Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Les joueurs français en LCS Europe

Depuis sa création en 2013, les LCS Europe ont vu relativement peu de joueurs français évoluer sur sa scène, Paul « sOAZ » Boyer et Bora « YellOwStaR » Kim faisant figure d’exception. Le plus souvent, le passage d’un joueur issu de l’hexagone au sein de la compétition européenne tournait court par manque de résultat ou par perte de motivation. Puis à partir de 2015 certains de nos talents ont commencé à éclore et à s’imposer dans les meilleures équipes :

Lucas « Cabochard » Simon-Meslet chez Gambit Gaming, Pierre « Steeelback » Medjaldi chez Fnatic ou encore Jean-Victor « loulex » Burgevin chez H2K. Si 2016 est une année compliquée pour les joueurs français malgré l’arrivée sur la scène de Jérémy « Eika » Valdenaire et Etienne « Steve » Michels, 2017 sera beaucoup plus fructueuse. Team Vitality construit son équipe autour de 3 Français, Cabochard, Steelback et Charly « Djoko » Guillard, tandis que le jeune prodige Steven « Hans sama » Liv fait étal de son talent en Europe puis durant les Championnats du monde en Chine, pendant que le vétéran de la toplane sOAZ guide son équipe vers une qualification historique pour les quarts de finale des mêmes mondiaux. Avec la reprise de la saison 8 des LCS EU, il est temps de voir où ont atterri nos représentants durant le mercato.

La continuité : Paul « sOAZ » Boyer et Steven « Hans sama » Liv

Les deux Français à avoir participé aux derniers championnats du monde n’ont pas bougé durant l’intersaison.

Avec un seul changement dans son effectif, au poste de support, Fnatic semble plus proche que jamais de sa reconquête du titre européen que l’équipe concède depuis deux ans à G2 Esports. sOAZ s’apprête donc à attaquer sa huitième saison compétitive, faisant de lui l’un des trois seuls joueurs actifs sur la scène depuis la saison 1, avec Yiliang « Doublelift » Peng et Alex « Xpecial » Chu. Malgré cela, le toplaner continue d’être une référence sur le vieux continent et a été impressionnant durant le mondial chinois avec des performances de haut vol, notamment sur Gnar.

soaz

Une fois de plus, sOAZ reste au vaisseau mère avec l'équipe Fnatic

Du côté de Misfits Gaming et d’Hans sama, ce sont deux changements qui ont été opérés, le midlaner Tristan « PowerOfEvil » Schrage a rejoint l’Amérique du Nord tandis que le support coréen Dong-geun « IgNAr » Lee est rentré dans son pays natal. Ils sont remplacés par deux anciens joueurs de Splyce, Chres « Sencux » Laursen et Mihael « Mikyx » Mehle. Le jeune carry AD français va donc devoir s’habituer à son nouveau partenaire sur la voie du bas, mais également retrouver la dynamique de fin 2017 qui a permis à son équipe de se qualifier pour la finale du segment d’été à Paris, et pour les championnats du monde. De plus le départ du danois Jesper « Zven » Svenningsen pour les LCS NA a laissé vacante la couronne de meilleur carry AD européen, titre promis au jeune français. Adoubé par Martin « Rekkles » Larsson, proche de battre son idole Jun-sik « Bang » Bae, le carry AD double champion du monde de SK telecom T1, en octobre, 2017 aura été l’année de la révélation pour Hans sama. 2018 devra donc être celle de la confirmation.

hans sama

Hans sama saluant ses fans après leur première victoire de la saison

L’homme de Vitality : Lucas « Cabochard » Simon-Meslet

L’autre toplaner français de la compétition s’apprête à vivre sa troisième saison sous le maillot jaune et noir, sa quatrième en LCS. Mais pour la saison 8 Vitality ne sera plus la formation regroupant le plus de joueurs français. En effet après des résultats décevants en 2017, la structure s’est séparée de toute l’équipe à l’exception de Cabochard, et a recruté quatre anciens membres de Giants Gaming qui se sont récemment qualifiés en LCS. Toujours sous les ordres de Jakob « YamatoCannon » Mebdi, cette nouvelle version de Vitality semble être un bon mix entre expérience et jeunes talents, dans laquelle le toplaner fait figure de vétéran.

Giants à l’heure française : Pierre « Steeelback » Medjaldi, Charly « Djoko » Guillard et Raphaël « Targamas » Crabbé

Tandis que les anciens joueurs de Giants Gaming rejoignaient Team Vitality, les deux joueurs français ont effectué le chemin inverse. Dans une équipe presque entièrement reconstruite, Steeelback va, à l’instar de Cabochard, devoir devenir le leader d’une équipe relativement jeune et peu expérimentée au plus haut niveau. Hyeong-min « Ruin » Kim est un toplaner coréen talentueux, mais qui n’a connu que les Challenger Series depuis ses débuts chez SK Gaming en 2015, Djoko a vécu une première année difficile en LCS et Targamas arrive tout droit du circuit français. Il retrouve également Felix « Betsy » Edling avec qui il a évolué durant le Summer Split 2016 chez Team ROCCAT.

Cette saison, Djoko devra confirmer les espoirs placés en lui lorsqu’il évoluait chez Millenium et durant son bref passage chez UOL début 2016. Dans une méta où les junglers agressifs semblent être des picks de choix, le jungler français pourrait créer la surprise.

Targamas and Steeelback

Pour ce qui est de la surprise, elle viendra peut-être du jeune support belge Targamas. Après avoir presque tout gagné sous les couleurs de GamersOrigin en 2017, le joueur a décidé de se jeter dans le grand bain des LCS. À tout juste 17 ans, il pourra compter sur son partenaire de voie, Steeelback, pour continuer sa progression et utiliser pleinement le potentiel qu’on lui connait.

Splyce : TeamNisqy et coachs français

Après avoir évoqué le cas de Targamas, qui à défaut d’être français a marqué la scène hexagonale, nous ne pouvions pas ne pas aborder le cas du midlaner belge. Yasin « Nisqy » Dinçer a évolué durant deux ans sur notre scène nationale avant de rejoindre Fnatic Academy pour la saison 7, équipe avec laquelle il se qualifiera en LCS. Si le règlement a contraint la structure à vendre l’effectif, le joueur a rapidement rebondi en rejoignant Team EnVyUs de l’autre côté de l’Atlantique. Impressionnant pour un rookie qui découvrait la scène des LCS et un nouveau pays, il se qualifie pour les phases finales avec son équipe et frôle le titre de « Rookie of the split » ainsi qu’une participation aux Finales régionales pour participer au mondial. De retour en Europe durant l’intersaison, et plus précisément chez Splyce, le joueur belge semble suffisamment entouré pour réussir à s’imposer dans une région connue pour sa capacité à produire des midlaners de haut niveau.

Nisqy

Pour cela il sera accompagné par un coaching staff à l’accent français. Si l'entraîneur principal de l’équipe, Peter Dun, est britannique, il s’est entouré de l’ancien coach de Millenium James « Mac » MacCormack, du commentateur/entraîneur Hadrien « Duke » Forestier et de l’analyste passé par Fnatic Fabien « GuySake » Ungerer. Expérimenté et ayant connu des succès divers, le staff de Splyce est un des plus prometteurs de la compétition européenne et devrait permettre à la formation de s’imposer comme une des meilleures de la région.

Article écrit par Zlatan