Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Ninjas in Pyjamas, future «surprise» des LCS EU?

Près de quatre ans après sa dernière apparition, Ninjas in Pyjamas fait son grand retour en League Championship Series. La structure suédoise a racheté sa place dans la compétition à Fnatic Academy, qui ne pouvait pas concourir en raison de la présence de Fnatic en LCS. NiP a intégralement renouvelé sa nouvelle acquisition. Aucun joueur n'a été conservé, pas plus que l'entraîneur qui avait porté Fnatic Academy jusqu'en LCS. C'est donc une toute nouvelle équipe qui prend d'assaut l'Europe cet été. Que peut-on en attendre ?

Ninjas in Pyjamas aligne pour son retour en LCS une équipe construite rapidement et qui peut en conséquence sembler bancale sur le papier. Elle incorpore deux coréens dès sa création, ce qui arrive de plus en plus souvent. Surtout, elle présente cinq joueurs qui n'ont pratiquement pas eu de temps pour apprendre à se connaître, s’entraîner ensemble ou établir des plans de jeux adaptés à leurs forces et faiblesses respectives. On peut alors imaginer que l'entraîneur Nicholas « NicoThePico » Korsgaard est face à une tache très difficile. Sous le feu des critiques depuis, notamment, son passage infructueux chez Fnatic cette année, il pourrait avoir peur de ce qui l'attend.

« on vise une qualification en playoffs »

Nicholas « NicoThePico » Korsgaard

Pourtant, le Norvégien affiche sa confiance. A ses yeux, « les inquiétudes » des amateurs d'esports « ne reposent sur rien de concret ». Il croit en la capacité de son équipe à « être celle qui va progresser le plus rapidement » au cours du segment d'été et « vise une qualification en playoffs », voire plus si affinités. Il faut dire que NiP a permis à NicoThePico de « choisir » librement tant les joueurs alignés qu'un entourage technique « en qui il a toute confiance ».

Des voies solitaires coréennes

Profit during LCS EU Summer split 2017 week 1

L'ex-remplaçant de chez SKT découvre les LCS en tant que titulaire.

Celui qui attire tous les regards parmi ces compétiteurs, c'est bien entendu Kim « Profit » Jun-hyung. Encore peu connu du grand public, ce coréen s'est fait remarquer au printemps 2017 comme remplaçant sur la voie du haut de SKT. Il a joué neuf fois sous l’étendard des triple champions du monde, avec qui il a remporté sept victoires. Auparavant, il jouait en Chine, en deuxième division. Profit aime à jouer des tanks – il a ainsi joué beaucoup de Maokai en Chine – mais aussi des toplaners AP. Ainsi, avec SKT il a employé une fois Shen...cinq fois Nautilus et trois fois Rumble ! Un champion qu'il a d'ailleurs sorti de son chapeau lors de la première semaine du segment d'été des LCS EU contre Fnatic. Son JarvanIV de la deuxième manche est en revanche plus surprenant. C'est peut-être le signe que le joueur est prêt à s'adapter et à faire évoluer son jeu. NicoThePico encense d'ailleurs « son attitude » positive et ses facilités de « compréhension », qui viennent renforcer « ses mécaniques de jeu ».

Nagne during LCS EU Summer split 2017 week 1

Nagne a la réputation de cligner souvent des yeux !

Kim « Nagne » Sang-moon accompagne Profit dans sa découverte de l'Europe.  22 ans, Nagne a déjà une carrière bien remplie derrière lui. Quart de finaliste des championnats du monde en saison 3 avec Najin Black Sword, il a ensuite passé deux saisons sur la voie du milieu de KT Rolster. Même s'il est resté dans l'ombre des plus grands, il peut se targuer de sa grande expérience au plus haut niveau. Néanmoins, il s'est un peu égaré en 2016 dans les tréfonds de la deuxième division chinoise. Il arrive donc sur le vieux continent en manque de repères, mais bien décidé à redorer son blason. Reconnu pour sa grande maîtrise des mages à contrôles, il se montre discipliné et « apprend vite » d'après son entraîneur.

Deuxièmes et troisièmes chances

Pas de découverte des LCS pour les trois européens qui portent les couleurs de NiP. Ils ont tous déjà connu le plus haut niveau européen. Ils ont également tous été, à divers degrés, frappés d’opprobre par la Vox Populi. De quoi les motiver à donner tort à leurs détracteurs.

Shook during LCS EU Summer split 2017 week 1

Shook veut retrouver la gloire qu'il a touché des doigts du temps d'Alliance.

Dans la jungle, Ilyas « Shook » Hartsema a fait ses premiers pas en LCS en 2014 avec Alliance. Auréolé d'une réputation flatteuse dès son arrivée, il s'est attiré nombre de fans grâce à son jeu audacieux. Son Lee Sin en particulier est du bois dont on taille les vidéos best-of. Sa capacité à tenter des actions osées et son amour du risque ont contribué au gain du titre de champion d'Europe dès son deuxième segment comme professionnel. Malheureusement, la défaite traumatique d'Alliance contre KaBuM! e-Sports lors des championnats du monde 2014 a coupé court à son élan. Suite à une saison 2015 catastrophique, Shook est devenu un joueur qui se cherche. Capable d'instants de pure brillance, mais pas de la constance nécessaire pour gagner. Aujourd'hui pourtant, il a retrouvé sa « confiance en lui », à en croire NicoThePico. Toute la question est de savoir si cela va suffire pour tenir le rythme face aux meilleurs junglers du continent.

NiP during LCS EU Summer split 2017 week 1

Sprattel (au premier plan) et HeaQ (deuxième plan) bénéficient d'une nouvelle chance de prouver leur valeur en LCS.

Même interrogation sur la voie du bas. Ni Martin « HeaQ » Kordmaa, le carry AD de l'équipe, ni le support Hampus « Sprattel » Mikael Abrahamsson n'ont subi la même vindicte populaire que leur nouveau jungler. Mais ils ont tous deux connus leur lot d'échecs personnels et collectifs ces dernières années, ainsi que les critiques qui vont avec. Débarqué en LCS cette année seulement, l'Estonien HeaQ a déjà vécu les affres de la relégation au printemps avec Giants Gaming. Sprattel, quant à lui, a été relégué des LCS fin 2016 avec FC Schalke 04. Pire, il n'a pas réussi à s'y requalifier ce printemps en tant que support du PSG. Loin de se décourager, ce nouveau duo croit en ses chances de se démarquer de la meute de la première division européenne. Ce n'est pas un hasard si leur entraîneur emploie des termes similaires pour qualifier chacun d'entre eux. Pour l'un comme pour l'autre, c'est « la motivation » qui les anime qui saute aux yeux. HeaQ est plus « constant », sprattel a une meilleure « vision de jeu », mais tous deux sont mus par la même volonté d'être reconnus – enfin – comme les champions qu'ils rêvent d'être.

« L'équipe la plus enthousiaste, la plus déterminée et la plus affamée d'Europe »

Nicholas « NicoThePico » Korsgaard

Cette hargne, ce désir de s'imposer sur la scène européenne, on les retrouve partout quand on s'intéresse à ces Ninjas in Pyjamas version 2017. Equipe comme structure affichent leurs ambitions là où d'aucuns les imaginent déjà de retour en deuxième division. Pour reprendre les mots de NicoThePico : NiP « va être l'équipe la plus enthousiaste, la plus déterminée et la plus affamée d'Europe, peut-être même de tout l'Ouest, et ça va se voir. Nous sommes ceux que personne n'attend, mais nous allons créer la surprise ». Des paroles fortes pour une équipe à ne – peut-être – pas juger sur sa faible performance de la première semaine.

Pensez-vous que l'équipe parviendra à briller au sein de son groupe ? Que peut on attendre de la part des Ninjas in Pyjamas durant ce segment d'été ?