Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
SAV qui peut

Quel est le meilleur champion de 1v1 ?

« Go 1v1 Nashor noob » : qui n’a jamais entendu (ou écrit…) ces douces paroles, généralement prononcées par un joueur frustré par une mort toute récente ? Derrière cette provocation enfantine se cache néanmoins une question fondamentale – ou non – qui nourrit des débats passionnés au sein de la communauté League of Legends : quel est le meilleur champion de 1v1 ? C’est sur cette problématique que nous nous penchons aujourd’hui. Nous précisons qu’il s’agit d’un article extrêmement sérieux. En tout cas, c’est ce que l’auteur nous a dit…

Qu’est-ce qu’un 1v1 ? On pourrait s’intéresser uniquement au fait de renvoyer l’adversaire à la base avec un écran gris, mais l’éventail des armes pour vaincre un opposant sur la lane est un peu plus large que cela. Par exemple, si vous parvenez à distancer l'ennemi au nombre de sbires tués, vous aurez certainement acquis un avantage important en termes de ressources ; c’est pourquoi dans les tournois officiels de 1v1, l’obtention de 100 creeps constitue une condition de victoire. Vous pouvez aussi vous emparer de la tourelle extérieure de l'adversaire en premier : cela a surtout du sens dans un duel sans intervention extérieure, car dans une « vraie » partie, cela peut aussi vouloir dire que vos alliés sont en train de couler sous la pression de votre supposé opposant direct. Mais aujourd’hui, pas d’autres lanes : on parle de duel pur !

Du sang, toujours plus de sang

Fizz_Cottontail

L'un des regards les plus terrifiants de la Ligue.

Évidemment, si l’on tue son adversaire, on peut considérer que le duel est remporté. La solution est donc évidente : le meilleur champion de 1v1 est celui qui inflige le plus de dégâts. C’est donc sans doute Zed ! Ou… Fizz. Ou Syndra ? Ou Veigar ! Hmm, ce n’est pas si clair que ça… Certains champions peuvent esquiver le burst de ces champions, ou au moins l’absorber en partie grâce à un bouclier, ou un sort de réduction des dégâts. Par exemple, nous avons tous déjà vu une Elise échapper à une mort certaine grâce à un Rappel bien senti…

Bon, alors, peut-être pas. En plus, cette tactique est risquée : pour peu que l’adversaire ait lui aussi choisi un personnage infligeant des dégâts colossaux, le moindre faux pas peut s’avérer fatal. Pis encore, la victoire pourrait… dépendre du matchup ! Intolérable : nous cherchons ici une vérité absolue. C’est un peu notre côté Sith.

Du farm, toujours plus de farm 

Est-il nécessaire de s’en prendre à l’adversaire si nous pouvons simplement éliminer plus de sbires que lui ? Lors des tournois de 1v1, il est fréquent de voir des joueurs adopter cette stratégie… surtout des joueurs de carrys AD qui, comme tout le monde le sait, sont couards et préfèrent attendre l’achat de leur dernier objet avant de s’en prendre aux champions adverses. Est-ce un hasard si Jian « Uzi » Zi-Hao a remporté les deux dernières éditions du tournoi 1v1 des All-Stars ? Ses choix : Varus, Quinn, Kalista, Lucian. L’idée combine à la fois la volonté de farmer efficacement (et quoi de mieux que les champions à distance disposant de bons dégâts physiques pour cela ?) et de faire avancer rapidement la lane, pour gêner l’adversaire dans sa récupération de sbires, et éventuellement pour faire tomber la tourelle adverse.

Lucian_CoeurDeCible

De retour sur la Faille récemment, Lucian a toujours été un champion intéressant dans les duels. Il était même souvent joué sur la voie du milieu.

Comment échapper à une telle lâcheté ? En prenant nos amis ADCs à leur propre jeu ! Malgré des difficultés dans les tout premiers niveaux, les mages peuvent être intéressants pour dominer de tels matchups. En plus de tenir la pression, ils font régner la menace d’un burst pouvant être déclenché à tout moment. Syndra – encore elle – a elle aussi connu la faveur des pros, grâce à son kit efficace pour gérer les vagues et ses dégâts colossaux, surtout au niveau 6. 

Bien sûr, si l’on s’en tient purement à notre optique « début de partie », ne vous faites pas avoir : un champion comme Viktor, par exemple, excelle dans le push… une fois le cœur Hextech amélioré ! Le temps de le débloquer, vous serez sûrement déjà en train de serrer la main de votre adversaire (ou de le traiter de noms d’oiseaux, dans le plus pur style soloqueuesque).

Le coeur du problème 

Comme vous l'aurez compris, il est très difficile d'apporter une vraie réponse à cette question (évidemment). Il faut déjà fixer clairement les conditions du duel et l'objectif à atteindre : l'existence de multiples conditions de victoire implique nécessairement que différents types de champions peuvent être les meilleurs dans une situation donnée. Bien entendu, le choix du match-up est crucial pour le déroulement du duel... sauf que de choix il n'y a pas. Eh oui, si l'un des joueurs pouvait contrer son adversaire, l'affaire serait pliée sans grand suspens. Les héros sont donc choisis à l'aveugle, pour le meilleur et pour le pire, puisqu'une décision mal inspirée peut très vite tourner au vinaigre. 

Essayons donc d'établir une liste très générale des différents types de champions utilisables dans le cadre d'un 1v1.

Les assassins

Zed, LeBlanc, Fizz... Ces héros ont pour atout principal un burst colossal. Compte-tenu de la durée assez courte d'un 1v1, il ne faut pas miser sur le palier des deux items : privilégiez-donc les assassins disposant de bons dégâts de base. En général, cette catégorie de héros profite grandement du niveau 6, même si elle conserve des arguments à faire valoir dès le début de partie. De plus, la pression d'un all-in peut forcer votre opposant à jouer en retrait, et éventuellement abandonner quelques sbires et le contrôle de la lane. Comme le disait Aaron Nimzovitch, « la menace est plus forte que son exécution » : remporter la victoire en terrorisant votre adversaire manque certes un peu de panache, mais cela importe-t-il vraiment ?

ChampionshipZed

En contrepartie, les assassins peuvent souffrir d'un waveclear insuffisant. Si vous êtes celui à subir la pression adverse, vous serez sans doute forcé à un all-in toujours inconfortable lorsqu'il n'est pas sciemment consenti. Autrement dit, le moindre faux pas vous conduira à la défaite, puisqu'il n'y a pas de retour en arrière possible. De plus, en subissant le poke adverse sous votre tourelle, vous pourriez même être trop bas en points de vie pour vous autoriser une telle agression... Prudence donc : difficile de se refaire lorsque la partie se déroule mal.

Les tireurs

Approche très populaire à haut niveau, le choix d'un carry AD se justifie par plusieurs éléments. D'abord, la portée naturelle d'un Varus, d'une Caitlyn ou d'une Kai'sa permet de récupérer les sbires de façon plus sereine, sans vraiment s'exposer à une punition adverse. De plus, grâce à des dégâts physiques de base intéressants, ces champions peuvent faire avancer la lane plus rapidement, d'autant qu'ils disposent souvent d'un sort – au moins – de waveclear efficace. Enfin, ils peuvent attaquer les tourelles, ce qui est généralement impensable pour tous les personnages de corps-à-corps. 

BulletKai'sa

Là où le bât blesse, c'est lorsque les débats s'enveniment et ne se limitent pas à une partie de tape-taupe. Outre leur fragilité naturelle qui les rend vulnérables aux dégâts d'un assassin ou d'un mage, les tireurs ont également une fâcheuse tendance à manquer de mobilité. Difficile donc de se tirer d'un mauvais pas lorsque votre adversaire décide de vous rentrer dedans. Et certains champions (qui a parlé d'Irelia ?) ont dès le début de partie les dégâts suffisants pour martyriser beaucoup de héros, ce qui peut donc vite anéantir tout espoir de mettre en place une guerre de tranchées.

Les mages

À mi-chemin entre l'agressivité brutale de l'assassin et la pression étouffante des ADC, les mages présentent quelques atouts intéressants pour le 1v1. La présence d'un sort de waveclear est presque systématique dans le kit des magiciens, même si son utilisation peut vite peser sur la barre de mana. Sans être la spécialité d'une Orianna ou d'une Lux, les carrys AP sont rarement démunis lors d'un duel, bien s'ils souffrent du même handicap que leurs collègues ADC, à savoir des statistiques défensives médiocres. 

StarGuardian_Syndra

Grâce à Syndra, Bjergsen s'est hissé en finale du tournoi de 1v1 des All-Stars 2017.

« Choisir de ne pas choisir » entre passivité et agression apporte son lot d'inconvénients. Il est notamment rare pour un carry AP d'avoir des dégâts suffisants pour menacer un adversaire dans les premières phases de la partie ; un défaut rédhibitoire lorsqu'il faut se défendre face au all-in d'un assassin. D'autres match-ups sont connus pour pour être extrêmement difficiles, comme celui d'Orianna face à Lucian (la LPL nous ayant offert moult exemples de la supériorité du Purificateur). 

Les tanks

Non. N'y pensez pas. S'il vous plaît. 

Enfin, vous pouvez, mais avec un waveclear généralement bien inférieur à celui des autres héros, des dégâts pas franchement délirants – attention tout de même aux mauvaises surprises de début de partie ! – et des difficultés dans quasiment tous les compartiments du 1v1, les tanks n'ont rien de très alléchant à proposer. Certes, vous risquez moins de vous incliner suite à une mort, mais franchement...

Les bruisers

Personne n'aime les bruisers. Les ADC n'aiment pas les bruisers. Les mages n'aiment pas les bruisers. Les tanks n'aiment pas les bruisers. Même les bruisers n'aiment pas les bruisers... Oui, ça fait six fois "bruisers". Mais inutile de se voiler la face : avec Irelia ou Aatrox, ce style de champions est particulièrement bien représenté à haut niveau, et génère une énorme frustration chez les joueurs. Les bruisers ont sur le papier tout pour eux (ces deux-là, en tout cas), et n'ont pas vraiment de faiblesse. La solution la plus prudente consiste sans doute à exploiter leur manque de portée, grâce à certains personnages à distance évoqués plus haut. Vous pouvez aussi combattre le feu par le feu, en employant vous-même un bruiser : préparez-vous alors pour du free fight explosif ! 

 

La spéciale Froggen

Si tout cela ne vous convainc pas, nous invoquons l’une des légendes de la midlane, Henrik « Froggen » Hansen, pour nous révéler non pas une, mais deux stratégies presque optimales pour remporter votre 1v1 à coup sûr. 

Nous parlions de burst, de danger, d’incertitudes, de pression… Oubliez tous vos soucis. Grâce à Olaf et sa boule de neige, vous pouvez vous projeter instantanément sur votre ennemi, activer votre ultime pour ne pas être ralenti dans votre course effrénée, et accabler le malheureux adversaire de coups de hache jusqu’à ce que mort s’ensuive. Les creeps importent peu pour un vrai Viking.

Ci-dessous, une mise en œuvre de cette merveilleuse idée :

… Hum. On nous informe qu’une légère faille aurait été détectée dans le plan. C’est inattendu, mais peu importe, car nous étions parés à une telle éventualité. En vérité, le meilleur champion de 1v1 est précisément l’idée que l’on se fait d’un ennemi valeureux. Il a longuement médité pour parfaire sa science, ne craint pas la mort, et ne juge même pas utile d’employer son véritable pouvoir à la conquête d’une victoire qui lui est d’ores et déjà acquise.

La quintessence du duel sur League of Legends, c’est ce match :

Voilà. Très franchement, avec ça, vous ne devriez plus jamais craindre les tournois de 1 contre 1. À peu de choses près (la définition de « peu » étant laissée au lecteur), les points abordés sont valables lors d’une partie normale. Enfin, sans doute.

NB :  Nous avons légèrement retouché le paragraphe sur les bruisers - il avait été écrit sur le coup de la colère, après avoir subi la fureur d’un Aatrox en 15-0 et fort peu miséricordieux - pour donner au moins une piste de réflexion à l'heure de les affronter.