repos. Avec des opposants tels que MAD Lions, devils.one ou SK Gaming Prime, l’erreur ne sera pas permise. En effet si le champion en titre a lourdement chuté lors des phases finales de la ligue espagnole, il avait dominé la saison régulière dans le format Bo1 et possède des individualités (Yoppa, Pretty) capables de tenir tête aux points forts de Misfits, Dan Dan et LIDER. Quant à la formation devils.one, dauphin de l’Ultraliga, la ligue polonaise, elle a poussé dans ses retranchements le collectif académique de Rogue, Rogue Esports Club, que beaucoup d’observateurs considèrent comme la meilleure équipe au sein des ligues nationales. Enfin l’autre collectif académique du Play-in, SK Prime, sera également à surveiller. Avec trois joueurs qui évoluent ensemble depuis la saison dernière, le jeu collectif proposé pourrait être en mesure de tenir tête à celui de l’écurie au lapin.

Pour finir, il faut également garder en tête que Misfits Premier n’a pas été aussi performante durant la saison régulière en Bo1, que durant les phases finales en Bo5. Dans ce format où la moindre erreur sera fatale, il ne faudra pas que la formation retombe dans ses travers. Mais si Dan Dan et les siens montrent le même niveau de jeu que durant les dernières semaines, alors ils devraient se qualifier pour la phase principale du tournoi. Une fois à ce stade de la compétition, et avec un tirage au sort suffisamment favorable, Misfits Premier pourrait jouer les outsiders et se hisser dans les phases finales.

Team-LDLC, le favori ?

Après avoir survolé la LFL, Team-LDLC souhaite faire de même en Europe. Sur le papier, la structure française fait clairement partie des favoris, aux côtés de Rogue Esports Club et Splyce Vipers. Avec un jeu relativement complet et diversifié, des individualités capables de carry sur toutes les voies et une maîtrise globale de ses matchs, la bande à Eika a clairement été un cran au-dessus de ses adversaires au sein de l’hexagone. Cependant les principaux concurrents des champions de France seront possiblement d’un niveau supérieur à la LFL.

Qui rejoindra Team-LDLC et les autres ? Peut-être que ce sera Misfits Premier !

Qui rejoindra Team-LDLC et les autres ? Peut-être que ce sera Misfits Premier !

Le premier et probablement le plus sérieux n’est autre que Splyce Vipers, le collectif académique de Splyce. Vainqueure de la ligue espagnole malgré un mauvais début de saison, l’équipe a fini par trouver son rythme de croisière avant d’élever considérablement son niveau de jeu durant les phases finales, éliminant coup sur coup G2 Heretics, MAD Lions et Origen BCN. Outre une maîtrise de la carte qui n’est pas sans rappeler sa grande soeur, la formation s’appuie sur deux individualités de poids : Freeze et Orome. L’ancien Carry AD d’H2K est de retour à son meilleur niveau après une blessure au poignet, et peut aujourd’hui prétendre à retrouver une place au sein du LEC. Le second a quant à lui été aperçu le temps d’une soirée sur la grande scène cette année, ce qui aura été suffisant pour impressionner son monde avec son Aatrox. Depuis il n’a cessé de monter en puissance, décrochant deux titres de MVP durant les phases finales espagnoles, et peut être considéré comme le meilleur toplaner hors-LEC.

L’autre grand rival de LDLC sera l’équipe académique de Rogue, Rogue Esports Club, vainqueure de la ligue polonaise. Cette formation présente la particularité d’avoir épaulé l’équipe LEC afin de ne pas terminer le segment sans victoire. Rien que l’intégration de Finn, le toplaner, et Vander, le support vétéran, a permis à Rogue de gagner deux matchs en trois semaines et de transformer radicalement le visage du collectif. Il est donc facile d’imaginer que l'entièreté du groupe polonais aurait été plus performante que le principal au sein de la ligue européenne. Malmenée durant la finale de l’Ultraliga, l’écurie reste très complète et ne présente pas de gros point faible. Finn et Larssen, les deux sololaners, font partie des joueurs les plus talentueux à leur poste en Europe. Vander est un des supports les plus expérimentés au plus haut niveau, tandis que Woolite a participé aux deux premières éditions des European Masters, dont une finale au printemps, preuve d’une certaine continuité. Ne reste alors que le jeune jungler Inspired, qui pourrait être mis à mal par l’expérience d’un joueur comme Djoko, mais qui reste très prometteur.

On aurait également pu citer Fnatic Rising, équipe académique de Fnatic menée par le prodige de la SoloQ MagiFelix, ou Berlin International Gaming, la première équipe du circuit germanique, mais ces deux formations sont sur le papier moins complètes que LDLC, Splyce Vipers ou Rogue. Dans ces conditions, les champions de France auront une vraie chance de ramener la coupe à la maison. Quant à Misfits Premier, elle pourrait jouer les outsiders mais devra diversifier son jeu pour ne pas être puni par ses opposants. Rendez-vous dès lundi pour soutenir Dan Dan et ses coéquipiers pour le début du Play-in, et dès le 15 avril pour encourager Team-LDLC !