Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
CHALLENGE FRANCE

Les prétendants au titre de champion de France

Le Mondial est terminé, mais l’e-sport ne s’arrête jamais. Le Challenge France revient et, nouveauté, le champion représentera l’hexagone au niveau européen. L’enjeu est de taille, alors découvrons qui sont les prétendants !

Format

Pour désigner les participants et récompenser l’investissement sur le long terme, le top 3 du Challenge France de mars dernier a été sélectionné, à savoir Millenium, Team LDLC et GamersOrigin. À leurs côtés évolueront Solary et Asus ROG SCHOOL, qui se sont démarqués dans la compétition Underdogs organisée par O'Gaming en septembre dernier (la Team Solary officiait encore sous le fanion Eclypsia). Enfin, la 6e équipe, Gentside Esports, s’est frayé un chemin au travers du tournoi de qualification organisé début novembre, en éliminant sur sa route l'équipe sœur de Solary, Lunary, dans laquelle évoluaient notamment LRB, Narkuss et Jbzz.

Ce Challenge France va se dérouler sur un mois complet, et suivra un format similaire à celui du MSI : les 6 équipes se retrouveront dans un seul et même groupe et devront affronter à deux reprises chaque adversaire en une manche gagnante. À l'issue de cette première étape, les 4 meilleures équipes se verront qualifiées pour des demi-finales qui seront disputées au meilleur des cinq manches. Pour rappel, les joueurs évolueront sur le patch de présaison, ce qui permettra de voir comment ils se sont appropriés les nouvelles mécaniques de jeu et de leur voler les bonnes idées pour les appliquer dans vos propres parties.

GamersOrigin

GamersOrigin

La structure GamersOrigin a littéralement démarré l’année sur les chapeaux de roue. Après avoir décroché la troisième place du précédent Challenge France, elle a raflé les premières positions des plus grandes LANs organisées dans l’hexagone. Ni le Montpellier Esport Show, ni la Lyon Esport, ni la Gamers Assembly ne leur a résisté et il aura fallu attendre la DreamHack Tours pour les voir mettre un genou à terre. Suite à des problèmes de santé, le collectif titulaire n'a pu être aligné, ce qui a précipité l’élimination de l'équipe puisque Millenium en a profité pour l’éliminer. GO a ainsi pointé à une décevante 5e place dans la compétition. Le collectif aura toutefois vite récupéré du poil de la bête en allant chercher un nouveau titre lors de la saison de printemps des Underdogs, éliminant Team LDLC en finale sur un solide 3-0.

Il va sans dire que cette équipe est désormais connue et appréciée du public français, et se présente peut-être comme la meilleure équipe tricolore à l'heure actuelle. Plusieurs talents ont contribué au succès de l'équipe, comme le midlaner Scott « Tonerre » Menard ou encore Damien « Shemek » Soulagnet, particulièrement redouté sur la voie du haut. Des joueurs explosifs, qui savent briller dans les moments les plus importants et sur lesquels il faudra assurément garder un œil au cours de ce Challenge France.

Composition : 

  • Toplaner : Damien « Shemek » Soulagnet
  • Jungler : Daniel « bluerzor » Subicz
  • Midlaner : Scott « Tonerre » Menard
  • Carry AD : Auststas « Toaster » Ruplys
  • Support : Raphaël « Targamas » Crabbé
  • coach : Rafael « Dinep » Nunes

Team LDLC

Cela fait désormais plusieurs années que l'équipe LDLC est présente sur la scène française de League of Legends, mais elle a réellement pris son envol en 2016, lorsqu’elle s'est hissée à la première place du Challenge France en ne concédant aucune manche, quand bien même elle a trébuché par la suite en finale des playoffs, face à Millenium. Forts de cette expérience, les renards bleus auront entamé une année 2017 également brillante, allant décrocher la deuxième place du Challenge France et de la Lyon Esport dans la foulée, au cours d'une finale des plus serrées concédée 2 à 3 face à son grand adversaire de ces derniers mois, GamersOrigin. Toujours présents sur les podiums des plus grandes LANs françaises, c'est sans surprise que les joueurs LDLC ont décroché la troisième place de la Gamers Assembly, alors qu’à peine un mois plus tard, ils étaient sacrés champions de la DreamHack Tours en soufflant Millenium 3 à 1.

Team LDLC

Malgré un échec face aux Redbulls de Raymond « kaSing » Tsang lors du tournoi de qualification pour les Challenger Series, LDLC termine son année 2017 sur de très bonnes notes en arrivant en finale des Underdogs de printemps et surtout en remportant l'ESWC Summer. Un palmarès 2017 des plus prestigieux, qui aura été également étoffé d'un nouveau succès puisque la Team LDLC a remporté le Clash of Nations dimanche dernier lors de la Paris Games Week.

Avec de nombreux changements de junglers avec le départ de Rudy, l'arrivée d'Airwaks puis de Skeanz, la Team LDLC a toujours cherché à se donner les moyens de ses ambitions. Dans cette optique, le recrutement de nul autre que Bora « YellOwStaR » Kim au poste de coach principal ne peut que permettre à cette équipe d'aller encore plus loin. Team LDLC se présente ainsi comme l'un des meilleurs prétendants au titre de meilleure équipe française, réunissant une brochette de talents, comme les anciens joueurs de LCS Jérémy « Eika » Valdenaire et Amaury « Moopz » Minguerche, encore  le jeune talent Bor « Kektz » Jeršan, le tout dirigé par la baguette du très expérimenté manager Léo « Lounet » Maurice.

Composition : 

  • Bor « Kektz » Jeršan
  • Duncan « Skeanz » Marquet
  • Jérémy « Eika » Valdenaire
  • Juš « Crownie » Marušič
  • Amaury « Moopz » Minguerche
  • coach : Bora « YellOwStaR » Kim

Solary

Si le nom Solary est tout nouveau, vous connaissez forcément cette équipe. Composée de cinq streamers anciennement connus sous le nom Eclypsia, elle ne manque pas d’ambition bien que son statut soit particulier. Là où les équipes classiques s’entraînent en toute discrétion et consacrent tout leur temps à l’aspect compétitif, Solary dévoile toutes ses communications en direct et se définit d’abord comme un groupe d’animateurs. Ce qui ne l’empêche pas de réaliser des performances honorables. 

Solary

Sous l’égide d’Eclypsia, elle a remporté quelques beaux succès sur le sol français en s’imposant à l'Orléans Game Show, au Montpellier Esport Show et au Rouen Gaming Festival. Mais le collectif a surtout marqué les esprits lors de la Lyon Esport 2017, en allant chercher une place inattendue sur le podium face à de grands noms comme Millenium.

Entre ces succès se sont glissés quelques performances moins glorieuses, comme lors de la Gamers Assembly ou de la DreamHack Tours, conséquence sine qua non d’une organisation qui ne met pas les joueurs dans des conditions les plus optimales. La récente indépendance prise par les joueurs devrait cependant d’agir comme un booste de motivation et faire de Solary un concurrent on ne peut plus sérieux.

Composition : 

  • Andrea « Katare » Suchodolski
  • Alexis « Chap » Barret
  • Alexis « Melon » Barrachin
  • César « Wakz » Hugues
  • Romain « Caëlan » Albesa

Millenium

Millenium est sans aucun doute la structure française qui a cumulé le plus d'expérience sur la scène nationale et européenne de League of Legends. Si elle a connu ses heures de gloire lors des premières saisons, évoluant même en LCS Europe en 2014, elle a aussi traversé des périodes plus sombres. Après ses nombreux succès en 2016, terminant premier de la saison de printemps des Challenger Series, de la Lyon Esport et du Challenge France, l'équipe a perdu en puissance, jusqu’à se faire éliminer des EUCS. Focalisé un maximum sur la scène européenne, Millenium n'aura pas signé une saison 2017 brillante sur le sol français, échouant à la Lyon Esport et étant absente des autres grands rendez-vous. Malgré une deuxième place décrochée lors de la DreamHack Tours, les succès se sont fait rares alors que les changements de joueurs, eux, ont été nombreux.

Millenium

Devant ces déceptions, la structure s’est remise en question et a pris la décision de se rapprocher du public français, qui avait été quelque peu délaissé durant ces derniers mois. Un nouveau cinq a ainsi été annoncé, recentré sur talents francophones. L’objectif dans un premier temps : s'imposer de nouveau sur la scène française, avant de partir à la reconquête des sommets européens. Les clés de cette nouvelle équipe qui semble bien plus soudée ont été confiées à Stefan « Nerroh » Pereira. Le jungler a longtemps fait la paire avec Yasin « Nisqy » Dinçer et compte bien prouver qu’il a les épaules pour suivre la même voie que le midlaner de Team EnVy. Il est entouré de son compatriote Christophe « Kaas » Van Oudheusden et du toplaner Aymeric « Darlik » Garçon.

Composition :

  • Aymeric « Darlik » Garçon
  • Stefan « Nerroh » Pereira
  • Marcel « Scarlet » Wiederhofer
  • Matúš « Neon » Jakubčík
  • Christophe « Kaas » Van Oudheusden
  •  coach : James« Mac » MacCormack

ASUS ROG

La ROG SCHOOL est un projet créé par Asus avec pour but de dénicher de jeunes talents afin de les former à devenir de véritables joueurs professionnels de League of Legends. Elle a notamment accueilli Darlik et Alexis « Chap » Barret. La promotion de cette année a été sélectionnée à l'issue d'un tournoi, sous le regard attentif du directeur de l'école Hadrien Noci, alias Thud, ainsi que du coach Louis-Victor « Mephisto » Legendre. Voilà déjà quelques mois que les heureux élus ont été sélectionnés et s’entraînent au sein d’un bâtiment spécialement dédié, la ROG Gaming House. Après quelques LANs comme la Gamers Assembly et la DreamHack Tours, qui auront été de bons premiers jets malgré des éliminations précoces, cette jeune équipe s'est déjà démarquée, par exemple en validant son ticket pour les playoffs des Underdogs d'été après avoir terminé la saison régulière devant des grands noms comme les ex Warlegends et ex Grosbill.

ASUS ROG

La composition de base a déjà évolué, puisque le toplaner Darlik a récemment rejoint Millenium, ce qui correspond avec la philosophie de l’équipe, mais qui l’a forcée à remplacer un joueur. C’est le Finlandais Christian « Sleeping » Tiensuu, qui a déjà évolué dans des structures comme Awsomniac et Carpe Diem, qui s’est emparé de la place vacante. Si la ROG SCHOOL n'a pas encore dévoilé toutes ses cartes, son potentiel d'évolution constitue un réel élément de surprise dans ce Challenge France 2017. Au vu des performances réalisées notamment lors des Underdogs d'été, il va falloir garder un œil sur la botlane composée de Alan « Tiger » Roger et Philippe « Broua » Castellano, qui a prouvé à plusieurs reprises qu’elle a les épaules nécessaires pour porter son équipe et faire face aux plus grands.

Composition :

  • Christian « Sleeping » Tiensuu
  • Cantoursna​ « Nji » An
  • Quentin « Zeph » Viguié 
  • Alan « Tiger » Roger
  • Philippe « Broua » Castellano
  • coach : Louis « Mephisto » Victor Legendre 

Gentside Esports

Pour accéder à la dernière place du Challenge France, Gentside Esports, structure très récemment sortie de terre, a dû faire ses preuves lors d’un tournoi de qualification. Bien que le nom Gentside n’ait jamais été directement associé à une équipe, l’entreprise accompagnait Beyond The Rift depuis presque deux ans. Son parcours lors des dernières LANs tricolores avait nourri beaucoup d'espoirs avec un top 8 à la Lyon Esport et la Gamers Assembly, ainsi qu'un top 4 lors de la DreamHack Tours.

genside esports

Aujourd'hui, Gentside Esports se lance sur les devants de la scène à bras-le-corps et passe haut la main sa première épreuve en se qualifiant pour le Challenge France. Après avoir éliminé l'équipe sœur de Solary, Lunary, dès le premier tour, les Gentside ont remis le couvert et remporté leur ticket en tenant Pandas Roux en échec, à nouveau sur le score de 2 à 0. Leurs prestations écrasantes lors de ce Qualifier ne seront pas passées inaperçues, et font de l'équipe un adversaire redoutable à ne surtout pas prendre à la légère. Ce tout nouveau collectif comprend d'ailleurs certains joueurs expérimentés qui ont fait leurs preuves sur la scène française, comme Jean « TraYtoN » Medzadourian qui officiait déjà au poste de support chez Beyond The Rift, ou encore Muammer « Murmel » Bay qui a joué sous les couleurs de Veni Esports et Millenium.

Composition :

  • Arthur « Brosak » Lesueur
  • Nikola « xani » Zrinjski
  • Lucas « Saken » Fayard 
  • Muammer « Murmel » Bay
  • Jean « TraYtoN » Medzadourian
  • coach : Paul « Warbird » Courtois 
Cet article vous a été proposé par Breakflip. Rédacteur : Das.