Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Vidéo : le retour de Blitzcrank en LCS

Il est la terreur des joueurs des paliers bronze et argent depuis toujours. Inutile d’espérer survivre s’il vous met le grappin dessus. Quand il est à vos côtés, il n’a l’air que d’une boite de conserve inutile, mais s’il est en face, vous le voyez comme Terminator en personne. Pourtant, il y avait longtemps que Blitzcrank n’avait pas eu la côte au niveau professionnel. Alors que personne ne s’y attendait, il a fait son grand retour !

Batterie faible, veuillez la recharger

Il fut une époque où il était commun de voir apparaître un petit Blitzcrank quand on regardait notre CLG.eu contre Gambit Gaming de la semaine. Mais depuis bien longtemps, le Golem de vapeur n’est plus dans le coup. Tel un téléphone à clapet, considéré il y a un temps comme ustensile moderne, Blitzcrank paraissait désormais comme désuet face aux smartphones qui ont envahi le marché. Ce temps passé loin des projecteurs, Blitz l’a passé sur le banc, regardant avec nostalgie les nouvelles têtes qui l’ont remplacé et qui jouent à sa place. Prenez par exemple Thresh, ce beau gosse arrivé en début d’année, qui sait tout faire et sur qui toute l’attention se porte. ALORS QUE BLITZCRANK AUSSI PEUT ATTRAPER DES GENS. Quand la concurrence n’était pas directe, elle venait des Annie, Zyra et autres Malzahar, trop mauvais à leur poste initial et qui viennent lui voler la vedette. 

Alors oui, c’est vrai, Blitzcrank était parfois appelé à jouer pour créer la surprise. Principalement dans les divisions inférieures et dans les ligues mineures comme la LJL, l’OPL ou la LSPL. Mais entre nous, les ambitions d’un champion qui a autant brillé par le passé sont un peu plus hautes. Quand il ouvre ses albums photo (enfin, quand il cherche dans son disque dur HDD, car c’est un robot), il retrouve des souvenirs de Min-gi « MadLife » Hong, le support coréen qui l’a le mieux mis en valeur. Dans ces mains, Blitzcrank avait l’impression qu’il avait le bras assez long pour attraper la Lune et l’offrir à Diana.

Blitz se souvient même avoir parfois voyagé. Dans la jungle, il n’a pas eu beaucoup de succès, mais Paul « sOAZ » Boyer a réussi à l’exploiter sur la voie du haut. Une expérience intéressante. En passant tant de temps hors du terrain, notre robot jaune poussin aurait pu tourner à l’orange en rouillant. Heureusement, la technologie a évolué et les prises 220 volts sont arrivées sur le banc des remplaçants, ce qui lui a permis de recharger ses batteries. 

Le retour du roi

Alors que les champions supports ont commencé à se blesser les uns après les autres, victimes d’une maladie récurrente dans le milieu : la Patchilius Nerforus, les coachs se sont retournés vers les options qu’ils avaient et, au loin, ont aperçu quelque chose qui brillait : Blitzcrank. Et pourquoi ne pas lui redonner sa chance ?

Cette fois, c’était dans la cour des grands, en LCK. La première ligue coréenne, la plus relevée du monde. Jong-bin « Max » Jeong lui a rendu ses lettres de noblesse en s’imposant. Puis Blitzcrank a été rappelé, par Han-gi « Key » Kim. Et ça a encore fonctionné. Depuis, il est apparu partout dans le monde, notamment en LCS EU et NA. Nous vous proposons d’en apprendre plus sur les raisons de son retour et de découvrir les meilleures actions en vidéo.

À quel point êtes-vous contents de revoir Blitzcrank en compétition ?

Crédit fan art : Lionsketch