Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
CHALLENGER SERIES

PSG : Retard à l'allumage

Mise en place au début de l'année, l'équipe League of Legends du PSG devait marquer l'arrivée d'une nouvelle vague d'investisseurs dans l'e-sport. Avec à sa tête une figure de proue expérimentée en la personne de Bora « YellOwStaR » Kim… Le projet s'annonçait solide, mais six mois plus tard, la situation est loin d'être idyllique. Retour sur des débuts chaotiques.

Détenu depuis 2011 par un fonds d'investissement qatari, le Paris Saint-Germain ne pouvait pas intégrer la scène compétitive League of Legends sans se faire remarquer par ses moyens colossaux. Communication efficace, gestion professionnelle, grandes ambitions clairement établies : loin d'être un coup de folie, les débuts de la structure sur LoL étaient parfaitement calculés, à commencer par la composition de son équipe.

 

De l'expérience à petit prix

En dépit de ressources financières importantes, le PSG a débuté sa saison en Challenger Series avec une équipe sans véritable star. En revanche, il est clair que YellOwStaR, manager de l'équipe, et Hadrien « Hadrien » Forestier, analyste et entraîneur, ont tenté de mettre en place un cinq de départ équilibré et reposant sur des joueurs ayant du vécu au niveau professionnel. On retrouve ainsi notre Etienne « Steve » Michels national sur la voie du haut, l'expérimenté Hampus « sprattel » Abrahamsson au rôle de support, ainsi que Thomas « Kirei » Yuen dans la jungle, après des aventures en Amérique du Nord et en Turquie.

 
Blanc

Fer de lance de l'équipe, Blanc a effectué une bonne saison, récompensée par un dépannage chez G2 lors de la première semaine du segment estival.

Pour accompagner ce trio, YellOwStaR a décidé de faire venir deux joueurs coréens, probablement confiant suite à sa très bonne expérience chez Fnatic en 2015, où Heo « Huni » Seung-hoon et Kim « Reignover » Yeu-jin s'étaient rapidement intégrés. Ce sont donc Jin « Blanc » Seong-min et Na « Pilot » Woo-hyung, respectivement midlaner et tireur, qui rejoignent la structure ; malgré un manque de temps de jeu en LCK, ceux-ci se présentent comme de véritables atouts pour une première saison en deuxième division européenne.

 

Naturellement, les premiers matches du PSG ont été quelque peu délicats. Deux défaites 2-0 face à Fnatic Academy, puis l'ogre Schalke 04, et l'équipe se retrouvait déjà dos au mur. Pourtant, les sélections de champions intéressantes proposées par Hadrien, couplées à des débuts de partie en général convaincants, laissaient largement la place à l'espoir : comme bien souvent pour les jeunes équipes, la principale difficulté reposait sur la mise en place d'un leader, et d'une meilleure prise de décision une fois les vingt minutes de jeu passées.

 

Une remontée convaincante, et puis...

À partir de la troisième semaine de compétition, le PSG parvient enfin à convertir ses bonnes prestations, et commence à engranger des points. C'est également à ce moment-là que le staff décide de recruter Matti « WhiteKnight108 » Sormunen, toplaner finlandais d'expérience, ancien pensionnaire des Alternate en saison 3. Mis en concurrence avec Steve, il subtilise rapidement la place de titulaire au français.

 

Si ce choix pouvait surprendre, compte-tenu du niveau de jeu honorable de Steve, il s'est avéré payant. Plus dominateur sur sa ligne, plus entreprenant également, WhiteKnight apporte un point de pression supplémentaire à son équipe. Le résultat : deux victoires convaincantes face à Kinguin et Millenium, et une qualification pour les play-offs face à Fnatic Academy, affaiblie par l'arrivée de Maurice « Amazing » Stückenschneider à la place de Mads « Broxah » Brock-Pedersen.

 

Malheureusement, au meilleur des cinq manches, l'expérience des pensionnaires FNA leur aura permis de faire la différence. Malgré un niveau de jeu remarquable, ce match sous tension s'achève avec une défaite 3-2 pour les joueurs de YellOwStaR. Une déception évidente, mais une nouvelle fois, le visage affiché par l'équipe française laisse envisager sereinement une qualification pour les LCS au segment suivant.

 

La rupture de l'intersaison

Néanmoins, les choses ne se sont pas déroulées de la façon attendue. À l'intersaison, le Paris Saint-Germain décide de renforcer son effectif en se séparant de son duo de la voie du bas, à savoir Pilot et sprattel. Pour les remplacer, la structure fait appel à Tomáš « Nardeus » Maršálek, carry AD tchèque plus connu en Turquie qu'en Europe, et Lewis « NoXiAK » Simon Felix, support passé entre autres chez Roccat et Fnatic. La montée en grade n'est pas évidente, et après deux défaites sèches 2-0 face à Origen et Giants, le début de l'été se révèle quelque peu compliqué pour Hadrien et les siens.

 
Satorius

Ancien pensionnaire de l'équipe Origen, Satorius a tenté d'insuffler un nouvel élan au PSG. Des efforts qui n'auront pas suffi.

Comme durant le printemps, YellOwStaR et Hadrien vont une nouvelle fois tenter d'injecter un peu de sang neuf dans l'effectif. Un nouveau changement est donc opéré sur la voie du haut, avec le renfort de Max « Satorius » Günther, membre de l'équipage Origen lors du premier segment de l'année. NoXiAK est également mis sur la touche, remplacé par Johan « Klaj » Olsson, lui aussi passé chez Fnatic.

 

Toutefois, contrairement au pari gagnant du mois de février, ces nouvelles recrues n'ont pas permis au PSG de retrouver une bonne dynamique. Deux autres déconvenues face à la Team RB puis Schalke 04, et les Playoffs sont hors de portée. L'équipe devra donc participer à un tournoi de qualification si elle souhaite participer à nouveau aux Challenger Series l'année prochaine.

 

Quel avenir pour un projet fragilisé ?

En dépit d’un dernier match remporté de façon convaincante face à l’équipe Wind and Rain, il est difficile de dresser un bilan très positif de la saison parisienne. L'objectif affiché de se qualifier en LCS n'a pas été atteint, et si le match perdu d'une courte tête au printemps face à Fnatic Academy laisse imaginer que le tournoi de promotion se serait bien passé pour Blanc et les siens, cette étape n'aura même pas été atteinte. Pire, l'été se termine en eau de boudin, et les solutions proposées par le staff n'ont pas du tout été concluantes.

 

Faut-il tout jeter pour autant ? Certainement pas. Blanc fait partie des satisfactions de l'année, s'étant même permis un petit dépannage chez les triples champions d'Europe en titre, G2. L'équipe a aussi montré de belles capacités d'adaptation à la meta, en incorporant rapidement les champions du moment à leurs compositions d'équipe. Il faut aussi noter plusieurs parties, par exemple contre Origen, où le PSG a semblé toucher la victoire du doigt, avant d'être lourdement puni suite à une mauvaise décision.

 
Hadrien_YellOwStar

YellOwStar et Hadrien, deux hommes à qui incombe la tâche de mener Paris vers les sommets.

Naturellement, des décisions seront prises par l'encadrement une fois l'été passé. Compte-tenu des difficultés éprouvées par les différentes itérations de l'équipe au niveau de la prise de décision en milieu et fin de partie, l'établissement d'un véritable leader au sein des titulaires s'annonce indispensable. Des rumeurs évoquant un retour aux affaires de YellOwStaR ont circulé, mais cette hypothèse semble peu crédible, notamment pour son manque de viabilité à moyen terme. Cela étant dit, un parcours dans le style de Hai « Hai » Du Lam n'est pas à exclure ; prophète de la sacro-sainte « macrogame » chez Cloud9, il a d'abord été poussé sur le banc en raison de ses mécaniques défaillantes, avant de revenir en tant que jungler et support, puis de redonner un second souffle à sa carrière ponctuée par un retour en LCS avec FlyQuest.

 

Des questions se posent également au niveau de l’entraînement. Si Hadrien a démontré ses qualités d'analyste à travers de choix souvent judicieux lors des sélections de champions, ajouter un membre au staff pourrait s'avérer nécessaire afin de renforcer la cohésion d'équipe et, incidemment, la communication durant les parties.

 

Selon vous, quels seraient les choix pertinents pour le PSG afin de préparer la saison prochaine ?

 

Crédit Photos : Timo Verdeil - PSG eSports ​