Jump to Main ContentJump to Primary Navigation
LCS

Zven, prodige danois

Le segment de printemps touche bientôt à sa fin et il est temps de s’intéresser à celui qui fait si peu de vagues dans une équipe pourtant souvent décriée. D’une régularité exemplaire, il fait partie du haut du tableau des carrys AD présents dans la région européenne, intéressons-nous à Zven, qui sévissait autrefois sous le pseudonyme de Niels.

L'arrivée en LCS

Avant d’être le talentueux carry AD de la formation espagnole G2, Jesper « Zven » Svenningsen s’est illustré dans plusieurs écuries dont Origen, l’équipe fondée par Enrique « xPeke » Cedeño Martínez. Épaulé par une solide base de vétérans, il a rapidement pu montrer qu’il avait des bases solides, exhibant un KDA impressionnant de 14,5 lors de la saison régulière des Challengers Series. Jouant alors principalement Corki et Graves, il s’appuie sur leurs forces en milieu de partie pour obtenir ces résultats. Lors de l’arrivée de Origen en LCS, Zven, connu alors sous le pseudonyme de Niels, sévit principalement sur Kalista et Vayne. Deux champions à fort potentiel mécanique qui lui vaudront le titre de meilleur joueur de la semaine et ce dès la première semaine de segment. Par la suite, ses performances constantes et ses fortes capacités mécaniques lui vaudront le titre de meilleur débutant du segment. Son équipe n’hésite alors plus à baser ses compositions autour de ce jeune prodige venu du Danemark. Une confiance qui permettra à son équipe d’atteindre les demi-finales des championnats du monde en 2015. Il rejoint ensuite G2 à la fin du segment de printemps avec son support, Alfonso « Mithy » Aguirre Rodríguez. Les deux comparses participeront à la nette victoire du segment par G2.

Du rôle de l'ADC

S'il est un rôle qui semble délaissé en ce moment, c’est bien le rôle de carry AD, la part belle étant attribuée à des champions utilitaires qui peuvent « offrir des contrôles de foule et prendre des tours ». Les jours où Jinx, Vayne et Kalista s’affrontaient dans la faille sont passés et ce ne sont plus les carrys AD qui doivent être playmaker. Il s’agit d’une autre façon de voir ce rôle, un rôle qui avait jusqu’à présent plusieurs styles possibles. Un changement qui ne convainc pas complètement Zven : « Je n’aime pas trop ça, mais ça va ». Pour lui, le but d’un carry AD n’est plus de gagner la partie tout seul, mais plutôt de ne pas la perdre tout seul.

Les tireurs ne peuvent pas être forts avec un seul objet, et ceux qui le sont, comme Corki, s’en sortent mieux lorsqu’ils sont invoqués sur la voie du milieu. De plus, avec l’arrivée en force de la létalité, les tireurs se basant sur les attaques automatiques sont délaissés au profit de ceux qui utilisent des sorts. Ce fait, couplé avec la nécessité d’avoir des contrôles de foule sur les champions évoluant sur ce rôle a fait la part belle à la trinité composée de Jhin, Varus et Ashe.

Zven et Mithy restent une valeur sûre

Zven et Mithy restent une valeur sûre

Cependant, des champions qui n’étaient pas attendus à ce poste ont fait leur apparition, en particulier Ziggs, l’artificier fou. Possédant un fort potentiel pour éliminer les vagues de sbires et d’un sort facilitant la prise de tours, il a réussi à faire son trou parmi les pros, tenant la dragée haute à la trinité susnommée. Il ne fait cependant pas l’unanimité et Zven le considère comme étant « jouable mais pas un bon choix, il s’agit plus d’un champion de niche ». Le champion peut selon lui être choisit dans une composition qui manque de dégâts magiques et évoluer aux côtés d’un Jayce sur la voie du milieu ou d’un Graves dans la jungle. Lorsqu’on lui demande si il se considère comme faisait partie des meilleurs carrys AD au monde, Zven acquiesce et déclare qu’ « il pense honnêtement que c’est vrai », qu’il a fait des erreurs qui ont coûté la partie à son équipe mais qu’il est régulier de façon générale. Malgré cela, il considère qu’il n’y a pas de carry AD qui se démarque réellement en LCS EU, déclarant que s'il y a plein de bons carrys AD, il n’y en a pas de foncièrement mauvais.

Les changements en LCS

Depuis le début de la saison de nombreux changements sont intervenus. Ainsi, les équipes ont dû composer avec un nouveau format et un nouveau système de pick et ban, offrant 4 bannissements supplémentaires. Un changement qui réjouit le joueur danois qui considère le système en deux manches gagnantes meilleur puisqu’il empêche les égalités et que même si le système précédent aurait pu être amélioré avec l’utilisation de points, les deux manches gagnantes sont un meilleur procédé.

En ce qui concerne les bannissements, l’arrivée du nouveau système était censée augmenter le nombre de champions joués et faire revenir sur le devant de la scène des champions oubliés. Et si le talent et la préparation requis pour cette nouvelle phase ont augmenté, la méta a obligé les équipes à écarter trois champions : Rengar, Camille et LeBlanc. Du moment où la méta restera la même, les drafts seront évidentes voire même prévisibles. Les différents patchs peuvent cependant changer cela et les prémices de changement sont déjà visibles puisque Camille et Rengar sont de plus en plus laissés disponibles.

G2 contre le monde

Certaines équipes comme H2K et Fnatic bénéficient d’un fort capital sympathie auprès des fans européens et internationaux. D’autres, comme Unicorns of Love ont un fanclub qui les suit à chaque déplacement et les soutient dans les coups durs. Cependant, ce n’est pas le cas de G2. En effet, après avoir performé de façon piteuse lors du MSI 2016 où ils étaient pourtant pressentis comme étant les seconds favoris derrière SKT T1, leur popularité en a pris un coup et l’équipe essaie depuis lors de redorer son blason. Pour se faire, ils doivent concilier résultats excellents et communication au point. G2 a aussi fait le choix de garder la même équipe tout en changeant son encadrement, ce qui rend sa préparation bien meilleure, tout en améliorant aussi le niveau de vie de l’équipe. Les joueurs ont un rythme de vie plus sain et peuvent ainsi mieux se concentrer sur les entraînements. Zven considère que le groupe est meilleur, ce qui leur permet d’éviter les erreurs faites lors des championnats du monde. Ils se concentrent ainsi plus sur la macro game, privilégiant les objectifs aux éliminations.

Zven

Zven et Mithy, lors de leur match contre Misfits la semaine passée

Si le compagnon de jeu de Zven, Luka « Perkz » Perković, est très soucieux de ce que pense la communauté de lui, il n’en n’est pas de même pour Zven qui privilégie l’équipe plutôt que sa propre image. Il déclare par ailleurs que si Perkz souhaitait auparavant être le centre de l’attention, ce n’est plus le cas et qu’ « il a changé son état d’esprit depuis les championnats du monde » et qu’ il s’entraine de façon plus efficace.

En ce qui concerne le titre de champion du segment, G2 a de bonnes chances d’être premier de son groupe, ce qui représente un avantage pour eux, Zven estimant qu’ils ont « une bonne opportunité mais qu’il y a de nombreuses autres équipes ». Parmi ces dernières, ce sont H2K et UoL qu’il redoute le plus, cette dernière jouant « de façon imprévisible et parfois chaotique ». De plus, les champions joués par le support, Zdravets « Hylissang » Iliev Galabov le font sortir du lot puisqu’il ramène sur le devant de la scène des champions tels que Thresh ou Bard là où Malzahar, Zyra et Karma sont prédominants. Cependant,  Zven considère que son équipe est solide en trois manches gagnantes, un ressenti qui sera à confirmer lors des play-offs qui arrivent sous peu.

Tout le monde a le même objectif et est motivé

Jesper « Zven » Svenningsen

Faire ses preuves

Si la légitimité de Zven et par extension de G2 n’est plus à prouver sur la scène européenne, il reste encore une épreuve que doivent surmonter les joueurs de la formation espagnole : la scène internationale. Après leurs prestations décevantes lors des précédents évènements, Zven et ses camarades avaient à cœur de performer lors des IEM Season XI - World Championship Katowice et le pari a été réussi. Malgré un départ laborieux puisqu’ils iront tout droit en looser bracket suite à leur défaite face à Flash Wolves, ils parviennent à remonter le dit bracket en battant consécutivement Kongdoo Monsters, Unicorns of Love ainsi que Rox Tigers pour affronter de nouveau Flash Wolves qui s’imposeront 2 à 0. Ce n’est pas une victoire internationale à proprement parler mais cela pourrait bien être le début de la rédemption pour G2 qui devra confirmer son état de forme lors du MSI si l’équipe parvient à se qualifier !

G2 termineront ce segment de printemps avec un score presque parfait. Pourront ils continuer les efforts fournis à Katowice durant le prochain rendez-vous internationnal ?