Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Un jeu méta-morphosé

À l’aube de la 4e semaine, tous les matchs aller intragroupes ont été disputés, c’est l’occasion parfaite de faire le point sur le jeu qui nous a été proposé. Il est d’usage les patchs modifient les priorités et incitent les professionnels à remodeler les compositions qu’ils proposent en compétition, mais où en est-on aujourd’hui ? Penchons-nous sur l’impact qu’ont eu les récents patchs sur les LCS Europe.

La Thresh mania

 Trônant fièrement à la première place des champions contestés tous postes confondus, Thresh éblouit l’Europe. Présent dans la totalité des 47 parties disputées jusque-là, il est le seul à atteindre le prestigieux taux de 100% de présence. Banni 20 fois, choisi à 27 reprises pour un résultat de 56 % de victoires, rien ne laissait pourtant présager ce soudain attrait pour le Garde aux chaînes. Et pour cause, sa dernière modification remonte au patch 6.17. Sixième champion le plus disputé au poste de support pendant le segment printanier, son taux de victoire de 82 % aurait pu mettre la puce à l’oreille, mais les explications sont ailleurs.

Pour revenir sur le devant de la scène, il faut avoir de nouvelles choses à apporter, s’être amélioré, se transcender… ou alors faire chuter ceux qui font de l’ombre. C’est cette seconde option qui nous intéresse dans le cas présent. Un objet de départ a été modifié lors de la mi-saison : le Bouclier de Doran. Le patch 7.9 a changé trois éléments sur le bouclier : 

  1. le passif qui réduisait les dégâts des attaques de base et des sorts à cible unique a été remplacé par une propriété passive qui rend des PV quand vous subissez des dégâts d’un ennemi ;
  2. un nouveau passif qui augmente les dégâts des attaques de base de 5 points sur les sbires a été ajouté ;
  3. et surtout le prix a été réduit de 50 PO, portant l’objet au prix de 400 PO, ce qui permet d’acheter DEUX potions de soin.
La formule magique du retour de Thresh

La formule magique du retour de Thresh

Devant cette nouvelle option de départ alléchante, les carrys AD européens n’ont pas hésité à troquer leurs lames pour des boucliers. Même Jesper « Zven » Svenningsen s’y est finalement contraint après avoir clamé haut et fort qu’il ne céderait pas. Grâce à la régénération de PV accrue et à la seconde potion de soin qu’ils pouvaient désormais s’offrir, les tireurs craignaient moins les dégâts des supports mages qui faisaient la pluie et le beau temps auparavant. Handicapant par exemple pour Zyra qui est deux fois moins plébiscitée (34 % de présence contre 68 % au printemps), même si ses résultats sont encore louables (71 % de victoire). Quant à Malzahar, support le plus disputé il y a 2 mois à peine, il souffre de la même façon que Zyra mais le patch 7.11 l’ayant redirigé vers la voie du milieu, il n’est même plus dans la course.

Une modification qui aurait pu passer inaperçue, mais qui a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase est l’ajout de résistance magique par niveau à tous les champions qui n’en bénéficiaient pas encore, soit plus de la moitié des champions du jeu. La modification vient combler la disparition de l’aura de résistance magique qu’offrait l’égide de la légion avant le patch 6.22 et n’est pas négligeable puisque les supports mages comptent souvent sur leurs dégâts de base pour harceler des cibles fragiles qui souffrent face à la pénétration magique et qui la craignent désormais un peu moins.

Thresh s'est imposé comme étant un champion incontournable dans les compétitions

Là où le jeu était très centré sur une domination pour rapidement détruire la première tourelle et s’emparer du Dragon, désormais il est plus difficile de sortir les joueurs de la voie du bas. Et cerise sur le gâteau, la refonte du Héraut de la Faille du patch 7.9 a rééquilibré la carte. C’est pourquoi les supports mages ont laissé du terrain face et que les tanks ont repris possession du poste. Grâce à son très bon kit, Thresh s’est imposé dans le monde et tout particulièrement en Europe, devant Rakan et Braum. 

Savoir encaisser pour mieux répliquer

Les tireurs à forts dégâts sont de retour. L’amorce avait déjà été faite avec les nerfs successifs des objets de létalité et des tireurs qui en bénéficiaient trop bien, mais l’avènement du Bouclier de Doran et des phases de laning plus aisées qui en découlent sont une aubaine dont les Twitch, Caitlyn et autres Kog’Maw profitent à fond. Ajoutons des prix cassés pour leurs objets fétiches (Lame d’Infini à 3400 PO depuis le patch 7.9 contre 3600 auparavant, Zèle à 1300 contre 1200), des objets aux effets amplifiés (Canon ultra rapide dont les attaques s’énergisent 25 % plus rapidement et dégâts du passif du Poignard de Statikk augmentés) et la disparition des prédateurs que nous évoquions plus haut et nous obtenons des conditions propices à la réintroduction des tireurs qui ont besoin de temps pour monter en puissance.

Mais le Bouclier de Doran ne sert pas seulement la cause de ces champions qui aiment rester pacifiques pendant quelques dizaines de minutes. Si l’on veut se montrer agressif, il faut dans l’immense majorité des cas utiliser ses attaques de base, qui déclenchent une réponse instantanée des sbires adverses, or ces derniers sont l’une des plus grandes sources de dégâts en début de partie : une attaque de trois sbires mages équivaut en moyenne à l’attaque d’un champion. La résilience apportée par le Bouclier de Doran permet à des champions comme Kennen de harceler ses adversaires très tôt dans la partie, en dépit de sa petite portée qui l’expose aux foudres des sbires adverses.

Ravalement de façade

Le Lithoplastron de gargouille

Champion le plus souvent exclu avec 38 bannissements en 47 parties, Zac est extrêmement craint des joueurs professionnels, au point qu’il soit le champion banni le plus rapidement. Depuis qu’il a été retravaillé au patch 7.9, Zac peut littéralement en prendre un pour taper sur l’autre ! Son nouveau A et sa nouvelle compétence ultime lui offrent un lot de contrôles de foules à en faire pleurer Amumu de jalousie, à tel point qu’il n’est plus forcément nécessaire de viser juste avec Fronde (E) pour en venir à ses fins. Ce n’est donc pas l’avertissement plus précoce de son arrivée du patch 7.11 qui l’a arrêté. Dans les 6 parties auxquelles il a pu participer, il a souvent été très décisif, même si certains joueurs ont eu des accidents et ont fait chuter son taux de victoire à 67 %. Avec un KDA qui avoisine les 9, il est clair qu’il est difficile d’en venir à bout, d’autant plus qu’il profite à merveille de la modification du Visage spirituel qui passe le bonus aux soins reçus de 25 % à 30 %. Il est également parfaitement à l’aise avec l’un des nouveaux objets : le Lithoplastron de gargouille, qui s’incorpore à merveille dans la liste d’achat d’un champion qui aime aller au contact d’une multitude d’adversaires sans avoir la prétention d’infliger d’énormes dégâts. Et pourtant, avec 208 points de dégâts aux champions adverses par minute, Zac suit Lee Sin de très près.

Un nouveau couple dans le quartier

Le duo Xayah et Rakan s’est bien intégré dans le paysage. Présents dans respectivement 70 % et 60 % des parties des LCS Europe, ils ont tout de même passé plus de temps sur le banc des exclus que sur le terrain. Mais chacun a tout de même eu l’occasion de montrer ce dont il était capable, aussi bien en individuel qu’à deux. Xayah, excellente en début de partie, appréciée pour sa capacité à entraver les déplacements adverses et armée d’un redoutable outil de déphasage, est de fait le premier tireur contesté. En termes d’apparition, elle se place dans le deuxième trio avec Kalista et Ashe, pour des résultats bien meilleurs. 

Rakan, quant à lui, n’est apparu que 7 fois, principalement en présence de son âme sœur. Bae-in « Wadid » Kim a été le premier à en montrer le plein potentiel contre G2 Esports. Avec un Saut éclair très agressif, il est allé chercher l’équipe adverse sous la tourelle intérieure et a permis un enchaînement de contrôles de foules incroyables grâce au soutien de Galio. 

Ce dernier est également un élément important de la méta actuelle. Champion aux multiples qualités, il est toujours très contesté. Nous vous en parlions dans un article dédié. Si cette fois-ci ROCCAT avait le luxe d’avoir accès à Galio ainsi qu’au duo Xayah – Rakan, cette situation se fait de plus en plus rare. Pendant les phases de sélection des champions, coachs et joueurs font attention à ne pas laisser trop d’options à leurs adversaires. Quand arrive le dernier bannissement de l’équipe rouge, il arrive de voir une équipe hésiter à bannir Galio si ni Xayah ni Rakan n’est déjà sorti de la course, puis à le laisser disponible. Ainsi, l’équipe bleue est forcée à faire un choix : se ruer sur Galio et ainsi sécuriser un champion très prisé, ou séparer le couple. Cet aspect nouveau est une conséquence directe du design singulier de ces champions qui sont plus forts en présence de leur moitié. C’est beau l’amour.

Si l’Europe semble s’être bien habituée aux récents changements, notons que nos équipes n’arrivent pas à faire briller Jarvan IV sur la voie du haut puisque ce champion si prisé dans d’autres régions atteint le triste score de 25 % de victoires en 12 parties contre 59 % dans les autres régions. De même, par rapport à la tendance générale, Ashe est moins sollicitée et Karma totalement tombée dans l’oubli. Cependant, le Lucian mid nous a bien été importé du Mid-Season Invitational ! 

Avenir et continuité

À peine les équipes ont pu disputer quelques rencontres, à peine un nouveau patch fait son apparition. Avec le 7.12, certains éléments vont venir conforter la position actuelle, comme la correction de la faille qui permettait à Zyra d’ordonner à ses plantes d’attaquer une cible en lançant une attaque de base même si elle l’annulait au dernier moment. La conséquence était importante : Zyra ne déclenchait pas l’agression des sbires et se prévenait ainsi des répercussions logiquement appliquées. Karma connaît la même situation. Déjà en déclin, elle subit quelques modifications qui peuvent encore faire décroitre l’attrait que lui portent les joueurs pros. La modification la plus importante est l’effet du bouclier de Défi (E) en Mantra (R) : les cibles secondaires ne profitent plus que de 30 % du bouclier, contre 50 % auparavant. Ces éléments ne devraient pas les aider à reprendre du poil de la bête !

Fan art de Corki

Fan art de Corki

En revanche le Bouclier de Doran, l’un des bourreaux des supports mages, prend du plomb dans l’aile. Fini le luxe d’acheter deux potions de soin, retour au prix initial de 450 PO. L’objet reste un excellent choix de départ et ne devrait en toute logique pas disparaître du jour au lendemain, mais le nerf est à prendre en compte !

Suite à ce patch, Rakan devrait encore plus souvent déambuler sur la Faille de l’invocateur puisque le bouclier de son passif interagit enfin avec les effets d’amplifications des boucliers présents sur les objets comme la Rédemption. Pour l’accompagner, on pourrait bien revoir quelques Jhin par-ci par-là, étant donné que le ratio de son A ainsi que les dégâts de base de sa compétence ultimes ont été augmentés. De quoi le soulager après les nerfs de la maîtrise Toucher de feu mortel et des objets de létalité.

Mais la star de ce patch pourrait bien être un autre tireur : Corki. Avec des stats de base un peu pimpées et un passif qui convertit désormais 80 % des dégâts de ses attaques de base en dégâts magiques, il a un boulevard pour exprimer plus que jamais sa singularité de tireur AP. Il va désormais encore mieux profiter de la pénétration magique des Chaussures de sorcier qu’il a l’habitude d’acheter. Dans le même temps, il jouit des améliorations et réductions de coûts apportées aux objets AD comme la Lame d’infini ou le Poignard de Statikk. On peut maintenant l’imaginer profiter diablement bien d’un Bâton du vide pour être sûr que personne ne lui résiste. Affaire à suivre.

Et vous, quels champions jugez-vous sous-cotés en Europe ?