Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LEC

Qui sont les Français en LEC ?

Cela fait maintenant deux semaines que le LEC a pris place avec dix équipes et plus d’une cinquantaine de joueurs ou entraîneurs. Parmi eux, on compte quelques Français que l’on a décidé de vous (re)présenter !

Il est difficile d'imaginer la ligue européenne sans la France. En effet, en plus d'avoir la réputation d'être le meilleur public du monde, les Français ont toujours été représentés parmi les meilleurs joueurs d'Europe. Revue de nos troupes en LEC pour 2019.

Misfits, deux figures opposées

Malgré l'absence de Charly « Djoko » Guillard et Pierre « Steeelback » Medjaldi en LEC cette année, une nouvelle équipe a réussi à mettre la main sur deux joueurs français. Misfits Gaming était déjà une des structures les plus populaires en France, et ce grâce à la présence prolongée de Steven « Hans sama » Liv. En effet, le jeune ADC est resté fidèle à l'organisation depuis l'été 2016. Après s'être instantanément démarqué comme l'un des meilleurs à son poste en LCS, avec notamment une excellente performance aux championnats du monde lors de sa première saison, il s'apprête désormais à entamer sa troisième année en ligue majeure européenne.

sOAZ a rejoint Hans sama chez Misfits pour 2019

sOAZ a rejoint Hans sama chez Misfits pour 2019

A ses côtés, c'est un véritable vétéran qui a rejoint Misfits Gaming. En effet, Paul « sOAZ » Boyer est probablement la figure la plus emblématique de la scène compétitive européenne et française. Et pour cause, il est le seul joueur, avec Yliang « Doublelift » Peng, à jouer professionnellement depuis la saison 1 et à être encore actif aujourd'hui. Outre le fait d'être considéré par beaucoup comme le meilleur toplaner que l'Occident ait jamais eu, il est également à la source de nombreux cris de fans lorsqu'il joue à domicile, « sOAZ ! sOAZ ! sOAZ ! » ayant retenti dans toutes les salles de France où il est passé.

Pour Misfits, la volonté de développer sa présence sur la scène française est évidente. En effet, outre le choix de faire de Hans sama sa figure de proue, et le recrutement de sOAZ, Misfits a récemment annoncé qu'elle participerait à la Ligue Française de League of Legends (LFL).

Cabochard, bien seul

Si une organisation basée à Miami comme Misfits est prête à tout pour s'accaparer la communauté française, la structure qui représente la France en LEC n'est pas en reste. En plus d'une victoire de l'Open Tour France pour son équipe academy, Vitality a eu l'occasion de porter nos couleurs sur la scène internationale en participant aux championnats du monde de 2018 avec son effectif principal.

En effet, Lucas « Cabochard » Simon-Meslet est le seul joueur français de l'équipe. Originaire de Tours, le toplaner avait rejoint les LCS en 2015, à seulement 17 ans. Bien qu'il soit rarement la star des différentes versions de Vitality, sa régularité et son expérience ont fait de lui un élément primordial au sein de la structure, ce qui explique pourquoi il en est désormais le capitaine. Malgré ces nouvelles responsabilités, 2018 a sans doute été la meilleure année de sa carrière en termes de performance et d'accomplissement. Une chose est certaine : Cabochard sera à surveiller en LEC.

De la nouveauté chez les entraîneurs

Il ne faut pas oublier que les formations de la LEC ne se composent pas que de cinq joueurs. On y compte également des remplaçants, des managers, des analystes, ou encore des coachs. Parmi eux, celui qui aura de nouvelles responsabilités au sein de son organisation n'est autre que Hadrien « Duke » Forestier. Réputé pour ses analyses lors des casts O'gaming, mais également pour son année passée au sein de PSG eSports, il était devenu coach stratégique de Splyce au début de la saison 8. Alors que l'équipe a vécu une année assez mitigée, il a été décidée qu'il assumerait désormais le rôle d'entraîneur principal - ou head coach - durant l'année 2019.

Outre le rôle central qu'il aura désormais au sein de Splyce, Duke est également l'entraîneur présent derrière les joueurs durant les phases de draft.

Outre le rôle central qu'il aura désormais au sein de Splyce, Duke est également l'entraîneur présent derrière les joueurs durant les phases de draft.

Enfin, un nouvel arrivant fait son entrée en Europe. Ceux qui suivent la scène française le connaissent probablement, car il a été l'entraîneur de ROG School depuis 2017. Reconnu pour sa capacité à former de jeunes joueurs inexpérimentés, Louis-Victor « Mephisto » Legendre a fini par atteindre les plus hautes sphères de la LEC d'un seul bond, en rejoignant Fnatic. Cette fois-ci, ce sera à lui d'apprendre, car il aura l'opportunité de travailler en tant qu'entraîneur assistant, aux côtés de Joey « Youngbuck » Steltenpool, qui a remporté les six derniers segments des LCS EU.

La France a perdu deux représentants, Djoko et Steeelback, au cours de l'intersaison, mais d'autres sont là pour prendre le relai. Outre Mephisto qui fait son arrivée en LEC, il faut également noter le retour de Romain Bigeard, ancien manager d'UOL, qui aura un rôle dans la production de la ligue après une année passée outre-atlantique. Enfin, 2019 sera une année importante pour notre pays, car la finale des championnats du monde se déroulera à l'AccorHotels Arena, à Paris. Peut-être que le public français aura alors la chance de soutenir un de ses joueurs lors de cet évènement inédit.