Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Prémices de méta : les bases de la saison

La présaison a été très longue. Depuis les championnats du monde, beaucoup de changements ont été apportés au jeu, notamment avec l’arrivée des runes reforgées, ce qui a sensiblement modifié l’approche des joueurs professionnels. Alors, quelles sont les tendances de ce début de saison ?

La LCK est toujours très intéressante à observer pour rapidement se rendre compte des choix les plus efficaces à faire. Le championnat coréen n’est pas toujours le pionnier sur l’innovation, mais c’est très certainement celui qui reflète le mieux la façon optimale d’aborder la méta.

Non, non, rien n’a changé

Deux semaines se sont déjà disputées sur le patch 8.1 et certaines certitudes n’ont pas changé depuis l’année dernière : Sejuani – présente dans la quasi-totalité des parties disputées aux championnats du monde 2017 – est toujours omniprésente en LCK, tandis que Kalista, qui avait été bannie dans l’intégralité des 80 parties, est toujours l’un des meilleurs tireurs. Écartée de la Faille dans la plupart des cas, elle a pourtant réussi à obtenir un peu de temps de jeu. La réduction de l’efficacité de l’Encensoir ardent, surtout en début de partie, a rééquilibré ce carry AD qui en profitait beaucoup trop.

Sejuani

Kalista reste très plébiscitée parce qu’elle est un choix très efficace avec et contre les champions résistants, qui pullulent de nouveau sur la Faille. Les supports aux nombreux boucliers, comme Janna et Lulu (respectivement 95 % et 94 % de présence aux Worlds) ont vu leur hégémonie disparaître dès que l’Encensoir ardent a été revu et que la maîtrise Bénédiction de l’Aéromancien (qui augmentait l’efficacité des boucliers et soins de 10 %) a disparu, bien qu’une rune similaire propose 5 % de bonus. Dès lors, ce sont les supports tanks qui sont revenus en pleine forme. Braum en tête de liste, suivi par Tahm Kench, Alistar, Taric et Shen. Une liste de champions aux forces sensiblement similaire, qui ne connaît pas de hiérarchie très dessinée, et qui profitent très bien du lien avec Kalista.

La Lance de la vengeance peut utiliser sa compétence ultime pour, au choix, les extirper d’une situation difficile, ce qui leur permet de rester très longtemps dans la mêlée, ou autre contraire, d’y sauter plus facilement et de pouvoir utiliser leurs sorts d’entrave avec une facilité déconcertante. De même, ils sont des alliés très efficaces pour rapidement venir à ses côtés et empêcher quiconque de l’approcher, là où les Janna & co ne peuvent pas efficacement faire office de ligne de front.

Exploitons les nouvelles mécaniques

Les deux autres tireurs les plus sollicités ont été Kog’Maw et Ezreal. Le premier découpe les tanks, le second harcèle tout au long de la partie et, surtout, profite à merveille de la rune fondamentale Kleptomancie. C’est même le champion qui en profite le mieux, grâce aux mécaniques de son Tir mystique (A), avec une moyenne de 831 PO et de 47 objets consommables récupérés par partie, contre 440 PO et 22 objets pour Gangplank, le deuxième plus gros utilisateur. Une belle remontée pour un champion tombé dans l’oubli pendant très longtemps. (Source : Games of Legends).

Fan art de Ryze par Zippo514

Fan art de Ryze par Zippo514

L’une des nouvelles mécaniques qui fait fureur sur la Faille est celle du Chronomètre. La rune Timing parfait permet d’obtenir cet objet de manière gratuite, et d’utiliser sa propriété active à usage unique dès la 6e minute de jeu. L’effet de stase procuré est extrêmement décisif, car il permet d’éviter une mort certaine, de temporiser le temps que des alliés arrivent, mais aussi de réinitialiser l’agression des tourelles, ce qui diminue drastiquement les chances de se rater lors d’un dive. Et si l’on n’a pas encore eu besoin d’utiliser son chronomètre, on peut même l’utiliser pour changer le court d’un combat d’équipe important en milieu de partie, par exemple autour du Baron Nashor. C’est pourquoi de très nombreux joueurs s’orientent vers la branche inspiration en arbre secondaire.  On a même déjà vu les cinq joueurs d’une équipe choisir Timing parfait et Chaussures magiques (la rune qui offre des bottes gratuitement), parce que l’avantage économique est conséquent.

Un champion sur lequel cette rune est d’autant plus efficace est Ryze. Résistant, mobile en combat, porteur de contrôle de foule, il est presque impunissable sur sa voie dès lors qu’il est niveau 6 et qu’il a un chronomètre disponible, puisque la stase rend la téléportation de sa compétence ultime impossible à annuler. Le chronomètre faisant parti de la recette du Sablier de Zhonya, il bénéficie d’une réduction substantielle. Ces effets ont ajouté à Ryze la carte de splipusher, en faisant d’autant plus un midlaner redoutable. Cette possibilité devrait cependant bientôt disparaître !

Le monopole de la voie du milieu

En attendant, le poste de midlaner est anormalement dominé par trois protagonistes. Aux côtés de Ryze, il y a Azir, qui profite allégrement des parties assez longues et de la présence de lignes de front qui lui permettent de rester en arrière et d’infliger des dégâts sur la durée. Pour tenir le rythme face à un champion qui a autant de facilité à éliminer les vagues de sbires en début de partie et qui met autant de pression avec la Comète, certains n’hésitent pas à choisir la rune Désintégrateur de sbires.

Ils sont suivis par Malzahar, qui force bien souvent l’achat de plusieurs ceintures de mercure faisant planer un avantage économique significatif en sa faveur.

Le seul autre champion à lutter avec le trio est la petite nouvelle, Zoé, tout autant bannie qu’Azir, mais beaucoup moins sollicitée. Presque aussi dominante sur la voie que Ryze, avec une avance de 8,6 cs à la 15e minute, contre 10,4 pour ce dernier, elle inflige presque autant de dégâts par minute qu’Azir (603 contre 614 pour l’Empereur de Shurima). Sa bulle est un formidable outil pour permettre de tuer un adversaire en un coup et permet également de zoner des adversaires. Mais les meilleures équipes arrivent à la canaliser et à exploiter son manque de mobilité.

Boomerang, boomerang

On en parlait plus haut, Gangplank bénéficie particulièrement bien de la rune fondamentale Kleptomancie. Dans des parties assez longues, il a d’autant plus le temps de monter en puissance et de laisser parler la puissance de la poudre. Sa compétence ultime est également un outil apprécié pour mettre fin à toute tentative de push trop insistante, ou pour épauler ses alliés sans bouger de la voie du haut. L’autre grosse tendance de cette voie est Gnar, qui devrait profiter d’Optimisation glaciale lors du passage au patch 8.2 et rester un bout de temps en haut des priorités des joueurs pros. Souvent, on retrouve aussi Camille, équipée de la Comète arcanique, de Vladimir, l’un des meilleurs porteurs du Grimoire déchaîné, qui lui permet d’être une menace avec un Embrasement, d’avoir la possibilité d’intervenir partout et de revenir rapidement sur sa voie avec Téléportation, ou d’être très mobile grâce au Fantôme. Enfin, il y a Ornn. Le Dieu de la forge volcanique n’est pas certain d’avoir un avenir aussi brillant que ces deux premières semaines, puisqu’il se fait nerfer au patch 8.2, mais ses mécaniques singulières en ont fait un cador de ce début de saison.

Dans la jungle, le duo Sejuani – Jarvan IV continue sur sa lancée et représente l’écrasante majorité des choix. Cependant, certains se débrouillent très bien avec Kha’Zix, voire même Camille. Des champions AD qui mettent beaucoup de pression en début de partie et misent sur les petites escarmouches. D’autres s’essaient à Shyvana ou Rengar, avec moins de réussite (respectivement 17 % et 35 % de victoire à travers le monde).

Somme toute, certains champions souffrent encore du manque de runes adaptées, mais leur impact est non négligeable. Quand elles seront mieux calibrées, nul doute que la diversité devrait s’accroître.